Apartés - This little life of mine and other stuff

En interview : Mélissa Scanu !

Il y a tout peu de temps, je vous parlais de la sortie imminente d’Autre jour, autre endroit – en commande pour ma part ! A cette occasion, j’ai proposé à l’autrice (je rappelle, je la connais bien et pour cause c’est ma meilleure amie – sinon vous pensez bien que timide comme je suis je n’aurais même pas réussi à proposer mes questions ^^,) de l’interviewer pour le blog !

Du côté de l’auteur

D’où viens-tu, Melissa Scanu ?

Native de Lorraine au sein d’une famille italienne, j’ai grandi à Forbach avant d’atterrir dans le Nord Pas de-Calais où je me trouve toujours.

Envisagerais-tu d’arrêter l’enseignement pour l’écriture à temps complet ?

C’est un projet qui me paraît un peu utopique. Vivre uniquement de ma plume est un rêve, mais j’adore également enseigner, donc le choix est difficile. Mais si celui-ci s’offre à moi un beau jour, je l’envisagerais sérieusement, oui.

As-tu d’autres loisirs ? Pourquoi le flamenco ?

Je suis passionnée de danses latine, notamment le flamenco en effet, mais également la salsa. J’aime la chaleur, la sensualité et ce mélange de force et de grâce qui se dégage de ces danses. J’aime également lire bien sûr, les cultures étrangères, suis passionnée de cuisine, et je m’intéresse un peu à tout.

Comptes-tu aborder tes autres passions dans de prochains romans ?

Il y a toujours un peu de moi dans mes romans, mais pour l’instant je n’envisage pas d’aborder totalement l’une de mes passions dans un roman futur.

Où te vois-tu dans cinq, dix ans ?

Toujours écrivain, enseignante, épanouie dans ces domaines et également dans ma vie personnelle je l’espère.

Autrice, auteure, écrivain ?

J’adhère à « auteure », mais mon côté traditionnel me fait affectionner le terme « écrivain » tout particulièrement.

Du côté de la lecture et des médias

Quel est le premier livre dont tu aies le souvenir ?

Outre les Ratus de l’école primaire, probablement Les Malheurs de Sophie de la Comtesse de Ségur.

Quelles seront tes prochaines lectures ?

Mon travail et mon écriture font que j’ai peu le temps de lire actuellement, mais j’aimerais prochainement me consacrer à certains titres de mes collègues auteurs de chez Gloriana et Plume Blanche.

As-tu des auteurs, des livres incontournables ?

Quelques-uns, même si cette réponse varie selon la période ou mon humeur. Je citerais John Marsden, V.C. Andrews, Roald Dahl, JM Barrie, JK Rowling, Marion Zimmer Bradley, Colleen Hoover et tant d’autres que j’oublie.

Une citation ? De toi ou d’un auteur que tu apprécies ?

J’aime beaucoup celle-ci de Christopher McCandless : « Happiness is only real when shared », autrement dit, le bonheur c’est les autres… Elle me fait relativiser sur ce qui a vraiment de l’importance dans la vie, en outre celle de nos proches, et m’aide aussi dans mes moments « ermite ». Et cela me paraît d’autant plus pertinent en matière d’écriture : l’écriture devient « réelle » une fois qu’elle est partagée : lue et par bonheur et aimée d’autrui.

Es-tu plus film ou séries ?

J’aime les deux, avec tout de même une préférence pour les séries du fait de rester dans un univers et d’apprendre à connaître des personnages plus longuement.

Es-tu plus séries live ou animées ?

Encore une fois j’apprécie les deux, pour des raisons différentes.

Parle-nous d’un livre et d’une série qui t’ont marquée.

J’en suis incapable, il y en a tellement ! Mais puisque je dois me prêter au jeu… Le livre que je cite tout le temps est Peter Pan de JM Barrie pour sa symbolique, et en matière de séries, je citerais toutes les séries fantastiques qui ont marqué mon adolescence : Roswell, Charmed, Lost, Heroes… Elles ont certainement boosté mon imagination.

Ta bibliothèque de lecture idéale ? As-tu des titres incontournables qui t’ont aidée à écrire?

Je n’en ai pas, car celle-ci est en perpétuelle évolution. Je ne me suis jamais inspirée de titres en particulier pour m’aider à écrire, je crois plutôt que mon inconscient a puisé ci et là au fil des années et des lectures accumulées.

Est-ce que tu as des projets liés aux médias ? (télévision, radio, Internet …)

Je n’ai pas de projet concret actuellement mais je suis ouverte à tout.

Du côté de l’écriture

Quand et comment as-tu commencé à écrire ?

Naturellement, dès que j’ai su écrire correctement, peut-être vers l’âge de sept ou huit ans, j’ai commencé à inventer des petites histoires et à les coucher par écrit.

Quel est le premier texte que tu aies écrit ?

Bonne question ! Une histoire de chats qui doit remonter au CE1, peut-être…

Quelle est ta formation en écriture ?

J’ai choisi de faire des études, secondaires puis universitaires, en littérature, parce que cela a toujours été le domaine dans lequel je suis le plus douée. Cela m’a beaucoup aidée sur le plan technique et culturel. Du reste, j’ai principalement appris à force de lire et d’écrire, tout simplement.

Parle-nous de tes différents univers.

Pour parler de mon univers principal et le premier qui m’a vue offrir un contrat d’édition à compte d’éditeur, il s’agit de celui des sirènes. Le résumer en quelques phrases serait trop difficile et même cruel, donc je vous donne un premier rendez-vous l’an prochain avec Seirens, aux éditions Plume Blanche, pour en savoir davantage 😉

Que signifie l’écriture pour toi ?

L’écriture est un besoin, tout simplement. Je n’imagine pas ma vie sans écrire ou au moins penser, rêver et développer mes univers, mes personnages, inventer des histoires et les raconter.

As-tu une ou des devises en matière d’écriture ?

Ce n’est pas vraiment une devise, et c’est plutôt simpliste, mais c’est ce que je me dis à moi-même lorsque je bloque ou que je doute, et que je dis à toute personne qui me confie avoir toujours rêvé d’écrire une histoire sans jamais s’être lancé : « Ose ».

Est-ce que tu as une playlist particulière quand tu écris ? Quels artistes, quels genres musicaux préfères-tu écouter à ce moment ?

Il m’arrive de lancer des playlists, surtout quand j’écris de la fantasy. J’ai une préférence pour les OST fantastiques, épiques ou les musiques médiévales. Les chansons (donc avec paroles) peuvent avoir tendance à me déconcentrer.

Tes indispensables pour écrire ? (musique, café, etc.)

Mon ordinateur, tout simplement ! Cela paraît bête, mais j’ai une écriture manuscrite assez fouillis (sauf quand je m’applique) et je suis tellement brouillon que je suis incapable d’écrire (même de simples idées) à la main. Outre cela, du confort (mon canapé est idéal pour cela), et sans être indispensable, un thé et quelques chocolats me sont toujours appréciés lorsque j’écris 🙂

Quel est ton processus d’écriture ?

Généralement, dès que j’ai une idée, je la développe en couchant par écrit toutes les idées qui en découlent de manière à former une histoire. Puis j’élabore un plan plus ou moins détaillé. Je travaille ensuite sur mes personnages, fais des recherches si nécessaire, et seulement après, je me lance dans le premier jet de la rédaction. Vient ensuite le temps de repos, le second jet, le regard sévère de mes bêta-lecteurs, les réécritures, les corrections, et seulement là, j’estime le roman achevé et donc éventuellement présentable à des éditeurs.

As-tu un rituel d’écriture spécifique ?

Pas vraiment, cela dépend beaucoup du projet en cours.

Qu’est-ce qui est le plus simple et le plus compliqué pour toi dans l’écriture ?

Le plus simple est toujours pour moi d’avoir une idée sympa et attrayante qu’on a envie de développer pour une histoire. Le plus compliqué est le fait de trouver suffisamment de matière pour et même, le cas échéant, de disposer de suffisamment de motivation, de temps et de volonté pour mener ce projet à bien.

Qu’est-ce que tu préfères dans l’élaboration d’un texte ?

Rédiger des dialogues. C’est véritablement le moment où je fais vivre mes personnages qui m’amuse le plus.

Quand préfères-tu écrire ? Plutôt seule ou avec de l’animation autour ?

J’ai une préférence pour le matin, même si je peux écrire n’importe quand. De même, je peux écrire seule ou entourée (raisonnablement, et sans qu’on m’observe), tant que je suis chez moi et dans une ambiance relativement calme.

Fais-tu des recherches parfois ?

Quasiment chaque roman demande de faire des recherches à un moment ou un autre, que ce soit sur un métier fait par un personnage, un détail juridique, un élément scientifique… Généralement, j’essaye de les faire en amont de la rédaction, pendant la phase préparatoire, mais il est difficile de penser à tout. Selon le genre du roman, il faut plus ou moins en faire. Ce sont mes textes fantastiques qui me demandent le plus de recherches, notamment biologiques, car comme le dit si bien mon frère qui me bêta-read depuis longtemps « on peut tout inventer, tant qu’on sait l’expliquer ».

Combien de temps l’écriture d’un roman te demande-t-elle en moyenne ?

C’est très variable. Par exemple, pour Autre jour autre endroit, il ne m’a fallu que deux ou trois semaines, alors que pour Seirens, plus de quatre mois ont été nécessaires pour finaliser le premier jet. Il faut dire que ces romans divergent autant par leur genre que leur longueur, et ma motivation et temps libre du moment jouent aussi beaucoup.

D’où te vient ton inspiration ?

De n’importe quoi, théoriquement. Un film, une chanson, une phrase entendue, un sourire, un paysage… Un rien est susceptible de m’inspirer, si j’ai l’esprit suffisamment réceptif à ce moment-là, mon imagination fait alors le reste.

T’inspires-tu de personnes que tu connais dans tes romans ?

Cela m’arrive, généralement malgré moi. Et quand c’est le cas, je me contente de m’en inspirer de loin, seulement pour certains traits, en évitant de copier/coller la personne en question, ce qui peut être dangereux je trouve, en terme d’objectivité.

D’autres projets d’écriture en cours ? en prévision ?

Plusieurs ! Il faudrait d’ailleurs que j’avance 🙂

Y a-t-il un genre sur lequel tu aimerais écrire mais tu ne t’es pas encore lancée ?

Pour l’instant, je reste fidèle au fantastique et à la romance, toujours dans la littérature young-adult. Mais dans un futur plus ou moins proche, j’adorerais me lancer dans une romance historique, mais je n’en ai pas encore eu le courage. Je dois oser, je le sais 🙂

Dans une autre interview, tu mentionnes avoir écrit des fanfictions. Sur quels univers ? Pourquoi ce choix ?

J’ai commencé à écrire des fanfictions à l’adolescence, principalement sur le thème de Harry Potter. Un choix un peu pédagogique puisqu’il m’a aidée à développer mon style tout en restant dans un univers existant, donc sans avoir de recherches à faire en terme d’univers ou de personnages, laissant ainsi l’auteur se concentrer sur l’histoire pure. Cela a boosté mon écriture et ma confiance en moi puisque durant ces années j’ai eu beaucoup de compliments et d’encouragements de lecteurs m’incitant à me lancer dans mes propres écrits.

Est-ce que tu aurais des anecdotes d’écriture à partager avec nous ?

Ce n’est pas une anecdote d’écriture à proprement parler, mais étant enseignante, avec la sortie d’Autre jour autre endroit, mon collège a récemment entendu parler pour la première fois de mon « autre métier » notamment à travers des articles de journaux. Et m’entendre tous les jours dire « Je ne savais pas que vous écriviez ! » ou « Félicitations pour votre roman ! » de la part des collègues ou même de mes petits élèves, c’est assez surréaliste !

Si tu fondais ta propre maison d’édition, quels types de textes te parleraient ?

Je crois que je fonctionnerais au coup de coeur, en commençant par mes genres de prédilection, tout naturellement.

Qu’est-ce qui t’a donné envie d’être publiée ?

Le fait d’avoir envie de partager quelque chose qui vient de mon coeur et de mon âme. Car on écrit pour soi avant tout, mais également pour les autres.

Comptes-tu participer à des évènements en tant qu’auteur ?

J’y compte bien ! Je vais commencer par des séances de dédicaces prévues dans ma région et pour lesquelles j’ai moi-même démarché, et j’espère enchaîner dans le futur sur des salons littéraire sous l’aile de mes éditeurs.

Y a-t-il quelque chose que tu redoutes dans ta carrière d’écrivain ?

Ne pas être lue, d’essuyer de mauvaises critiques et de ne pas avoir les épaules pour y faire face. Tout ceci est encore nouveau pour moi et je suis une grande sensible.

Comment est né Autre jour, autre endroit ?

Cette histoire d’amour trans-continentale et de coup de foudre incontrôlable me trottait dans la tête depuis un moment. En y ajoutant le désir d’écrire une histoire dont une partie se déroulerait en Italie, et ma propre vie sentimentale de cette époque, Autre jour autre endroit a commencé à s’écrire tout seul en quelques semaines d’un été.

Pourquoi ce choix des Etats-Unis et de l’Italie dans ce premier roman que tu publies ?

Ce sont deux pays qui me sont chers : les Etats-Unis pour toutes ces choses venues de là-bas qui me fascinent, mes études et mon métier, et l’Italie pour mes origines familiales que je chéris. Ce n’était pas forcément prémédité, mais comme il me fallait deux pays éloignés l’un de l’autre pour ce roman, ce choix est venu naturellement.

Un dernier mot ? ^^

Merci beaucoup pour cette belle interview, ma chère Lynnae, ce fut un plaisir ! 😀 Longue vie à ton joli blog si riche !

J’espère vous avoir donné envie de découvrir le (et plus tard, les !) roman(s) de Mélissa ! Autre jour, autre endroit vient donc de sortir, et je vous encourage vivement à aller le commander chez votre libraire 🙂

2 commentaires sur “En interview : Mélissa Scanu !

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.