Errements visuels

Netflix & Me [Octobre]

En octobre, je papillonne essentiellement avec des films et séries déjà vus. D’ailleurs je vais avoir du mal à faire ce billet puisque Seriebox, un de mes outils principaux avec l’historique Netflix, prend juste en compte le revisionnage de films, pas des séries, donc même si je marque un épisode revu, je ne le verrai pas dans mon profil, ce qui est tout sauf pratique

J’effectue un petit revisionnage de Gilmore Girls … enfin, surtout de l’ambiance et de l’audio puisque je les passe lorsque je fatigue et que je somnole devant l’ordinateur ^^, c’est très agréable.

Encore un petit retour avec Chefs, même s’il y a pas mal de défauts j’apprécie toujours le jeu de Hugo Becker et Clovis Cornillac. J’aimerais beaucoup la saison 3!

Je ne me lasse pas non plus de The Blind Side, malgré l’accent étrange (sudiste) de Sandra Bullock, l’histoire reste très touchante.

Mindhunter reste un excellent souvenir, dont je n’ai pas encore beaucoup profité ce mois-ci puisque je n’en ai vu que quelques minutes ^^, ou en tout cas c’est l’impression que j’ai eue vu que j’étais trop peu concentrée. (Je n’arrive pas à me concentrer ^^,)

J’ai finalement découvert la suite de Mamma Mia. Je ne sais vraiment pas quoi en penser. A part que ça ne sert vraiment pas à grand-chose … On connaît déjà l’histoire de la mère, même si les acteurs jeunes sont très bien choisis. Le présent n’est pas très intéressent, excepté la grand-mère (Cher, quoi !) et Meryl Streep manque vraiment.

Deux gouttes d’eau … un téléfilm que j’ai rattrapé en replay. J’adore Hugo Becker mais c’est catastrophique. C’est téléphoné avec le principe des jumeaux, les répliques sonnent faux, comme le comportement des personnages.

J’ai revu le premier Incredibles puis découvert le second. Il m’a un peu déçue, mais je pense que c’est parce que je manque de capacités d’attention. C’est chouette de suivre un peu la mère, le villain est bien pensé sur le thème des médias, mais ça ne m’a pas passionnée.

Je ne sais pas pourquoi mais je suis amoureuse des Croods ❤ L’histoire, les voix, la musique … les couleurs ! Je pourrais le regarder à longueur de journée (et je l’ai fait un temps ^^,).

Frida est une surprise. Je n’ai jamais étudié l’espagnol ni l’art donc je ne connais cette artiste que de nom (Switched at Birth la mentionne souvent) et quelques éléments de sa vie. Le film s’adresse parfaitement aux néophytes. Salma Hayek est magnifique, tout comme la photographie et les passages artistiques aka un peu surréalistes. Un excellent moment.

Comme prévu, j’ai repris Murphy Brown et malgré les années qui passent, c’est toujours un plaisir. Seul regret : ne pas l’avoir découverte ado !

En mode vintage, je suis repassée à Family Ties, que j’adore toujours autant.

Parallèlement, il y a Modern Family qui est toujours aussi fun et que je rattrape. Je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’ils s’inspirent de Family Ties notamment lorsque Claire et Phil ont un aperçu du futur de leurs enfants et l’actrice pour Future Hailey est … Justine Bateman aka Mallory XD Chaque épisode ou presque est hilarant, toujours pour Lily la demoiselle adoptée par le couple gay ❤

Vous avez vu, vous comptez voir certain/e/s de ces films, de ces séries ? De belles trouvailles récemment pour vous ?

Lectures sur un rocher

Feuilles d’octobre

En octobre, je suis immergée dans des livres du boulot, d’autant que je propose une soirée lecture à l’internat pour Halloween.

J’ai découvert Ne vous disputez pas avec un spectre en fouinant pour des achats de boulot. Une géniale lecture d’épouvante, avec un beau contexte, des personnages intéressants, des actions chouettes … juste une relation amoureuse qui arrive comme un cheveu sur la soupe et une fin bien trop happy end. Spoilers : je l’ai changée pour mes loulous. Je vous raconterai dans le billet.

Deux livres ensuite auxquels je n’ai pas réussi à accrocher. Gothic commence de manière très sérieuse, même pour un documentaire, et s’il est très bien illustré j’avais plus tendance à tourner les pages sans vraiment lire. Démarrer par l’architecture était particulièrement endormant en plus …

Et Stéréotypes, s’il me parlait franchement (cette séparation de la société selon le type de personne, Altruiste, Perfectionniste) est retombé comme un soufflé dès le début : merci l’accouchement sauvage dans la forêt, suivi par une agression sexuelle sur la demoiselle et une randonnée à pieds, no soucy Lucy. J’ai essayé de m’accrocher, mais c’est prévisible et raccroche trop de personnages et sous-intrigues pour être efficace.

Parmi les lectures du boulot, L’envol du dragon est adorable mais un peu léger (pas assez du côté maladie pour un thème de société, pas assez du côté imaginaire avec une vague incursion dans la réalité virtuelle).

Rana et le dauphin garde ce côté choupi, avec peut-être un peu plus de potentiel d’utilisation (le côté science-fiction, s’il reste fin, est exploitable avec un petit lecteur je pense – je ne parle pas de lecture plaisir mais de lecture pour le cours de français avec thème imposé^^,).

L’école est finie, si je l’ai trouvé intéressant et exploitable pour son côté société ET sf (jackpot XD deux trimestres en un 😛 ne rigolez pas, j’ai une soixantaine de livres à chercher pour chaque thème cette année ^^,) avec l’évolution de l’éducation, l’implication des entreprises, la fin reste légère (oui je sais c’est moi qui râle ^^,).

J’ai pioché Morwenna un peu par hasard chez les parents. Le début est étrange, et si je n’ai pas l’habitude de tant de références littéraires, imaginaires de surcroît, j’apprécie la balade, d’autant qu’on est immergé dans la culture anglo-saxonne en prime.

Le tome deux de la série du Livre perdu des sortilèges m’était vite tombé des mains parce que je n’en gardais aucun souvenir. La reprise du premier s’est faite tout en douceur et j’ai retrouvé toute l’affection que j’avais pour cette histoire et ses personnages.

Relecture de Full Moon – je crois, j’en avais de vagues souvenirs. Ca reste mignon, j’attends de voir. Il n’y a pas grand-chose à dire à part mignon, j’ai l’impression.

Le Dico Manga est un pavé assez conséquent, et qui a plus de dix ans. Je l’ai chipé au boulot, mais je ne suis pas sûre d’en venir à bout, déjà parce qu’il est énorme et parce que les choix me paraissent parfois discutables.

Ce petit livre sur la paix est en fait un mini documentaire sur des personnalités à base d’infographies. C’est mignon, le dessin est adorable, les informations importantes sont là sans trop en faire, mais je n’ai pas vraiment eu de surprise et ne suis pas aussi enthousiaste qu’en découvrant la collection.

Plus tard, je serai moi évoque joliment le sujet de l’orientation et de l’implication parfois malvenue des parents – ici, ils insistent pour que Selina devienne une artiste, et vont jusqu’à couper le chauffage et ne plus acheter que les essentiels en provisions pour qu’elle ait une vie aussi tragique que d’autres artistes.

Toujours en mode lecture de boulot, avec Je préfère qu’ils me croient mort, on évoque les jeunes Africains amenés en Europe par des arnaqueurs sous prétexte d’en faire des champions du foot. C’est prenant, bien dans le sujet, empathique. Si je n’ai pas été touchée, je l’ai néanmoins trouvé très bien dans son objectif et je le recommanderai sans problème.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en octobre ?

Bibliothèques Lynnaennes

Moisson ! [Octobre]

En octobre, je me fais plaisir en déambulant dans les allées d’une gigantesque brocante à ciel ouvert et rêvasse devant les centaines de livres exposés. Dommage, je viens juste d’en acheter quelques-en en neuf pour le boulot (notamment l’autobiographie d’Antoine Griezmann, chipée pour les vacances), sinon je les aurais pris pour mes loulous. Quelques jolies trouvailles pour moi cependant, qui m’ont tout de suite parlé et pour lesquelles je n’ai pas réfléchi. Ça ne m’arrive plus tellement.

J’ai un faible pour les récits qui se déroulent en bibliothèque et librairie, surtout lorsque je ressens un côté feel good ou doudou (L’amour est à la lettre A me terrifiait par son côté romance et au final je l’ai tellement aimé ❤ ). Et Christian Grenier est au sommaire des nouvelles de ce petit recueil (je crois en plus que c’est le père d’un de mes loulous qui le vendait, je ne sais pas si c’est de moi ou du soleil qui lui tombait directement sur le visage qu’il s’est caché, mais c’était très drôle).

La box de septembre est finalement arrivée. Je ne ferai pas de commentaire avant l’article, qui arrivera un jour, promis, et me contente de vous présenter le livre.

Et vous ? Vous avez acheté des livres, vous en avez reçu en octobre ? A bientôt pour le bilan lecture !

Apartés - This little life of mine and other stuff

Festival International de Géographie 2018

(Pour une fois que je rédige l’article en rentrant … il faut que j’ai des semaines über chargées au travail et que je zappe de le publier ! J’étais persuadée que c’était déjà fait.)

Pas mal de changements pour ce salon cette année. Je dois admettre que le passage en chapiteau m’a bien perturbée (avant, c’était dans un bâtiment), et surtout le fait d’avoir des doubles rangées d’exposants … je suis assez maniaque, et toutes ces informations m’avaient l’air trop pêle-mêle pour que je sois à l’aise !

En plus, la partie éditeurs jeunesse était directement accolée aux adultes, notamment au stand Canopé aka les ouvrages pro enseignants ^^, j’aimais bien la séparation dans le bâtiment les années précédentes …

Bon, c’était peut-être la fatigue, la petite santé, le manque d’énergie, les soucis de voiture qui ont fait qu’au dernier moment j’ai proposé à Tesra une expédition en train et que ça m’a empêchée de profiter pleinement de ce petit salon.

Pour être honnête, Saint-Dié avec un beau soleil même un petit vent frais est une ville très agréable – je regrette de ne plus y vivre ! Entre les montagnes, les arbres et la végétation, j’étais ravie d’y refaire un petit tour.

Ravie aussi d’y avoir découvert Lau, coupine de salon, que je ne m’attendais pas du tout à voir – il a fallu d’ailleurs, dans la lune que j’étais, que Snow me taloche pour que je lève le nez ^^,

Les discussions avec Tesra et Snow ont aussi été gratinées, nombreux foux rires au rendez-vous, et petit shopping ont donné lieu à une belle journée, avec quelques découvertes livresques, notamment pour le boulot.

Une fois encore, Rue du Monde propose de petits bijoux qui vont atterrir directement dans la liste à commander du boulot ! Documentaires comme albums, et un petit recueil de conte culinaire, pas mal de titres m’ont inspirée.

Une charmante petite virée qui me fait regretter une jolie ville. Et une décoration en mode Vikings plutôt chouette.

Lectures sur un rocher·Life as a Teacher Librarian - Pérégrinations de profdoc

Coup de gigot et autres histoires à faire peur

Lamb to the Slaughter. Roald Dahl (auteur). Quentin Blake (illustrateur). Elisabeth Gaspar, Hilda Barberis (traductrices). 1954 (VO), 2007 (VF), 123 p. Folio (Junior). Jeunesse. 3€.

Qui pourrait croire que derrière cette paisible ménagère, si tendre et si attentionnée avec son mari, se cache une terrible meurtrière ? Et cette logeuse débordante d’amabilité et de gentillesse, comment ne pas lui faire confiance ? Mais attention ! Les apparences sont parfois trompeuses…

Dans le cadre du défi britannique d’Evy, je me suis lancée dans une redécouverte de Roald Dahl au mois de septembre dernier. J’en ai profité pour découvrir deux petits ouvrages chipés au boulot, mais j’ai manqué de temps et de motivation pour me lancer dans le recueil « adulte » Kiss Kiss. Dommage, mais Coup de gigot à lui seul vaut le déplacement.

C’est amusant, il est paru dans la collection Junior de Folio, mais il a un côté délicieusement noir qui semble loin de la littérature enfantine et qui m’a passionnée – enfin surtout pour la première nouvelle. Qui a d’ailleurs été adaptée par Hitchcock. J’avoue que j’ai eu un peu pitié de cette brave Mary, l’héroïne du texte qui donne son nom au recueil, et j’ai adoré suivre son cheminement de pensée. Et quelle fin ! Délicieuse 😛 (enfin pas pour moi, je ne mange pas de viande xD) ça m’a rappelé Mise en bouche ^^,

Les autres nouvelles (Tous les chemins mènent au ciel, La logeuse, William et Mary – juste, un autre prénom d’héroïne aurait été pratique pour ne pas les confondre ^^,) gardent un humour très mordant, même si c’est surtout Coup de gigot qui a retenu mon attention -mais c’est typiquement ce qui me fait rire.

Pas pu m’empêcher de me dire que la brave Mme Foster de Tous les chemins mènent au ciel a eu bien raison, accessoirement, vu comment son mari la traite. Et cette élégance du langage aussi, dans la description de ses actions, avec ce côté délicieusement daté de la période. La logeuse, en plus d’humour noir, a pour moi une touche de fantastique et d’étrange (m’en fiche si c’est pas le cas, je la lis comme ça).

J’ai eu une petite impression de déjà vu avec le thème de William et Mary, peut-être en science-fiction, mais plutôt du côté du phénomène scientifique, pas du point de vue de l’épouse. Et que c’est efficace. Une fois encore, une impression de juste punition et de satisfaction puisqu’on estime que les choses sont rentrées dans l’ordre. Et, effectivement, d’une manière bien grinçante et satisfaisante.

Ou c’est juste moi et mon côté glauque? 😀

Une petite lecture de laquelle je n’attendais vraiment pas grand-chose, et qui s’est révélée particulièrement chouette, et satisfaisante (c’est le mot !)


Quand mes 3èmes m’ont demandé de revenir pour une nouvelle soirée lecture, j’étais un peu perdue, aucune idée de quoi leur proposer ^^, et puis je me suis dit pourquoi pas un peu de cet humour un peu grinçant !

J’ai jeté un oeil à Mieux vaut en rire, autre recueil de l’auteur, je vous en parle dans un autre billet, mais je me suis focalisée sur deux nouvelles issues de Coup de gigot, finalement : le texte éponyme, et William et Mary, sur la demande des jeunes (nan mais y a un côté un peu scientifique, un peu dégoûtant … vous êtes sûrs? okay ^^,)

La séance lecture a été un peu différente de la première fois. Comme il y a eu des changements et des ajouts dans l’internat, j’avais proposé au collègue surveillant de les emmener au CDI, ce sont des grands, ça va aller … Ca a un peu bougé, papoté, ri, mais en lien avec la lecture, donc je ne me plains pas trop.

J’ai aussi essayé d’instaurer un dialogue pendant le texte, pour ne pas les ennuyer, parce que je ne veux pas dire mais Dahl date un chouia, donc pour garder le rythme et l’humour, je les ai fait participer un peu. (J’étais un peu fatiguée, remarque, alors quand un des gamins a sorti que le M. de la première histoire trompait sa femme avec un gigot … j’ai ri.).

La deuxième nouvelle, William et Mary, a été un petit défi puisque longue et bourrée de vocabulaire scientifique et soutenu. J’ai essayé de simplifier tout ça et carrément taillé dans le vif du sujet en résumant avec des mots plus familier l’opération. Ca a aussi été l’occasion de mettre le ton, entre le côté froid et détaché de M. qui se fiche quand même un chouïa de sa femme (comme dans le premier texte), Mme qui est tout de même un peu perchée, et le scientifique entre tout ça ^^,

Au final, je crois que mes loulous ont passé un bon moment, et je me suis également bien amusée ^^ Et je crois qu’ils ont remarqué mon petit côté glauque en prime XD

Apartés - This little life of mine and other stuff

Festival International de Géographie 2018 en approche

Cette rentrée … est perturbante question temps. Entre autre pour ce paramètre.

Encore une fois, j’avais zappé que ce salon arrivait très rapidement. Je devrais en être le samedi 6, j’espère avec Tesra, et y retrouver Snow. Le passage au salon en lui-même pour une fois ne sera pas très long, c’est plutôt une sortie avec une petite touche de livres et de géographie !

Les pays invités sont les pays nordiques (j’aurais bien aimé une focalisation sur l’un, mais bon) et l’affiche est franchement tristoune. Le dégradé de bleu est joli, mais je préfère les girafes ou les manchots …

Et vous, vous en serez ? N’hésitez pas à me dire si l’on risque de s’y croiser !

Errements visuels

Netflix & Me [Septembre]

En septembre, je n’arrive pas vraiment à me concentrer sur les visionnages non plus.

Si Gaspard Ulliel est toujours aussi séduisant dans Saint Laurent, je n’ai pas vraiment apprécié le film, trop attaché aux questions sexuelles, même si certains éléments m’ont plu.

Après Switched at Birth (dans lequel je fais une pause, dernière saison, l’intrigue sur le consentement, le date rape éventuel me gênant beaucoup plus que lors du premier visionnage), j’ai eu envie de reprendre The Fosters. Si j’apprécie toujours autant la diversité de cette série et les portraits de personnages, je trouve que le nombre de casseroles refourguées à Callie (après les problèmes judiciaires d’adoption, ceux de la scène d’accident fuie, l’implication dans une affaire de meurtre, la presque prostitution) est exagéré.

Par hasard, je suis tombée sur The Mummy, qui reste un excellent souvenir. J’ai été ravie que le revoir à nouveau soit tout aussi plaisant. Sa suite propose tout autant de fou rires, et même le gamin n’est pas si exaspérant.

Tomb of the Dragon Emperor n’est pas du tout la même soupe. Je me suis endormie au bout de vingt minutes, ce qui ne m’est plus arrivé depuis X-Men: The Last Stand … Autant j’ai eu un gros manque de Rachel Weisz que j’adorais dans les deux premiers opus, autant elle a bien fait de ne pas s’embarquer dans cette galère. Sa remplaçante n’est pas du tout à la hauteur, et j’ai détesté qu’ils fassent d’Evy une romancière ratée, juste capable de raconter son expérience et qu’elle ne puisse rien imaginer d’autre (ou ça change à la fin, mais je dormais donc bon). Brendan Fraser m’a fait de la peine, il avait l’air si fatigué … Le côté chinois est à la fois ridicule avec le côté momie et les personnages de la franchise, à la fois le petit prologue a son intérêt malgré le côté cliché, et John en mode patron de cabaret en Chine, why not. Quel mess.

J’ai repris avec plaisir Dix pour cent, j’aimerais beaucoup la saison 3 maintenant. Une quatrième est prévue, mais toujours pas de date de diffusion pour la dernière tournée … Jusqu’à cet article de Komitid : novembre sur France 2. En revanche, je ne sais pas quand elle arrivera sur Netflix, mais le replay n’est pas catastrophique pour cette chaîne.

Ricki and the Flash n’apporte pas grand-chose. Meryl Streep est toujours aussi chou, mais je n’ai pas trouvé qu’on accomplissait beaucoup à part son couple avec son guitariste. Certes c’est assez mignon de la voir être là pour sa fille qui divorce, mais en même temps c’est très survolé.

Up in the Air m’a passionnée par son début sur l’organisation sans failles de Clooney qui passe son temps dans les airs pour son job qui consiste à renvoyer des gens dont les patrons n’osent pas le faire. La suite est plus lente, mais son personnage est attachant.

MURPHY BROWN REVIENT ❤ Je suis tellement tellement contente ! J’avais découvert cette série il y a quelques années et tellement regretté de n’avoir pas pu la suivre lors de la diffusion (j’avais un an lorsqu’elle est sortie XD). Je suis sûre qu’elle aurait réussi à m’intéresser à l’actualité. Candice Bergen est tellement géniale en journaliste d’information, forcément qu’elle reprendrait du service sous l’administration Trump ❤ Il y a tellement de choses à dire dans le monde de l’information nowadays !

(Et le coup de shade à Roseanne ! Impec ❤ L’humour est toujours au rendez-vous !)

(Oui, je vais me refaire les dix saisons, you watch out).

Vous avez vu, vous comptez voir certain/e/s de ces films, de ces séries ? De belles trouvailles récemment pour vous ?