Le destin d’une déesse, tome 2 : La Reine des Immortels

Titre VO : Goddess Interrupted.

Auteur : Aimée Carter.

Traducteur : Maryline Beury.

Couverture : M. Gouaze.

Nombre de pages : 374.

Parution VO : 2012. VF : 2013.

Éditeur : Harlequin (Collection : Darkisst).

Genre : Fantastique.

Prix  : 14,50 €.

Résumé éditeur : « Acceptes-tu le rôle de Reine de l’Autre Monde ? » – Au moment d’être couronnée, Kate est assaillie de doutes. Régner pour l’éternité au côté de Henry, qui se montre inexplicablement distant ? Sentir sans cesse planer l’ombre de ses rivales, Calliope et Perséphone ? Elle n’est pas sûre. Mais un coup de théâtre fracassant ne lui laisse plus le choix : sous ses yeux, en pleine cérémonie, Calliope fait enlever Henry…

J’avais bien aimé le premier tome de cette série qui présentait la mythologie grecque un peu réactualisée. Je suis un peu plus mitigée sur celui-ci.

Sa toute fin, entre autres, que j’ai trouvée bien clichée, et je n’aime pas les ellipses narratives dans ce genre. La relation entre Kate et Henry est un peu trop dans le classique de la romance également, avec des bas qui n’ont pas franchement lieu d’être à mes yeux, mais bon. Et Ava m’a déçue, dans les évènements qui entraînent à la fin (je savais qu’Aphrodite était une garce, mais bon).

J’ai aimé ouvrir le roman sur un récapitulatif des dieux et de leurs noms « civils », et sur Calliope, qui en punition d’avoir assassiné les jeunes filles qui tentaient de passer les épreuves et essayé de tuer Kate doit leur rendre visite. C’est une manière intéressante de rappeler les événements précédents et de nous donner le point de vue de Calliope.

On retrouve un problème assez fréquent dans les romans de style fantasy, le côté « le personnage aurait bien eu besoin d’apprendre quelques trucs sur l’univers/ses pouvoirs/ce qui se passe/risque de se passer/etc. » mais pour une raison x ou y ça ne se fait pas. Ici c’est Henry qui néglige de parler de certaines choses à Kate, ce qui est plutôt agaçant, parce que, comme d’habitude, les choses pourraient évoluer différemment si certains personnages se décidaient à dire trois mots de plus, mais bon.

J’avoue que j’ai toujours du mal à réaliser que Calliope, c’est Héra. Je sais qu’elle voulait garder des racines grecques avec ce nom, mais j’ai l’impression que c’est la Muse, donc un autre qu’Héra … pas pratique.

On rencontre aussi Perséphone. Je suppose que je m’attendais à quelque chose d’intéressant, de positif, mais quelle peste. Elle a Adonis mais elle joue ou donne l’impression de jouer avec Henry, ce qui est agaçant, et on retourne un peu dans le coin classique de la romance lorsque Kate les surprend. Chouette…

Ingrid, en revanche, amie d’Henry qui a aussi passé les épreuves et n’a pas survécu, m’a beaucoup plu. Elle est lumineuse et positive dans son attitude (ce qui manque franchement à Kate dans ce volume) et encourage l’héroïne. J’espère qu’on reverra ce personnage dans la suite.

C’est une lecture assez plaisante, sans être aussi divertissant que le premier, mais le troisième volume est dans ma PAL, je compte poursuivre.

Nombre de tomes parus  : 3 (série finie).

Tome 1 : Le manoir des immortels.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s