Au bord des mots, lectures sur un rocher

Althéa ou la colère d’un roi

Karin Hann (autrice). 2010, 251 p. Robert Laffont. Histoire. 4,99 €. Livre lu sur liseuse.

Althéa, orpheline, est élevée par les époux Fouquet. Nicolas Fouquet, alors surintendant des Finances de Louis XIV, est l homme le plus riche et le plus influent du royaume. L’enfant grandit à Vaux-le-Vicomte, entourée de tous les artistes et hommes de lettres que compte le siècle. Le point culminant de cette existence heureuse et raffinée sera la fête que donne Fouquet en l honneur du Roi au cours du mois d’août 1661. Ce dernier s’offusque de tant de munificence et fait arrêter son ministre. Alors commence pour celui-ci la descente aux enfers : un procès honteux et la réclusion à perpétuité. Althéa, devenue une femme, tente alors le tout pour le tout afin de faire libérer son père adoptif, aidée en cela de Mergenteuil, dont elle est éprise. Ordre des Templiers ou secret du Masque de fer. Ils découvrent ensemble la trame d’un vaste complot …

Et ce vaste complot m’en a fortement rappelé un autre, celui des premiers tomes d’Angélique … mais ce n’est qu’un des éléments qui m’a dérangée dans cette lecture.

J’étais dans l’impression qu’il s’agissait d’un récit plutôt jeunesse, ce qui n’est pas le cas, malgré le jeune âge de l’héroïne. Que j’ai trouvée en fait vraiment trop proche d’Angélique, dans son caractère, son impulsivité, sa loyauté malgré l’emprisonnement d’un proche dont le rayonnement trop impressionnent dérange le Roi Soleil. J’ai trouvé le temps franchement long puisque je n’ai pas eu de surprises mais plutôt un côté déjà vu relativement agaçant, malgré mon affection pour cette période historique.

Et je n’ai pas réussi à croire au personnage d’Althéa, trop parfaite. Sans parler du démarrage sur un accouchement … c’est toujours joyeux. L’histoire se poursuit avec une touche de cliché également (elle tombe enceinte lorsque son fiancé est en mer … c’est tellement facile ! et puis il revient, mais elle en a épousé un autre pour protéger sa réputation, mais c’est quelqu’un de bien, elle ne veut pas lui faire de peine … j’ai l’impression d’avoir vu ce genre de ressort des douzaines de fois !).

Je me suis forcée à finir cette lecture, mais le manque d’originalité dans l’intrigue et les ressemblances fortes que j’ai vues avec l’oeuvre d’Anne Golon ne m’ont absolument pas emportée.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s