Au bord des mots, lectures sur un rocher

Mille ans de poésie

Jean-Hughes Malineau (auteur). Christian Guibbaud, Judith Gueyfier, Muriel Kerba-Supiot (illustration). 2007, 477 p. Milan (Mille ans de contes). Poésie. 22€.

Ce tour d’horizon de la poésie francophone couvre un large éventail de chefs-d’œuvre allant du Moyen Âge au xx siècle. Ainsi les lecteurs pourront lire des poèmes de Charles d’Orléans à René Char, de Victor Hugo à Pierre Coran, de poètes anonymes à Jacques Prévert.

J’adorais la collection Mille ans, lorsque j’étais ado. Je faisais mes délices de l’édition mythologie, en particulier, et maintenant je trouve encore génial le bandeau de chaque texte (les thèmes abordés, l’âge recommandé, le temps pris pour la lecture – inexistants sur cette édition puisque poésie, je suppose).

La première chose que l’on peut dire de ce recueil, c’est qu’il est magnifique. Il a véritablement ce côté délicat et élégant que peut avoir le genre, dans l’utilisation de belles polices sophistiquées, tout en étant lisibles, de couleur bien choisies, etc. De ce point de vue, c’est un très bel ouvrage. Il propose aussi une annexe pédagogique sur la construction d’un poème, sa lecture et son écriture.

Du point de vue des textes, j’ai eu quelques attaques de nostalgie (Elle avait pris ce pli dans son âge enfantin de Victor Hugo) de poèmes que j’appréciais particulièrement enfant. C’est toujours une expérience de retrouver des textes qu’on a appris il y a bien vingt ans maintenant  (et paf le coup de vieux xD).

Il y a quelques belles découvertes. L’auteur propose notamment un recueil de virelangue, qui reste un exercice toujours très drôle (Chose aisée : six chats chauves assis sur six souches de sauge sèche), ainsi que des déceptions. Déjà, il n’y a pas mon poème préféré de Louise Labé (Tant que mes yeux), que je ne trouve pas si complexe pour des jeunes puisque abordé dans un autre recueil jeunesse que je possède.

Et puis, j’avoue que j’avais une arrière-pensée en entament cette lecture. Deux, en fait. La première, trouver un recueil attrayant pour des collégiens. Le contrat est plutôt rempli sur ce plan, je trouve, malgré quelques textes un peu trop longs à mon goût.

La seconde : trouver des poétesses puisque j’en connais très peu (à part Louise Labé <3, Christine de Pisan, Marie de France, Elsa Triolet), notamment dans le cadre du challenge Femmes de Lettres. Et de ce point de vue, je suis déçue. J’en compte douze … C’est un peu dommage de présenter un panel de la poésie, sur mille ans, depuis le Moyen Âge, et de donner l’impression que peu de femmes écrivaient des poèmes …

Si vous cherchez un beau livre sur la poésie, à l’intention de la jeunesse, il est fait pour vous. Si vous cherchez de la diversité (c’est franco-français, pas sûre qu’il y a du belge, canadien, africain etc.), je ne le recommanderai pas forcément.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s