Lectures sur un rocher

Ainsi soit Benoîte Groult

Catel Muller (autrice). 2013, 326 p. Grasset. Roman graphique – Histoire – Biographie.  22€.

Ce livre, et quel livre !, est d’abord l’histoire d’une amitié entre deux femmes de deux générations différentes, l’une pionnière du féminisme, l’autre adepte d’un féminisme naturel. Rencontres dans tous les lieux chers à Benoîte, à Hyères, en Bretagne, à Paris, croquis de la famille, de ses trois filles, exploration de presque un siècle de féminisme (Benoîte aura 94 ans en janvier 2014), et retours sur les épisodes les plus marquants de l’histoire personnelle d’une femme engagée : de la famille grande bourgeoise mais libre aux combats les plus célèbres du féminisme, de l’avortement au divorce, de la féminisation des noms de métiers à l’amour qui s’invente au quotidien, de Georges de Caunes à Paul Guimard, de la mer bretonne à la pêche en Irlande, de la presse au roman.

J’avais découvert, plutôt intéressée mais sans être vraiment séduite, Catel et ses épais romans graphiques : Kiki de Montparnasse et Olympe de Gouges. Mais en ayant envie de poursuivre ces lectures féministes, qui avaient toutes eu un point commun : me donner envie d’en savoir davantage sur ces femmes de l’Histoire peu évoquées autrement.

Et puis j’ai découvert Benoîte Groult. Puis, par hasard, l’existence de cette biographie dessinée, chapeautée par ce dessin de l’autrice : « Je n’aime pas la bande dessinée ». Bon, j’avoue, j’ai un peu hésité, pas vraiment envie de voir quelqu’un qui risquait de devenir une de mes héroïnes préférées basher ce genre que j’adore.

Je n’ai pas hésité longtemps.

Ce récit est différent des précédents (Kiki et Olympe), puisque Catel a pu rencontrer son sujet et elles se sont liées d’amitié. L’autrice est donc présente également, en discussion avec Benoîte, et ça apporte une touche de réel et de malice au récit, qui est plein d’humour.

Ce récit, c’est l’histoire de la vie de Benoîte, mais c’est encore plus. Ce sont des réflexions sur le travail d’écrivain, sur la bande dessinée, sur l’Histoire, sur le féminisme aussi, bien sûr. Je ne me suis pas ennuyée une minute, j’ai très souvent ri.

Il n’y a définitivement pas assez de pages, d’ailleurs.

Le dessin est toujours aussi plein de vie, et j’ai adoré qu’il prenne une part aussi active dans le récit par le biais du métier de Catel et le fait que cette biographie en prenne la forme. Benoîte n’est pas convaincue au début, mais elle ne juge pas et en découvre davantage grâce à cette expérience. Petite preuve de tolérance et d’ouverture d’esprit toujours aussi agréable !

2 commentaires sur “Ainsi soit Benoîte Groult

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.