Feuilles de décembre

Mes excuses pour le retard de publication de ce billet (et je l’avoue, de rédaction) j’avais beaucoup d’articles lecture en retard suite à des recherches au travail et découverte de romans que je ne connaissais pas pour savoir s’ils allaient coller au thème. Et puis la fin d’année a été aventureusement et merveilleusement chargée, comme j’espère vous le faire découvrir rapidement.

En décembre, pas mal de lectures jeunesse pour le boulot donc et un peu d’imaginaire pour terminer mon demi- challenge ABC.

Dans les veines de Morgane Caussarieu m’a beaucoup surprise. Pas par ses accents trash (l’auteure m’avait prévenue 😉 ) mais par le fait que je l’ai vraiment apprécié. Une très belle découverte.

L’Opéra macabre de Jeanne Faivre d’Arcier ne m’a malheureusement pas convaincue. (Je ne rentre pas dans les détails, je vous renvoie vers les articles correspondants)

Vampires de sorcellerie de Lia Vilorë est une suite vraiment intéressante à Vampires d’une nuit de printemps, en perdant un peu l’humour que j’adorais cependant. La mythologie et les personnages restent fascinants à suivre. Je recommande !

Dentelle et Nécromancie de Georgia Caldera est la grande déception du moi. Je cherchais un peu de fantasy urbaine pour passer le temps avant mon départ et ce gros volume traînait depuis longtemps sur mon étagère – et le 2 est annoncé pour ce printemps. Malheureusement, on est plus ici dans de la romance teintée de fantasy urbaine et steampunk que ces derniers éléments, à mon sens, et je me suis perdue dans les longueurs…

Dinky rouge sang de Marie-Aude Murail est une suite de plusieurs petites enquêtes mettant le personnage de Nils Hazard en vedette. Il est passionnant et j’aime beaucoup sa méthode d’investigation.

Dis-moi tout! de Marie Desplechin est définitivement une lecture de boulot. Très plate, une adolescente rencontre un autre jeune et ils papotent… même pour les petits lecteurs je trouve qu’il y a vraiment mieux.

J’ai hâte de vieillir de Brigitte Smadja est assez étrange. L’héroïne, une demoiselle en terminale, veut donc grandir. Elle rencontre d’autres jeunes gens un peu spéciaux, dans une ambiance scolaire un peu désuète qui aurait pu me plaire si l’héroïne ne m’avait pas désespérée.

Les dents du bonheur de Dorothée Piatek suit un adolescent furieux, à qui on a annoncé à sept ans qu’il avait été adopté. Il a emmagasiné cette rage pendant dix ans et se lance à la poursuite de son père adoptif. Cette recherche va trop vite, et la fin est dure, mais une lecture plus intéressante que les précédentes.

La Classe de neige d’Emmanuel Carrère relate une classe de neige. Il y a un côté désuet qui aurait pu me plaire bis, mais que c’est plat et ennuyeux, et j’ai dû faire des recherches et demander à ma collègue si la fin était bien ce que je pensais, ce qui m’a agacée.

Babyfaces de Marie Desplechin parle d’une petite fille au caractère difficile, mal vue en classe, et la première accusée lorsqu’il y a un souci. C’est plutôt touchant et bien fait.

Coeur de lardon de Susanna Tamaro est un récit adorable mettant en scène un petit garçon trop rond, aux parents divorcés très maigres, qui l’envoient dans un camp d’amaigrissement. Il y regrette son meilleur ami, Friggy, son réfrigérateur, et grâce à lui il vivra de merveilleuses aventures. Plein de féérie et adorable.

Satin grenadine de Marie Desplechin s’attache à évoquer une petite fille riche en 1885, et développe quelques thèmes sociaux : pauvreté, politique, égalité entre les sexes. Ca aurait pu être intéressant, mais ils restent un peu creux, l’histoire ne va pas assez loin et manque d’une raison, je trouve

Est-ce ainsi que les femmes meurent de Didier Decoin m’a agacée. Déjà parce que c’est basé sur un fait réel ce que j’aurais apprécié savoir avant de démarrer cette lecture (une femme assassinée devant son immeuble, personne ne lui vient en aide même si on l’entend). La narration n’est pas linéaire et bourrée de longueurs.

Le gone du Chaâba d’Azouz Begag suit l’auteur lorsqu’il était enfant, dans un bidonville de Lyon. J’aurais probablement été plus apitoyée par son sort et ses aventures si la culture décrite n’était pas aussi sexiste.

Le bruit des trousseaux de Philippe Claudel évoque l’expérience de l’auteur en tant que professeur dans une prison. C’est fluide, mais je n’ai pas été plus intéressée que ça.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en décembre ?

2 réflexions sur “Feuilles de décembre

  1. Que de lectures pour ce mois de décembre dis donc. C’est dommage que tu es eu pas mal de déceptions. J’ai L’Opéré Macabre dans ma PAL, ça ne me rassure pas ^^.

    • Bah j’ai l’habitude des déceptions quand je lis des choses très jeunesse ou teintées de romance ^^ j’attends ton avis sur L’Opéra macabre, alors erine6 ! Tu l’apprécieras probablement plus que moi ^^

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s