Errements visuels

Netflix & Me [Janvier-Mars]

En ce moment, je préfère les contenus courts et sans prise de tête de Youtube, j’ai plus de mal à me lancer dans une ou un film sur Netflix. Enfin, en mars, il y a eu un peu plus de choses à vous présenter.

Je ne sais pas depuis combien de temps je suis sur cette série. Lorsque je la regarde, ça passe bien, les personnages sont attachants, l’action m’accroche … et puis j’arrête et je l’oublie complètement. J’ai réessayé le dernier jour du mois. Trois épisodes. Que je n’ai absolument pas pu suivre.

Le finale, avant-dernier épisode, ne m’a pas tant plu mais la toute fin était plus intéressante. Enfin on était tout de même loin de la fascination du début, la résolution était trop simple.

Une petite série d’une saison sur une jeune patineuse qui a arrêté après un grave accident et reprend la compétition en catégorie couple. C’est mignon sur le moment, mais j’ai horreur de l’actrice qui joue la mère (January Jones) et totalement oubliable ensuite.

J’attendais cette saison avec tellement d’impatience ! Et puis j’ai commencé à regarder et c’est tombé comme un souffle … Surtout que le finale, le côté Sabrina légende, prisonnière pendant des millénaires (?) la solution style voyage dans le temps etc. je n’y ai pas cru. Dommage, j’aimais tellement la première saison.

Nouvelle mini série documentaire sur Netflix sur le thème de la mode … j’étais enthousiaste puisque Tan France, que j’aime beaucoup dans Queer Eye. Mais je l’ai trouvé plat et Alexa Chung pas beaucoup plus intéressante. J’ai aimé les créations mais pas une émission que j’ai envie de revoir. Remettez-moi n’importe quand une brochette de saisons de Project Runway en revanche.

Mon retour aux séries avec la fermeture des écoles … j’ai apprécié et toujours autant ri.

Je suis écoeuré·e. Elle est marquée en cours sur Sériebox mais apparemment Hugo Becker, l’acteur principal, aurait déclaré qu’elle est terminée ! Et il n’y a pas de fin, et il y aurait eu tellement moyen de poursuivre T_T Ça m’a gâché ce revisionnage.

J’avais détesté la fin de la saison 4. Je hais cet abruti sexiste de Roger. Alors forcément redémarrer avec lui … je n’ai vu que quelques épisodes mais je ne suis pas enthousiaste, je n’ai pas envie d’y retourner.

Une petite série basique que je vais probablement oublier bien vite. Le propriétaire d’une salle de sport se retrouve à héberger le fils adolescent qu’il n’a jamais vu pour qu’il puisse aller dans une école du spectacle près de chez lui. En plus, elle est annulée, donc pas grand intérêt.

En revanche, Self Made est une jolie découverte. Sarah est une jeune femme noire qui vient d’être battue par son mari et est blessée. Suite au stress, elle perd ses cheveux par plaques et explique que la chevelure est un élément de confiance et d’avancée dans le monde. Une jeune femme lui fait découvrir un produit pour faire pousser les cheveux ce qui va la lancer sur une carrière incroyable. Adaptée d’une histoire vraie dont je n’avais aucune idée (ce n’est tout simplement pas ma culture) j’ai été ravie de découvrir cette minisérie.

Plaisir de revisionnage ❤ et JOIE une saison 4 est en cours de diffusion ! Je suis tellement ravi·e, Netflix n’ayant pas renouvelé (pour garder Friends … on ne va pas en parler). Le premier épisode m’a plu lorsqu’il évoque Elena et Sid qui sont toujours adorables, mais je ne suis pas aussi enthousiaste pour Penelope qui revient sur un de ces anciens crush dans des scènes un peu too much. A voir la suite.

Vous avez vu, vous comptez voir certain/e/s de ces films, de ces séries ? De belles trouvailles récemment pour vous ?

Errements visuels

Ces séries arrêtées (bien) trop tôt

Vous reprendrez bien un petit rendez-vous séries télé ?

Ce n’est pas comme si je n’ai vu AUCUNE des séries dont je vous parlais dans le dernier XD Mais j’ai du mal à m’y mettre en ce moment ^^, Pour preuve, pas de Netflix en série cette année encore. Promis, fin du mois il y en aura un : j’ai terminé avec difficulté la dernière saison de Sabrina T_T et je vais essayer d’enchaîner avec autre chose (enfin j’ai déjà vu le début d’Outlander), peut-être Star Trek Voyager … on verra !

Pour ce rendez-vous dont le titre n’est ni créatif ni inspiré (promis, je me pencherai dessus !), je vous propose de parler d’une ou plusieurs séries arrêtées bien avant leur heure (je n’ai jamais dit que ce serait créatif ou original comme concept XD Juste que j’avais envie de râler / débattre sur des séries que j’ai aimées et qui ont tiré leur révérence avec beaucoup trop d’avance.

(Si c’est pas poétique, tout ça).

Juste une aujourd’hui parce que c’est celle qui me fait le plus de peine ces dernières années, qui me fait le plus grincer des dents.

Miss Fisher.

Juste, how dare you.

Je sais que The Crypt of Tears (le film) is coming (winter arrivera probablement des saisons avant) mais quand même !

Pour ceux qui ne connaissent pas, pitchons : L’Honorable Phryne Fisher, détective privée, nous entraîne dans l’Australie de la fin des années 20. C’est court mais ça vous donne une idée ^^, Blague à part, sur ma page Séries express, vous trouverez des avis un peu plus détaillés suivants mes visionnages.

Miss Fisher, c’est juste une série géniale. Tant le côté historique que policier, l’aspect Années Folles ou détective au féminin dans une époque / une partie du monde où les femmes se libèrent tout doucement … porté par des personnages hauts en couleurs très bien servis par des acteurs au top. J’adore les contextes de beaucoup d’épisodes : le tournage d’un des premiers films parlants en Australie, la radio et ses feuilletons, l’égyptologie, l’université de médecine, les spectacles de sirènes …

Et ne me parlez pas de Ms. Fisher Modern Murder Mysteries, le pâle ersatz 60s. Je n’ai même pas pu finir la première saison et elle avait une longueur ridicule à côté de l’originale ! Je ne comprends pas comment on passe de l’une à l’autre (enfin y a le côté Australie en série historique, un vague lien de parenté … mais bof quoi).

Qu’en pensez- vous ? Vous avez vu Miss Fisher’s Murder Mysteries ? Vous avez envie de vous lancer ?

Il y a d’autres séries que vous regrettez ? On en parlera peut-être dans une prochaine issue de ce rendez-vous ! (Un jour, un jour XD)

Errements visuels

A year in … movies & TV shows (2019)

Je n’ai pas l’impression qu’il y ait eu tellement de découvertes sériesques cette année.

Il y a eu de l’Histoire (fiction et documentaire), de l’imaginaire et du développement personnel.

Je ne peux pas démarrer ce bilan sans parler de LA série que j’ai binge-watchée un certain nombre de fois depuis son lancement inattendu en janvier – même si j’ai réussi à attendre 3 jours avant de me lancer. Si c’est pas de la force d’esprit, ça.

Je suis très déçu qu’il n’y ait pas de saison 2 en ce début d’année 😥

Autre programme feel good, porté par de fortes personnalités passionnantes :

J’ai adoré l’humanité qui se dégage de cette émission et le message que le groupe propose, notamment pour les personnes en surpoids. On est LOIN de Christina Cordula et sa grossophobie.

En imaginaire :

Titans et The Umbrella Academy m’ont scotché. J’ai aimé échafauder des théories pour la seconde (et avoir raison XD), l’esthétique, les personnages passionnants. La première m’a replongé avec plaisir dans un groupe et des aventures que j’avais adoré ado avec les Teen Titans, de la magie, du mystère. La suite please ?

Plus réaliste et humoristique :

Une jeune femme se découvre des demi-frères et soeurs en pelletée. Elle décide de les accepter. L’héroïne est adorable et le côté australien est plein de charme aussi. De l’autre côté du monde, Derry Girls nous entraîne dans le quotidien de jeunes Nord-Irlandais. Hilarant.

En matière de documentaires :

C’est presque une contradiction XD Entre Gloria Allred qui a défendu les femmes durant toute sa carrière et Trump … joker XD mais la minisérie qui lui est consacrée est passionnante et j’ai appris beaucoup de choses.

Et puis il y a eu l’histoire britannique :

The Crown est revenu en fanfare avec une très forte troisième saison. Olivia Coleman y est rayonnante, les autres acteurs et actrices ne sont pas en reste. The Royal House of Windsor est un excellent compagnon documentaire qui démarre aux origines de la maison. Ces séries ont été agréablement supportées par la biographie de Margaret Thatcher XD J’ai hâte de la voir dans la série.

Et vous, et vous ? De belles découvertes cinéma, télévision, séries en 2019 ? Des idées de choses à voir ou ne surtout pas tenter ?

Errements visuels

Netflix & Me [Décembre]

En décembre, peu de séries télé.

… J’ai tenu un épisode. C’est du grand n’importe quoi. Déjà la saison 2 a beaucoup descendu dans son intérêt et sa qualité (bye bye féminisme, Histoire avec le téléphone, hola soap opera) mais ce début de saison 3 n’a aucun intérêt. L’ellipse narrative m’a déplu, l’action principales et ses conséquences aussi. Je suis tellement dépité.

Heartstrings m’a été recommandé par Netflix. J’apprécie beaucoup Dolly Parton et ses chansons, notamment le fait qu’elle y raconte une histoire. C’est exactement le principe de cette petite série : elle a adapté plusieurs de ses chansons dans ce média. Le résultat est adorable. Il y a un côté assez doudou même si j’ai surtout aimé le premier épisode (pas étonnant, je suis in love de la chanson Jolene) et si dans les derniers il y a ironiquement un petit manque de musique.

J’ai essayé. Je vous assure. J’apprécie le principe, la photographie, les acteurs (enfin baby Batman pas tant que ça et Alfred juste non. Méchant Alfred. Méchant.) mais je n’ai pas envie de poursuivre. J’ai fait une pause en milieu de saison et je n’ai pas de motivation pour reprendre. Le fil rouge ne me passionne pas. J’ai envie de savoir quels choix ont été faits pour les villains et d’autres éléments de l’univers mais je dois presque prendre mon mal en patience et me forcer à suivre.

J’avoue, je suis plus en mode Youtube ce mois-ci.

L’héroïne, journaliste pour une chaîne de télévision (elle prépare les segments, n’est pas devant la caméra) se retrouve à travailler avec sa mère très envahissante sur son lieu de travail. Petite série de deux saisons, elle se démarque par beaucoup de fraîcheur et d’humour dans la première mais part un peu dans le too much dans la seconde (peut-être pour tenter d’émuler Brooklyn 9-9 ?) notamment avec l’arrivée de Tina Fey (par exemple sur le sexisme, même si c’est important de montrer qu’une femme peut se montrer sexiste et harceler des hommes). Je ne suis pas fan de cette actrice. Enfin, j’aime beaucoup les séries se déroulant dans le milieu du journalisme, ici dans les coulisses d’une émission de hard news, journal télévisé.

Le mois peut sembler petit mais c’est parce que j’use et j’abuse de Youtube. Je découvre d’ailleurs Booktube en VO, notamment avec les bilans de fin d’année (c’est de saison !) et entendre parler de livres en anglais est un plaisir.

Dernière série de l’année. On termine sur une sacrée déception. J’étais tellement enthousiaste, ravie que Netflix puisse acquérir les droits de cette série TF1 qui part du fait divers du Bazar de la Charité, un énorme incendie qui a tué des dizaines de personnes, essentiellement des femmes, en 1897. J’adore la période historique et c’est un récit qui m’intéresse. Oui mais non. Ce n’est même pas le prétexte de la série. C’est une manière de la démarrer. Alors why not mais franchement je ne vais pas éprouver d’empathie pour des personnages dont je me doute qu’ils vont mourir que je connais depuis cinq minutes.

D’autant que les trois femmes sur l’affiche sont dans des situations clichées au possible (au milieu, elle veut divorcer et il enlève sa fille ; à gauche, elle est amoureuse d’un garçon du peuple mais découvre un autre love interest dans les 20 premières minutes ; à droite elle s’apprête à partir dans le Nouveau Monde avec son amoureux mais n’ose pas le dire à sa maîtresse à gauche).

Pour être honnête, les décors et costumes ne sont pas mal (la musique, s’il y en a, je n’ai pas spécialement entendu) et quand quelqu’un prend feu c’est plutôt cool mais sinon c’est cliché et on appuie sur le tire-larmes à outrance.

Premier épisode. J’ai tenu un épisode. Je m’arrête là.

Il y a aussi eu quelques films (Morning Glory, The Intern, Holiday in the Wild, The Terminal) mais ce n’est pas un format dont j’ai spécialement envie de parler sur le blog. Je préfère en rester aux séries ou au format court sur Youtube.

Vous avez vu, vous comptez voir certain/e/s de ces films, de ces séries ? De belles trouvailles récemment pour vous ?

Les prochains articles seront les bilans 🙂

Errements visuels

Youtube Corner

Au départ, je n’utilisais Youtube que pour écouter de la musique, parfois retrouver des séries télé dont quelques épisodes sont disponibles sur cette plateforme (Degrassi notamment, shout out à la chaîne pour avoir fait cette démarche). Le contenu original, je ne connaissais pas trop à part les blogueurs littéraires.

Et puis Zatoun (voyez, je dénonce) m’a envoyé le lien vers la vidéo Dragon Ball du Joueur du Grenier. A ce moment, j’ai commencé à m’intéresser davantage à ce type de production mais centré sur des critiques de jeux comme ce Youtuber ou en VO par la suite avec le Video Game Nerd puis de film/séries avec The Nostalgia Critic et ses dérivés.

Je ne vais pas trop vous en parler puisque je ne regarde plus du tout leur contenu excepté pour d’anciens associés du Critic mais on y reviendra.

Dans ce rendez-vous, je vous propose une petite lumière sur différentes chaînes Youtube que je regarde ou découvre en ce moment. N’hésitez pas à me faire part des vôtres en commentaire !

Je ne pouvais pas démarrer un rendez-vous consacré à mes Youtubeuses préférées sans parler d’elle. J’adore son contenu sur la mode et le body positivity, ainsi que le podcast qu’elle a lancé avec sa meilleure amie, Skylar, plus tôt dans l’année. Lookbooks (j’ai découvert ce terme chez elle d’ailleurs, ainsi que plein d’idées tenues et d’envies), tests de sites ou de marques, tenues à thème (comme costumes d’Halloween), elle propose le tout avec beaucoup d’humour. Je ne vous donne que ses liens Youtube et Instagram puisque ce sont les seules plateformes que j’utilise, mais sur chacune vous pourrez trouver les autres.

YoutubeInstagram

Be Kind Rewind. Ça, c’est une découverte merveilleuse de l’année ou je ne m’appelle plus Pénélope.

(En fait non, je ne m’appelle pas Pénélope et c’est ma première tablette au boulot, mais avouez, vous avez ri).

Il s’agit d’une chaîne sur le cinéma mais plus particulièrement les femmes dans le cinéma et couronnées aux Oscars. Chaque vidéo analyse une année avec les différentes nommées, les thématiques qui entrent en scène (le racisme, le Me Too movement, le système des producteurs touts puissants, la politique) avec de nombreuses sources d’époque. Les recherches sont fantastiques, la voix de la Youtubeuse (qu’on ne voit jamais à l’écran) très belle et j’ai découvert énormément de choses dont je n’avais pas conscience. Bémol, il y a encore peu de vidéos disponibles et elles ne sont pas publiées souvent (c’est compréhensible vu le travail mais quand même !).

YoutubeInstagram

Errements visuels

Netflix & Me [Novembre]

En novembre, je privilégie l’Histoire.

J’ai retrouvé Queer Eye avec plaisir ainsi que la nouvelle saison sur le Japon. Mais quatre épisodes, c’est vraiment trop peu. En tout cas, ils sont extrêmement touchants et le petit pan de culture japonaise dévoilé est passionnant.

Autre compétition professionnelle sur Netflix, Interior Design Masters suit des designers d’intérieur dans leur reprise de différents bâtiments sur commande (maison de particulier, hôtel, etc.). Les accents (Grande-Bretagne) sont bienvenus mais j’ai souvent décroché.

J’ai découvert cette minisérie par hasard. Je connais peu Diana et son histoire et n’ai jamais éprouvé la fascination de ma mère à son égard, par exemple (elle a vécu le mariage royal et s’est très souvent insurgée contre Camillia ^^,). Cette série documentaire m’a passionné. J’ai beaucoup aimé le choix des images d’archives plutôt qu’une reconstitution avec acteurs.

Netflix me suggérait ce film depuis longtemps. J’aime beaucoup Gina Rodrigues et j’avais l’impression qu’il s’agirait d’un beau film sur une rupture et d’une histoire d’amitié. Pour la plus grande partie, c’est le cas. Les liens qui unissent les trois demoiselles sont très forts et très beaux et le cheminement de l’héroïne suite à la fin de son histoire d’amour sensibles et bien racontés. En revanche, j’ai été gêné par l’accent continuel mis sur l’alcool et la drogue.

Encore un revisionnage plaisir, même s’il faut un peu de temps pour dépasser l’aspect contemplatif du début.

Je suis un peu mitigé sur cette troisième saison. Certes, la photographie est toujours magnifique, le changement d’acteurs impeccable (même si j’ai du mal à reconnaître le mari de Margaret et je crois que j’ai été induit en erreur pour celle qui jouera Diana), je suis resté estomaqué des actions de la Couronne par moment. Notamment la tragédie d’Aberfan, ce glissement de terrain qui a étouffé plus de cent quarante personnes, une majorité d’enfants, au Pays de Galles. Les autres évènements abordés, la rencontre en Charles et Camillia exceptée, je ne connaissais pas, donc c’était une découverte.

Si j’ai moins de questions qu’au démarrage de la série, j’ai toujours envie de connaître la fin et le sort des personnages.

En attendant la suite de The Crown, Netflix m’a suggéré cette série documentaire pour patienter. C’est un excellent complément. J’ai spécialement apprécié l’épisode consacré au Prince Charles et aux éléments qu’il met en place pour moderniser la monarchie.

Ayant oublié comment on en arrive à ce stade dans la relation entre deux personnages là où je m’étais arrêtée, j’ai repris en tout début de série. C’est un peu difficile puisque je ne parle pas espagnol et me sens obligé d’être plus attentive que d’ordinaire (en anglais), donc à éviter en soirée (sinon je ne décompresse pas et dors mal ^^,). A part cet élément, Las Chicas del Cable reste une petite merveille. Et zut aux rageux pour la musique.

Je n’avais pas oublié le twist de début de saison (qui m’avait beaucoup surpris au premier visionnage). En revanche, j’ai du mal à comprendre l’évolution des relations Lidia-Carlos-Francisco. Enfin, un démarrage toujours aussi flamboyant.

Vous avez vu, vous comptez voir certain/e/s de ces films, de ces séries ? De belles trouvailles récemment pour vous ?

Errements visuels

Bientôt sur mes écrans

Je vous propose un nouveau petit rendez-vous sur le thème des séries télé (il y en a quelques autres de prévus).

Ce n’est absolument pas moi qui ai eu l’idée, je suppose que beaucoup d’autres blogueurs le font, je n’ai aucune idée de qui a démarré xD

En l’occurrence, il s’agit de cinq séries télé que je souhaite voir mais n’ai pas encore lancées. Elles peuvent provenir de Netflix ou pas.

Takeshi Kovacs est un ancien soldat et seul survivant d’un groupe de guerriers d’élite vaincus lors d’un soulèvement contre le nouvel ordre mondial. Son esprit est emprisonné « dans la glace » pendant des siècles, jusqu’à ce que Laurens Bancroft, un homme extrêmement riche et vivant depuis plusieurs siècles lui offre la chance de vivre à nouveau. En échange, Kovacs doit résoudre un meurtre … celui de Bancroft lui-même. Source : Allociné.

Je l’avais un peu oubliée mais un de mes cyclones (nouveau nom de mes élèves XD j’aurais bien dit ouragans mais j’ai pas envie d’avoir la chanson dans la tête 😛 ) l’a pitchée il y a deux ans à l’oral et j’étais juste scotchée.

Carmen est une esclave et sorcière de 19 ans qui va être brûlée au bûcher à Carthagène des Indes à l’époque coloniale. Son crime ? Être tombée amoureuse d’un homme blanc. Heureusement pour elle, un vieux sorcier va l’aider et elle va voyager dans le temps pour se retrouver à notre époque où plus personne ne croit en la sorcellerie, ou tout du moins plus en la sorcellerie de cette époque. Carmen doit cependant faire la promesse de ne plus utiliser ses pouvoirs.
Cependant, sorcière un jour, sorcière pour l’éternité dirons-nous. Et, alors qu’elle se construit une nouvelle vie et se fait de nouveaux amis, Carmen utilise également ses pouvoirs et découvre que le danger existe toujours pour quelqu’un comme elle. Source : Critictoo.

La bande annonce m’a bien parlé sur Netflix mais je repousse toujours parce que je ne parle pas espagnol, suis donc forcé de suivre les sous-titres et j’ai déjà une série que j’aime d’amour dans cette langue.

Dans un petit village de pêcheurs situé dans le Maine, un manoir perché sur une montagne rugueuse abrite les membres de la famille Collins. L’arrivée de la jeune Victoria va bouleverser leur quotidien alors que les faits paranormaux se multiplient autour d’eux. Source : Allociné.

Le film a l’air franchement catastrophique et cette série über longue mais il y a quelque chose dans le pitch qui m’attire terriblement depuis des années que j’ai découvert son existence.

Je crois que j’aurais été accro aux soaps si j’avais vécu les 70s. Dallas, Dynastie, toussa toussa.

Ma mère en est régulièrement choquée. « Nan mais tu sais que Dallas c’est … vieux et pas vraiment original ? Ah si tu sais … »

Et en prime il y a un vampire. Bon question sex appeal c’est pas (du tout) ma tasse de thé (vanille please) mais il y a quelque chose.

Cinq adolescents d’un lycée huppé d’Allemagne rêvant d’un monde meilleur et ayant chacun leurs raisons de se rebeller contre la société, décident de former un groupe d’activistes altermondialiste nommé La Vague. L’un d’eux, Tristan Broch, mystérieux jeune homme charismatique et nouveau venu dans le lycée va ainsi entraîner ses camarades toujours plus loin dans le combat au risque de perdre le contrôle. Source : Wikipédia.

Je crois que j’ai vu passer cette série dans les nouveautés Netflix et je l’ai de suite ajoutée à ma liste. Le livre était juste une catastrophe et donc voir le film ne m’a pas tenté mais je pense que découvrir ce thème en série va me faire froid dans le dos mais me fasciner.

Intelligente, ambitieuse et généreuse, Denise Lovett est recrutée au Paradise, un grand magasin qui détient pour elle les promesses d’un nouveau monde plein de possibilités. Source : Allociné.

Autre petite série oubliée, c’est une adaptation du Bonheur des Dames de Zola, que je devrais lire puisqu’il se situe durant le Second Empire, très près de la Belle Epoque, et évoque la naissance des grands magasins. Pas sûre qu’elle ait une vraie fin mais c’est la BBC donc j’ai de grands espoirs sur la photographie et l’aspect esthétique général.

Vous avez vu ces séries, vous me conseillez d’en démarrer d’autres ? Bons visionnages !

Errements visuels

Netflix & Me [Septembre-Octobre]

En septembre et octobre, je suis plus fixée devant des vlogs Youtube (mode, écominimalisme, tri) que des séries.

J’apprécie toujours autant Outlander mais j’ai arrêté mon revisionnage à l’issue de la saison 3. La quatrième est trop sexiste pour moi avec le personnage de Roger et sa manière de traiter Brianna (slut shaming notamment). Cependant, j’attends la saison suivante.

Brooklyn Nine-Nine est toujours aussi hilarant au second visionnage. Je me suis une fois encore attachée aux personnages et à leurs petites histoires. Mais lorsque j’ai été chercher la dernière saison, j’ai été déçue. Il y a déjà un côté un peu conventionnel et plan plan qui se dessinait vaguement mais cette saison manque d’originalité et d’humour, j’espère que la suivante rattrapera cette baisse.

Eleanor a vraiment pris son envol malgré sa tristesse à l’effacement de la mémoire de Chidi. Ce nouveau retournement de situation (les humains sont à présent en charge de la Good Place pour prouver qu’ils en valent la peine à la juge) est très bien illustré.

Premier revisionnage intégral d’une traite. Orphan Black reste un bijou de science-fiction servi par des acteurs génialissimes, Tatiana Maslany en tête.

J’avais été plutôt intéressée par la saison 1 excepté un finale qui partait complètement en cacahuète (dommage parce qu’il avait du potentiel mais pas sur un seul épisode). Je n’ai vu qu’un épisode de la saison 2 comme je n’ai pas réussi à m’y intéresser. On dirait qu’il n’y a pas de conséquences à ce finale raté, tout a repris comme avant et j’ai l’impression que s’amorce une relation entre un des soeurs et leur White Lighter, ce qui ne me plaît pas tant que ça (même si je l’avais déjà vu venir dans la première saison). Je n’ai pas eu envie de poursuivre.

Vous avez vu, vous comptez voir certain/e/s de ces films, de ces séries ? De belles trouvailles récemment pour vous ?

Errements visuels

Netflix & Me [Août]

En août, de très belles découvertes mais aussi des visionnages en demi-teinte.

C’est Snow qui m’a conseillé cette petite série et je dois admettre que j’ai ri en entendant presque chaque réplique du protagoniste. Le duo qu’il forme avec Chloe est bien campé et très drôle et que dire de Maze ?

Deux assistants, pour souffler un peu au travail, s’organisent afin que leurs patrons respectifs tombent amoureux. J’ai beaucoup aimé voir Lucy Liu dans un autre véhicule que Sherlock mais cette petite comédie romantique n’a pas grand intérêt même si j’ai apprécié revoir Zoey Deutsch qui jouait Juliet dans Ringer (et qui est la fille de Lea Thompson).

En juillet, j’ai vu le film Always Be My Maybe qui mettait cette actrice en scène et m’a donné envie de regarder ses spectacles. Si j’apprécie beaucoup sa voix et ses expressions du visage, je ne suis pas toujours fan du contenu de Baby Cobra ou Hard Knock Wife, notamment lorsqu’elle parle de relations ou de grossesse.

J’aime beaucoup les thèmes proposés par cette compétition de pâtisserie, même si le déroulement n’est pas mal non plus : 3 épreuves, les deux premières permettant de garder le temps restant pour la dernière. Les candidats (quatre équipes de deux) doivent créer des cupcakes, des confiseries puis un grand gâteau. Les thèmes sont très chouettes comme la science-fiction et les créations très belles.

J’avais vu le film au cinéma il y a longtemps en français et le souvenir resté n’était pas mauvais ni spécialement enthousiaste. J’ai beaucoup apprécié le revoir en VO, la photographie est toujours splendide, les personnages très divers et l’humour au rendez-vous.

On poursuit les aventures de ces personnages improbables avec une deuxième édition toujours aussi cool. J’ai beaucoup aimé deviner pas mal de choses sur l’antagoniste du film même si je m’attendais à la réponse au mystère de l’identité du père de Peter bien plus tard. Les dialogues sont toujours aussi percutants et j’attends la suite.

Si je n’avais pas du tout accroché à la bande dessinée, ce film m’a énormément plu. L’aspect historique, le fantastique, l’humour et le personnage d’Adèle (bien moins froide que son équivalent dans le livre), sarcastique et aventureuse, m’ont beaucoup parlé. Seule la toute fin, en fait, m’a déplu. Attends, elle vient de retrouver sa soeur mais elle l’abandonne pour partir sur le Titanic ? Et son ennemi est responsable du naufrage ? Je ne sais pas, ce n’est pas du tout passé.

J’étais très intéressée par l’univers très fantasy urbaine : les humains cohabitent avec les elfes et les orques. Mais je me suis tellement lassée du style (très blockbuster, action, sans trop de réflexion ni subtilité) que je me suis carrément endormie pendant un bout du film.

Ironiquement, une comédie romantique qui aurait été très belle avec juste son lead masculin, Hugh Grant. L’acteur anglais est toujours plein de charme, ici libraire dans une petite librairie de livres de voyages avec une famille et des amis attachants. Le problème : la protagoniste, Julia Roberts. Elle est juste atroce en tant que personnage et le film se porterait bien mieux sans elle.

Une petite série australienne pleine de surprises. Julia s’occupe de son père, malade et en fin de vie. Il est aussi ancien prix Nobel de génétique et médecin en charge d’une clinique de fertilisation qui a permis à de très nombreux couples d’avoir des enfants. Seulement, comme il l’écrit dans une lettre aux journaux, beaucoup de ces enfants étaient en fait les siens. Julia décide d’accueillir tous ces nouveaux frères et soeurs. Ce personnage est adorable, la situation très drôle, tout en abordant des questions éthiques intéressantes et de petites touches mystérieuses. J’aimerais beaucoup une saison 2.

J’avais beaucoup entendu parler de cette série animée pour son originalité, le fait que deux personnages féminins en soient au centre. Au final c’est vraiment trop barré pour moi.

Un documentaire ce mois-ci, sur Zach Posen, designer découvert dans Project Runway. J’ai beaucoup aimé son histoire.

Une petite série animée qui avait tout pour me plaire. En substance, elle rappelle un peu Afterschool Charisma avec la présence de clones de personnages célèbres mais ils ne correspondent non seulement pas à l’original (au point que Gandhi, à droite sur l’image, ait provoqué une controverse qui a pu arrêter la série) mais c’est trop ado américain, à faire la grimace. Ça et il y a un moment où on présente l’homosexualité et l’homoparentalité à la limite de la pédophilie (un père du clone de Kennedy qui le reluque ostensiblement O_O).

J’attendais beaucoup de cette reprise. Mais je ne me suis pas rendue compte qu’en cliquant sur le programme je me suis retrouvée durant la saison 1. Il m’a fallu bien deux épisodes pour m’en rendre compte, j’avais totalement oublié. Ce n’est pas forcément bon signe. Et la saison 2 n’a pas été à la hauteur de la fascination que j’avais éprouvée l’an dernier. Si l’arc sur le fils de Bill a son quota d’étrangeté, je n’ai pas aimé l’évolution de Holden, le fait qu’on le voie moins même si Wendy est un peu plus présente. Surtout, je me suis ennuyée, je n’ai pas eu envie de voir la série d’un coup.

Beaucoup de fous rire encore avec cette saison mais quelques bémols. L’aspect vraiment politique n’est pas vraiment abordé ou alors par certains flash télévisés. Je n’arrive pas à ressentir cet enjeux et ces aspects avec ce choix. L’humour adolescent et irlandais de Belfast est bien présent mais on en reste à ces éléments avec cette deuxième saison. Un peu déçue aussi que la révélation de Claire (lesbienne) soit à peine abordée sauf lorsqu’une nouvelle élève arrive et encore, ça ne va pas loin.

Je ne suis pas fan du personnage de la mère de Lucifer et Amenadiel qui arrive ici. Heureusement, Maze est toujours là et le duo qu’elle forme avec le Dr Linda est très fun. Très surprise de ce qu’on apprend sur les origines de Chloe mais la saison n’est pas terminée.

Vous avez vu, vous comptez voir certain/e/s de ces films, de ces séries ? De belles trouvailles récemment pour vous ?

Errements visuels

Netflix & Me [Juillet]

En juillet, quelques belles découvertes mais pas tant d’enthousiasme.

Je ne suis pas revenue à la minisérie Netflix mais j’ai fouiné à la recherche des précédentes, la première étant sur Netflix. Mary Anne y est BIEN moins enquiquinante et c’est mignon de suivre ces différents personnages avec les thématiques liées aux LGBT dans les années 80 et 90.

Par contre, le format n’est pas terrible. On passe d’une minisérie de 6 épisodes à la suivante plusieurs années plus tard avec plein de changements, sans prévenir. Certaines sous-intrigues m’ont moins passionnée aussi (Mona, qui soit dit en passant est totalement mise de côté par ses amis et disparaît complètement après cet arc, découvre que sa grand-mère dirige un bordel où elle se retrouve) et le changement d’acteurs pour un même personnage est toujours aussi désagréable.

J’ai un faible pour Ten Things I Hate About You avec Julia Stiles et Heath Ledger. En voyant cette petite comédie sur Netflix, j’ai pensé qu’on pouvait retrouver un peu de cet esprit sans trop en faire. C’est plutôt le cas. Luke Mably interprète Eddie, prince de Danemark, qui se retrouve étudiant aux Etats-Unis et rencontre Paige. Histoire d’amour puis malentendu puisqu’il ne lui avait pas dit, elle part le retrouver et se perd dans cette identité de princesse qui n’est pas la sienne, c’est une scientifique, elle veut continuer ses études. Et à la dernière minute, Paige décide de revenir à sa vie ordinaire. J’ai apprécié ce retournement plus pragmatique et la fin.

Je suis juste dépitée puisque dans la suite, film n°2, ce n’est plus Julia Stiles et film 3, plus Luke Mably.

Ils sont revenus sur Netflix ❤ J’adore ce film d’animation.

J’ai beaucoup entendu parler de cette nouvelle comédie romantique notamment via MsMojo. Il y a des éléments intéressants (l’actrice principale, le milieu de la cuisine) mais je l’ai trouvé résolument oubliable.

Je n’arrêtais pas de voir des extraits de cette émission sur mon fil Netflix. Les Fab Five sont très attachants et les situations plaisantes. L’impression qu’ils se soucient réellement de la personne est très forte et j’ai beaucoup souri.

Impossible de trouver des illustrations correctes des différentes saisons. Quatre sont sorties, la dernière en 2017, une cinquième et une sixième sont ? Étaient ? Prévues, et je ne sais pas si elles verront le jour. C’est dommage. J’ai retrouvé avec plaisir Degrassi et ces personnages si proches d’un point de vue temporel (2010s), d’autant que je ne savais pas que toutes les saisons étaient dispos sur Netflix.

D’ailleurs, toutes les séries de la franchise sont disponibles ici, sur la page YouTube officielle. Elle n’est plus mise à jour mais propose sous forme de playlist chaque saison des différentes séries de la franchise.

Des thèmes abordés ici, j’ai retenu celui de la gestion de la foi musulmane de Goldi, la jeune fille qui porte un hijab en classe, et Rasha, jeune réfugiée syrienne qui arrive saison 4 ; le sexisme, omniprésent ; le harcèlement (Maya, un personnage que j’adore, victime de harcèlement en ligne qui culmine par un cinglé qui diffuse ses informations personnelles et prétend être elle pour téléphoner à la police et les faire débarquer avec armes chez elle) ; le premier personnage gender fluid de la franchise ❤

En revanche, daaaaamm soit c’est le vision de l’école canadienne soit punaise Degrassi a des moyens de dingues. Enfin est vraiment über basée sur la tech, je suis impressionnée (et peut-être un peu jalouse).

Un retour qui est loin de me convaincre. Si la coloc de l’héroïne est toujours aussi drôle et Josh adorable, j’ai moins apprécié ce qui touche au milieu de l’édition. D’autant que tout tombe sur les épaules d’Hilary Duff sans prévenir et que l’actuel boyfriend de Lisa, auparavant le directeur de la boîte, utilise ce que les deux demoiselles lui disent pour créer sa propre maison d’édition. Je ne l’appréciais déjà pas tant mais là j’ai juste hâte qu’il vire pour Josh.

Toujours une belle surprise que cette petite série centrée sur un journal papier et en ligne avec les trois héroïnes dans des domaines variés : rédaction d’articles, gestion des vêtements et réseaux sociaux. L’épisode flashback sur leurs débuts au journal est adorable mais la fin sort un peu de nulle part et fait très suspense de fin de saison un peu cheap (les bureaux vides).

Je suis une inconditionnelle de cette émission mais j’avais oublié que Tim Gunn et Heidi Klum ne seraient pas présents pour cette saison 17 (autre projet mystère). Si j’apprécie Christian Soriano, la modèle qui présente maintenant est totalement oubliable, le premier épisode est passé en fond sonore et je n’ai pas eu le réflexe de poursuivre. Dommage.

Cette nouvelle saison me déprime. Autant le retour d’un personnage über important m’avait vraiment plu, autant ce qui en découle n’est pas ma tasse de thé et je suis déçue.

J’avais beaucoup d’attentes avec cette série. Le premier tome de la trilogie papier est génial (le second, joker) et le début (l’université) m’a séduite. Ensuite tout va bien, bien trop vite. On coince 600, maybe 700 pages dans huit épisodes, laissant une tonne de trucs de côté et ne s’attardant sur rien. J’aurais tellement préféré une saison sur l’université, une sur Lyon, une sur la magie avec les tantes. Ce n’est pas uniquement parce qu’on a envie de savourer quelque chose qui semble bien fait, c’est aussi parce que c’est complexe. Les trois races, le livre, la magie et la situation de l’héroïne. Si je n’avais pas relu le premier tome il y a moins d’un an je crois que j’aurais été larguée. C’est vraiment dommage.

Un peu déçue du côté très conventionnel de cette dixième saison, grossesse et mariage pour Hailey. Sinon, on rit sur le moment, mais la série tourne en rond.

Une finale de saison très bizarre où tout va très/trop vite, je n’ai pas eu l’occasion d’être touchée.

Je connaissais cette série de nom mais n’avais jamais tenté (même pas le souvenir d’épisodes en français par-ci par-là à la télévision). Et je trouve ça adorable. Il y a un côté rafraîchissant, très 90s dans les blagues, les thèmes choisis, les personnages. Pas vraiment de fil rouge mais divertissant et touchant.

S’il y a des thèmes intéressants comme le sexisme, notamment sur le lieu de travail (Mariana qui ne peut pas porter de robe sans avoir l’air féminine et donc pas pro face à des geeks intransigeants), le côté alcool, drogue et sexe à répétition est lassant.

C’est seulement une demi-saison que je termine avec cette série. Et soulagement. L’arc de Juliet qui m’est un peu resté en mémoire est bâclé. La fin n’est pas mémorable, même ennuyeuse. Je regrette les débuts de Nashville que je trouvais passionnants.

Il me restait quelques épisodes de la première saison à voir. Je n’ai pas été perdue en reprenant le fil et davantage apprécié les nouveaux élèves. Même si Emma est toujours aussi insupportable (ce que j’ai pensé être le côté awkward de l’adolescence). C’est plutôt Teri que j’ai adorée, une jeune fille en surpoids qui essaie d’être populaire. J’aurais adoré voir cette série ado et m’identifier notamment en découvrant sa passion pour le tarot. Beaucoup ri aussi avec le nouveau groupe musical féminin appelé PMS (syndrome pré menstruel en VO aka les règles), après The Zits dans Degrassi High (les boutons ^^,).

Quel plaisir de voir des cours sur les médias, des choses techniques comme le fonctionnement des moteurs de recherche, de la publicité, etc. (une observation valable pour les différentes saisons de la série). En matière d’anciens personnages, Joey fait un retour inattendu avec sa petite fille Angela et c’est un plaisir de retrouver son sens de l’humour un peu atténué par ses responsabilités mais toujours agréable.

Moins amusant, le thème du date rape est plutôt bien amené. De même, les troubles de l’alimentation sont abordés du point de vue d’un garçon pour une compétition de lutte, ce qui n’arrive pas souvent. Et j’ai adoré le fait que Terri soit mannequin plus size (pourquoi je n’ai jamais vu cette série ado T_T). Le personnage de Marco est aussi un de mes préférés. En revanche, on poursuit avec l’insupportable Emma qui prend sur elle de discuter avec son beau-père de choses qui ne concernent que lui et sa mère (sa grossesse par exemple).

J’attendais depuis le début de la série qu’Emma se pose des questions sur son père biologique (ce qu’elle aurait pu déjà faire lorsque Archie est devenu son beau-père, mais bon) et je suis plutôt contente du résultat (il n’est plus vraiment mentionné par la suite, en revanche). J’avoue, j’ai ri en voyant le « nouveau look » de Manny, la meilleure amie d’Emma, qui fait terriblement 90s et m’a rappelé le collège (string et jean très taille basse).

Je me serais en revanche passée du côté bien intolérant d’Emma lorsque Manny tombe enceinte et qu’elle exige presque qu’elle mène la grossesse à terme (hey, c’est pas parce que ta mère était une teenage mom que tu dois forcer tout le monde à faire ce même choix).

L’arc tellement adorable de l’admirateur secret de Terri démarre dans cette saison mais je n’aurais jamais pensé qu’il donne lieu à quelque chose d’aussi moche. Le pseudo parfait prétendant l’entraîne dans une relation toxique et abusive jusqu’à ce qu’elle se retrouve à l’hôpital.

Je n’ai pas aimé cette saison. Laisser revenir à l’école un ado qui a blessé sa copine (techniquement, ouvert le crâne et plongée dans un coma), ado qui d’ailleurs à part quelques séances de thérapie n’a rencontré aucune conséquence pour son geste (pas occasion unique d’ailleurs, il l’avait déjà frappée auparavant) … certes tout le monde a droit à une éducation mais il aurait mieux valu ne pas l’accepter. Enfin on ne s’en est mordu les doigts qu’à la fin de la saison hein quand il a ramené une arme à l’école. Je peux comprendre que le harcèlement qu’il a vécu ait exacerbé ses tendances violentes mais je refuse de le plaindre, franchement.

Un peu surprenant dans cette saison, la grossesse de Liberty. Sa relation avec J.T. n’était pas spécialement mise en avant à mes yeux dans la saison précédente. Ce sont deux personnages que j’apprécie beaucoup et dont l’évolution ici va être adorable, notamment le boulot du garçon dans une émission pour enfants. L’arrivée de Darcy n’est pas géniale, en revanche, avec son côté très religieux.

Après avoir fait de belles leçons à Spinner sur la religion et son comportement, Darcy n’a rien de mieux à faire que des photos osées publiées sur son blog. Intelligent. Le pire, c’est qu’un commentateur avec qui elle dialogue en ligne réussit à trouver son école et la suit à la maison. Je ne comprends pas qu’on puisse se mettre en danger aussi inconsciemment (et avant que vous me disiez que je suis une vieille bique XD je pensais pareil quand j’étais ado :P)

L’autre élément marquant de cette saison, la mort de J.T., arrive sans préambule et m’a beaucoup choquée. Tout ça pour une bagarre entre élèves de deux écoles différentes.

J’ai du mal à éprouver de la compassion pour Darcy (malgré l’arc du viol avec drogue). C’est quand même une peste qui sort qu’elle n’est « pas le genre de personne à qui ça arrive » donc, il y a un genre ? C’est mérité ? Quel mépris, et c’est pas la première fois (sa réaction face à Mia, une ado jeune maman, m’avait déjà donné envie de vomir).

Les prémisses de cette saison sont déjà difficiles à avaler. L’école dont venaient les gamins qui ont assassiné J.T. dans la saison précédente a brûlé et donc on a transporté toute la population à Degrassi. C’est ridicule. Avec un passif pareil on ne mixe pas les deux publics.

Et encore une fois, la direction est hilarante avec sa politique tendance zéro pour la violence, quand les gamins de l’autre école passent leur temps à harceler ceux de Degrassi sans aucune conséquence. Je déteste ce manque de retombées.

Au moins, il y a du badminton. Pas un sport très représenté. Et le point positif, Jane fait son entrée dans cette saison et c’est un personnage bien cool.

Ouh. J’espérais ne plus voir Emma qu’on supporte depuis la saison 1, une fois le lycée passé. Et non elle est à la fac du coin donc fait toujours partie de la série. J’aurais pensé que sept saisons, c’était suffisant pour renouveler le casting, mais bon. Au moins, Liberty est toujours là.

A la minute où revient Emma, c’est une catastrophe. Elle incendie complètement le restaurant Dot par son irresponsabilité et n’a pas besoin d’en prendre la responsabilité. Heureusement que ce n’était pas en début mais en fin de saison, on la voit moins. L’arc suivant qui la voit se marier à la sauvette ivre est ridicule et prévisible. Et ils décident de confirmer ça. Une très mauvaise fin de saison.

Et quelle déception de voir l’arc de Jane se terminer ici ! Du gâchis.

Je ne comprends pas pourquoi cette saison est si longue. Plus de quarante épisodes O_O et tous des doubles. Jamais encore vu cette structure, c’est perturbant.

L’un des personnages qui m’a le plus touchée cette saison est Adam, je crois le premier personnage transgenre de la franchise. Victime de harcèlement, il a aussi des difficultés à trouver sa place dans sa famille (notamment avec son exaspérante mère, également au conseil des parents) même si rapidement il se fait deux amis, Eli et Claire (que j’adore).

J’ai à la fois ri et désespéré avec Ali qui me fait l’effet d’un vraie gamine actuelle : aucune idée des conséquences de ses actes. Entre la page FB créé contre une camarade où elle dit carrément vouloir l’étrangler, entraînant une réaction en chaîne des autres élèves (punaise heureusement qu’elle n’a pas été physiquement attaquée), les photos d’elle envoyées à son copain, celles d’une autre fille à toute l’école. Ce n’est jamais sa faute. J’avais l’impression d’entendre des élèves, tiens ! En revanche, j’adore le fait qu’elle soit une scientifique pure, ce qu’on voit encore trop rarement chez les filles.

Cette très longue saison voit aussi un grand changement dans les règles de Degrassi qui se durcissent (en deux semaines de vacances on instaure l’uniforme, des policiers à l’entrée, une carte à présenter systématiquement en cas de contrôle, le réseau des téléphones bloqué comme celui des réseaux sociaux et blogs, clubs supprimés sans supervision d’adultes) pour cause de baisse dans les résultats aux examens et écarts de conduite. Je trouve que c’est un peu exagéré. La situation à part ces fameux écarts lors d’une soirée n’était pas catastrophique.

En revanche, j’adore le fait qu’après ses conneries (trompé Ali avec Bianca), ce soit Drew qui ait une réputation et qu’aucune fille à part Bianca ne veuille lui adresser la parole ^^,

Vous avez vu, vous comptez voir certain/e/s de ces films, de ces séries ? De belles trouvailles récemment pour vous ?