Bibliothèques Lynnaennes

On désherbe !

Diantre, on désherbe encore !

Pour rappel, le désherbage c’est cette opération qui consiste à sortir des livres d’un fonds documentaire – en l’occurence mes bibliothèques. Ca peut être un livre lu, relu ou pas encore et dont je me dis bah en fait non !

Cette deuxième édition …

Le premier tome était un enchantement, celui-ci est tombé de bien haut. Les références littéraires sans explication, comme si elles allaient de soi, m’ont plombée, et je me suis ennuyée tout du long.

Le texte des contes m’a ennuyée et les illustrations ne m’ont pas emportée non plus.

Ça me gêne un peu parce que c’était un cadeau, mais j’ai détesté cette lecture. Plate, ennuyeuse, au dessin brouillon, et avec un message limite (amour entre une élève et un prof – bon peut-être que c’est un crush mais quand même) sans oublier une naïveté atroce.

Le souci avec ce manga réside plutôt dans son ennui. Je n’ai rien trouvé de particulièrement original à l’histoire de cette journaliste qui voit les morts et peut leur parler, et de ce flic.

Quatre billets de blog brouillonnés à la suite, quatre désherbages XD Et ça n’est même pas un record 😛 Celui-ci m’a juste ennuyée. Je pense qu’il peut passionner, mais pas moi, et il va donc se trouver une nouvelle maison.

Et c’est tout pour ce billet, mais je vous en réserve un autre pour la fin du mois, et il sera bieeen plus consistant 😀

Bibliothèques Lynnaennes

Moisson ! [Mai]

Diantre, en mai, il y a une vraie moisson ! Si, si !

On démarre par les petits achats des Imaginales.

Les noces de la Renarde m’a été chaudement recommandé par Estelle Faye. J’avais déjà très envie de lire Rouille, de la même autrice, mais un peu peur du côté trash. Celui-ci a l’air plus doux pour la découvrir, et délicieusement baigné dans les mythes japonais.

Et la couverture est d’Aurélien Police.

Forcément.

J’ai un peu hésité pour ce documentaire, d’autant que je suis « moins » vampires que précédemment. Mais le grand format n’est plus vraiment dispo, et les auteurs chez Mnémos le vendent très bien.

Bon, petit regret : pas de récapitulatif bibliographique final, c’est la petite chose qui me gêne déjà.

Je cherchais un texte pour découvrir Ayerdhal et celui-ci m’a inspirée. On se trouve dans un centre de communications par où tout transite (informations, données, appels), qui se devrait d’être neutre. Mais il y a forcément un mais, arrive une nouvelle pièce sur l’échiquier, et qui pourrait tout bouleverser.

J’avais beaucoup aimé Tem, le détective quantique, de l’auteur. Une des nouvelles de ce recueil sur le thème du langage m’a attirée : Un peuple qui change son vocabulaire pour changer la réalité. Il y a un petit air de 1984 qui interpelle !

Parce que son auteur, Alex Nikolavitch, le vend beaucoup trop bien, et que je n’aurais probablement jamais assez de documentaires sur la SF, spécialement des Moutons ^^,

(Non, ce billet n’est pas sponsorisé par les Moutons, mais j’aimerais bien XD).

Enfin, suite à un salon des éditeurs, il y a de nouveaux livres professionnels sur la Falaise.

Et vous ? Vous avez acheté des livres, vous en avez reçu dernièrement ? A bientôt pour le bilan lecture !

Bibliothèques Lynnaennes

Imaginales 2019 – dimanche chaud et serein

Un dimanche plus calme, posé. Langueur. Touches de chaleur, brises plus fraîches, foule moins étouffante.

Ou alors c’est la chance. Karma.

Petite sélection de livres apportée à Caroline du Chat Borgne, pour un peu de place, peut-être pour d’autre livres?

Premier achat livresque sous forte recommandation d’Estelle Faye. Réaction de l’autrice « Rah mais c’est pas vrai elle va gagner la course » d’envoi mutuel de lecteur/rice/s. Première interaction pleine de sourires avec Floriane Soulas.

Vanessa du Frat rapidement croisée, trop courtement.

Premier vrai tour de Bulle matinal, perdue dans les livres, les couleurs, les mots, sans influence extérieure autre que la musique – à part une autrice harponnant férocement.

Résister à la tentation d’une autre beaucoup plus subtile et choupette. Mauvaise, mauvaise habitude d’acheter des livres dans ces situations.

Détour par Plume Blanche pour une gribouille de Seirens, avec plaisir et petit papotage.

Retrouver Tesra et son cher, pour une première rencontre devant les merveilles des Moutons.

Encore une fois, développez la peluche. Non, vraiment.

Se voir suggérer à nouveau Espérer le soleil par Melchior Ascharide des Moutons. Comme jeudi. Lui redire. Comme jeudi. « Mais vous me l’avez déjà vendu l’an dernier ! Et jeudi ! ET CE MATIN ! ».

Croiser une ancienne copine de palier de la fac ! La reconnaître à la voix ! L’entendre passionnément faire l’éloge (méritée) d’Estelle Faye (tellement mérité ❤ ) ! Être reconnue aussi ❤ Papoter quelques minutes, être juste ravie de se trouver des atomes crochus … près de dix ans après !

Commencer à ressentir un peu de lassitude parce que ça nous amène à trois jours à ce rythme incroyablement chouette, mais incroyablement pesant aussi.

Savourer une crêpe marine avec un cocktail ensoleillé.

Retrouver la Bulle en butinant d’un exposant à l’autre pour dénicher les cadeaux annuels. Le premier a beaucoup plu.

Se détourner au final pour la rencontre de body painting. Être un peu moins fascinée que l’an passée par les motifs utilisés, les couleurs, les résultats, et s’aventurer à moins de photo.

Être poussée vers un grand miroir brisé et rêvasser à un cliché, mais être trop terrassée par la foule pour oser développer l’intuition.

S’offrir un ultime tour livresque, tomber sur Manon Fargetton sans interlocuteurs pour une fois.

Se décider pour une petite sélection des Moutons.

S’en retourner doucement écrasée par le soleil en fin d’après-midi.

Aventure achevée pour cette année.


Petit jeu : une erreur s’est glissé dans l’article précédent, sauras-tu la trouver? Indice : Hedwige a trouvé tout de suite !

Bibliothèques Lynnaennes

Imaginales 2019 – samedi frais et espiègle

Un samedi si court. Encore une fois différent puisque impression de courir partout, être ici et nulle part tout à la fois.

Plus de rires que de rêveries.

De sens pratique aussi : pas perdu une seule fois, à l’aller ou au retour de la gare 😀

Revoir Melyssa, pour une première dédicace du très beau premier tome de Seirens, enfin pas le mien, c’est pour un cadeau. Mon exemplaire, ce sera pour demain, tu seras là aussi. Pas l’illustrateur, mais ce sera pour une prochaine fois.

Retrouver Snow après moult péripéties des deux côtés.

Parce qu’on s’est rendu compte à la gare qu’on avait deux chaussettes différentes.

Enfin c’est le Cheshire Cat et la Reine de Cœur. C’est raccord.

Parce qu’on a failli étouffer avec ses nouveaux leggings qui ne sont visiblement pas faits pour s’asseoir avec. Ou alors il faut enlever les cuisses. C’est un style.

Mais avoir pensé à prendre le combo casquette Serpentard + lunettes de soleil + crème. Sentir en fin de journée que les yeux sont moins fatigués.

Même l’épaule, étrangement.

Savourer, mais en profitant un peu moins du merveilleux cadre (une seule photographie. C’est une jolie, mais ce n’était pas la journée pour), des petits bavardages espiègles et piqués avec une super coupine entre tentes d’exposants.

Se décider pour les éléphants bleus. Parce que noir c’est peut-être triste et rouge too much. (Et y’a pas de vert. Désappointement rapidement surmonté avec mon quota de la riche couleur en matière de capeline et cape, vert pâle et émeraude. Peut-être même rouille demain ^^,)

Bulle du livre finalement atteinte, tentative un peu désespérée de trouver des auteurs dans la brume méridionale et le désert culinaire (il ne fait pas bon être pescitarien le long de la Moselle …) qui entraîne vers la ville et le Subway.

Se souvenir d’un hurlement des cookies du Subway qu’on avait, probablement d’une décision douloureuse et consciente, d’oublier, des années auparavant.

Et du 7Up. Diantre, le 7UP. Le citron. La Smirnoff. La terminale. Tout ça, tout ça.

Des madeleines qui nous amènent aussi des coupines blogueuses, notamment Harmony & Mandy, pour un déjeuner tout en douceur, souvenir, et oignons.

Même un steak aux légumes passé comme une lettre à la poste. Ou alors, c’est la sauce aux oignons.

Se rendre compte, en démarrant ledit déjeuner en duo, qu’on se sent plus furieusement soi, ici.

Que depuis qu’on est immergé dans un travail adoré, on ne vit presque plus que pour ça, et on s’y oublie.

S’envoler du Subway à nouveau duo pour prendre d’assaut la Bulle et retrouver Lionel Davoust.

A l’image de l’an dernier, une discussion technique IPad et application d’écriture. Se sentir un peu moins nouille dans ses réflexions, recherches et décisions en la matière – nan mais si Lionel Davoust projette l’article (positif) sur Evernote c’est que c’est pas trop mal choisi.

Être frappé par les aiguilles du temps. Vérifier, voir qu’il commence tout doucement à être compté, le sacripant.

Quelques mots volés. Un dernier passage le long des livres, entrevoir Cindy Van Wilder, regretter de devoir se presser.

Dernier coucou à Melyssa en récupérant le précieux pour une personne précieuse.

Savourer son avant-dernier train de la journée après avoir pesté contre la page du Wifi qui refusait de faire son apparition.

Se dire que demain, ce sera moins créatif, au volant.

Enfin.

Il y aura toujours le chant de casserole.

On ne se demandera plus pourquoi il pleut toujours en Lorraine.

(Pas de panique je suis prof doc a fait place aux papillons. Les épaules disent merci.)

(Arrête de bouder, Edwige. C’est mon sac papillon).

A demain pour une dernière aventure !

Bibliothèques Lynnaennes

Imaginales 2019 – jeudi ensoleillé et fugace

Un jeudi qui m’a semblé différents des précédents. Peut-être parce que pour la première fois depuis longtemps j’ai pu profiter de la pleine journée et non plus de la petite après-midi.

Un soleil magnifique. Inattendu. Parfois polisson, à disparaître derrière tous les merveilleux arbres du parc.

Beaucoup de chassé-croisé ferroviaire (4 trains pour le « prix » d’un), entre deux ados gloussant devant la porte des toilettes du TGV (non, je n’ai toujours pas compris ce qui les amusait tant) et un TGV relaxant (mais sous l’ombre d’une terreur de billet absent de mon application).

Rencontrer M. Truong, se remémorer la terreur empreinte de fascination de sa Reproduction interdite. Passer un petit mot de Snow à Nathalie Dau et admirer la mise en place des présentoirs des Indé (Mnémos et les Moutons).

Revoir Caroline de Farfafouilles et repapoter de tout et de rien très naturellement.

Tomber par hasard sur Cindy Van Wilder et échanger quelques mots et hugs.

Poursuivre le hasard avec Sai Whisper – que j’étais persuadée de ne voir que samedi, dérouler un tour de bulle rêveur.

Envisager une ou plusieurs capes (Cape Diem, un nom déjà fascinant, pour de belles tentations), mini capeline ou medium, trois tons de verts différents pour la première (pâle, émeraude, kaki, oh mais les brunes sont aussi tellement choupettes !), bordeaux ou vert pour la seconde. Ne même pas oser s’approcher des grandes.

Avoir un petit coup de cœur pour un sac en coton transformable (à dos ou messager. Il y a des éléphants dessus. Forcément.)

Rêvasser dans le parc. Ignorer les ados.

Avoir son quota de soupirs de soulagement lorsqu’ils sortent des âneries ou font n’importe quoi. « Ouf, c’est pas les miens ».

Se laisser porter par l’inspiration du moment avec Anael (bébé appareil photo).

(Enfin bébé, il pèse un peu son poids quand même. Enfin c’est sûr qu’avec Ainsley, l’Ipad, dans le même sac …)

Se perdre dans des monts et vallées de livres appelants au rêve et de couvertures enchanteresses.

Rentrer avec un éclat de soleil dans les yeux (craindre un peu le coup sur l’épaule parce que forcément j’ai oublié les lunettes et la casquette et la crème solaire).

(Se dire quand même que les talons les dernières semaines c’était pas l’idée la plus lumineuse, avoir les pieds complètement détruits et une tête qui résonne un peu au soleil. MAIS n’être pas du tout essoufflée en arrivant à la gare en s’étant complètement loupée – pour changer – contrairement à trois ans auparavant).

Ce qui n’a pas empêché de s’endormir tranquillement à l’espace buvette pendant une bonne vingtaine de minutes. Très agréablement aussi d’ailleurs.

Prochain départ rêveur samedi matin.

PS. Non, rien dans le beau sac Pas de panique, je suis prof doc. Juste de la poussière de rêves.

(La moisson est de l’an dernier mais le sac est toujours d’actualité ^^).

Bibliothèques Lynnaennes

Moisson ! [Avril]

Avril … je ne sais pas si vous avez remarqué, mais c’est le premier article moisson depuis décembre ^^, si j’achète régulièrement la revue Flow et que j’en essaie une nouvelle, je ne ressens pas spécialement le besoin de vous en parler.

Mais ce mois-ci, c’est une moisson spéciale.

Le premier tome de la série Seirens de Mélissa est sorti ❤ Je vous en parlais déjà par ici. Je connais déjà l’histoire, que je vous recommande, mais l’objet livre final est magnifique. Si vous aimez la fantasy, les récits drôles et mouvementés, les sirènes, ne passez pas à côté !

Et vous ? Vous avez acheté des livres, vous en avez reçu dernièrement ? A bientôt pour le bilan lecture !

Bibliothèques Lynnaennes

Moisson ! [Décembre]

Une fois encore, en décembre, c’est une toute petite moisson sur la Falaise.

Le premier tome m’ayant bien plu, je poursuis la série Aromantic (Love) Story, en espérant que ça passe mieux que pour Tachan.

Deux petites revues aussi : InterCDI, la publi pro des profs docs et qui s’est lancée dans un sujet qui me passionne (avec d’autres articles vraiment parlants comme sur l’utilisation des portables dans le CDI) et le Flow de fin d’année (j’ai une belle pile de Flow à lire, en fait ^^,).

Je n’attendais rien de plus pour Noël, et puis j’ai vu ce gros paquet en arrivant chez les parents. J’avais complètement oublié … peut-être vous rappelez-vous qu’après une succession d’envois plus ou moins réussis, j’avais supprimé ma souscription Fairy Loot, et j’étais juste un peu déçue que novembre soit de la SF (forcément quand je ne suis plus inscrite!). Lia, cette choupette ❤ a proposé de m’envoyer le roman de ce mois-ci.

Et c’est un Brandon Sanderson, mon premier en VO, en SF, après un génial Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires !

En prime, elle a eu la délicatesse de le laisser dans son petit sachet que je vais pouvoir réutiliser au boulot pour les prêts mystères de mes loulous ! Encore une fois merci merci ❤

Et vous ? Vous avez acheté des livres, vous en avez reçu en décembre ? J’espère que le nouveau logo vous plaît. A bientôt pour le bilan lecture !