Smog of Germania

smog of germaniaAuteur : Marianne Stern.

Illustrateur : Miesis.

Nombre de pages : 343.

Parution : 2013.

Éditeur : Chat Noir (Collection : Black Steam).

Genre : Science-fiction – Steampunk.

Prix: 19,90€.

Résumé éditeur Germania, début des années 1900, capitale du Reich.

À sa tête, le Kaiser Wilhem, qui se préoccupe davantage de transformer sa cité en quelque chose de grandiose plutôt que de se pencher sur la guerre grondant le long de la frontière française – et pour cause : on dit qu’il n’a plus tous ses esprits. Un smog noir a envahi les rues suite à une industrialisation massive, au sein duquel les assassins sont à l’oeuvre.

Une poursuite infernale s’engage dans les rues et les cieux de Germania le jour où la fille du Kaiser échappe de peu à une tentative de meurtre. Objectif : retrouver les commanditaires. La chose serait bien plus aisée s’il ne s’agissait pas en réalité d’un gigantesque complot, qui se développe dans l’ombre depuis trop longtemps.

Dernier roman lu dans le cadre du Week-end à mille, Smog of Germania m’avait séduite par son contexte steampunk, sa localisation allemande et sa situation à la Belle Epoque, en plus d’être un roman des éditions du Chat Noir.

J’ai beaucoup apprécié suivre Viktoria, entre la pauvreté des rues et la décadence des salons et les personnages des deux extrêmes. Son caractère aventureux, malgré son statut de fille d’empereur, est très plaisant.

Jeremiah est également un personnage fascinant, dans sa personnalité et son identité, un automate. Maxwell, Joachim et les autres à interagir dans cet univers m’ont également plu.

L’univers en lui-même est sombre, mais ça n’a rien ôté à la fascination que j’ai éprouvée devant cette lecture, malgré quelques bémols, relatifs à Viktoria.

J’ai eu l’impression que passée la moitié du roman, elle ne faisait plus grand-chose, surtout dans la grande bataille, et qu’elle est reléguée dans un coin puis mariée, malgré ce qui s’est passé avec Jeremiah. J’avais l’impression qu’elle était l’héroïne, le roman opère une modification en ce sens pour se concentrer sur Jeremiah et Maxwell, les jumeaux, en leur donnant bien plus de force et d’importance dans la deuxième partie du récit. Ce n’est pas un problème en soi. Ce qui m’a chagriné, c’est que j’ai eu l’impression que cette force et cette importance étaient retirées à Viktoria qui en disparaissait presque.

La fin est très ouverte, j’ai été ravie d’apprendre qu’une suite était prévue. Ici, je pense que j’ai surtout été séduite par le fog, l’automate, et cette atmosphère si particulière.

2 réflexions sur “Smog of Germania

  1. L’ambiance a l’air fort intéressante! Mais j’avoue que les histoires de complots, de meurtres et autres joyeusetés en ce moment ne m’attirent pas plus que ça ^^’ Un peu de légerté, bordel! 😉

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s