Annie Sullivan & Helen Keller

helen keller bdTitre VO : Annie Sullivan and the trials of Helen Keller.

Auteur : Joseph Lambert.

Traducteur : Sidonie van Den Dries.

Nombre de pages : 90.

Parution VO : 2012. Cette édition VF :

Éditeur : Cambourakis.

Genre : BD – Biographie.

Prix : 22€.

Résumé éditeur Née en 1880 dans l’Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, suite à une maladie. Elle se trouve alors dans l’incapacité de communiquer avec son entourage, si ce n’est avec quelques gestes maladroits. Sa vie va être bouleversée l’année de ses six ans, quand ses parents engagent Annie Sullivan comme préceptrice. Elle-même malvoyante, celle-ci a appris à enseigner la langue des signes à l’Institut Perkins pour les aveugles. Elle va prendre en charge l’éducation d’Helen Keller, et, au fil des mois, réussir non seulement à établir un contact avec l’enfant, mais aussi à lui apprendre la langue des signes, puis l’écriture. Les deux femmes resteront amies à vie. Annie Sullivan et Helen Keller relate l’histoire de cette extraordinaire rencontre. Une véritable leçon d’humanité, magnifiquement dessinée par Joseph Lambert.

J’ai découvert l’histoire d’Helen Keller, cette fillette sourde, muette et aveugle, via un manga qui évoquait son adaptation en pièce de théâtre (Glass no Kamen, dont je désespère d’avoir une version française). Les passages qui lui étaient consacrés évoquaient la difficulté rencontrée par Annie Sullivan dans le début de leur relation et leur enseignement.

Cette BD est un complément très intéressant. Elle se focalise sur Annie Sullivan, de son enfance, son séjour en hospice, sa maladie qui la prive de la vue, qu’elle parvient à retrouver, puis lorsqu’elle commence à travailler avec Hellen, leurs difficultés, les succès rencontrés puis la « célébrité » qui en découle.

J’ai été très touchée, pas tant par Helen qui reste un personnage secondaire, mais Annie. Malgré son caractère plutôt rebelle et emporté, elle est dévouée à son élève. Les passages où elle lui enseigne la communication, où le fond passe en noir, sont évocateurs et très beaux. Ce processus d’apprentissage est aussi des plus intéressants à suivre.

Le style de dessin est très réaliste. Je ne le trouve pas beau à proprement parler, notamment pour les personnages, mais clair. J’étais plus focalisée sur l’histoire.

La fin est peut-être un peu abrupte (suite à un problème de droit d’auteur auquel je ne m’attendais pas du tout), éventuellement parce que j’aurais apprécié de continuer à suivre Helen et Annie.

Les informations supplémentaires (notes de fin d’ouvrage détaillées sur les gens, les lieux) sont appréciables également pour cerner les personnages, et une bibliographie permet d’aller plus loin, détail qui me plaît toujours autant. Si le sujet vous tente, c’est une lecture à faire.

2 réflexions sur “Annie Sullivan & Helen Keller

  1. J’avais lu un roman biographique sur le même sujet quand j’étais au collège. Je crois que ça s’appelait juste « Hélène Keller » mai je n’en suis plus sûre. C’était très intéressant, et je crois me souvenir que j’ai aussi le numéro de « Je lis des histoires vraies » sur cette personne.

    • Oui, juste Hélène Keller, je l’ai au CDI cette année ^^ Si tu veux le nom de l’auteur, n’hésite pas à me demander, je l’ai dans une biblio pour une classe. Si tu tombes sur cette BD à la médiathèque, je te la recommande vraiment, le traitement de la communication t’intéressera sûrement.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s