Au bord des mots, lectures sur un rocher

Mademoiselle Christina

Domnisoara Christina. Mircea Eliade (auteur). 1935 (VO), 1978 (VF), 282 p. L’Herne. Fantastique.

Elle ôta lentement un gant et le lança par-dessus la tête d’Egor, sur la table de nuit. L’odeur de violette s’était faite encore plus pénétrante. Il sentit soudain une main chaude lui caresser la joue. Tout son sang se figea, car la sensation de cette main chaude – d’une chaleur irréelle, inhumaine – était effroyable. Egor voulut hurler de terreur, mais il n’en trouva pas la force, sa voix s’éteignit dans sa gorge.  » N’aie pas peur mon amour, murmura alors Christina. Je ne te ferais rien. À toi, je ne te ferais rien. Toi, je t’aimerai uniquement … » Elle le regardait, insatiable, affamée.

J’étais persuadée d’avoir déjà lu ce livre, ou du moins un extrait dans une de mes multiples anthologies … à vérifier, mais en l’entamant j’ai eu cette impression définitive de la découverte.

Egor, un jeune peintre, a rejoint Sanda, jeune fille de bonne famille, dans son domaine familiale pour un mois. Il est amoureux de la jeune fille et espère beaucoup de ce séjour. Un professeur, M. Nazarie, se retrouve également en visite. Les deux hommes ne peuvent s’empêcher de trouver des éléments très étranges, tels que le comportement de la mère, Mme Mosco, fatiguée et comme absente sauf lorsqu’elle parle de science ou de poésie, ou de la jeune soeur de Sanda, Simina, petite fille étrange qui raconte des histoires effrayantes et semble savoir beaucoup de choses, notamment sur Mademoiselle Christina, sa tante assassinée durant la révolte paysanne de 1907 …

L’atmosphère est délicieusement étrange, même si elle reste classique par certains points, comme Sanda qui dépérit lentement, Simina et son comportement d’enfant un peu possédée, ce portrait de Christina, ses apparitions … le héros est un artiste, celui qui va l’aider un homme de science.

Le schéma est plutôt traditionnel (même si le médecin est un peu idiot), mais le contexte, cette campagne roumaine dans les années 1930, pleine de mystères, de superstitions, a définitivement piqué mon intérêt.

L’écriture de Mircea Eliade contribue à cette atmosphère si bien menée, dans ses descriptions de la maison, des dépendances, des rencontres entre les personnages, comme Christina et Engor, comme dans le résumé éditeur. Par ses discours, elle m’a rappelé Clarimonde de Gautier, même si on s’attache moins à elle.

En matière de vampire, elle ne dit pas son nom, même si elle donne l’impression de lier cet état à celui de Sanda, et l’on n’aura aucune explication à la fin. En cela, Eliade se détache du schéma traditionnel puisqu’on n’est sûr de rien et qu’il n’y a pas de Van Helsing pour leur apporter de l’aide, ce n’est que sur son impulsion qu’il vient à bout de la créature éthérée. J’ai beaucoup aimé ses apparitions, mais il y a trop peu de détails sur elle et ce qu’elle peut faire pour m’y attacher véritablement.

Au final, est-ce vraiment un vampire ? Je me suis posé la question. Mais ce n’était pas un questionnement désagréable. (Juste décevant pour la groupie vampirique que je suis, mais elle devrait survivre. Surtout devant la PAL aux longues dents qu’il me reste).

Cependant, avec cette belle écriture pleine de mystère et cette ambiance profondément étrange, le roman reste très plaisant à lire.

6 commentaires sur “Mademoiselle Christina

    1. Je m’en suis rendue compte quand Adeline en a parlé, mais j’avais son livre Mythes et mystères quand j’étais en terminale, je voulais le lire pour le cours de philo. Et puis la flemme, Internet, toussa xD Tu as lu lesquels ?

      Et quand tu dis tu veux, ça veut dire que je te le ramène ? lol profites-en je suis chez les parents pour quelques jours, tout ce que je n’ai pas chez moi est ici 😛

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s