Lecture sur un rocher

Feuilles d’avril

En avril, j’essaie de me recentrer sur ce que je préfère en ce moment : les documentaires.

Encore une fois avec Flow, une lecture doudou. Je suis fan de cette couverture citronnée. J’ai beaucoup aimé l’article sur les soft skills, ces compétences ou valeurs humaines (à savoir la créativité et l’empathie par exemple). L’article sur Daisy Patton, Mémoire vivante, m’a beaucoup inspiré·e : elle réutilise de vieux albums photos qu’elle transforme en peintures vivantes et colorées. Maintenant j’ai juste envie (enfin j’avais déjà eu cette idée avant) de travailler avec des photographies anciennes.

Alors j’avais repris ce livre en relecture / note en début de mois, et d’autres recherches me l’ont fait oublier. Mais il est toujours très bien.

Je me suis ennuyée avec ce numéro de Néon.

Partant d’une idée reçue sur la place des femmes dans la société, leur caractère, etc. l’autrice les développe pour montrer en quoi elles sont fausses. Mouais. Ce n’est pas inintéressant mais pas spécialement inspiré ou original, et l’écriture ne m’a pas marqué·e.

Je m’attendais à un documentaire dans le genre de My rendez-vous with a femme fatale, typique de la collection du Goût des Mots de chez Pocket, une bonne touche de linguistique, peut-être avec de l’humour, mais quelque chose d’assez digeste (d’autant que Marina Yaguello a un livre publié dans cette collection, je crois que j’ai fait l’amalgame avec cette ancienne édiiton).

C’est tout le contraire. C’est un livre très lourd, sociologique, ethnologie, bien plus universitaire que grand public et ce n’était pas du tout ce dont j’avais envie en ce moment. Je ne l’ai donc pas terminé.

Acheté dans le cadre d’un évènement de découverte de la littérature québécoise, j’espérais une découverte de cette littérature, en suivant une jeune fille qui a quitté la maison de ses parents et n’a nulle part où aller. Au final, je n’ai pas du tout été touchée. Certes il y a un amour des livres, mais tout va trop vite, il n’y a pas tant de titres en particulier mentionnés, on a une agression assez rapidement (ce n’est pas trop mal mené mais quand même) et c’est extrêmement prévisible.

Un dossier plutôt intéressant avec des héroïnes que je ne connaissais pas. Emilie du Châtelet, par exemple, je n’en avais entendu parler qu’un peu en classe. L’article sur George Sand m’a beaucoup plu. Marie Curie et Camille Claudel, si j’avais une vague idée de ce qui leur arrive, m’ont fasciné·e. Je crois avoir lu un chapitre sur Alexandra David-Néel dans 200 femmes de l’Histoire, des origines à nos jours mais cet article est très vivant et j’aurais aimé qu’il dure plus que deux pages.

Depuis le temps que j’attends de lire ce livre … je suis vraiment déçu·e. Le principe est de présenter différents mots sur le thème (ici la Belle Epoque) à partir d’une oeuvre d’art (tableau, sculpture, vêtement, etc.). Moui. Je n’ai pas trop apprécié les oeuvres – il n’y a même pas Mucha ou Klimt – et je n’ai pas trop perçu de lien entre les oeuvres et les mots choisis, ou alors c’est bateau. L’écriture est soporifique. Le livre, à côté du Dictionnaire de curiosités que j’ai repris ce même mois, ne m’intéresse pas du tout et ne m’a rien appris.

Ça, c’est une écriture documentaire magnifique. J’ai eu l’impression qu’Anne Edwards déroulait un film de la vie de Vivien Leigh tellement elle écrit de manière prenante et visuelle. Pour moi qui ne connaissais Vivien Leigh que d’Autant en emporte le vent (et peut-être une version de Cléopâtre dont je garde un souvenir très drôle), j’ai appris énormément de choses (il aurait peut-être juste été intéressant de résumer un peu les pièces dans lesquelles elle a joué, toutes ne font pas partie de la connaissance populaire). J’ai adoré.

J’ai retrouvé ce hors-série d’Esprit Yoga qu’on peut considérer comme le numéro zéro d’Esprit Veggie. Il est justement bien dans cet esprit et ne dénote pas à côté des dernières livraisons. C’est juste un peu ironique que je trouve mieux fait son petit article/dossier sur les buddha bowls quand le numéro entier consacré au sujet me paraissait léger ^^,.

Je me suis un peu ennuyé·e avec ce numéro. Peut-être trop éloigné des réalités actuelles, le suivant sera probablement centré là-dessus.

C’est amusant, autant la première partie m’a plutôt intéressé·e sur les mécanismes de la lecture, du cerveau, autant les exercices, pas tant que ça, et je ne pouvais pas terminer la deuxième plus rapidement. Et puis je ne me vois pas reprendre, même en simplifiant tout ça pour mes élèves. C’est vraiment plus à destination des adultes qui veulent améliorer leur rythme de lecture avec les différents types : survol, écrémage, profondeur.

Je poursuis et arrête là ma lecture des nouvelles éditions du Paris des Merveilles. Le moment est passé, je me suis ennuyé·e, je n’avais pas envie de suivre les personnages, et on change de période pour une partie du livre alors que la Belle Epoque est ce qui m’intéressait le plus, un cadre que je n’ai pas senti aussi important que lors de ma découverte.

Autre documentaire, jeunesse cette fois, que j’avais depuis longtemps et jamais ouvert ^^, je n’ai pas trop l’habitude des pop-up non plus. Déception, on ne démarre pas par des pages informatives et humoristiques comme d’habitude avec Terry Deary, mais le récit de cinq personnes qui projettent de cambrioler la tombe de Toutankhamon, ce qui m’a ennuyée. Le pop-up en lui-même est joli, mais je ne sais pas à quel point je peux l’ouvrir et je me demande si la deuxième scène n’est pas cassée, elle s’ouvre beaucoup moins que les deux autres :/

Alors c’est beau, mais qu’est-ce que c’est lourd ! Surtout pour lire avant de dormir, je m’endors à moitié dessus/ Mais avec plaisir, contrairement aux récits de fiction précédents … Je suis dans la partie historique et technique, les débuts de la photographie, et c’est superbe.

Et vous, vos lectures d’avril ?

7 commentaires sur “Feuilles d’avril

  1. Emilie du Châtelet il y a eu une expo sur elle au château de Lunéville il y a quelques années je crois. Il me semble qu’elle était du coin, donc on aura peut-être d’autres expos tournées vers elle à l’occasion ?

Chuchoter aux quatre vents

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.