Au bord des mots, lectures sur un rocher

Feuilles de février

En février, je fais pas mal de lectures pour le boulot, dont je ne vous rédigerai pas un compte-rendu détaillé. Quelques belles découvertes à noter, mais un livre qui s’éternise malgré un beau potentiel de relecture.

Vampires de Jean Lacassin est ma première lecture dans le cadre de mon demi ABC fantastique, et une relecture. J’apprécie les textes, mais je les trouve longs, j’ai du mal à m’y mettre.

Ritual in Death de Nora Roberts est une nouvelle dans l’univers d’Eve et Roarke, pas la plus passionnante à mon sens, sur un meurtre rituel satanique. C’est très sombre, assez exempt d’humour.

Kindred in Death de Nora Roberts, Promises in Death de Nora Roberts marquent un petit ralentissement pour moi dans la série, je vais faire une pause. Dans Promises, on touche à la mort d’un flic et au thème du flic corrompu ; et Kindred, meurtre et viol d’une enfant de flic. Ce ne sont pas des enquêtes qui m’ont passionnée.

Céleste et la banque des rêves de Carolyn Coman est un petit roman jeunesse charmant, lu pour le boulot donc il n’y aura pas de billet. Mais je vous le recommande. C’est plein d’imagination, de douceur, sur les rêves, les souvenirs, avec de très nombreuses illustrations qui font partie de l’histoire à part entière. Une très belle découverte.

Fille de l’eau d’Emmi Itaranta dépeint un futur où l’eau est extrêmement règlementée. L’héroïne est fille du maître de thé, en formation pour en devenir un elle-même. Elle apprend que sa famille dissimule une source depuis des générations, pour perpétuer la cérémonie du thé, et au départ de sa mère et décès de son père, elle se retrouve seule avec ce secret. C’est un roman plein de poésie, l’écriture est magnifique.

God Save the Queen de Kate Locke est un virage à 180° avec une monarchie anglaise où Victoria vampire règne depuis plus de 170 ans dans un empire peuplé de buveurs de sang, loup-garous et goblins. Je démarre, mais je suis enthousiaste.

Cat Street de Yoko Kamio raconte l’histoire d’une ancienne enfant actrice qui, suite à une représentation catastrophique, est restée prostrée chez elle des années. Elle reprend ses études dans une école inhabituelle. J’ai beaucoup aimé la retenue et la douceur de cette petite série.

Parmi eux de Hikayo Nakajo. Je l’avais découverte en prépublication dans Magnolia, mais bizarrement je ne l’avais jamais lue en entier. Et c’est dommage, parce qu’en plus du trait délicat, on dépasse la situation de base de la demoiselle dans un environnement masculin, vers des réflexions intéressantes sur la sexualité et le genre.

Le Royaume, tome 1 de Benoit Feroumont est une petite BD sympathique sur le Moyen-Âge, une ancienne servante ouvre une taverne. Le trait est plutôt mignon, il y a de l’humour, à voir.

Contes russes en BD d’Ivan Djock m’a un peu déçue. Je connaissais la plupart des contes choisis, mais ils sont trop nombreux pour un traitement compréhensible, ça va trop vite. Il y a un illustrateur par conte, parfois il revient. J’ai adoré revoir le trait de Camille Benyamina, mais d’autres sont moins plaisants.

Wondercity, tomes 1 et 2 présentent un univers steampunk jeunesse plein de charme. Certains ados sont doués de pouvoirs magiques. C’est rapide, mais agréable.

Hero Academy, tome 1 met en scène des jeunes qui se voient dotés de pouvoirs à la manière de mutants dans un contexte de télé réalité. Je n’ai pas du tout aimé le dessin, et l’histoire est un peu cliché à mon goût.

Prince of Tennis de Takeshi Konomi. Je suis faible. Je relis déjà cette série alors que ça fait moins d’un an ^^,

J’ai entendu le savant astronome de Walt Whitman est un bel album qui évoque les planètes, mais de manière sobre.

Lottie Biggs n’est (presque) pas cinglée de Hayley Long nous fait découvrir Lottie, une adolescente galloise, qui développe des troubles mentaux. C’est intéressant, prenant, original pour le Pays de Galles (même si merci la traduction en parlant de brevet et CDI, hum hum c’est pas tout à fait ça non plus, j’aime pas quand on adapte).

Lottie Biggs n’est (presque) pas désespérée de Hayley Long poursuit l’histoire de Lottie avec son entrée en seconde. Elle essaie de gérer ses petits soucis grâce à un psy qui ressemble à Johnny Depp et un petit ami rugbyman. J’ai beaucoup moins apprécié, mais ça c’est la focalisation sur la relation amoureuse …

Hard Eight  et To the Nines de Janet Evanovich me lassent de l’héroïne. Il y a une limite à sa maladresse ; j’aimerais franchement qu’au bout d’un moment sa relation avec Joe évolue (nan mais parce qu’on arrive vers le volume 30 d’Eve Dallas, elle a épousé Roarke dans le 3ème et l’auteur arrive à garder cette relation fraîche et originale, alors que là volume 8 j’en ai déjà presque assez) ; j’ai du mal à croire que Stephanie se retrouve sur des affaires aussi dangereuses alors qu’elles semblent être typiques. Il n’y a pas vraiment de transition et du moment où je n’y crois plus, ça pose problème.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en février ?

4 commentaires sur “Feuilles de février

    1. Là il y en a beaucoup pour le boulot, aussi ^^ et vraiment, Céleste je l’ai lu en deux heures, Lottie Biggs pas bien plus … si tu étais dans ma branche, tu aurais aussi l’occasion de lire davantage, c’est normal !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s