Errements visuels

Netflix & Me [Septembre]

De très belles choses ce mois-ci, avec quelques déceptions et incompréhensions.

The Big Bang Theory. Une certaine lassitude s’est installée, d’autant qu’à mon sens on perd le côté geek plein de charme des débuts pour rester dans le relationnel lourd. Surtout que j’ai trouvé le changement de personnalité de Sheldon vis-à-vis de sa copine peu plausible …

Le Fossoyeur de Films. Toujours un plaisir de le suivre, notamment dans le voyage un peu kitsch que représente Barbarella, dont j’avais beaucoup entendu parler et que j’ai été ravie de découvrir par son vlog.

Seven Sisters. J’ai envisagé de vous faire un article et puis j’ai laissé tomber, je risque d’oublier trop de choses. Je dirais juste que j’ai été très déçue. On est dans un univers où suite à des manipulations génétiques sur les végétaux pour l’alimentation (nourrir le monde), les grossesses gémellaires se sont multipliées, et une politique de l’enfant unique a été instaurée. Mais Willem Dafoe découvre que sa fille a eu sept bébés avant de mourir, et il décide de s’en occuper en n’en déclarant qu’une, elles se relaient pour sortir chaque jour de la semaine. Pour moi c’est une tentative tombée complètement à plat de surfer sur le succès d’Orphan Black, et Tatiana Maslany se débrouille beaucoup mieux dans la gestion de la vingtaine de personnages qu’elle joue. Noomi Rapace n’est pas mauvaise mais ces sept personnages manquent de personnalité, ils sont très clichés et ne vont pas plus loin. Mercredi et Jeudi sont trop proches, à mon sens, dans le côté rebelle/badass. Il y a plein de clichés notamment Samedi qui se fait passer pour plus à l’aise avec les hommes, alors qu’elle n’a jamais … oui mais ça arrivera devant caméra dans une scène bien inutile je trouve (et merci le sexisme de son utilisation de la poêle à frire pour se défendre + on pardonne TOUT à Lundi parce que attends elle était enceinte … MAIS AAARG quoi!)… Les scènes d’action m’ont faire rire mais pas dans le bon sens. Si le contexte posé pouvait intéresser, les flash backs sont plutôt sympas, le grand-père disparaît sans la moindre explication. Ce fameux sommeil, je me doutais franchement de ce que ça allait être (hello Le passeur) et je me désole qu’au final on ne résolve rien du tout. Bref. Vous ferais peut-être un article puisqu’un mois après je trouve encore mes mots. Restons-en aux faits suivants : Orphan Black est bien meilleur et pour avoir lu de la SF avant je n’aime pas du tout ce film qui m’a ennuyée et agacée.

Le cinéma de Durendal. Alors pour le coup j’ai été surprise qu’il apprécie Seven Sisters (mais le côté sexiste il n’en a pas parlé), mais un peu comme pour le Fossoyeur, j’aime toujours avoir son opinion (j’admets que ses remarques sur l’esthétique du film, enfin la partie surpopulation est plutôt bien faite).

Quai d’Orsay. Raphaël Personaz (c’est le chanteur non ?) est employé au gouvernement et on suit ses tribulations. C’est plutôt drôle lorsque ça commence, dans le genre absurde, et ça devient très plat une fois l’heure passée. Même si j’ai beaucoup aimé retrouver Thierry Lhermite.

Le pari. Netflix propose toujours pas mal de films français, et je suis tombée par hasard sur celui-ci que j’avais déjà vu à la télévision. Ca reste assez drôle.

Carrie Pilby est l’héroïne du film, plutôt attachante, avec de grandes difficultés à vivre une vie sociale telle qu’on l’entend. Elle est suivie par un psychologue (un acteur que j’aime beaucoup) qui essaie de la pousser à se donner de petits défis au quotidien. Un film assez joli mais dont je ne me souvenais pas du tout.

Les trois frères. J’en avais entendu parler à sa sortie, et jamais vu avant le mois dernier. Si j’aime plutôt les prémisses de base (ces trois frères qui ne se connaissaient pas du tout avant d’entendre parler d’un héritage de leur mère qui vivant aux Etats-Unis), j’ai détesté dès lors que le gamin est entré en scène. Alors il est choupi, hein. Mais c’est beaucoup moins choupi lorsque ces trois abrutis lui apprennent que les filles sont des salopes. Genre quand il faut habiller ce petit garçon en fille pour se déplacer incognito, il crie « je veux pas être une salope » … Il est beau, le message ><

The Emperor’s New Groove. Jamais été très fan de ce dessin animé, que ce soit le personnage principal, le cadre, même la méchante, quand bien même elle est fun. Ca doit être la deuxième fois que je le vois, sans grande conviction, surtout parce que le personnage à droite de l’affiche est joué par John Goodman en VO.

Rain Man, un peu comme pour Le pari j’avais dû tomber dessus à sa sortie, enfin sa diffusion télé en France.  La VO est plutôt appréciable, et j’ai aimé cette relation entre frères qui ne se connaissaient pas, malgré les obstacle.

Tootsie. Je ne sais pas quoi dire de ce film ^^, la performance de Dustin Hoffman est bien ficelée et le personnage de Tootsie qu’il construit est fun, mais pas exempt de cliché, et je ne suis pas convaincue du message qu’il fait passer.

Madame Irma est moins bête que je ne l’aurais cru. J’ai vraiment aimé au départ le thème de la perte d’emploi après un certain âge, et un certain niveau (cadre), la partie voyance se laisse voir (oui elle était facile celle-là xD).

Coco. Netflix n’arrêtait pas de me le suggérer, je l’ai donc mis en route et il a presque fini en fond sonore. Pour vous dire, je ne sais même pas comment il se termine. Mais après, je ne vois même pas à quoi sert ce film. Il a quelques passages qui prêtent à sourire devant la personnalité un brin monomaniaque du protagoniste, mais après, pas vraiment d’histoire.

Outlander, saisons 1-2 et début de saison 3. J’aime beaucoup, beaucoup. Le dernier épisode de la saison 2, le flash back sur l’avenir lorsque Brianna, la fille de Claire et Jamie est jeune adulte, était superbe (surtout après une saison 2 que j’ai moins appréciée, encore après revisionnage ici), on avait donc beaucoup d’attentes pour ce début de saison 3. J’aime les passages dans les années 50, malgré le sexisme ambiant, les difficultés de l’héroïne à se reconstruire. Je suis moins fan de ceux sur Jamie (mon dieu la scène du jeune récupéré en France où il perd la main quoi O_O et non non pas de souci milord). J’attends la suite.

Dix pour cent, saisons 1 et 2. Lorsque j’ai vu que la saison 2 était disponible, j’ai repris du début. J’apprécie toujours cette plongée dans le show business à la française, et je peux en même temps découvrir ou redécouvrir des acteurs/trices ou chanteurs/trices, c’est bien fait de ce côté. Bon la fin de la saison 2 n’est pas géniale, mais j’aimerais bien la suite quand même (pas dans trois ans si possible …).

The Good Place, saison 1 et début de saison 2. Une complète découverte made in Netflix. Kristen Bell est dans un étrange endroit, avec un interlocuteur nommé Michael, qui lui apprend qu’elle est décédée, mais pas d’inquiétude, elle est au Bon endroit. Pas étonnant, vu son travail d’avocate écolo, ses camps d’été pour aider des réfugiés dans divers pays du Tiers-Monde, etc., etc. Sauf que ce n’est absolument pas de sa vie à elle qu’il s’agit, et elle n’ose pas le dire de peur d’être envoyée au Mauvais endroit – surtout vu le contenu de sa vie … Elle essaie donc de trouver un moyen pour faire profil bas et rester, malgré les évènements farfelus qui se produisent parce que sa présence « dérègle » le voisinage. C’est extrêmement drôle, et je n’ai pas du tout vu le twist de fin de saison arriver.

Le Joueur du Grenier, je crois le spécial Ghostbusters. Mouais. Je me lasse un peu depuis quelques temps, surtout que la plupart des réflexions, notamment pour ce jeu vidéo, je les ai déjà entendues chez le Nostalgia Critic.

Dancing with the Stars est une émission que j’apprécie toujours, mais du côté américain. Dur de choisir cette saison ! Mark Ballas est de retour, et avec une star que j’adore : Lindsay Sterling ❤ Je connais une bonne partie des célébrités, et toujours aussi ravie de revoir Peta … Bon, juste l’épisode 1 pour l’instant, ne me spoilez pas ^^

Project Runway, saison. Etrangement, je me suis prise de passion pour l’émission, moi qui ne suis ni mode ni couture. J’ai un faible pour Tim Gunn, que je trouve adorable, et le fonctionnement du show est plutôt intéressant. Cette saison, surtout, essaie de mettre en avant la diversité au niveau du corps des modèles, qui va de très fin à plus rond, et chacune travaille pour un designer après l’autre. J’adore ce geste.

Mortus Corporatus, saison 1. La mort est un business comme les autres. C’est familier, mais plutôt fun, avec une petite chute à chaque fois. Pour ma première websérie française, c’est pas mal du tout.

The Expanse, saison 1. Alors je sais que ça parle de SF. Dans l’espace. De Mars. Et Mars et la Terre se prennent le chou. Mais à part ça … je n’ai absolument pas réussi à m’intéresser à cette série, même si les thèmes ne sont pas vilains, et l’esthétique encore moins. C’est juste que c’est très oubliable, et les personnages, auxquels je me raccroche dans ces cas-là, le sont tout autant.

This Is Us, saison 1. Hors Netflix ❤ Une pépite. J’ai adoré chaque épisode, et ne pas voir (attention spoilers) que des personnages suivis, il y avait un couple qui était dans une autre timeline, et le lien entre tout ça … C’est une série familiale magnifique, et en prime il y a un superbe personnage en situation d’obésité. Elle est magnifiquement écrite et jouée par Metz, et on aborde très bien ce thème ❤ Je suis joie, et j’aurais tellement aimé que ça soit abordé quand j’étais ado …

The Drowning. C’est un film en cours sur mon Netflix depuis bien une semaine. C’est vous dire à quel point je le trouve intéressant … Mais j’étais ravie de revoir Josh Charles (The Good Wife) et Julia Stiles (10 Things I Hate About You) dans un autre registre. C’est peut-être trop contemplatif / barré pour moi. Le couple sauve un jeune homme de la noyade qui se révèle un ancien patient de Will (oh who am I kidding je vais l’appeler comme ça tout du long tellement j’ai pas retenu sinon), qui se serait retrouvé en prison alors qu’il était innocent et … il se rapproche de sa femme pour mettre sa vie en bazar ? Si c’est un thriller il manque définitivement de jus, et le thème fait un peu déjà vu.

Star Trek: Deep Space Nine, saison 1. Il m’a fallu un peu de temps pour m’y habituer. Généralement, les premiers épisodes d’un Star Trek me scotchent, pour présenter l’environnement, les personnages. Ici, pas du tout, j’étais limite en mode fond sonore. Je me suis sentie loin, loin du genre de la série que j’affectionne, et les coupains sur FB étaient plutôt du même avis (une des plus loin de l’esprit de Star Trek, apparemment). Bon. Ca va mieux, maintenant, et je me suis assez attachée aux personnages, avec un gros bémol : le capitaine Sisco est d’un plat … je ne vois vraiment pas à quoi il sert. En espérant que ça va s’améliorer par la suite.

Vous avez vu, vous comptez voir certain/e/s de ces films, de ces séries ? De belles trouvailles récemment ?

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.