The Wildflowers, tome 1 : Misty

wildflowers 1 mistyTitre VF : Les Fleurs sauvages, tome 1 : Misty.

Langue : anglaise.

Auteur : Virginia C. Andrews.

Couverture : Lisa Falkenstern.

Nombre de pages : 149.

Parution : 1999.

Éditeur : Pocket Books.

Genre : Drame.

Prix : disponible d’occasion.

Résumé éditeur : Misty ne demande pas le ciel, juste ce qu’une adolescente de seize ans est en droit d’attendre: une vie normale avec une famille normale. Mais, écartelée et impuissante, elle assiste à la guerre sans répit que se livrent quotidiennement ses parents. De disputes en silences insoutenables, de mensonges mesquins en viles trahisons, le couple se déchire. Et comme tant d’autres, finit par se séparer.

Désormais, chacun se sert d’elle pour se venger de l’autre. Oh! bien sûr, individuellement, ils l’aiment sans doute beaucoup. Mais il est trop tard, car au fond de son coeur Misty garde un terrible secret: elle les hait.

Star, Jade et Cathy sont elles aussi des enfants du divorce. En partageant avec elles les rires et les larmes, tous ces drames et toutes ces déceptions qui ont jalonné leur histoire, Misty va bientôt découvrir que, contrairement à ce qu’elle croit, elle n’est pas la seule à souffrir…

J’ai envie de dire : attention, avec cette série, on entre en mode bien glauque … bon pas avec Misty, le pire est comme toujours à venir.

L’héroïne est une ado plutôt ordinaire, un peu garçon manqué, en opposition avec une mère obsédée par l’idée de rester jeune et féminine qui se sépare de son père.

Elle se retrouve en séance de thérapie collective avec trois autres adolescentes, dans la même situation qu’elle (dans les grandes lignes) : le divorce de leurs parents s’est passé avec des heurts pour les enfants et elles se sont retrouvées avec une psychologue, le Dr Marlowe. Dans chacun des quatre premiers volumes, une des adolescentes va conter comment elle est arrivée en thérapie.

Misty est l’ado typique, je dirais, qui adore parler des heures au téléphone avec ses ami/e/s, ce qui est, avec ses t-shirts funs, son principal trait de caractère. De typique, elle en devient presque banale, ennuyeuse. Elle a quelques éclairs humoristiques, comme le concept des orphelines avec parents, mais son histoire n’apporte pas grand-chose. C’est peut-être une manière de commencer la série de manière soft.

Les autres héroïnes se manifestent un peu durant ce volume, Cat exceptée, ou Cathy jusqu’à ce que Misty la renomme devant son côté silencieux de chat. Star a un côté un peu ghetto, hood, prompte à sauter sur le moindre mot qui ne lui plaît pas, et Jade quelques airs hautains (donc elles vont systématiquement se rentrer dans le lard jusqu’à devenir les meilleurs amies du monde. On démarre le mode cliché ici).

L’histoire d’amour obligatoire (non mais c’est l’impression que j’ai avec ces romans) commence par un abruti, puis un garçon un peu mieux mais rebelle donc qui déplaît forcément aux parents et avec qui Misty s’enfuit en réaction au divorce … Banal, aussi, j’ai envie de dire.

Un premier tome introductif, mais surtout ennuyeux, porté par une héroïne qui peut être drôle par moments, mais sinon un peu insipide. Accrochez-vous, le pire est à venir.

Nombre de tomes parus : 5 (série finie).

Tome 2 : Star.

Tome 3 : Jade.

Tome 4 : Cat.

Tome 5 : Into the Garden.

2 réflexions sur “The Wildflowers, tome 1 : Misty

  1. J’ai eu une grande période Virginia Andrews dans mon adolescence, j’ai lu tous « ses » (parce qu’au final, elle n’a vraiment écrit que Fleurs captives, Ma douce Audrina et une partie de la saga de Heaven) cycles (y compris celui-ci) jusqu’à celui des Etoiles filantes, je me suis arrêtée ensuite, complètement lassée de ses séries qui sont toutes taillées sur le même schéma (le gars qui a pris la suite de Virginia ne se fatigue pas trop ^^)🙂 Puis alors que de drames, ça n’en finit pas, lol.

    Mon cycle Andrews préféré est celui d’Aurore, je l’ai même lu plusieurs fois.

    • Comme je te comprends ! J’ai dévoré presque tous les cycles sortis jusqu’à 2005, à part Celeste, et comme tu dis, vive l’originalité. J’ai carrément eu l’impression que Rain était une copie black d’Aurore … j’aimais beaucoup Melody, mais la relecture n’a pas été joyeuse. Les seuls que je relirais à l’occasion en VO seraient Audrina et Heaven. Je t’avoue que je n’ai pas le réflexe de me pencher sur Aurore, ou seulement les trois tomes qui lui sont consacrés.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s