Pretty Guardian Sailor Moon, tome 2

Titre VO : Bishoujo Senshi Sailor Moon – Renewal Edition.

Auteur : Naoko Takeuchi.

Traducteur : Fédoua Lamodière.

Nombre de pages : 244.

Parution VO : 2003. VA : 2012.

Éditeur : Pika (Collection : Shojo).

Genre : Manga – Shojo.

Prix : 6, 95€.

Résumé éditeur: Usagi, jeune fille pleurnicharde, passionnée de jeux vidéos, mangas … Un beau jour, elle sauve un petit chat de gamins cruels et lui retire des sparadraps du front. Dessous, un croissant de lune. A la nuit tombée, le chat reviendra vers elle pour la mettre face à sa destinée : Usagi est en fait Sailor Moon, qui combat pour l’amour et la justice ! Avec l’aide de ses coéquipières, elle découvre l’existence du Dark Kingdom, puis de leurs vies antérieures, et de son amour perdu.

Ce volume (attention spoliers) couvre la rencontre à visage découvert d’Usagi et Mamoru à la possession du jeune homme par le Dark Kingdom et la Reine Béryl. On découvre l’histoire de Mamoru, ainsi que l’arrivée de Venus, leur départ sur la Lune pour voir leur ancien royaume, le « faux » Mamoru. Je dirais qu’on arrive en fin du troisième volume de l’édition normale.

J’ai été aussi touchée qu’à la première lecture de la découverte d’Usagi de sa véritable identité, son déchirement à la disparition de Mamoru. Un peu triste pour les Shi Tennô princes des quatre cieux (si je ne me trompe pas), ce sont des personnages que j’aimais bien, j’aurais aimé les voir davantage développés. La plongée dans les vies antérieures des filles est aussi un thème que j’adore.

Si j’apprécie toujours énormément le trait travaillé de Naoko Takeuchi, je regrette les petits dessins, sketches qu’on trouvait en marge de l’édition normale ou en fin de volume.

En bonus, on trouve d’anciens designs de Sailor Moon, avec un chat blanc, et des illustrations des cinq Sailors dans d’autres styles. Quelques pages d’illustrations couleur au début, surtout avec les filles en uniforme, notamment mon préféré, celui de Rei. J’ai aussi noté une très belle case présentant Rei avec ses corbeaux, je suppose vers l’apparition du personnage.

Le grand défaut ? C’est long, très long, trop long … moi qui aime lire un manga avant de dormir, cette édition est un peu trop longue pour en tirer plaisir. Si c’est un volume qui manque peut-être un peu d’humour, il est très riche en drame, émotion et action.

Nombre de tomes parus : 12 (série finie).

Tome 1.

Tome 3.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s