La vacation

vacationAuteur : Martin Winckler.

Nombre de pages : 213.

Première parution : 1989. Cette édition : 2014.

Éditeur : Folio.

Genre : Contemporaine.

Prix : 6,50€.

Résumé éditeur «Tout en surveillant les mouvements du rideau, tu rabats les feuillets et tu poses le dossier derrière toi sur la paillasse.

Tu attends, les bras croisés, le bassin calé contre le plan carrelé, et parfois avec un peu d’impatience, que la femme se soit dévêtue et qu’elle apparaisse enfin en longue chemise de nuit ou en robe légère.

– Venez, Madame.

Tu lui souris, tu fais deux pas dans sa direction ; tu l’invites à s’approcher.»

Bruno Sachs, médecin généraliste, pratique des avortements lors de vacations hebdomadaires dans un hôpital.

Je suis une grande adoratrice de Martin Winckler depuis que j’ai découvert ses ouvrages sur les séries télé (vous pouvez trouver ici ses droits du sériephile). En plus d’être spécialiste de ce sujet que j’adore, il est également gynécologue de son day job, et il a rédigé plusieurs romans sur le sujet, avec des prises de position pour la prise en compte des femmes dans les consultations … plus sur le sujet en fin d’article.

Si Le choeur des femmes est un de ses romans les plus connus, je suis tombée sur celui-ci en soldes, et j’ai pensé démarrer par là. C’est un peu difficile, au niveau du langage, tout d’abord. Tout le roman est rédigé à la deuxième personne du singulier, ce qui m’a énormément perturbée. Est-ce une manière de nous mettre dans la peau du médecin qui pratique les IVG ? Même si le roman n’est pas long, c’est un peu lourd …

Il faut aussi un peu de temps pour s’habituer au thème, l’interruption volontaire de grossesse, l’avortement, dont il décrit le processus en détail au début. C’est assez rare, comme thème, et j’apprécie de le voir évoqué, tout comme les règles, souvent tabou dans la littérature comme la vie quotidienne.

C’est aussi le parcours des femmes qui viennent dans cette clinique pour avorter qui est évoqué, leurs raisons, le temps et son importance dans l’opération … c’est tour à tour banal et déchirant (cette jeune femme à qui on a dit qu’ayant fait une radio il faut avorter, et le Dr Sachs qui n’apprend cette raison qu’après avoir effectué l’IVG, et qu’elle n’en aurait pas eu besoin) ou exaspérant (cet homme qui accompagne sa femme et demande si c’est bientôt fini parce que hein il a dû fermer le magasin, vous comprenez).

Bruno Sachs est le pivot du roman, lorsqu’il s’adresse à ces femmes, et plus encore lorsqu’il est confronté à la situation à la toute fin, ce qui est inattendu. J’ai aimé voir cette situation évoquée.

Encore un léger bémol. Au bout d’un temps, le problème n’est plus la personne, mais la structure de la phrase elle-même, des mots sont parfois mangés pour un débit bien plus rapide. Est-ce pour éviter la répétition, puisque les actions de Sachs sont toujours les mêmes, ses phrases aussi, ou presque ? De même, le chapitre sur la publication du livre du protagoniste, l’imagine-t-il ? Je n’ai pas bien compris.

Je reste assez mitigée sur la forme, mais j’ai trouvé le contenu intéressant et je compte poursuivre ma découverte des oeuvres de l’auteur.

En guise de conclusion : afin de mieux informer les femmes, souvent méprisées par les gynécologues, Martin Winckler  a créé une chaîne Youtube dans laquelle il propose des vidéos sur la contraception et le corps féminin. Je ne peux que vous la recommander. Il est extrêmement clair. Son site internet est également une mine d’informations.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s