Percy Jackson, tome 5 : Le Dernier Olympien

Titre VO : Percy Jackson and the Olympians 5 : The Last Olympian.

Auteur : Rick Riordan.

Traducteur : Mona de Pracontal.

Couverture : John Rocco.

Nombre de pages : 425.

Parution VO : 2009.  VF : 2011.

Éditeur : Albin Michel (Collection: Wiz).

Genre :  Jeunesse – Fantasy.

Prix : 13,90€.

Résumé éditeur :  Le sort des dieux est entre les mains de Percy. Toute l’année, Percy et son armée de demi-dieux se sont préparés à affronter les Titans. L’heure est venue. Les troupes de Cronos avancent vers Manhattan où l’Olympe est en danger. Tandis que Percy et ses amis luttent, ils savent que le temps est compté. La prophétie va s’accomplir : Percy prendra une décision qui condamnera ou sauvera le monde…

J’ai retrouvé avec plaisir une série que j’aime beaucoup, pour la terminer. Il m’a paru plus drôle et un meilleure moment de lecture que le tome 4, probablement parce que le moment était mieux choisi pour le lire, et j’ai vraiment aimé ce que l’auteur a proposé ici.

Je ne m’attendais pas à ce que Rachel (croisée quelques volumes plus tôt, le 3e, je crois), prenne tant d’importance, au point qu’Annabeth la soupçonne d’être la petite amie de Percy. Je suppose qu’on se situe un peu dans le cadre d’un triangle amoureux avec ces trois personnages, mais je dois être aussi aveugle que lui, parce que je ne l’ai pas vraiment vu. (Lucky me, vous me direz). Je me serais tout de même passée de quelques-unes de leurs chamailleries.

Ce tome se centre presque essentiellement sur des passages d’action. Cronos est en marche (il n’est pas content ^^, pardon, c’est sorti tout seul!), il est proche des adolescents, qui le combattent directement, enfin plutôt ses sbires au premier abord. Et il est aussi plus dur, parce qu’il y a des pertes des deux côtés, dont quelques-unes auxquelles on ne s’attend pas. Et il n’y a pas de Deus ex machina tombé du ciel pour les ranimer. Le récit s’ancre dans une certaine forme de réalité (autant qu’une histoire de demi-dieux puisse le faire), sinon, tout serait trop simple. Étant un récit jeunesse, j’aurais eu peu que l’auteur ne cède à la facilité, mais ça n’a pas été le cas.

En matière de nouveaux dieux rencontrés, Hestia a recueilli mon suffrage entier. Je suis contente qu’elle soit présente. Elle a beau faire partie du « panthéon » classique grec, elle est très souvent laissée de côté, parce qu’elle n’est pas aussi spectaculaire ou représentative que ses frères et sœurs, je suppose, étant la déesse du « foyer ». Le rôle qui lui est réservé ici m’a beaucoup plu.

Et Hadès est de retour, et cette fois-ci avec sa femme Perséphone et sa belle-mère Déméter. Je vous laisse deviner les échauffourées. J’en ris encore. Il y a des blagues sur la situation avec la belle-mère, mais aussi la mythologie, tout de même, et ça marche toujours avec moi. (Rien que devant Cronos, Hadès commente qu’il a été un père ABOMINABLE, et Déméter renchérit : « -Exact. Aucun respect pour l’agriculture ». J’ai ri).

J’avoue aussi que l’aspect « en fait, le protagoniste n’est pas le héros« , ça fait beaucoup de bien. Et la fin, la requête de Percy, m’a beaucoup touchée – et on se serait épargné une bonne dose de soucis si ça avait déjà été fait, hein, mais bon.

Une fin de série très plaisante, qui assemble énormément de personnages, mais j’ai aimé cet aspect grand finale. Une série que je vous recommande si vous aimez la mythologie, les romans jeunesse et que vous êtes indulgents sur l’humour ^^,

Nombre de tomes parus : 5 (série finie).

Tome 1 : Le Voleur de Foudre.

Tome 2 : La Mer des Monstres.

Tome 3 : Le sort du Titan.

Tome 4 : La Bataille du Labyrinthe.

4 réflexions sur “Percy Jackson, tome 5 : Le Dernier Olympien

  1. Hmmmm… j’ai capté le film n°2 en route, qui m’est apparu comme extraordinaire – parce qu’accumuler autant d’humour pourri, de mauvais jeux d’acteurs, de références à vomir tellement elles sont mal amenées, et d’effets spéciaux limite faits avec Paint, c’est assez incroyable en fait. mais si tu dis que la série livres se lit… peut-être, un jour.

    • J’ai pas encore osé regarder les films😛 Quand tu veux, d’ailleurs, je l’ai dans ma bibliothèque, celle-là. Après, je me dis parfois que j’ai l’humour facile, notamment avec Percy !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s