Errements visuels

Netflix & Me [Mai]

En mai, beaucoup de visionnages.

Beaucoup de stress et d’adrénaline dans cette fin de saison. L’arc du virus s’intensifie, les plongées dans l’Allemagne de fin de guerre aussi, on pourrait presque finir la série sur cette note. D’autant que dans le dernier épisode, le grand-père de Marcos et Paula kidnappe la petite fille pour l’opérer et récupérer quelque chose. On ne sait pas exactement quoi mais l’angoisse est addictive.

Bon en fait on va éviter de finir la série comme ça parce que le cliffhanger est vraiment too much (explosion dans les souterrains où étaient une partie des ados et virus qui se répand dans l’internat et à l’extérieur lorsque Fermin contaminé se réveille dans une grande ville).

Une petite série sympathique sur une jeune femme qui devient assistante d’un présentateur de journal télé. On ne voit pas tant le plateau que le bureau et ce sont surtout des situations avec ses collègues d’avant et les nouveaux – parmi lesquels Andrea Parker de The Pretender qui est intéressante et inattendue dans une sitcom.

Pour être honnête, cette série passe systématiquement en fond sonore et je l’avais complètement oubliée.

Reprise sur les chapeaux de roue avec l’enlèvement de Sandra par Camilo et l’internat mis en quarantaine. C’est assez impressionnant de voir ces précautions et l’incertitude qui plane toujours.

Punaise, je n’en peux plus des passages avec les gamins. Evelyn est insupportable. On prélève du sang à Paula et lorsqu’elle mange pour reprendre des forces c’est réflexion sur réflexion sur le poids qu’elle va atteindre. Et ceux de sa classe se fichent d’elle >< Encore une fois, JAMAIS une conséquence pour ces morveux.

S’il y a des éléments de la fin que j’apprécie beaucoup (notamment les retrouvailles entre Marcos et Evelyn et leur famille), je regrette certains choix des scénaristes. Mais sur le long terme, c’est vraiment une série que j’apprécie beaucoup, avec tous ses retournements de situations, la construction de ses personnages, ses thèmes.

Jen vient de perdre son mari et se rend à un groupe de partage avec d’autres personnes qui ont subi une perte similaire. Elle y rencontre Judy dont l’histoire la touche particulièrement et avec qui parler lui fait du bien. Jusqu’à ce qu’elle se rende compte que son histoire ne correspond pas tout à fait à la réalité.

Il y a quelque chose de très étrange dans cette série. J’avais vu venir le twist sur le secret de Judy assez tôt (pas sur son histoire personnelle) mais il y a une touche grinçante, de cynisme, je ne sais pas. Certes, certains passages sont drôles mais j’ai eu du mal à rester devant les premiers épisodes et passer directement aux suivants.

J’ai découvert quelques autres documentaires sur Netflix, à commencer par celui sur Serena Williams. Une fois encore, quel bonheur de voir du tennis et d’un point de vue un peu différent, pas un match en direct ou différé, un reportage, une analyse mais un retour sur une saison sportive. Le résultat est passionnant, je suis juste un peu déçue que ce ne soit pas une réussite sur les quatre grands chelems cette année pour Serena que j’admire énormément.

Je m’attendais à un film documentaire sur le sujet, pas à une série en plusieurs épisodes. J’adore. On se plonge dans la vie de l’actuel président américain, en démarrant dans les années 70, avec une certaine liberté de ton.

J’avais repéré cette série il y a un bout de temps mais je n’osais pas me lancer : je ne parle pas couramment espagnol et suis donc forcée de suivre les sous-titres (non mais en fait je ne parle pas du tout, je connais juste maintenant quelques expressions et honnêtement, des gros mots venus de El Internado XD). Cette série justement finie, je me suis lancée.

Quelle surprise de retrouver trois acteurs de la première série ici ! Et avec plaisir, vraiment. Et que dire de la série. J’adore cette idée des demoiselles du téléphone dans les années 20, période charnière où est créée le premier modèle de téléphone automatique, mettant leur poste et leur indépendance en danger.

J’adore le jeu des acteurs et actrices, la photographie, l’intrigue, même la musique qui a fait cracher énormément de commentateurs/rices sur Seriebox. Une très belle découverte ❤

(Roh et même LGBT friendly quoi ❤ )

Neil Caffrey, ancien faussaire (entre autres, il a un pedigree criminel impressionnant et impossible à retenir pour moi mais on reste dans le soft aka pas de meurtre ou de violence) est sorti de prison par l’agent du FBI qui l’y avait collé pour qu’ils travaillent ensemble sur certaines affaires.

Une série que j’avais déjà vue et qui honnêtement a un fil rouge assez léger. C’est aussi plutôt compliqué de suivre les épisodes à la suivre car il y a un côté oubliable. Dommage parce que les acteurs sont plaisants, les personnages agréables, les enquêtes originales (comparées à d’autres séries d’enquêtes comme NCIS, Cold Case, etc.) et il y a un côté feel good puisque peu de violence, ce qui est appréciable. Et j’adore Matt Bomer.

Je reste un peu sur ma faim avec ce biopic musical. Je n’ai jamais été spécialement fan d’Amy Winehouse et ce n’est pas ce film qui me donnera envie d’en entendre davantage, je ne sais pas trop pourquoi.

Le plaisir d’entendre de l’italien ❤ C’est un peu tout ce que j’ai retenu XD Non, en vrai, j’ai aimé apprendre que Vogue Italia se différenciait des autres par son côté un peu plus osé, les shoot photos parfois plus trash, avec cette réflexion sur : la mode doit-elle aborder certains sujets crus comme la violence faite aux femmes, les addictions, etc. Et découvrir certaines des photos en questions.

J’avais déjà démarré le livre sur Condé Nast et la photographie de mode et j’ai vraiment aimé cette découverte et cette réflexion, je crois qu’il y a quelques années (et ado) j’aurais été choqué et beaucoup critiqué ces décisions et le résultat mais maintenant, je vois le côté photographique, et je me dis que s’il y a moyen de toucher un public via ce média, ce n’est pas une mauvaise chose.

Une fois n’est pas coutume, j’ai envie de parler d’une Youtubeuse sur le blog.

Je suis les vidéos de Sierra depuis quelques mois et j’aime beaucoup sa fraîcheur, son humour, sa manière de parler. Ses vidéos concernent surtout la mode et s’habiller lorsqu’on est « curvy » aka qu’on a des rondeurs à différents endroits. Elle prône la body positivité (tout le monde a un corps magnifique contrairement à ce que les magasins et les tailles veulent nous faire comprendre) et le fait que l’on n’est pas une taille de vêtements même si c’est un peu ce qu’on essaie de nous marteler.

J’adore ce côté feel good, humoristique et réconfortant (grâce à elle, 1) je m’amuse plus en magasin de vêtements, 2) je ne déprime plus lorsque ça taille vraiment petit malgré une taille annoncée plus grande ou que c’est mal fichu lorsqu’on a des rondeurs).

Vous avez vu, vous comptez voir certain/e/s de ces films, de ces séries ? De belles trouvailles récemment pour vous ?

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.