Très chouettes, ces Grecs

tres chouettes ces grecsAuteur : Terry Deary

Illustrateur : Martin Brown.

Traducteur : Anne Delcourt.

Nombre de pages : 281.

Parution VO : 1996. VF : 2003.

Editeur : Milan Jeunesse (Collection: Quelle Histoire!).

Genre : Humoristique – Historique.

Prix: 5,50€.

Résumé éditeur : C’était le temps des héros horribles, des sauvages soldats de Sparte, des philosophes fous et des dieux très puissants qui mangeaient leurs propres enfants. C’était le temps où pour se préparer au mariage, les jeunes femmes devaient courir et danser nues dans les bois en faisant semblant d’être des ourses. C’était comme ça chez les Grecs. Toutes ces choses et bien d’autres encore racontées avec énormément d’humour donneront au lecteur une vision réaliste de ce qu’était vraiment la vie à l’époque. L’Histoire n’a jamais été aussi horrible !

… Bon. Vous savez que j’adore Terry Deary et sa collection / série Horrible Histories. Je m’en lasse un chouïa, parce que j’en ai lu beaucoup, donc je fais une pause sur la lecture VO. Mais en tombant sur deux traductions françaises dans une vente d’occasion, je n’ai pas hésité à tester – pour voir si c’était aussi catastrophique que mon souvenir de la lecture d’Horrible Géographie il y a des années.

Et c’est tout ça et pis encore.

Non mais honnêtement, je vous jure, je partais neutre. Objective. Jurée. Je n’avais pas spécialement d’attente, d’autant que je ne l’ai pas encore lu en VO, celui-là. Mais j’ai rapidement déchanté.

La traduction a réussi à rendre le texte ennuyeux. Les jeux de mots sont lourds, ou plats, et je sais que c’est difficile, mais pour me forcer à poursuivre, il faut le faire.

Je suppose que c’est parce que je suis vraiment habituée à l’anglais, à la tournure des phrases de Terry Deary, qu’ici ce n’est pas du tout passé. Retrouver l’épisode d’Iphigénie est plaisant, et je suppose que ça peut plaire aux plus jeunes (mais pas trop, le texte est tout de même conséquent).

Franchement, il ne me reste que l’ennui, et une langue lourde.

2 réflexions sur “Très chouettes, ces Grecs

  1. « C’était le temps où pour se préparer au mariage, les jeunes femmes devaient courir et danser nues dans les bois en faisant semblant d’être des ourses. » Dommage, cette phrase m’intriguait beaucoup.

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s