Finishing School, tome 1: Etiquette and Espionage

Auteur : Gail Carriger.

Langue : anglaise.

Nombre de pages : 312.

Parution : 2012.

Éditeur : Atom.

Genre : Fantasy urbaine – Steampunk.

Prix : 8,37€.

Résumé éditeur : It’s one thing to learn to curtsy properly. It’s quite another to learn to curtsy and throw a knife at the same time. Welcome to Finishing School.

Fourteen-year-old Sophronia is a great trial to her poor mother. Sophronia is more interested in dismantling clocks and climbing trees than proper manners–and the family can only hope that company never sees her atrocious curtsy. Mrs. Temminnick is desperate for her daughter to become a proper lady. So she enrolls Sophronia in Mademoiselle Geraldine’s Finishing Academy for Young Ladies of Quality.

But Sophronia soon realizes the school is not quite what her mother might have hoped. At Mademoiselle Geraldine’s, young ladies learn to finish…everything. Certainly, they learn the fine arts of dance, dress, and etiquette, but the also learn to deal out death, diversion, and espionage–in the politest possible ways, of course. Sophronia and her friends are in for a rousing first year’s education.

Un peu désespérée après la fin du tome 2 du Protectorat de l’Ombrelle et son cliffhanger (et le tome 3 qui ne sortait pas en poche avant l’année suivante !), je n’avais pas eu la patience d’attendre et j’avais commencé Finishing School. J’étais ravie de l’avoir acheté aux Imaginales en rencontrant l’auteure ^^

Je n’ai pas grand-chose à en dire, si ce n’est que j’ai beaucoup aimé, en particulier ce qui m’a semblé être des références au Protectorat, avec l’une des camarades de Sophronia, par exemple.  (Je ne sais plus combien de temps avant, mais il se déroule pré-Protectorat).

J’adore les références d’étiquette, l’art de bien s’évanouir pour attirer l’attention, ou la révérence, etc. Les autres cours de « finishing » sont très drôles et j’ai hâte d’en lire davantage.

Sophronia et Dimity, sa meilleure amie à l’école, forment un duo attachant, et les évanouissements à répétition de Dimity lorsque Sophronia découvre des éléments d’intrigues reste un bon gag récurrent. Monique (Pelouse .. j’avoue que j’ai eu du mal à garder mon sérieux dès que je lisais son nom de famille !) est une intéressante adversaire, même si parfois un peu agaçante.

L’univers en lui-même, une fois encore, est superbe et très visuel, j’ai aimé le découvrir en version originale. Et je ne serais pas contre une adaptation cinéma ou série, parce que la photographie serait probablement superbe. J’ai très bien pu me représenter l’environnement de l’héroïne, un des points forts de ce début de série.

Un bon premier tome, je lirai sans faute la suite.

Nombre de tomes parus : 4 (série finie).

Tome 2 : Curtsies and Conspiracies.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s