Lectures sur un rocher

Silhouettes from Popular Culture

Olly Moss (auteur). 2012, 144 p. Titan. Art. 15,17€. Livre lu en anglais.

Find your favourite pop-culture character in this collection of silhouettes from well-known movie, television, comics and video game characters!

Il y a quelques années, Book Depository avait cette opération de réduction sur certains livres, une quantité donnée pour une heure ou une demi-heure et on voyait en temps réel le stock diminuer … C’est un peu comme le widget qui permet de voir que quelqu’un en Nouvelle-Zélande vient d’acheter tel livre, j’adore ça. (Je crois que l’opération n’a plus lieu?)

C’est comme ça que je suis tombée sur ce petit livre. Je ne connaissais pas du tout l’artiste, mais dès réception, je l’ai trouvé adorable. Petit format, relié en dur, carré, couverture en tissu, l’aspect esthétique au premier abord est charmant.

Et c’est encore plus frappant lorsqu’on l’ouvre. J’aime beaucoup cette forme d’art, ces silhouettes sombres sur fond blanc, ou l’inverse, parfois en caméo, avec une touche de rouge qui fait parfois son apparition. Mais le meilleur, ce sont les sujets.

Le thème d’Olly Moss sont les personnages issus de la culture pop. Films, séries, jeux vidéos. Je suis aux anges. Les choix effectués m’ont ravie. D’autant qu’il y a un élément ludique : le nom du personnage n’est pas écrit, à vous de deviner ! Je vais l’acquérir en français pour mes loulous ^^

Lectures sur un rocher

Hatshepsout, princesse d’Egypte

Marc Depeyrot (scénariste). Cédric Tchao (dessinateur). 2010, 192 p. Milan. Manga – Histoire. 11,50€.

XVème siècle avant Jésus-Christ, Egypte : la princesse Hatshepsout, devenue épouse royale, assure la régence après la mort de son époux Thoutmosis II. C’est le début de l’aventure de la « reine-pharaon ». Revêtant les attributs masculins du pouvoir, comme la barbe postiche, elle règnera plus de vingt an et marquera considérablement son époque avant de sombrer dans l’oubli …

Je suis tombée sur ce livre par hasard aux Imaginales, dans un lot de mangas d’occasion. Je ne savais pas que Milan éditait des mangas, et j’apprécie la période, donc je me suis dit que j’allais essayer.

Ironie du sort, les enfants, j’ai reçu une représentante Milan au boulot la semaine où j’ai lu ce livre XD j’ai évité de lui en parler …

Parce que c’est une catastrophe. J’ai rarement lu un manga aussi mal fichu, même si je ne sais pas lequel de celui-ci ou Magie intérieure est le pire (peut-être Magie puisque j’avais plus d’attentes).

Déjà, la couverture n’est pas suprêmement intéressante. Les yeux et lèvres surtout m’ennuient, ils ne sont pas fun, très oubliables. Et on ouvre le livre, et on a juste envie de l’envoyer valser loin, très loin.

Le dessin est sérieusement atroce. Les yeux sont vides, vaguement griffonnés sur le dessus et le bas et rien au milieu. On est à la limite du zombie, et ce n’est pas un compliment. Certaines planches donnent l’impression d’être … dans l’espace, alors même pour le cosmos et machin, je préfère la version de Saint Seiya, ça fait moins bizarre dans le contexte.

(Je vous assure, je n’ai même pas envie de le re feuilleter pour retrouver tout ce qui m’a posé problème).

J’avais juste lu Cléopâtre de Machiko Satonaka quelques jours auparavant, et j’ai beau moins m’y connaître sur Hatchepsout (ouais je crois que ça s’écrit avec un c, et je n’appelle pas ça une licence poétique), je n’ai absolument rien appris sur elle avec ce manga, et je n’ai pas eu envie d’aller chercher plus loin. Le texte est plat et ennuyeux, je n’ai jamais souri ou trouvé ça beau.

Cette lecture est une belle perte de temps et probablement une des pires de l’année 2017. Je ne garderai certainement pas ce livre, et je ne l’infligerai pas à mes élèves.

Lectures sur un rocher

Feuilles de novembre

En novembre, une lecture se tire franchement en longueur, même si elle s’améliore avec les jours qui passent.

J’ai terminé avec plaisir le premier tome du Livre perdu des sortilèges, notamment pour la partie chez les tantes de Diana, la sorcellerie au premier plan. En revanche, L’école de la nuit est très laborieux, je me suis forcée pendant une bonne partie. En fait tout la partie sur Raleigh Kit et tutti quanti, les amis de Matthew est inintéressant et lourd au possible, celle sur le père du vampire l’est tout autant, avec un côté stéréotypé et conventionnel qui m’a presque fait lâcher le livre. Heureusement, on retrouve des sorcières, mais j’ai peur que la partie sur Prague reparte dans une direction qui ne me convienne pas du tout.

Le premier tome de Cléopâtre, princesse de l’espace est un achat boulot. Découvert à l’origine en anglais, je le teste finalement en VF et j’en suis mitigée. Certes, c’est choupi mais qu’est-ce que c’est léger, et pas dans le bon sens. Le côté prophétie, la société humaine-chat sans trop d’explication .. je suis moins enthousiaste que je ne l’aurais pensé.

Et … c’est tout.

Ça me peine quand même.

En toute fin de mois, j’ai enfin réussi à terminer L’école de la nuit, et j’ai pu me consacrer à autre chose, rester sur cette lecture m’aurait rendue trop triste.

Drama est un adorable roman graphique acheté pour le boulot. Callie, l’héroïne, fait partie du club théâtre de son école, mais pas en tant qu’actrice : elle travaille sur les décors. J’ai adoré cette perspective, l’humour, et le dessin de Raina Telgemeier toujours aussi positif. La diversité est parfaitement au rendez-vous et rend ce livre très touchant, et j’ai adoré la perspective de régie théâtre ❤

Le mot d’Abel m’avait été recommandé par Saiwhisper au Livre sur la Place, et je me suis finalement lancée. J’adore. Les thématiques sont très bien et simplement portées, et je l’ai tout de suite imaginé en voix pour mes élèves.

J’avais été séduite par l’aspect graphique de Merveilleux au Livre sur la Place, il y a quelques années (Lulu in the Sky, l’une des illustratrices, le dédicaçait). Cet aspect graphique ne déçoit pas, mais le texte ne me parle pas tout autant (ce n’est pas vraiment celui des contes originels, parfois avec la fin, parfois non, et je peine à trouver l’angle original vanté sur la quatrième de couverture).

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en novembre ?

Je teste un nouveau logo de bilan lectures (je suis amoureuse des nouvelles photos disponibles sur Piktochart ❤ ), j’espère qu’il vous plaît !

Lectures sur un rocher

Feuilles d’octobre

En octobre, je suis immergée dans des livres du boulot, d’autant que je propose une soirée lecture à l’internat pour Halloween.

J’ai découvert Ne vous disputez pas avec un spectre en fouinant pour des achats de boulot. Une géniale lecture d’épouvante, avec un beau contexte, des personnages intéressants, des actions chouettes … juste une relation amoureuse qui arrive comme un cheveu sur la soupe et une fin bien trop happy end. Spoilers : je l’ai changée pour mes loulous. Je vous raconterai dans le billet.

Deux livres ensuite auxquels je n’ai pas réussi à accrocher. Gothic commence de manière très sérieuse, même pour un documentaire, et s’il est très bien illustré j’avais plus tendance à tourner les pages sans vraiment lire. Démarrer par l’architecture était particulièrement endormant en plus …

Et Stéréotypes, s’il me parlait franchement (cette séparation de la société selon le type de personne, Altruiste, Perfectionniste) est retombé comme un soufflé dès le début : merci l’accouchement sauvage dans la forêt, suivi par une agression sexuelle sur la demoiselle et une randonnée à pieds, no soucy Lucy. J’ai essayé de m’accrocher, mais c’est prévisible et raccroche trop de personnages et sous-intrigues pour être efficace.

Parmi les lectures du boulot, L’envol du dragon est adorable mais un peu léger (pas assez du côté maladie pour un thème de société, pas assez du côté imaginaire avec une vague incursion dans la réalité virtuelle).

Rana et le dauphin garde ce côté choupi, avec peut-être un peu plus de potentiel d’utilisation (le côté science-fiction, s’il reste fin, est exploitable avec un petit lecteur je pense – je ne parle pas de lecture plaisir mais de lecture pour le cours de français avec thème imposé^^,).

L’école est finie, si je l’ai trouvé intéressant et exploitable pour son côté société ET sf (jackpot XD deux trimestres en un 😛 ne rigolez pas, j’ai une soixantaine de livres à chercher pour chaque thème cette année ^^,) avec l’évolution de l’éducation, l’implication des entreprises, la fin reste légère (oui je sais c’est moi qui râle ^^,).

J’ai pioché Morwenna un peu par hasard chez les parents. Le début est étrange, et si je n’ai pas l’habitude de tant de références littéraires, imaginaires de surcroît, j’apprécie la balade, d’autant qu’on est immergé dans la culture anglo-saxonne en prime.

Le tome deux de la série du Livre perdu des sortilèges m’était vite tombé des mains parce que je n’en gardais aucun souvenir. La reprise du premier s’est faite tout en douceur et j’ai retrouvé toute l’affection que j’avais pour cette histoire et ses personnages.

Relecture de Full Moon – je crois, j’en avais de vagues souvenirs. Ca reste mignon, j’attends de voir. Il n’y a pas grand-chose à dire à part mignon, j’ai l’impression.

Le Dico Manga est un pavé assez conséquent, et qui a plus de dix ans. Je l’ai chipé au boulot, mais je ne suis pas sûre d’en venir à bout, déjà parce qu’il est énorme et parce que les choix me paraissent parfois discutables.

Ce petit livre sur la paix est en fait un mini documentaire sur des personnalités à base d’infographies. C’est mignon, le dessin est adorable, les informations importantes sont là sans trop en faire, mais je n’ai pas vraiment eu de surprise et ne suis pas aussi enthousiaste qu’en découvrant la collection.

Plus tard, je serai moi évoque joliment le sujet de l’orientation et de l’implication parfois malvenue des parents – ici, ils insistent pour que Selina devienne une artiste, et vont jusqu’à couper le chauffage et ne plus acheter que les essentiels en provisions pour qu’elle ait une vie aussi tragique que d’autres artistes.

Toujours en mode lecture de boulot, avec Je préfère qu’ils me croient mort, on évoque les jeunes Africains amenés en Europe par des arnaqueurs sous prétexte d’en faire des champions du foot. C’est prenant, bien dans le sujet, empathique. Si je n’ai pas été touchée, je l’ai néanmoins trouvé très bien dans son objectif et je le recommanderai sans problème.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en octobre ?

Lectures sur un rocher·Life as a Teacher Librarian - Pérégrinations de profdoc

Coup de gigot et autres histoires à faire peur

Lamb to the Slaughter. Roald Dahl (auteur). Quentin Blake (illustrateur). Elisabeth Gaspar, Hilda Barberis (traductrices). 1954 (VO), 2007 (VF), 123 p. Folio (Junior). Jeunesse. 3€.

Qui pourrait croire que derrière cette paisible ménagère, si tendre et si attentionnée avec son mari, se cache une terrible meurtrière ? Et cette logeuse débordante d’amabilité et de gentillesse, comment ne pas lui faire confiance ? Mais attention ! Les apparences sont parfois trompeuses…

Dans le cadre du défi britannique d’Evy, je me suis lancée dans une redécouverte de Roald Dahl au mois de septembre dernier. J’en ai profité pour découvrir deux petits ouvrages chipés au boulot, mais j’ai manqué de temps et de motivation pour me lancer dans le recueil « adulte » Kiss Kiss. Dommage, mais Coup de gigot à lui seul vaut le déplacement.

C’est amusant, il est paru dans la collection Junior de Folio, mais il a un côté délicieusement noir qui semble loin de la littérature enfantine et qui m’a passionnée – enfin surtout pour la première nouvelle. Qui a d’ailleurs été adaptée par Hitchcock. J’avoue que j’ai eu un peu pitié de cette brave Mary, l’héroïne du texte qui donne son nom au recueil, et j’ai adoré suivre son cheminement de pensée. Et quelle fin ! Délicieuse 😛 (enfin pas pour moi, je ne mange pas de viande xD) ça m’a rappelé Mise en bouche ^^,

Les autres nouvelles (Tous les chemins mènent au ciel, La logeuse, William et Mary – juste, un autre prénom d’héroïne aurait été pratique pour ne pas les confondre ^^,) gardent un humour très mordant, même si c’est surtout Coup de gigot qui a retenu mon attention -mais c’est typiquement ce qui me fait rire.

Pas pu m’empêcher de me dire que la brave Mme Foster de Tous les chemins mènent au ciel a eu bien raison, accessoirement, vu comment son mari la traite. Et cette élégance du langage aussi, dans la description de ses actions, avec ce côté délicieusement daté de la période. La logeuse, en plus d’humour noir, a pour moi une touche de fantastique et d’étrange (m’en fiche si c’est pas le cas, je la lis comme ça).

J’ai eu une petite impression de déjà vu avec le thème de William et Mary, peut-être en science-fiction, mais plutôt du côté du phénomène scientifique, pas du point de vue de l’épouse. Et que c’est efficace. Une fois encore, une impression de juste punition et de satisfaction puisqu’on estime que les choses sont rentrées dans l’ordre. Et, effectivement, d’une manière bien grinçante et satisfaisante.

Ou c’est juste moi et mon côté glauque? 😀

Une petite lecture de laquelle je n’attendais vraiment pas grand-chose, et qui s’est révélée particulièrement chouette, et satisfaisante (c’est le mot !)


Quand mes 3èmes m’ont demandé de revenir pour une nouvelle soirée lecture, j’étais un peu perdue, aucune idée de quoi leur proposer ^^, et puis je me suis dit pourquoi pas un peu de cet humour un peu grinçant !

J’ai jeté un oeil à Mieux vaut en rire, autre recueil de l’auteur, je vous en parle dans un autre billet, mais je me suis focalisée sur deux nouvelles issues de Coup de gigot, finalement : le texte éponyme, et William et Mary, sur la demande des jeunes (nan mais y a un côté un peu scientifique, un peu dégoûtant … vous êtes sûrs? okay ^^,)

La séance lecture a été un peu différente de la première fois. Comme il y a eu des changements et des ajouts dans l’internat, j’avais proposé au collègue surveillant de les emmener au CDI, ce sont des grands, ça va aller … Ca a un peu bougé, papoté, ri, mais en lien avec la lecture, donc je ne me plains pas trop.

J’ai aussi essayé d’instaurer un dialogue pendant le texte, pour ne pas les ennuyer, parce que je ne veux pas dire mais Dahl date un chouia, donc pour garder le rythme et l’humour, je les ai fait participer un peu. (J’étais un peu fatiguée, remarque, alors quand un des gamins a sorti que le M. de la première histoire trompait sa femme avec un gigot … j’ai ri.).

La deuxième nouvelle, William et Mary, a été un petit défi puisque longue et bourrée de vocabulaire scientifique et soutenu. J’ai essayé de simplifier tout ça et carrément taillé dans le vif du sujet en résumant avec des mots plus familier l’opération. Ca a aussi été l’occasion de mettre le ton, entre le côté froid et détaché de M. qui se fiche quand même un chouïa de sa femme (comme dans le premier texte), Mme qui est tout de même un peu perchée, et le scientifique entre tout ça ^^,

Au final, je crois que mes loulous ont passé un bon moment, et je me suis également bien amusée ^^ Et je crois qu’ils ont remarqué mon petit côté glauque en prime XD

Lectures sur un rocher

Feuilles de septembre

En septembre … je ne lis pratiquement pas. Bizarrement, ça ne m’inquiète pas, pas encore.

Alors il y a eu quelques BDs au boulot, relecture ou découvertes comme L’odyssée d’Astérix mais je n’ai pas noté sur Goodreads …

Harry est fou est une petite BD très charmante sur un perroquet parlant. Je suis très surprise d’avoir autant apprécié, notamment pour l’esprit de l’animal, malgré un dessin qui m’a un peu perturbée. Je ne connaissais pas la collection Mille bulles de l’Ecole des Loisirs en prime.

Après Treachery in Death j’ai voulu poursuivre l’histoire d’Eve encore un peu. Mais j’ai abandonné From New York to Dallas devant le peu de répercussions de cette enquête explosive au volume précédent (tout un service véreux, dont la Lieutenante est allée jusqu’à organiser la mort de certains officiers qui ne suivaient pas ses vues). C’est à peine abordé et on embraie sur une enquête qui me tente moins. Du coup j’ai voulu relire un peu la série à ses débuts mais j’ai perdu une bonne partie de mes livres numériques il y a quelques mois avec les soucis de MacFly donc je n’ai plus le tome 1 … Le 3 a suivi le 2.

Mes petites lectures d’hier soir. J’avais de grandes attentes pour Aromantic (Love) Story et elles ont été remplies. Le traitement du questionnement sur la sexualité de l’héroïne m’a intéressée, et j’attends de voir la suite (même s’il y a une pointe d’appréhension).

Ceci est mon sang, parce que dammit y en a marre de ce tabou idiot. Je n’en suis qu’à l’introduction mais je ne me plains pas, l’écriture me donne envie de poursuivre. J’avoue que j’en attends beaucoup aussi.

Et … c’est tout. A part quelques BDs au boulot entre midi, je ne lis que le soir avant de dormir et je m’endors sur la liseuse (c’est peut-être pour ça que je dors si mal en ce moment).

Ça commence d’ailleurs à m’attrister. J’ai essayé de lire le deuxième tome du Livre des sortilèges mais je n’ai rien compris, mes parents me ramènent le premier, espérant que j’arrive mieux à suivre ensuite.

Si en matière d’écriture, je suis un peu larguée, la lecture ce n’est pas mieux cette rentrée en fait …

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en septembre ?

Au défi de lire·Bibliothèques Lynnaennes·Lectures sur un rocher

Séries livresques

Je ne parle plus beaucoup de défis livresques sur le blog, même si certains sont toujours en cours – quoiqu’un peu en pause. L’un d’entre eux, celui d’Acr0, propose de se concentrer sur les séries livresques dans sa pyramide à lire.

Je crois avoir oublié de faire un petit billet l’an passé pour récapituler, et la page que j’avais consacré à ce sujet ne me convient plus, donc je vous propose de découvrir les différentes sagas que j’ai en ma possession.

Les séries terminées :

Les séries en cours :

Les séries à commencer :

Les séries en pause :

J’ai abandonné certaines séries en conservant les livres, mais je ne compte pas vous en parler, à moins que cela ne vous intéresse.

Des suggestions, des séries à commencer dès que possible ?