Bibliothèques Lynnaennes

Lectures à venir en avril

Je sais qu’en mars on a été encouragés à lire … mais j’ai beaucoup de mal à m’y mettre. Pas trop de motivation pour cet article de lectures à venir non plus. Surtout lorsque je vois que même si j’accumule les livres, très peu me plaisent au final.

Trois livres de mars me tentent encore, en féminisme (sociologie maybe ?), Histoire et linguistique.

On poursuit le cycle de lecture commune avec Snow.

J’ai envie de démarrer mes livres Fairy Loot par celui-ci. Deux soeurs vivent dans un monde de magie, les filles de leur famille ont le pouvoir de manipuler la beauté. Leurs dons individuels ont l’air superbes et la couverture est très inspirante.

Je suis très curieux·se de me lancer dans cette histoire de la photographie. Il y est autant question des techniques que des clichés célèbres.

Un achat fait pour un évènement québécois il y a quelques années. Une adolescente quitte la maison, se retrouve à vivre dans sa voiture, passe du temps dans un café pour écrire et rencontre un libraire. Un peu de contemporaine avec un contexte de livres me parle toujours et je suis très intrigué·e à l’idée de découvrir la littérature québécoise plus avant.

Je n’ai vu Vivien Leigh que dans quelques rôles (Autant en emporte le vent, César et Cléopâtre) mais j’adore sa présence, j’aimerais beaucoup en savoir plus sur elle.

Parmi les revues qui attendent dans ma pile :

Elles n’ont pas bougé de leur porte-revue puisque j’en ai emprunté à la Médiathèque aussi, mais j’essaie de ne pas les oublier. J’ai démarré Flow et ça fait un bien fou. Je n’en suis qu’au début mais c’est vraiment un magazine qui propose un côté cocon, tout doux. Et bizarrement, je trouve toujours des échos avec la majorité des articles … je vais peut-être vous faire un journal de lecture sur ce beau numéro aux citrons.

Et vous ? Des envies lectures particulières pour avril ?

Lecture sur un rocher

Feuilles de mars

En mars, tout est bouleversé et je n’ai plus tant le coeur à lire.

L’autrice raconte une période de sa vie, au Liban, lorsque la ville subit des bombardements. Les différents habitants de son immeuble se retrouvent dans une pièce de l’appartement de ses parents, la plus en sécurité. La galerie de personnages est intéressante et j’ai plutôt aimé le style graphique.

J’avais lu l’extrait de librairie il y a quelques temps. Le dessin est adorable, très doux, et j’avais beaucoup apprécié le côté nostalgique et la pluie. L’héroïne, Akira, est attachante (elle faisait partie de l’équipe d’athlétisme et s’est blessée, une base à laquelle je disais pourquoi pas). C’est vraiment le coeur de l’histoire qui me dérange profondément. Elle tombe amoureuse de son patron, un homme de plus de quarante ans (donc vingt ans voire davantage de plus qu’elle, et doit-on parler de la différence hiérarchique aussi ?). Le pire c’est que lorsque je lis des critiques (Manga News notamment) elles parlent de « soulever un tabou » pour « vivre cet amour » … Non. Juste, non.

Je n’ai jamais été spécialement attiré par les mangas sur des personnages musiciens (moins que les mangas sportifs, par exemple). Ici, c’est l’histoire d’un adolescent qui suite à un blocage psychologique n’entend plus le son du piano lorsqu’il joue. Ce n’est pas inintéressant. Ce que je n’ai vraiment pas apprécié, c’est le côté rentre-dedans des amis du héros, qui le frappent assez souvent et c’est complètement traité à la rigolade même lorsqu’on plaisante qu’il a le visage en sang. Et puis le dessin ne m’a pas trop parlé.

D’habitude, Jean-Loup Chiflet me fait toujours rire. Là, pas tant que ça. Si j’ai trouvé ce livre toujours aussi intéressant que d’habitude, aussi bien écrit, il ne m’a pas arraché un sourire, au contraire, et j’ai préféré ne pas le terminer plutôt que me forcer.

Lecture commune avec Snow.  J’avais lu la première édition du livre en Médiathèque il a quelques années et en avais gardé un excellent souvenir ; lorsque cette nouvelle édition est sortie, je n’ai pas hésité à me jeter sur les trois tomes. La première lecture était il y a huit ans, je découvrais la fantasy urbaine historique. Et entre-temps, j’ai exploré la fantasy urbaine plus avant (peut-être pas en historique), décidé d’orienter un de mes projets littéraires dans cette direction … la passion n’a pas été au rendez-vous de cette relecture. L’avis de Snow ^^

Emprunt au hasard à la Médiathèque (dont les collections mangas au final ne sont pas trop mon truc 😦 ), on suit une cellule rouge dans le corps humain. C’est donc un manga très scientifique et instructif. Mais un de mes 5e a vraiment accroché et compris, ça doit être plutôt bien expliqué. L’un des problèmes, justement, c’est que c’est trop expliqué. J’ai horreur des patates de textes en manga, ça rappelle Death Note à ce niveau (d’ailleurs le dessin du personnage à gauche m’y a fait penser aussi) en vraiment moins passionnant et je n’ai pas terminé cette lecture.

J’avais entendu parler de ce roman graphique il y a quelques années, peut-être parce que Sita en avait fait une chronique dessinée. Je pensais que ce serait une réflexion sur l’apparence physique du personnage qui ne correspond pas aux standards de beauté actuels. Et ce n’est juste absolument pas ça, on parle plutôt de sa relation du moment dans laquelle elle s’installe alors que cela ne correspond pas à son idéal. Je me suis vraiment ennuyé au final.

Une très jolie édition. La sélection est charmante et les textes de description (ce à quoi les gens portant ces prénoms ressemblent) m’a fait rire mais sans grande surprise.

Je m’étais dit que j’allais poursuivre voire terminer la série, elle est tout entière à la Médiathèque … ou pas, en fait. Tome 2, moins de moments choupis avec l’héroïne mais un personnage masculin qui lui fait du chantage lorsqu’il découvre qu’elle est amoureuse du patron. Tome 3, le côté adorable de l’héroïne prend un côté ennuyeux comme la pluie (ha, ha, je sais) à part un passage qui présente une bibliothèque comme un aquarium, le côté aquatique avec les livres est superbe. Et sinon comme je me crispe à chaque page en me disant qu’on va passer en mode glauque, j’avais juste hâte à la fin. J’en reste là.

En revanche, je passe toujours un aussi bon moment avec cette histoire. L’alien professeur est terriblement attachant, tout comme les gamins.

Encore une différence entre mes attentes et le récit en lui-même. Mais avec un titre pareil, je m’attendais à un couple de longue date dont les sentiments s’érodent … pas à un couple de seniors qui se rencontrent et forment une relation. Enfin, pour être honnête, ce n’est pas ça qui m’a dérangée, c’est la fin. La ménopause de madame qui fait une pause à 62 ans et bam grossesse. Je n’y ai jamais cru et trouvé ça ridicule, ruinant le côté attachant et poétique que le récit avait atteint avec cette perspective assez rare (âge des protagonistes). Et le dessin ajoute au charme du début.

Un garçon est sensé devenir un puissant roi démon et son précepteur commence son éducation. Je l’avais lu début 2000s lors des débuts de Saphira et gardais le souvenir d’une histoire mignonne comme tout et très drôle. Mes souvenirs étaient définitivement plus intéressants que l’histoire que j’ai relue ce mois-ci … Il y a un côté niais et l’humour ne me parle plus autant.

Si j’ai beaucoup apprécié le hors-série sur les 20 femmes qui feront 2020, je n’ai pas été particulièrement enthousiasmé par ce numéro, même si j’ai apprécié l’interview de Gloria Allred.

Une relecture qui me fait beaucoup rire. Je l’avais découvert il y a quatre ans et c’est amusant comme mes réponses ont un peu changé en ce qui concernent les vêtements et comme je fais le parallèle avec les livres qui restent une « période passée ». J’envisage de vous proposer certaines des questions des différentes checklists en articles Lookbook ^^.

… Quand on me dit que c’est du théâtre jeunesse, pour moi, c’est une pièce de théâtre pour les plus jeunes. Enfants ou jeunes ados. Là, c’est une pièce sur des enfants. Absolument pas pour les plus jeunes. C’est un mic mac à suivre même pour un adulte. Entre le concept de zombie, de panda, les ombres à la fin, le fantôme … Et j’ai juste eu envie de le faire voler en lisant les remarques sexistes d’une des familles (lorsque l’autre est composée de deux mamans), les questions de genre super mal abordées, les stéréotypes de genre … J’ai détesté.

Pièce de théâtre jeunesse achetée en même temps que la précédente (je cherchais des textes différents des classiques comme Molière pour un projet théâtre), elle me laisse une impression un peu meilleure. Enfin c’est terriblement barré mais le loup a un côté choupi.

Je l’avais beaucoup vu passer au travail et eu quelques fous rires avec des élèves devant les rédactions. Mais une fois que je le lis « normalement », ce n’est plus du tout ça. Les commentaires de la prof font durs et pas du tout créatifs (c’est peut-être mon côté prof justement ^^,) et lorsque je vois que dans les noms inventés des élèves ils ont estimé fun de sortir Laura Norexique … ou comment se moquer d’un trouble du comportement alimentaire, je dis stop.

J’aime beaucoup cette collection de La Martinière Jeunesse. Je viens de démarrer ce documentaire sur un thème que j’aime beaucoup et il ne déçoit pas. Les informations sont simples, bien écrites, et j’aime beaucoup les illustrations.

Le dessin est très carré, austère, donne un côté un peu ancien à ce manga qui se passe dans les années 60. Je ne pensais pas du tout apprécier mais en fait c’est plutôt intéressant. Le héros est un pianiste qui découvre le jazz, vient d’une famille compliquée, rencontre un adolescent difficile … j’ai envie de poursuivre ma découverte.

Récit de vampire. C’est la demoiselle qui est vampire et le jeune homme à côté humain, détective privé et écrivain. Tous deux vivent ensemble et il est question de chercher celui qui a assassiné des membres de leur famille. J’ai lu un chapitre ou deux. Je trouve le dessin très plat (et démarrer le manga sur la recherche d’un chat perdu … heu c’est une histoire bonus éventuellement, pas le début), les enfants vampires ne m’ont jamais passionnée et savoir qu’il y a une histoire d’amour entre les deux, puisque la demoiselle reste une enfant, me plaît moyennement aussi. J’ai rapidement abandonné.

Et vous, vos lectures de mars ?

Bibliothèques Lynnaennes

Moisson ! [Mars]

En mars, c’est le premier achat manga depuis des MOIS !

Et on n’est pas à jour XD

J’étais tellement contente que la parution de Yako et Poko reprenne enfin (après deux ou trois ans !) alors quand j’ai reçu un texto de mon libraire je lui ai demandé de me le mettre de côté. Sauf que … ces mangas étant difficiles à trouver, je n’avais acheté que les deux premiers. Pas le troisième … Pour une fois que je suis vraiment enthousiaste pour l’achat d’un manga, dans les réflexions que j’ai sur ma collection :/

Je voulais acheter la dernière livraison de SériesTV Magazine mais mon supermarché ne l’a pas en rayon 😦 Et je ne sais pas où le trouver pendant cette période … Après vérification sur la page FB, ils ont repoussé la sortie à mi-avril 😀

Et vous ? Vous avez acheté des livres ou des revues, vous en avez reçu dernièrement ? A bientôt pour le bilan lecture !

Lecture sur un rocher

Les hommes dénaturés

Maximum Light. Nancy Kress (autrice). Jean-Marc Chambon (traducteur). 1998 (VO), 2001 (VF), 262 p. Flammarion. Science-fiction.

Encore plus pernicieux qu’on ne le prévoyait, les effets de la pollution chimique ont entraîné une chute radicale du taux de la fertilité dans le monde. Il n’y naît pratiquement plus d’enfants. A tel point que certaines personnes en mal de progéniture en arrivent à traiter leurs animaux domestiques comme d’authentiques bébés … Mais cette situation entraîne probablement de plus sombres déviations, comme le soupçonne Shana Walders, une jeune appelée de l’armée américaine, quand, participant à l’évacuation d’une zone rendue dangereuse par le déraillement d’un transport de produits toxiques, elle se retrouve face à l’inconcevable dans une société où les manipulations génétiques sont soumises à de sévères limitations. Les Etats-Unis seraient-ils en train de se transformer en une nouvelle île du docteur Moreau ?

J’ai découvert ce roman  il y a quelques années en Médiathèque et l’avais inscrit à mon challenge ABC. Malheureusement, suite à un déménagement, je l’ai zappé (et n’ai donc pas pu terminer le challenge cette année-là …). Lorsque je suis retombée dessus à la vente d’une autre Médiathèque, je n’ai pas hésité et me suis lancée, d’autant que je n’ai pas encore découvert Nancy Kress.

Et la rencontre est définitivement manquée. Pire encore, j’ai détesté cette lecture et n’ai pas pu la terminer aussi rapidement que je l’aurais voulu.

Le démarrage en mode commando armé est déjà moyennement passé, mais très vite, l’héroïne, Shana, m’a agacée. Elle a un tempérament égocentrique et n’hésite pas à en rajouter une couche sur son apparence physique impeccable, ce qui a le don de m’énerver. Surtout quand ça arrive dès la deuxième page … Un langage familier s’en est mêlé, ainsi que pas mal de références au sexe passablement inutiles.

A la base, ce concept d’humanité qui aurait éradiqué tant de maladies, mais en contrepartie ne produirait plus autant d’enfant, me paraissait intéressant. Et la référence à l’île du docteur Moreau, à l’attachement aux animaux domestiques, why not. Mais le traitement ne m’a absolument pas plu. Si on ressent un certain rythme, les dangers auxquels font face les protagonistes, je ne me suis pas intéressée à leur sort (excepté peut-être Atuli, le danseur homosexuel).

Ah, parlant de lui. On aurait, à mon sens, franchement pu se passer des nombreuses réflexions homophobes dans le livre. C’est lourd et ça n’amène pas grand-chose – ok, la société future n’est toujours pas sécurisante pour les personnes homosexuelles, mais ce n’est peut-être pas la peine d’en rajouter régulièrement dans les insultes et les réflexions.

J’ai eu l’impression de ne pas du tout être étonnée. Est-ce moi qui suis plus cynique, ou juste totalement désintéressée par le livre, je n’en suis pas sûre. (Oh, et puis aucun suspense sur ce brave Nick malade, j’étais certaine qu’il s’en sortirait aussi).

Une lecture qui me laisse peu de souvenirs, excepté de l’agacement.

This little life of mine and other stuff

Quatrième visite, … what’s next ?

Je vous quittais à un moment bouillonnant de suspense : une visite catastrophique, un week-end crevant (Portes Ouvertes le samedi) et traumatisant (le câble d’alim de Macfly fracassé sur le carrelage donc ordinateur coupé dimanche et lundi matin le temps d’appeler le Mac Store … qui n’avait pas ledit câble en store. Pas sûr que la Fnac ou Boulanger le proposent. A ce moment j’ai arrêté de me prendre la tête et appelé mon père qui m’en a déniché un chez Darty et me l’a ramené dans l’apm … juste alors que je venais de téléphoner pour une nouvelle visite pour le vendredi qui allait venir).

Donc c’était déjà une semaine pleine d’émotions.

Et j’étais encore dans l’angoisse parce que cet appart avait l’air vraiment chouette mais qu’il y avait une visite prévue le jeudi. Donc si les gens se décidaient sur le champ bah tant pis pour moi. Donc angoisse toute la semaine.

Heureusement, les cyclones m’ont bieeeen relaxée mercredi après-midi XD Il y a eu un cache-cache dans le « noir » (vraiment pas vraiment noir), même pas avec les plus jeunes ^^,

Bref.

A quoi m’attendais-je en arrivant ?

A un F3 de 55m2. (Si ça paraît plus pro que d’habitude comme précision c’est que l’annonce est encore en ligne XD). Un garage. Une cave. Un balcon. Une cuisine équipée.

ET.

UNE.

DOUCHE.

VERT D’EAU, LA DOUCHE ❤

J’étais juste un chouia obsédée par cette satanée douche XD

C’était toujours dans la ville qui m’intéressait, ironiquement à deux pas du premier appart catastrophe visité XD Mais sans locataire à l’intérieur au moins. Le loyer était plus conséquent, plus même que celui de l’appart que je désespérais de quitter et je me suis quand même arrêtée deux minutes pour me demander si ça allait le faire.

Si vous ne me connaissez pas IRL, vous ne savez pas à quel point je ne gère pas les chiffres. Donc j’angoisse. Voilà.

Mais la douuuuuuche !

(Pardon XD).

Ironie du sort pour ceux qui me connaissent, je crois que je n’aurais même pas eu besoin de mettre Stan le GPS en place pour trouver. Je n’ai eu aucun problème pour me garer ni trouver la résidence. Le propriétaire était déjà sur place.

Certes, on est en rez-de-chaussée, et je n’ai jamais été spécialement à l’aise avec cet étage. Mais à l’instant où je suis rentrée, je me suis projetée de suite. La petite entrée donne sur un grand salon avec des porte-fenêtres qu’on peut ouvrir sur un balcon avec des pots de fleurs et une vue … La pièce de gauche, une chambre en plus petit, aurait juste été parfaite pour un bureau, avec la même vue.

Et en plus, les vues, vous les obtenez avec des volets électriques. LE. REVE.

Dans ces deux pièces, les murs étaient très sobres, beige et gris – ou comme je l’ai dit à Snow parfait pour mon bazar coloré XD

La cuisine est complètement équipée : plaques, four, frigo géant. Et des rangements en veux-tu en voilà : en bas, en hauteur, avec un espace entre un petit meuble et le frigo. Les toilettes séparés de la salle de bains – c’est bien (c’est vert aussi en prime XD) avec une petite fenêtre.

Et parce que je vous aime bien et que c’est trop joli, je vous donne la salle de bains en mille (et ma super cape de super héroïne dans le miroir XD).

Enfin, la chambre à coucher n’est pas bien grande (dernière photo de la rangée) mais donne sur la jolie vue du salon et du bureau aka l’arrière de la résidence, un jardin. Auquel les résidents n’ont pas accès, ce qui n’est pas plus mal comme ça il reste en bon état.

Entrée, chambre, salle de bains et salon ont un point commun : des rangements coulissants intégrés Je crois que je pourrais rentrer dans ceux de l’entrée et du salon. Pas celui de la salle de bains parce que planquée dedans il y a une machine à laver.

Qui a un programme lavage à la main. Quand on revient de friperie, c’est juste le top.

Et là, je n’étais plus désespérée. Je pouvais juste me voir tranquillement en train de cuisiner, profiter de mon canapé en admirant l’arbre du jardin, prendre des photos des nouvelles fringues devant un des murs très sobres du salon, ou juste marcher cinq minutes et prendre le tram direction la ville.

Après, mini angoisse : le garage est juste après une pente assez clash et un rebord métallique. Et j’ai un peu la phobie des garages depuis que je suis incapable de sortir la voiture de celui des parents (mais longtemps il y a eu un rebord qui faisait bouger ladite voiture et j’ai peut-être encastré celle de mon père dans le muret en sortant de là il y a quelques années. C’pas moi, c’est lui qui m’a attaqué).

Oh il y a une cave aussi, juste à côté du garage, non relié à l’appartement. Détail plutôt cool aussi.

Mais j’ai voulu être responsable. Y réfléchir soigneusement. Encore une fois, le loyer est plus élevé et je n’ai pas non plus un salaire de ministre. J’ai demandé à contre-visiter avec les parents le lundi. En mode grosse angoisse puisqu’il devait encore voir d’autres personnes avant.

Mes parents, entre temps, n’ont pas été très utiles, en mode : « bah si ça te plaît prends-le » XD Maaaaais laissez-moi essayer d’être raisonnable XD

Pour rappel, ma mère m’a quand même sorti il y a quelques mois en parlant d’un oncle « mais qu’est-ce que c’est que ça, un adulte qui passe son temps sur internet ; -euh tu sais que moi aussi ; -mais ça n’a rien à voir, c’est un ADULTE, enfin » XD

J’avais même posé des questions intelligentes au propriétaire en visitant. Même que c’était Snow, Zatoun et peut-être Tesra qui me les avaient soufflées. Genre sur le voisinage, le double vitrage, etc.

La contrevisite s’est passée tranquillement. Les parents étaient presque en mode touristique ^^, Et j’avais juste envie de rester là (plus que de retourner dans l’ancien appart, clairement).

Et puis j’ai dit que j’étais vraiment intéressée, que je voulais signer le bail … ce qui a été remis au vendredi. Parce que je faisais des heures assez étendues (faisaaaais T_T ). J’ai donc eu une boule au ventre que quelqu’un d’autre ne passe et swoop me chipe l’appart sous le nez.


La suite au prochain épisode !

Lecture sur un rocher

Lectures obligatoires à l’université, premier semestre

En matière de premier semestre, il sera question de mon premier cycle universitaire : mon année unique en lettres modernes (on va rire XD) et ma licence d’anglais (Hell of a lot better).

Tout ça, une fois encore, pour vous faire découvrir quelques lectures obligatoires qui m’ont marqué – ou pas !

Lettres Modernes

En 1ère année de Lettres, plusieurs modules de littérature étaient au choix. Et étrangement, alors qu’ado j’adorais le polar (mais plutôt Agatha Christie, là je ne connaissais pas les auteurs), je me suis orientée vers la SF. Pourquoi, alors que je détestais ça auparavant ? Mystère. Bon, je crois que c’est à cause de l’extrait de 1984 étudié en 1ère L qui m’avait fascinée.

Über bien m’en a pris. Je suis tombé dedans pour ne plus jamais vraiment en sortir. Le meilleur des mondes m’a laissé sans mots. Fascination de la découverte du genre, je ne sais pas, mais de l’univers, c’est sûr. Le Retour n’est pas une fiction mais plutôt un essai sur les vingt ans qui se sont écoulé entre les deux livres et les avancées scientifiques et technologiques ayant eu lieu, il me laisse un bon souvenir aussi.

En revanche, j’ai détesté La planète des singes XD Je ne sais pas pourquoi, je ne supporte pas ce texte ^^, est-ce le côté voyage dans l’espace auquel je ne suis pas encore habituée ? Les castes, le côté très vieillot du langage ? Je n’en sais rien, mais je n’ai jamais apprécié.

Le petit recueil de Jacques Baudou était une lecture introductrice qui ne me laisse plus aucun souvenir aujourd’hui, si ce n’est que je l’ai trouvé utile, fonctionnelle, un Que sais-je plutôt bien fait (oui j’avais le réflexe de me tourner vers cette collection à l’époque quand je voulais compléter mes connaissances sur un sujet).

Or donc en première année j’avais choisi d’étudier la Littérature.

Vraiment pas la décision la plus inspirée.

Les trois premiers sont des choix personnels pour essayer de suivre – puisque déjà je n’en voyais pas trop l’intérêt … le Précis n’était pas inintéressant, mais bon. La versification, je n’en ai aucun souvenir et Si le grain ne meurt est totalement inintéressant.

C’est quand même gé-nial quand vous vous lancez dans des études de lettres lorsque vous adorez lire et que les 3/4 des cours sont plats et résolument sans intérêt dans la matière.

Un peu plus intéressant, mon option d’Histoire. Enfin, on n’en est pas au niveau de Jean Des Cars, ces lectures n’ont pas été passionnantes (mais c’était déjà franchement mieux que les cours de grammaire et autres).

Si ça a l’air plus fun, c’est parce que c’est le cours de recherche documentaire. Ironie du sort, je n’avais aucune idée de ce que je faisais (ça sera pareil en master XD) et j’ai choisi de travailler sur le vampire dans la littérature, donc voilà quelques lectures que j’ai retrouvées. Le Petit guide, je l’avais lu ado et beaucoup aimé, il est plutôt drôle et fonctionne bien comme documentaire jeunesse. Les maîtres du fantastique en littérature vient d’une collection qui me laisse un très bon souvenir aussi, Les Compacts, qui propose plein d’idées lecture. Le Que-sais-je ? reste un peu aride.

Pour être honnête, il y a eu des livres fortement suggérés que je n’ai jamais touchés, notamment de la prof de grammaire qui demandait qu’on achète son propre livre. Mais bon, j’ai de trèèès mauvais souvenirs des cours de grammaire en lettres (bizarrement c’est passé crème en anglais).

Anglais

(On me pardonnera le non découpage en années XD)

Le premier reste généraliste et je l’ai très peu utilisé dans cette langue. La Syntaxe simple a été dument surlignée, je m’en souviens ^^, et les deux livres de vocabulaire m’ont laissé m’arracher les cheveux assez longtemps sur des mots dont je n’avais aucune utilité genre crane pour la grue de chantier et l’oiseau XD

Je ne m’y attendais pas mais j’ai adoré les livres sur la structure des mots et le fonctionnement de la langue (bon, le dernier sur le thème n’est pas spécialement intéressant). J’ai même conservé le Précis de lexicologie et The Study of Language.

Histoire et civilisation. Pas de mauvais moments passés.

Surprise, surprise : j’ai vraiment aimé ces documentaires. Probablement davantage que des lectures intégrales ^^, J’aime beaucoup le côté panel littéraire, l’histoire de la littérature, la découverte de thèmes, etc. C’est triste que c’est un élément de fac de lettres qui m’ait toujours ennuyée.

Voilà pour les livres que j’ai dû lire, en fiction essentiellement, pour les cours de littérature générale. Alice est plutôt fun mais en première lecture VO c’est assez ardu (je comprenais les mots séparément mais pas ensemble XD). Dr Jekyll est un classique de SF très bien passé.

Shakespeare m’a plu pour King Richard II et Twelfth Night mais Romeo & Juliet … disons que j’ai découvert des adaptations chouettes l’année-là mais en même temps les cours étaient à oublier.

Si j’avais beaucoup aimé Robinson Crusoe enfant, la version VO a été un calvaire et m’a ennuyée. Enfin, Scenes from Deep Time ne m’a pas du tout intéressée. Ce n’était pas vraiment un livre mais plus une étude de représentations graphiques sur les dinosaures … barré mais pas dans le genre qui me plaît.

Viennent ensuite les livres des cours de litté spécialisée. Il y a eu des lectures merveilleuses, des choses intéressantes, et une hor-reur. Coraline m’a énormément plu et permis de découvrir Neil Gaiman, avec Miroirs et fuméeTimbuktu est un récit adorable du point de vue d’un toutou, il m’avait énormément touchée.

Ashes to Ashes et Betrayal sont deux pièces de théâtre moderne. Je regrette un peu mon manque total de souvenirs et je pense aussi que j’aurais vraiment aimé étudier ce sujet plus avant, vu comme j’adore le théâtre classique français. C’était le cas avec The Real Inspector Hound aussi, une pièce de théâtre dans la pièce avec une enquête policière. Une touche d’absurde en prime et voilà une petite lecture très fun, même des années après.

On en arrive à l’horreur. Women in Love. Déjà que j’ai horreur des romances pour la romance, mais les relations décrites dans le livre m’avaient exaspérée, sans parler des détails sur le sexe.

Petite haie d’honneur pour les lettres classiques dont j’ai profité pendant une petite année, mais quelle année. J’ai adoré faire du grec ancien, j’ai savouré ces belles sonorités. J’étais tout particulièrement fan des manuels de lycée Hachette, que j’utilisais tout le temps pour mes devoirs, plus que mes cours presque ^^, Le latin était plus un pâle complément, j’en avais eu ma belle dose au lycée avec ma super prof, mais le grec a été une de mes révélations à l’université. C’est un petit regret que j’ai de ne plus l’utiliser au travail maintenant.

En deuxième langue, j’avais choisi de prendre italien (parce que hem … c’est compliqué avec l’allemand XD on en reparlera peut-être ^^,). J’avais surtout utilisé le Pratique de A à Z pour bosser la grammaire puisqu’on n’en faisait peu et je pensais en avoir absolument besoin. (Résultat … on va pas parler du résultat XD).

Enfin, ma petite collection de livres sur les dragons. Parce que mon TER (non pas le train que je prenais en fin de semaine XD), Travail d’Etude et de Recherche de L3 portait sur le dragon dans les mythes celtes.

Si c’est pas la classe à Dallas, les enfants.

J’ai donc découvert cette merveille que l’encyclopédie de Carol Rose que j’utilise encore actuellement pour l’écriture. Les autres m’ont laissé un peu moins de souvenir à part cette période de travail, même le livre de tarot. Je l’ai conservé longtemps mais plus par habitude et l’ai finalement laissé partir au dernier désherbage. Ma collègue choupette d’arts l’a récupéré ^^ Une belle période de recherche.

Pour rester dans le thème du vampire qui a terminé ma sélection de lettres, je vous donne mon obsession de première année d’anglais. Même pas honte.

Remarquez, je suis fière de moi. Les deux tomes sont dispos sur Amazon (à 120€ XD), ce qui n’était pas le cas à l’époque, et jamais de la vie je ne pense à essayer de les acheter XD

Pour être honnête, je crois que les vampires, c’est une partie de ma vie qui est derrière moi. J’ai désherbé la plupart des livres sur le sujet (même des Marigny ^^,), j’essaie d’explorer d’autres contrées folkloriques pour l’écriture (même si je ne jette pas mes personnages déjà existants avec l’eau du bain non plus – déjà parce que c’est pas écolo XD) et je suis aussi passée à autre chose en fiction. That’s life.

Voilà voilà ! Et vous, vos lectures universitaires, s’il y en a eues ? Plaisantes, rageantes ?

Lookbook

Here we go again :P

Premier haul de l’année … et probablement le dernier avant un bout 😦

J’ai pensé à vous partager les photos d’Instagram prises lors de la séance d’essayage, et heu, en fait, il y en a trop XD Donc si ça vous tente, n’hésitez pas à faire un tour sur ce réseau en passant par le widget à droite sur le blog.

Encore une expédition très fun et qui m’a permis de trouver de très jolies choses.

Le fond a un peu changé pour les photographies. Si j’utilise toujours mon étagère en échelle, vous aurez compris que j’ai déménagé et qu’on n’est plus sous le puits de lumière du précédent appart. La lumière de la fenêtre était dans mon dos. On voit par contre un petit bout de mon bureau dans les coins du bas. Est-ce que la disposition vous paraît bien ? Je reste un peu dubitative.

Oui bon c’était un peu une blague à la base. Et puis je l’ai essayé et diantre que c’est confortable et joli. L’association du noir et du rouge, j’adore. La marque s’appelle Jean Marc Philippe, je ne connais pas du tout. L’espèce de petit ruban noir se noue en haut de la poitrine.

Porté en action : sur le long terme, c’est vraiment confortable, en fait. C’est devenu un élément de ma tenue tranquille de soirée (avec les cheveux en palmier XD) et je suis fan.

J’ai encore cherché du rose XD Ce petit pull de chez Camaïeu a un côté un peu doré, comme de la poudre ou de la poussière d’or mélangée au rose doux. Il tombe un peu sur les épaules et les manches ont un style plutôt 3/4.

Porté : j’adore. C’est mieux sans haut à manches longues dessus, pas parce qu’elles sont juste mais parce que ça rend vraiment plus joliment. J’avais testé sur une robe à la friperie et plutôt aimé. Sur un jean c’est très bien et avec une jupe aussi. Il m’a l’air un peu épais pour être conservé en fin de printemps, c’est mon seul regret : puisque sinon il me semble polyvalent (temps / type de tenue).

Gni ❤ Une robe patineuse qui twirle ❤ Les manches ne sont pas longues, elle n’est pas très épaisse. La seule chose qui me dérange un peu : le décolleté cache-coeur très prononcé. C’est une Vivance, jamais entendu cette marque avant.

Portée : ❤ Juste géniale. J’ai bien fait de mettre ma brassière framboise dessous, déjà parce que la touche de couleur est juste impeccable mais aussi parce que vraiment sans je ne pourrais pas. Elle est pratique, légère, collant ou legging je suis super à l’aise, je pourrai courir attraper un tram avec ou passer des heures au boulot à cataloguer XD J’ai de grands espoirs de pouvoir la mettre toute l’année !

Cruella DeVille, Cruella DeVille … j’étais en train de chantonner comme une idiote dans la cabine d’essayage XD Mais cette petite cape m’y fait trop penser ! Promis, c’est du synthétique, d’une marque inconnue au bataillon (Aroli). Ca ne se voit pas trop sur la photo mais elle a une teinte vert sombre et se clipse juste au niveau du cou. Les manches ne sont pas bien longues mais tellement élégantes.

Portée : bah honnêtement je l’ai mise aujourd’hui deux minutes pour sortir recycler des revues et checker la boîte aux lettres (dans laquelle y a jamais rien en prime). Je n’ai pas pu la mettre auparavant puisque les températures ne sont pas encore assez clémentes. J’espérais attendre fin mars, début avril. Donc je ne sais vraiment pas si je pourrai la mettre dans les semaines qui viennent. (C’est pas vraiment une veste intermédiaire à mettre dans l’appart ^^, déjà qu’il y fait suffisamment chaud). Mais pour dix minutes, ça m’a fait plaisir ^^,

Un haut manches longues tout simple, bleu sombre avec une petite inscription maritime. La marque l’est aussi : Terre de Marins. C’est mignon, c’est discret.

Porté : c’est conforme ^^ J’ai apprécié la simplicité et le confort avec un jean. Par contre il est assez chaud donc pas à envisager sur l’année. Mais ce qui pourrait être un joli basique d’automne.

Ma première robe Primark. Si j’ai souvent acheté des sous-vêtements, vêtements plus style lounge à la maison (Harry Potter, pyjamas), chaussettes là-bas, à part quelques hauts (sweater, cropped ou très simples), je n’ai jamais acheté de vêtements plus élaborés. Cette robe a un côté laine, plutôt épais, avec quelques boutons dorés sur les poignets et un col roulé.

Porté : ce n’est pas une robe très fun mais elle tient chaud et n’est pas désagréable à porter. Il faut une touche de couleur par contre ! Je crois que j’avais ma petite veste en laine violet avec.

Héhé ❤ J’avais une veste dans le même genre sur ma wishlist EMP, style veste en jean avec manches et capuche en coton. Le gris n’était pas forcément une couleur qui me motivait particulièrement et j’avais un peu peur de la taille aux épaules et la largeur des manches mais je m’en fiiiiche ❤ C’est une H&M.

Porté : ❤ j’ai définitivement bien fait de m’en fiche. J’adore. Je suis fan du look obtenu, je n’avais pas tant de vestes grises sinon avec d’autres couleur (hoodie Serpentard par exemple, avec du gris sombre/noir), la différence de matière (en apparence, parce que le corps de la veste n’est pas en jean). Seule difficulté :  c’est une veste de mec donc les boutons se font dans l’autre sens XD c’est une petite complication à chaque fois ^^,

Haut spécial Serpentard comme a dit Snow 😛 Je ne l’avais même pas réalisé. A la base il était replié côté intérieur donc je n’avais même pas vu les écailles, juste la couleur vert mousse et l’asymétrie. Découvrant le doré desdites écailles et le col roulé (je m’y fais doucement), j’ai été un peu estomaqué mais c’était fun en fait. La marque d’ailleurs s’appelle Fun & Fun XD.

Porté : c’est fun et confortable ! Je n’aurais pas pensé, mais sur un jean ou une jupe haute, il a définitivement quelque chose, que ce soit avec les manches de longueur différente ou la découpe du bas. La couleur est magnifique. Je regrette juste que ce ne soit pas un article à mettre toute l’année – il tiendra définitivement trop chaud d’ici quelques semaines.

La belle couleur turquoise ! Je connaissais déjà la marque, Ikebana, qui dans mon souvenir était une collection de chez Kiabi, j’avais quelques hauts malheureusement trop grands (genre tente …). Celui-ci est d’une couleur magnifique. Le décolleté est un peu hasardeux mais passe.

Porté : la déception ! C’est trop juste pour être vraiment porté en robe. Pas de beaucoup hein mais juste. Avec un legging ou un jean ça passe mais seulement un collant ça ne va pas le faire. C’est dommage, je la voyais vraiment bien en robe pull. Greuh. enfin, la couleur peut donner quelque chose de très joli avec une jupe aussi, sans la longueur, ou au contraire ce que j’ai déjà fait avec le haut vert à écailles, laisser toute la longueur sur une jupe taille haute bodycon (le long du corps). Ça peut le faire, surtout que les deux que j’adore sont grises (sombre et plus clair).

Oui, ça va, j’ai du rose XD Un très joli rose poudré, manches longues à col roulé. Moi qui n’avais pas de col roulé à part un à manches courtes en décembre je ne les compte plus là XD La marque est Canda. Je me souviens qu’elle était vendue au C&A quand j’étais étudiante et j’aimais beaucoup leurs articles.

Porté : Je suis toujours enthousiaste. Le pull est tout doux, un peu simple par contre. J’ai essayé avec un gilet noir qui se ferme à la poitrine, sans manche, et ça ne rend pas trop mal. En fait avec ce genre d’articles j’aimerais trop une robe salopette .. ça se dit comment en français ? Pinafore dress en anglais, c’est tout ce que je sais ^^, Dans un style jean, bleu jean ou noir, voire blanc (histoire de vivre dangereusement XD).

Même marque que le pull ci-dessus, cette chemise est d’un rose encore plus pâle. J’avais adoré à l’essayage le rendu à la fois ouvert, noué à la taille, et fermé (c’est la difficulté en général). Il faut que je teste sous une robe, fermée mais pas jusqu’en haut (le col n’est pas assez intéressant).

Porté : pas encore. Je crois que même si je peux la fermer j’ai surtout hâte de l’utiliser nouée à la taille fin printemps, début de l’été, avec ma jupe et mes vestes kaki par exemple.

Et comme d’habitude, on termine avec quelques bandanas. J’ai déjà porté le mauve et le rose, avec tous les articles dans ces teintes que vous venez de découvrir dans ce haul ^^, J’ai essayé le vert émeraude hier dans mes cheveux, comme je le faisais beaucoup lorsque j’étais étudiante (je désespère d’arriver à faire cette coiffure de nouveau !) mais je crois que ce type de bandana n’est pas assez grand pour ma tête ^^, Sinon ils sont très doux, agréables au toucher (100% coton, ça aide !) et les couleurs très jolies.

Pour le prochain rendez-vous … il devait se faire ces jours-ci avec Snow. Mais vu la situation actuelle, à moins qu’on ne tente une commande sur un site comme ThredUp (pas mal de Youtubeuses qui se spécialise dans l’occasion l’utilisent, mais je ne peux pas puisque pas d’essayages) bah il n’y aura plus de Haul avant quelques temps.

J’aimerais bien tout de même concrétiser les autres articles Lookbook que j’ai dans les cartons depuis quelques semaines, sur des articles que j’ai déjà, mais si vous avez des idées ?

J’espère en tout cas que cette série d’articles vous aura plu jusqu’à présent !