Au bord des mots, lectures sur un rocher

Au temps des crinolines : Journal de Charlotte, 1855

Jean-Côme Noguès (auteur). 2006, 221 p. Gallimard (Mon Histoire). Jeunesse. 10,50€.Partage le journal intime de Charlotte, et découvre avec elle la vie parisienne à l’époque de Napoléon III.

Juillet 1855. Papa a tenu sa promesse : nous sommes allés tous les deux à l’Exposition universelle. Il m’a fait remarquer que, sans cette mode absurde des crinolines, le double de public aurait pu entrer.

Mon journal, je ne te dirai pas tout ce que nous avons admiré. Nous avons voyagé dans le monde entier. Je ne savais où donner du regard, la tête pleine de bruits, de parfums étranges, de couleurs. Je me sentais un peu étourdie, mais j’étais avec mon papa au milieu d’une fête somptueuse que je n’aurais jamais imaginée, même dans mes rêves les plus extravagants.

J’avais très envie de lire ce petit roman jeunesse à cause du titre et de la période. La vision des crinolines, chez moi, renvoie à Autant en emporte le vent, ce qui n’est pas tout à fait correct (il y a un monde entre la France de 1855 et les États-Unis de la même période (à une dizaine d’années près pour Scarlett).

Charlotte n’en peut plus d’attendre d’avoir quinze ans, pour être enfin considérée comme une grande fille et porter une crinoline. Le changement de style vestimentaire et de longueur marque le passage à l’étape suivante dans la vie d’une demoiselle : celle d’une jeune fille qui rencontrera des jeunes gens bien et devra songer à son trousseau …

 On la suit entre autres dans sa visite de l’Exposition Universelle, qu’elle adore, mais l’auteur coupe à son départ en Angleterre (avec la fille de la Comtesse de Ségur), ce qui est bien dommage. Les livres de cette collection sont décidément trop courts !

Devant une remarque de l’auteur, qui dit avoir écrit ce livre pour ses lectrices car il écrit beaucoup de livres à destination des garçons, je dirai que l’écriture masculine pour une héroïne féminine ne m’a pas dérangée et que ça ne se remarque pas. On est juste pris dans le quotidien de Charlotte, sa rencontre avec son nouveau professeur de musique qui fait grande impression sur elle, ses espoirs de grandir sans sacrifier à sa liberté et ses espoirs d’un mariage d’amour et de conserver une certaine liberté dans le mariage.

Son écriture est très jolie et poétique, comme pour sa description de sa famille en début du livre. : « Tante Lucienne est la sœur de maman et elles se ressemblent, elles, comme deux gouttes d’eau. Seulement, l’une est une goutte sortie de la source des Célestins, à Vichy […]. Elle est pétillante, pleine de bulles, joyeuse et toujours surprenante, l’autre plutôt comme une goutte dans la carafe du déjeuner familial, rassurante, apaisante et dévouée […] ».

J’aime beaucoup le tableau en couverture, avec l’Impératrice et ses dames d’honneur, de Franz Xavier Witnerhalter, dommage qu’il soit très petit. Charlotte en fait une très jolie description. Ce personnage est très plaisant, même après le peu de nostalgie qui l’atteint finalement, lorsqu’elle atteint ses quinze ans. Une très belle petite lecture.

2 commentaires sur “Au temps des crinolines : Journal de Charlotte, 1855

  1. L’exposition universelle c’est vraiment un truc qui me fascine… Je ne sais même pas pourquoi, mais ça a un coté magique pour moi! Presque légendaire! Enfin, ce livre, comme tous ceux de cette collection, a l’air fort chouette

    1. Pareil pour l’exposition universelle ^^ c’est déjà une période historique que j’aime beaucoup, culturelle, vestimentaire, c’est un ensemble séduisant. Et je te recommande ce livre en particulier, même si tu ne vois pas beaucoup l’expo dans mon souvenir, tu suis plus l’héroïne dans sa vie de tous les jours, même si c’est chouette aussi !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s