Au bord des mots, lectures sur un rocher

Les Belles Années de Mademoiselle Brodie

The Prime of Miss Jean Brodie. Muriel Spark (autrice). Léo Dilé (traducteur). 1961 (VO), 2006 (VF), 238 p. Le Serpent à Plumes (Motifs). Vintage – Contemporaine. 6,10€.

Dans l’Écosse des années trente, Mademoiselle Brodie enseigne de façon peu conventionnelle dans une des écoles de filles les plus huppées du pays… Une conspiration  » administrative  » se développe contre cette institutrice d’avant garde, convertie au catholicisme, qui a rassemblé autour d’elle un petit groupe constitué de ses meilleures élèves. 

Il y a quelques années, j’avais découvert pas mal de livres qu’on aurait pu étiqueter « Vintage », soit qui se déroulent du début du siècle au 50s, éventuellement début 60s, je pensais que celui-ci en serait un bon exemple, surtout après l’excellente surprise de Miss Buncle’s Book. Et puis Miss Brodie a été adapté au cinéma avec McGonagall, donc il doit être super, non ?

Non.

Ce roman a beau être court, il est lourd, lent, s’étend sur les personnages des jeunes filles mais pas dans le bon sens : on répète en long en large et en travers les traits caractéristiques pour lesquelles elles sont connues (en parlant de ceux de l’avenir aussi), comme celle-ci qui deviendrait expertes dans les parties de jambes en l’air, celle qui est tellement cruche qu’elle mourra par erreur dans un incendie (ah et Miss Brodie passe son temps à lui répéter à quel point elle est bête) …

Déjà, l’écriture est agaçante. Et l’héroïne, Miss Brodie (non pas en tant que « temps d’audience » mais de référence, les filles, ses élèves, en parlent tout le temps) est une horreur. Hautaine, avec ses réflexions pour certaines élèves (notamment cette pauvre Mary à qui elle fait tout le temps remarquer sa bêtise), sa manie de parler systématiquement d’elle en cours… et ne parlons pas de faire cours. Bref. Elle m’a agacée pendant toute ma lecture, que j’ai terminée vraiment parce que c’était court et que j’avais toujours l’espoir que ça s’améliore.

Ca n’a pas été le cas, et je me suis vraiment ennuyée, tout en détestant le personnage principal. Si les lectures plutôt « vintage » vous intéressent, il y a beaucoup plus sympathique ! Mais bon, pour McGo, je veux bien jeter un oeil au film. Mais juste pour elle.

(Visionnage)

Oui en fait toute l’affection que j’ai pour McGo n’a pas suffi à me faire passer la demi-heure de film. On va s’arrêter là.

2 commentaires sur “Les Belles Années de Mademoiselle Brodie

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s