Au bord des mots, lectures sur un rocher

Barbamour

barbamourAuteur : Susie Morgenstern.

Nombre de pages : 215.

Parution : 2000.

Éditeur : L’École des Loisirs (Collection : Médium).

Genre : Jeunesse.

Prix : 8,70€.

Résumé éditeurSuite à un malencontreux accident de coloration, la tignasse de Samantha vire au blanc neigeux. Contre toute attente, l’adolescente prend la chose avec philosophie. Maintenant qu’elle a la tête de l’emploi, elle décide de devenir Père Noël à mi-temps au centre commercial Good Buy. Dans son entourage, personne ne l’approuve. Mais Sam n’en fait qu’à sa tête. Fidèle à sa devise – « Ne remets pas ta vie à demain ! » – l’adolescente fonce, prête à tout, même à rencontrer l’amour.

Tout n’est pas rose dans l’univers de Susie Morgenstern. Noël ressemble à une vaste course à la consommation et les personnages qu’on y croise ne parlent ni d’amour, ni de partage, ni de fraternité. Seule dans ce décor maussade, une adolescente pleine d’allant se démène. L’amour, elle, elle y croit ! Animée par on ne sait quelle flamme, elle le traque. Elle le coince mais…

Face à une telle détermination, le lecteur en reste comme deux ronds de flan. Juré ! Si Samantha parvient à ses fins, il recommence à croire au Père Noël.

J’ai beaucoup entendu parler de Susie Morgenstern en matière de littérature jeunesse, surtout à L’école des Loisirs, mais je crois qu’avant ce titre, je ne l’avais jamais lue. La rencontre est plutôt intéressante.

Son écriture est très fluide, et la mise en scène de cette adolescente juive qui se retrouve Père Noël suite à une teinture ratée pleine d’humour et de justesse. J’ai beaucoup ri, surtout quand un autre Sam est entré en action. Le travail sur les coïncidences est bien mené aussi. Il n’y a que la fin à laquelle je n’ai pas trop cru (ces gamins qui s’en prennent physiquement à l’adolescente parce qu’elle n’est pas le vrai Père Noël O_O).

L’histoire d’amour ne m’a même pas dérangée, comme elle est traitée avec mystère, humour, et ces coïncidences (Sam et Sam, Greenberg et Rothberg, etc.). Le contexte religieux de l’héroïne m’a beaucoup plu.

Une petite lecture très plaisante.

2 commentaires sur “Barbamour

    1. Mais trooop j’ai failli ne pas l’emprunter à cause de ça. Et puis moi ça vient du boulot, mais tu imagines en médiathèque ou en librairie ? Je ne l’aurais jamais acheté ! Et si je l’avais reçu de L’Ecole des Loisirs à l’école primaire j’aurais bien fait la tronche devant l’illustration et ne l’aurais peut-être jamais ouvert !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s