Ludwig Fantasy, tome 1

Titre VO : Ludwig Gensôkyoku.

Auteur : Kaori Yuki.

Traducteur : Margot Maillac.

Nombre de pages : 192.

Parution VO : 2014. VF : 2013.

Éditeur : Tonkam.

Genre : Manga – Shojo – Contes de fées.

Prix : 6,99€.

Résumé éditeur Le prince Ludwig a tout pour lui : une noble famille, une grande beauté et une intelligence hors-norme. Mais malheureusement, il est doté d’un caractère des plus extravagants… Un jour il part en quête d’une épouse parfaite avec son valet Wilhelm. En effet, il croise bon nombre de princesses sur son chemin : Blanche Neige, la princesse Ronce, le Petit Chaperon Rouge mais son souhait ne se réalise pas. Le prince décide de prendre la mer et de sortir de l’univers de Grimm et se rendre dans celui de Andersen.

En terminant Ludwig Revolution, j’ai espéré, espéré, que l’auteur publie une suite, puisque les aventures du héros n’étaient pas finies. J’adore ce personnage bizarre, baroque, déjanté, et tous les personnages secondaires qui gravitent autour de lui.

La reprise ne s’est pas faite sans accrocs. Il y a des coquilles, plusieurs, et la traduction précédente ne m’avait pas habituée à ça.

J’ai aimé le passage du rouge au bleu pour la couverture, qui symbolise le passage sur la mer de Ludwig vers d’autres aventures. L’auteur me gâte aussi en ne s’attardant pas sur les diverses traversées – j’ai horreur de ça. Je croyais m’embarquer pour des réécritures d’Andersen, mais il apparaît que ce sera plus varié. Dans ce volume, ce sera La Petite Sirène et La princesse Kaguya (que je connais de Sailor Moon mais qui est très différent, en fait).

Le premier conte est toujours aussi drôle, avec une sirène au franc-parler impressionnant, comme toute sa famille. J’ai trouvé son dessin particulièrement joli, entre ses longs cheveux ondulés et ses grands yeux. Le dessin de cette mangaka m’a beaucoup manqué… Pour communiquer car elle prétend être muette, elle se sert de pancartes avec des mots plus familiers barrés, ce qui m’a fait beaucoup rire.

La princesse Kaguya recouvre plusieurs chapitres. C’est donc un conte traditionnel japonais, une petite fille trouvée dans un bambou noyé de lumière et élevée par des gens pauvres, fascinée par la lune. Il est un peu plus sérieux, moins de blagues, mais très beau. J’avoue que j’ai surtout hurlé de rire dans la dernière case, avec le retour de la mère de Ludwig, ce phénomène que j’adore : « Dis, je suis venue parce que tu as dit que c’était la guerre, dans ta lettre, alors on ne pourrait pas en profiter pour envoyer un boulet ou deux? » et Ludwig « Comme tu veux » … J’espère qu’elle restera un peu dans le volume suivant ! Je ne connaissais pas ce conte, donc j’ai peu à en dire, si ce n’est que l’aspect dramatique occulte peut-être un peu l’humour.

La reprise est donc bonne, à part ces quelques coquilles qui m’ont dérangée, j’attends la suite – même si je me demande vraiment quand ce sera : j’ai lu ce manga peu après sa sortie, soit fin 2014, et on en est toujours au même point, y compris au Japon …

Nombre de tomes parus (série en cours) : 1.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s