This little life of mine and other stuff

Art et artiste : est-il possible de penser l’un sans l’autre ?

C’est un article qui pourrait concerner J.K. Rowling. Mais même pas.

Si vous l’avez loupé, ces dernières années elle s’exprime de plus en plus sur Twitter sur le thème des personnes trans et pas forcément avec bienveillance. Je vous laisse ce lien qui explique mieux ça que moi.

Non, c’est par rapport à Glee.

Il y a quelques années, suite au divorce de Johnny Depp pour des raisons de violence, j’avais complètement cessé de regarder les films de cet acteur. Comme ceux de Polanski (même s’ils ne me tentaient pas spécialement).

Mais pour Glee je n’y avais jamais spécialement pensé.

Même en sachant que certains des acteurs étaient plus que limites (Mark Salling – mais ses chansons ne sont pas dans ma playlist … est-ce que c’est « mieux » dans ce cas ?), j’avais zappé jusqu’à revoir une autre vidéo que certains l’étaient aussi. Naya Rivera, l’interprète de Santana dont j’adore la voix, a été arrêtée pour violences conjugales il y a quelques années.

(Heureusement que Chris Colfer existe, les enfants).

Honnêtement, jusqu’à cette semaine, jusqu’à ce que j’entende un youtubeur, Pierre XO, qui abordait la question de Depp et Heard, j’avais oublié Naya Rivera et n’y pensais jamais.

Depuis, dès que j’entends une chanson de Glee dans ma playlist, je ne pense plus qu’à ça.

Est-ce que je dois me défaire de ces chansons que j’adore ? Jusqu’à présent je n’avais eu aucun problème dans le domaine de la musique (je ne suis pas sûre que les artistes que j’apprécie aient déjà été concernés en fait).

Est-ce que ça change quelque chose de savoir que ce sont des reprises ?

Lea Michele a chanté ce duo avec Jonathan Groff (que j’adore, magistral dans Mind Hunter), Total Eclipse of the Heart, adapté de Bonnie Tyler. Ont fait surface ce mois-ci des remarques et comportements racistes de la part de la jeune femme. Est-ce qu’il faudrait que je bazarde cette chanson ?


Une pensée pour Naya Rivera qui a disparu cette semaine après avoir emmené son fils en balade en bateau sur un lac. Le gamin a été retrouvé endormi mais les autorités la recherchent toujours et craignent qu’elle ne se soit noyée.


Qu’est-ce que je vais faire comme découverte en préparant les articles musicaux dont je vous parlais ? Est-ce que d’autres artistes que j’adore seront finalement racistes, sexistes, homophobes ou transphobes ?

Je n’ai très sincèrement aucun mal à me détacher de Rowling, je le suis déjà franchement de Harry Potter (ici vous avez un article de Mary Sue en anglais que je trouve vraiment intéressant sur la proximité entre auteur et création, avec notamment une vidéo de Lindsay Ellis dont j’aime beaucoup le travail). En tant que lecteur·rice.

Mais en tant que prof doc ?

Est-ce que j’arrête de le recommander aux élèves ? Est-ce que je les envoie balader lorsqu’ils m’en parlent ? Avec un grand, à la reprise, on a abordé le manque de diversité dans le roman et les films, et c’était très cool. Mais avec les petits ?

Et je crois que j’aurais matière à faire un article séparé sur Orson Scott Card et son homophobie. Etrangement, alors qu’il fait partie de ma bulle depuis bien moins longtemps que Rowling, bien plus qu’elle il a influencé ma manière d’écrire et même son roman Enchantement, que je n’ai lu qu’une fois, m’a tellement marqué·e qu’il n’a jamais quitté mes étagères. Ne parlons même pas de ses livres sur l’écriture que je ne suis même pas sûr·e d’être capable de prêter !

C’est un dilemme qui vous parle ou pas du tout ?

This little life of mine and other stuff

Pendant ce temps, sur la Falaise …

J’avais bien pensé à un titre sur « nouveauté sur la Falaise », dans ce goût-là, mais j’ai l’impression que c’est déjà tous les ans comme ça XD

Blague à part, comme vous avez dû vous en rendre compte, durant le confinement il n’y a pas eu de publication sur le blog. Ni d’écriture. J’ai vaguement évoqué une moisson en avril et puis plus rien. Parce que je n’avais pas du tout le cœur à écrire sur le blog. Ni à écrire du tout, d’ailleurs. Il a fallu du temps pour que j’arrive à reprendre le roman, que je planifie les épisodes suivants, mais je n’ai pas réussi à en écrire tant que ça …

Ce n’est pas tellement le fait d’être cloîtré·e dans le nouvel appart – soit dit en passant, je suis bien content·e d’avoir rushé le processus de déménagement, je serai devenu cinglé·e dans l’ancien. Même si ce système d’attestation et surtout l’incertitude de la situation a compliqué les choses.

Rester seul·e n’est même pas le problème tant que ça. Quand je vois certains qui vivent à plusieurs, en famille, et qui ne peuvent plus se supporter … je suis ravi·e de partager mon espace avec ma tech et c’est tout ^^,

Une fois encore, vous vous en doutez, c’est le boulot qui m’a tellement manqué. Gérer le CDI à distance c’est fun cinq minutes et puis ça passe. C’est surtout pratique quand je peux rentrer profiter de mon seul après-midi de la semaine pour préparer le cours du lendemain … Si ce n’étaient que les livres, les ressources, à la limite ça passerait.

Bah non. Mon espace de travail, c’est aussi un espace social, un espace de vie, où je peux directement voir les élèves et interagir avec eux sur leurs heures de libre (les cours c’est différent, je ne vais pas vous parler du télétravail, à part que c’était épique). Où je vois/prévois ce qu’on fait au fil des projets, des discussions avec eux.

Ce qui a donc été coupé net avec la fermeture de mon bahut. La communication avec les élèves en-dehors étant toujours folklorique (je sens qu’on en rira terriblement d’ici … je ne sais pas quand) … je n’avais même plus le goût à l’écriture.

Ça a repris, petit à petit, heureusement, avec cette habitude que j’ai re/prise d’écrire dans un journal. Ça ne m’était plus arrivé depuis le collège – c’est une question de période, en fait. Je vous en reparlerai dans un autre article, mais écrire à la main m’a fait énormément de bien dès le début du confinement, même si vous me savez un peu accro à ma tech ^^,

Quand ça a sa propre catégorie sur le blog, c’est que je commence à y prendre goût XD

Oui je sais j’ai l’article sur l’Ipad sur le feu depuis un an et demi XD et le haul de janvier 2020 XD et le retour sur la Switch et sur ce bordel d’endroit où je suis bloqué·e depuis les deux premières semaines que je l’ai et que je l’ai reposé XD (oui nan mais c’était pas plus mal, je jouais avant d’aller dormir et j’avais une tête de déterré ensuite).

J’ai prévu de vous reparler du confinement dans un autre article, celui-ci va rester centré sur Falaise donc.

(Non j’ai pas du tout bifurqué pendant dix minutes avant d’arriver à ce point précis.)

J’ai évoqué un peu le pendant du confinement donc sur le blog, ce qui m’amène à ce qui lui arrive en ce moment, depuis la reprise, et ce que ça va donner dans les semaines à venir.

Bon déjà pas d’über changement prévu de suite parce que hein je suis un peu au boulot jusqu’au 4 juillet au moins comme l’ont dit un certain nombre de personnes haut placées, à courir à droite et à gauche du lundi au vendredi presque non stop. Nan mais je suis content·e, hein. C’est juste qu’à part quelques minutes le matin en arrivant à (avant) (très tôt) 8h et des brouettes et parfois dix minutes après le déjeuner, au boulot, j’ai pas trop le temps, et le soir comme je rentre plus souvent après 18h qu’avant … je brouillonne un peu, j’édite, mais je ne reprends pas la publication.

Mais j’y réfléchis. Je me dis qu’il y est bien mignon, mon blog, mais il ne me correspond plus tant que ça, vous l’avez peut-être vu dans les derniers articles de bilans.

Non seulement parce que les articles lecture dans les coffres datent parfois de plusieurs années, mais aussi pour une raison toute bête.

Je ne lis plus.

J’avais pris cette décision vers le début du confinement, comme j’en avais ma claque de « bouffer » des livres en quantité pour avoir peut-être entre 3 et 5 résultats un minimum plaisants, pour me concentrer sur les documentaires, maybe quelques classiques.

Je vous referai peut-être un article pour aborder ce sujet en particulier.

Oui en fait cet article est pour annoncer d’autres futurs articles. Si j’ai pas un avenir au ministère avec ça, les enfants, je ne sais pas ce qu’il faut.

Retour au blog et aux articles lectures. C’est très drôle de me dire que j’envisage de ne plus en écrire du tout à part maybe les bilans, et encore si je ne lis plus. J’ai fait du ménage dans les articles lecture et sur les près de 200 qui me restaient, dans les 90 ont fini à la corbeille (enfin il faut que je copie colle une partie sur les mangas pour vous faire des avis synthétiques sur une page dédiée).

Je n’ai plus spécialement envie de parler de livres. Si vous suivez le blog depuis le début, je pense notamment à Snow (on en reparle, wait for it … dans un autre article XD), Tesra et Zatoun (qui se cache mais qui n’est pas loin 😀 ), ça fait super bizarre. J’ai créé le blog pour cette raison, il y a bien des lunes. Et je trouve toujours ça cool de retrouver d’anciens avis, je ne vais pas les supprimer (ou en tout cas ce n’est pas en projet pour l’instant). (En fait je ne sais pas).

J’avoue que j’avais carrément tendance à angoisser à l’idée de ne pas avoir un certain nombre de brouillons d’articles lecture XD enfin maintenant je suis plutôt agacé·e de voir tout ce qui n’est pas encore publié.

Donc, voilà, je n’ai plus envie d’écrire sur des livres.

Je pense que je vous publierai encore ce que j’ai dans les cartons ou du moins ce qui me semble intéressant, ou les lectures qui ont été importantes à mes yeux. Ou alors dont je trouve les articles plutôt fun à lire.

Je sais d’ailleurs pas comment je vais combiner cette envie de lire enfuie avec mon boulot XD mais ça c’est une autre histoire pour un autre jour XD (assistaaaants XD)


Après j’ai envie d’écrire sur d’autres sujets. Vous l’aviez peut-être déjà remarqué avec la catégorie Lookbook, même si ce sont essentiellement des hauls (que je ne peux plus faire pour l’instant, thank you covid fairy), il y a des choses un peu plus en mode réflexion que j’ai envie d’aborder.

Sur l’écriture, aussi. Je n’avais pas posté le bilan de 2019 mais je crois que je vais le faire tout de même. C’est important, même si cette année a clairement été un échec dans cette optique.

J’ai un nouveau projet qui a occupé une bonne partie de mon temps durant le confinement mais que j’hésite à développer ici. Maybe. One day.

Les séries télé ont complètement disparu de la Falaise ou presque depuis janvier mais j’ai réussi à m’y remettre après la reprise au boulot, donc j’espère faire revenir d’autres Errements visuels. Après vu tout ce que j’ai zoné en mode larve sur Youtube durant le confinement … y a matière à aussi.

En musique, j’avais évoqué avec Tesra une reprise de ma Playlist du moment, un peu différemment d’il y a quelques étés, moins de chansons par article avec un peu plus d’information sur chaque morceau. Je n’ai pas oublié mais j’ai encore rajouté une plâtrée de morceaux dans ladite playlist. Et j’ai découvert Spotify XD

Diantre, mine de rien j’en ai fait des trucs ces derniers mois XD

Et puis des petits articles sur ma petite vie comme ce très minuscule billet d’humeur. Il y a toujours le dernier dans la série sur l’appartement, la comparaison entre mes débuts dans l’ancien et ceux dans le nouveau en mode humoristique et ça devrait clore la série. Qui n’a pas encore un titre. Zatoun me suggérait chasseuse d’appart en référence à Sakura, je vais essayer de retravailler dessus.

Quelques autres thèmes en vrac : créativité, photographie, écologie, cuisine, boulot, tech … J’en oublie sûrement.

Et vous ? Vous auriez des idées, vous aimeriez qu’on parle de quelque chose en particulier, de cette liste ou complètement autre chose ?

Est-ce que vous allez continuer à me rendre visite sans les livres ? ^^,

C’était quand même totalement la marque de fabrique du blog au début, c’est resté jusqu’à maintenant … Donc je ne vous en voudrai pas si vous ne restiez pas. En sachant que je n’arrive même plus à me concentrer sur des articles de blog d’ailleurs sur le sujet.

Mais … tam dam daaam … on en reparle dans un autre article !

Merci en tout cas de supporter mes récriminations et mes phrases à rallonge dans des articles toujours plus long, et j’espère vous revoir très rapidement* sur le blog !

*Oui bon now vous me connaissez assez pour savoir que le temps est relatif ici XD

This little life of mine and other stuff

Plus de visites

Je n’avais pas réalisé en me lançant dans cette aventure que ce serait si épuisant, et chronophage, et psychologiquement déstabilisant. Mais j’en avais vraiment besoin, je ne supportais plus l’appartement précédent (je crois que j’étais limite à rester à l’école les soirs aussi …).

Dans le dernier article (il y a longtemps !), je vous quittais en parlant du stress à l’idée que le propriétaire loue à quelqu’un d’autre cet appartement dans lequel je me projetais avec tellement de facilité.

Celui-ci.

La vue de mon bureau. Qui m’a été d’un grand soutien ces dernières semaines.

Si vous me suivez sur Insta ou que vous me supportez sur Messenger (oui le verbe est mérité XD), vous savez peut-être ou vous avez remarqué dans mes dernières photos un décor complètement différent. Ou vous savez que la deuxième semaine des vacances de février j’ai déménagé (et que c’était épique). (Mais dans le bon sens).

Et qu’avec la situation actuelle j’ai eu énormément de chance d’être dans cet environnement que j’adore. J’ai même eu le temps de gérer l’état des lieux et remise des clés du précédent appart … le matin avant le confinement. (Oui non parce que sinon proposer les visites de 9h à 10h seulement les matins … il était juste hors de question que je loupe le boulot pour un horaire aussi pourri, j’aurais dû attendre presque un mois pour un créneau le samedi matin !).

Donc voilà. C’est une partie de ma vie qui s’achève.

Je n’aurais juste jamais imaginé que la suivante démarrerait ainsi.

Enfin bref.

Je suis désolé·e de ne pas avoir plus de photos de l’appartement vide à vous proposer. Je voulais faire comme Snow et m’essayer à la vidéo avec l’appareil photo numérique avant d’emménager mais j’avais toujours un emploi du temps très chargé avant les vacances (sauf le lundi avec cette formation ridiculement inutile. Un petit conseil : ne plantez pas un·e geek en formation numérique sans wifi pour une journée. Juste un conseil d’ami·e), excepté ledit lundi où j’étais dans un lycée juste à côté de l’appartement.

J’avais dans l’idée d’y aller juste avant ou juste après pour ramener des cartons et filmer mais la nuit précédente a eu lieu la tempête, je me sentais super fatigué·e et frustré·e à cause des cartons (je venais accessoirement de me prendre la tête avec mon père au téléphone à ce sujet), donc retour à la case départ pour poursuivre le rangement.

Je ne sais pas s’il y aura un article sur mon aménagement. J’en ai un plus humoristique avec une comparaison entre mes débuts dans cet appartement et l’ancien, mais je ne sais pas trop si davantage vous intéresserait.

Voilà qui clôt ma petite série d’articles sur ce thème. J’espère qu’elle vous a plu !

This little life of mine and other stuff

Quatrième visite, … what’s next ?

Je vous quittais à un moment bouillonnant de suspense : une visite catastrophique, un week-end crevant (Portes Ouvertes le samedi) et traumatisant (le câble d’alim de Macfly fracassé sur le carrelage donc ordinateur coupé dimanche et lundi matin le temps d’appeler le Mac Store … qui n’avait pas ledit câble en store. Pas sûr que la Fnac ou Boulanger le proposent. A ce moment j’ai arrêté de me prendre la tête et appelé mon père qui m’en a déniché un chez Darty et me l’a ramené dans l’apm … juste alors que je venais de téléphoner pour une nouvelle visite pour le vendredi qui allait venir).

Donc c’était déjà une semaine pleine d’émotions.

Et j’étais encore dans l’angoisse parce que cet appart avait l’air vraiment chouette mais qu’il y avait une visite prévue le jeudi. Donc si les gens se décidaient sur le champ bah tant pis pour moi. Donc angoisse toute la semaine.

Heureusement, les cyclones m’ont bieeeen relaxé·e mercredi après-midi XD Il y a eu un cache-cache dans le « noir » (vraiment pas vraiment noir), même pas avec les plus jeunes ^^,

Bref.

A quoi m’attendais-je en arrivant ?

A un F3 de 55m2. (Si ça paraît plus pro que d’habitude comme précision c’est que l’annonce est encore en ligne XD). Un garage. Une cave. Un balcon. Une cuisine équipée.

ET.

UNE.

DOUCHE.

VERT D’EAU, LA DOUCHE ❤

J’étais juste un chouia obsédé·e par cette satanée douche XD

C’était toujours dans la ville qui m’intéressait, ironiquement à deux pas du premier appart catastrophe visité XD Mais sans locataire à l’intérieur au moins. Le loyer était plus conséquent, plus même que celui de l’appart que je désespérais de quitter et je me suis quand même arrêtée deux minutes pour me demander si ça allait le faire.

Si vous ne me connaissez pas IRL, vous ne savez pas à quel point je ne gère pas les chiffres. Donc j’angoisse. Voilà.

Mais la douuuuuuche !

(Pardon XD).

Ironie du sort pour ceux qui me connaissent, je crois que je n’aurais même pas eu besoin de mettre Stan le GPS en place pour trouver. Je n’ai eu aucun problème pour me garer ni trouver la résidence. Le propriétaire était déjà sur place.

Certes, on est en rez-de-chaussée, et je n’ai jamais été spécialement à l’aise avec cet étage. Mais à l’instant où je suis rentré·e, je me suis projeté·e de suite. La petite entrée donne sur un grand salon avec des porte-fenêtres qu’on peut ouvrir sur un balcon avec des pots de fleurs et une vue … La pièce de gauche, une chambre en plus petit, aurait juste été parfaite pour un bureau, avec la même vue.

Et en plus, les vues, vous les obtenez avec des volets électriques. LE. REVE.

Dans ces deux pièces, les murs étaient très sobres, beige et gris – ou comme je l’ai dit à Snow parfait pour mon bazar coloré XD

La cuisine est complètement équipée : plaques, four, frigo géant. Et des rangements en veux-tu en voilà : en bas, en hauteur, avec un espace entre un petit meuble et le frigo. Les toilettes séparés de la salle de bains – c’est bien (c’est vert aussi en prime XD) avec une petite fenêtre.

Et parce que je vous aime bien et que c’est trop joli, je vous donne la salle de bains en mille (et ma super cape de super héroïne dans le miroir XD).

Enfin, la chambre à coucher n’est pas bien grande (dernière photo de la rangée) mais donne sur la jolie vue du salon et du bureau aka l’arrière de la résidence, un jardin. Auquel les résidents n’ont pas accès, ce qui n’est pas plus mal comme ça il reste en bon état.

Entrée, chambre, salle de bains et salon ont un point commun : des rangements coulissants intégrés. Je crois que je pourrais rentrer dans ceux de l’entrée et du salon. Pas celui de la salle de bains parce que planquée dedans il y a une machine à laver.

Qui a un programme lavage à la main. Quand on revient de friperie, c’est juste le top.

Et là, je n’étais plus désespéré·e. Je pouvais juste me voir tranquillement en train de cuisiner, profiter de mon canapé en admirant l’arbre du jardin, prendre des photos des nouvelles fringues devant un des murs très sobres du salon, ou juste marcher cinq minutes et prendre le tram direction la ville.

Après, mini angoisse : le garage est juste après une pente assez clash et un rebord métallique. Et j’ai un peu la phobie des garages depuis que je suis incapable de sortir la voiture de celui des parents (mais longtemps il y a eu un rebord qui faisait bouger ladite voiture et j’ai peut-être encastré celle de mon père dans le muret en sortant de là il y a quelques années. C’pas moi, c’est lui qui m’a attaqué).

Oh il y a une cave aussi, juste à côté du garage, non relié à l’appartement. Détail plutôt cool aussi.

Mais j’ai voulu être responsable. Y réfléchir soigneusement. Encore une fois, le loyer est plus élevé et je n’ai pas non plus un salaire de ministre. J’ai demandé à contre-visiter avec les parents le lundi. En mode grosse angoisse puisqu’il devait encore voir d’autres personnes avant.

Mes parents, entre temps, n’ont pas été très utiles, en mode : « bah si ça te plaît prends-le » XD Maaaaais laissez-moi essayer d’être raisonnable XD

Pour rappel, ma mère m’a quand même sorti il y a quelques mois en parlant d’un oncle « mais qu’est-ce que c’est que ça, un adulte qui passe son temps sur internet ; -euh tu sais que moi aussi ; -mais ça n’a rien à voir, c’est un ADULTE, enfin » XD

J’avais même posé des questions intelligentes au propriétaire en visitant. Même que c’était Snow, Zatoun et peut-être Tesra qui me les avaient soufflées. Genre sur le voisinage, le double vitrage, etc.

La contrevisite s’est passée tranquillement. Les parents étaient presque en mode touristique ^^, Et j’avais juste envie de rester là (plus que de retourner dans l’ancien appart, clairement).

Et puis j’ai dit que j’étais vraiment intéressé·e, que je voulais signer le bail … ce qui a été remis au vendredi. Parce que je faisais des heures assez étendues (faisaaaais T_T ). J’ai donc eu une boule au ventre que quelqu’un d’autre ne passe et swoop me chipe l’appart sous le nez.


La suite au prochain épisode !

This little life of mine and other stuff

Troisième visite, en mode sketch

Alors, je sais, je sais.

C’était déjà presque un sketch à la deuxième visite avec tous ces allers-retours des agents.

Mais vous allez voir, celle-ci est drôle aussi.

Tellement que j’ai eu du mal à ne pas glousser pendant qu’elle avait lieu.

Et pour nous faciliter la vie today, j’ai l’honneur de vous annoncer que j’ai eu un joli dossier pour ladite troisième visite, que je l’ai gardé précieusement pour vous redonner toutes les infos au cas où l’annonce n’était plus en ligne.

Spoilers : elle n’y est plus et je souhaite bien du courage à celle ou celui qui a choisi cet appart. C’est à ce point.

Bon, le premier aspect positif, c’était au choix : la localisation et le loyer. Vraiment, c’est un des loyers les plus bas que j’ai vus dans le coin pour l’endroit où se situe l’appart. Dans la ville qui m’intéressait, très proche de la métropole d’à côté.

Le côté négatif direct : c’est LA rue passante du coin. J’y suis allé·e en le sachant mais certaines résidences sont un peu en retrait. A voir, pour une fois que je n’avais pas l’air d’enquiquiner l’agence.

J’ai résisté au moment d’angoisse en arrivant dans ladite rue passante, les voitures partout, aucun stationnement, trop de circulation, pas de temps pour essayer de trouver où se garer.

Ce à quoi je m’attendais : un peu moins de 40 m2 pour un loyer mini, une cuisine aménagée et équipée, une chambre, une salle de bains aménagée. La cuisine avait quelques éléments (j’étais désespérée pour des rangements), dans des tons blancs, sobres, la chambre ne payait pas trop de mine. Et il y avait une baignoire sans douche. Je sais, je sais, pas du tout mon objectif mais j’étais un peu désespéré de visites à ce moment.

Pas grandes espérances donc.

Je vous mettrai mon croquis un peu plus loin dans l’article mais je vais vous traduire une des phrases du document de suite.

Ça a pris plus longtemps de me garer et d’envoyer un texto à Snow en arrivant que de visiter ce bazar (pour pas utiliser un autre mot qui commence par b).

Voilà.

J’ai peut-être aussi grondé l’appart dans mes notes. « Bad flat ».  Ca, c’est parce que c’est un E sur l’échelle d’énergie qu’on m’a refilé·e dans le dossier.

Enfin, allons-y pour la petite histoire.

Il fallait un bip pour passer une grande grille, on n’était pas directement sur la rue, ce qui était bien. Sauf que l’appartement était en rez-de-chaussée, avec une vague volée de marches, sans code pour entrer. Call me a snob mais bon ça me plaît pas des masses.

Et ma première impression en entrant : punaise que c’est cheap. Vraiment. Alors, je sais que le loyer était justement tout bas mais pour moi ça ne justifie pas les prises de courant qui sortent du mur ou les morceaux de la baignoire en kit …

Les photos donnaient une impression de longueur mais on peut effectivement leur faire dire ce qu’on veut. Il y avait à peine de la place pour un frigo entre les éléments qui faisaient vraiment vieillots. La salle de bains n’était pas bien grande non plus et pas en bon état.

Mais le plus fun : la chambre. Non, mais toute la place se contenait dans le salon – salle à manger. La chambre ne faisait que 10m2 (le minimum pour être considérée comme telle) qu’avec un placard encastré. Franchement, à ce stade je m’en fichais. Le placard n’est pas un espace vivable, mon lit allait à peine rentrer … Arg, quoi.

Ah, et pas de garage ou de place de parking dans un coin où il est très difficile de se garer.

Vraiment, un appart qui a tout pour plaire. Enfin pas à moi en tout cas, ce n’était absolument pas difficile de le zapper.

Sauf que là j’étais vraiment en mode désespéré.

Ça, c’était vendredi. Le lendemain, portes ouvertes. Et le dimanche, j’ai cassé le chargeur de MacFly. Donc en mode encore plus désespéré le lundi. (Heureusement, j’avais une collègue à déjeuner le dimanche XD).

Je vous laisse découvrir mon croquis très agacé, toujours en anglais.

Bad flat.

La suite au prochain épisode ! Promis, avec un peu plus de photos cette fois ^^,

This little life of mine and other stuff

Deuxième visite, presque à reculons

Honnêtement, après la première visite, j’avais toujours furieusement envie de bouger mais je redoutais vraiment une autre catastrophe.

Et je me suis franchement demandée si l’agence voulait vraiment me laisser visiter. Ça a été tellement compliqué de les joindre que j’ai cru qu’ils faisaient partie d’un service de renseignements (aka espions aka regardez Au service de la France), pas moyen de laisser de message, pas d’adresse mail claire.

Et en plus lorsque j’ai enfin pu poser un rendez-vous (parce qu’entre temps on me dit que oui mais en fait y a pas d’électricité donc pas trop tard, okay c’est pas comme si on était en janvier et qu’à part deux jours dans la semaine je finis après 17h et que sérieusement ça dure super longtemps pour avoir un rendez-vous on dirait qu’on veut aller chez un gynéco, ah mais il faut que l’ancienne locataire soit là/donne son accord/je ne sais pas/au final elle n’a jamais répondu à l’agent …) …

On m’a collée une formation de dernière minute au boulot.

J’ai dû reporter au lundi.

En fin de compte, le vendredi, on a bien peigné la girafe en orientation et après j’ai couru partout en réunion parents, c’était très drôle (parenthèse profdoc).

Et pour rire, le lundi je rappelle le numéro inrappelable parce que, voyez-vous, ils m’avaient à la fois le vendredi :

-envoyé un mail pour confirmer.

-laissé un message vocal pour me dire qu’il y avait un souci.

Et ça dans une marge de vingt minutes – en revanche me demandez pas qui était la poule et l’oeuf, hein, j’ai vu les deux. Sauf que forcément ben le message vocal je l’ai vu passé 17h.

Bon le lundi matin j’ai fini par avoir quelqu’un au téléphone pour confirmer que oui, je voyais bien un appartement un peu plus tard dans la journée.

Je ne sais plus si j’en étais au point d’espérer que l’appart serait aussi épique que le chemin pour y parvenir.

Spoilers : l’appart, je ne sais pas, mais la résidence, définitivement.

Je suis un peu plus angoissé·e en y allant parce que c’est un quartier de la ville que je ne connais pas (techniquement, je ne connais que le quartier que j’ai visité la dernière fois parce que c’est à deux pas de là où vivait mon ancienne collègue d’allemand). Et je suis moins fan. Arriver en avance m’a permis de faire quelque pas pour voir que non seulement il n’y a aucun commerce dans les environnements immédiats mais ça monte aussi énormément pour trouver la résidence (je ne suis pas fan).

En revanche, celle-ci est juste ouah. Esthétiquement parlant, j’étais fan. Elle avait définitivement un côté très vintage (la porte d’entrée était d’époque et pas sûr qu’on parle 1900s). L’intérieur était impeccablement moderne.

Cette fois-ci, je trouve une agent immobilière sans problème à l’heure dite, qui m’annonce qu’il y aura encore l’agent responsable qui nous rejoindra dans quelques minutes mais propose de nous faire déjà entrer puisque ben il fait un peu froid ^^,

A part cet élément géographique, je suis plutôt enthousiaste pour une première visite, pour le démarrage en tout cas.

J’avoue, j’avais un peu flashé sur la douche (photo no contractuelle 😛 hum hum XD), la localisation et le côté impeccable qu’on pouvait voir sur les photos. J’étais prête à renoncer donc à ma pièce bureau, même si 40 m2 (après 65-70) dans l’ancien appart) me faisait un peu peur. Et un peu gênant, il était disponible de suite (alors que je venais d’apprendre que pour les non meublés c’est trois mois de préavis … que je n’avais pas encore lancé donc).

Entrée dans l’appartement. La première impression est agréable. C’est très lumineux, tout le mur de gauche est une grande baie vitrée qui donne sur un balcon et le quartier (pas top par contre XD). Le salon est grand, fait salle à manger aussi. Petite déception, la cuisine qui est parallèle à l’entrée fait étroite. Mais il y a une arrivée d’eau pour un lave-vaisselle.

Je suis plus dubitative en voyant la chambre. La pièce fait petite et je ne suis pas sûre que mon lit puisse y entrer sans manger toute la place …

Enfin, la douche est à la hauteur des espérances mais partage la salle de bains avec les toilettes. Je ne suis pas trop fan du principe.

L’espace, dans des tons gris, est vraiment joli mais je n’arrive pas du tout à me projeter, peut-être parce que je trouve que c’est loin du boulot ou alors parce que c’est vraiment petit dans ce que j’ai vu pour l’instant. L’agent m’assure qu’il m’enverra un document avec les mesures. Turns out, il n’y a pas les mesures pour les pièces individuelles, ce qui n’est pas idéal.

Alors j’ai vraiment réfléchi en rentrant. J’ai pris des notes comme la fois précédente, déjà sur l’agence immobilière parce qu’on s’y perd vite, les infos sur l’appartement, mes premières impressions à l’arrivée, mon petit plan et j’ai fait une liste de pros/cons.

Je suis arrivée à la conclusion que cet espace, s’il était beau, n’était pas fait pour moi. Parce qu’il fait vraiment trop étroit, que passer de plus de 60 m2 à 40 était beaucoup d’un coup, pour un loyer équivalent à ce que je payais dans l’ancien appart avant augmentation.

Ha, et s’il y a un garage compris, il est au sous-sol et j’ai senti une attaque de panique dès que je l’ai vu parce que je n’étais pas du tout confiant·e de pouvoir manoeuvrer la voiture dans le bâtiment avant de prendre un sacré virage pour sortir dudit bâtiment.

Donc, je n’ai pas donné suite.

Mais c’était quand même plus encourageant au final que le premier.

Un peu dépitée tout de même.

La suite au prochain épisode !

This little life of mine and other stuff

Première visite

Pour cette première visite, je suis un peu ennuyé·e, je n’ai pas grand souvenir de l’annonce ^^, Si je ne me trompe, c’était la ville que je voulais, très proche de l’école et du tram. Un rez-de-chaussée, ce qui m’angoisse encore un peu, mais on tente. 2 chambres, une douche (ha ! bon il y a une baignoire aussi apparemment). Le prix était très raisonnable. J’étais enthousiaste.

Au jour dit, j’arrive à l’adresse grâce à Stanislas le gps. C’est chouette, il y a des places de parkings partout, on peut se garer tranquillement. La résidence est très jolie, violette et jaune sombre, avec un code pour entrer.

Je me suis baladé·e dans la rue, les rues alentours. Whoa. Plein de petites choses, boulangeries, pharmacie, autres professions médicales, même un cinéma ! Et on est parallèle à l’artère du tram !

Et puis j’ai attendu devant la résidence.

Attendu.

15 min après le moment dit, j’ai reçu un appel de l’agent immobilier qui me cherchait.

Bah … je suis devant la résidence.

… Comment ça, c’est pas la bonne ?

Turns out, il y avait deux numéros correspondant à celui qu’il m’avait donné dans cette rue. Je continue à trouver ça très bizarre, d’autant que le « bon » se trouvait de l’autre côté de ladite rue et à près d’un km plus loin.

Alors quand je suis arrivé·e devant l’appartement en question, mon coeur est un peu tombé dans mes chaussettes.

Ce n’était pas une résidence mais un bloc d’appartement qui donnait sur la rue (relativement passante). Pratiquement devant l’escalier de la résidence.

Enfin, avant d’entrer, je rencontre l’agent immobilier, venu avec une collègue. Je n’avais pas pensé que je pourrais me sentir un peu assailli·e de gens, surtout avec ce qui a suivi.

Ce qu’il ne m’avait pas dit, c’est que l’appartement était toujours occupé.

Et que les locataires avaient DES animaux. Oui, pluriel. Au moins 2 chiens et 3 chats.

Alors j’adore les animaux, ce n’est pas le problème. Mais 1) la moindre des choses aurait été de prévenir (et si j’avais été allergique, hein ?) et 2) ben dans les logements avec petites bêtes ya certains éléments : une odeur et dans le cas précis des dégradations. Des griffures tout le long du couloir (oui, les locataires vont réparer ça, si tu le dis).

Et je ne sais pas si c’est seulement l’odeur des animaux mais je me suis vite senti·e oppressé·e. Qui dit locataire dit stuff. Et une TONNE de stuff.

Je sais, j’essaie d’avoir un espace raisonné, ne pas avoir trop de trucs, tout le monde n’est pas comme ça. Mais si on m’avait dit que l’appart était occupé, j’aurais probablement réagi différemment. Là j’ai senti l’angoisse et limite ma claustrophobie revenir devant la montagne de choses dans toutes les pièces de l’appartement (qui me paraissait minuscule alors qu’on devait être sur du 50-55 m2). Je ne voyais absolument pas les espaces ni les volumes. Je sentais seulement tout le poids de ces choses et l’odeur agressive ambiante.

Forcément, vous vous en doutez, impossible de me projeter. Et j’ai eu une telle impression de cheap en arrivant en prime.

Pour vous amuser, j’ai documenté cette petite visite sur Ainsley, mon iPad complice, je vous montre mon plan dessiné ^^, Je ne sais toujours pas dessiner et encore moins un plan mais je pense que ça reste compréhensif.

Une première visite qui m’a laissé un goût amer. Mais une grande envie de vivre dans ce quartier (en plus il y a deux supermarchés juste à côté, accessibles à pieds, dont celui que j’utilise en ce moment), donc ce n’était pas entièrement du temps perdu.

Suite au prochain épisode !

This little life of mine and other stuff

Dream place

Comme prévu, je vous parle de ma petite liste de doléances pour un éventuel appartement idéal.

Certes, on le sait, l’appartement c’est comme le/la partenaire idéal/e ça n’existe pas XD (après yen a qu’un qui m’intéresse dans l’équation ^^,).

Mon premier critère a été la localisation géographique. Je ne connaissais pas du tout le coin en arrivant il y a trois ans et demi. Si pour être honnête je suis encore très peu spécialiste, j’ai repéré quelques villes, plus proches de mon cdi principal ou entre les deux. L’une aurait été juste parfaite puisque le terminus d’un des bus principal de Nancy et carrément accessible à pieds du boulot (bon avec un peu de temps mais faisable).

Par extension, pouvoir me déplacer à pieds, qu’il y ait des choses à faire, des commerces. Le fait de pouvoir profiter de la ville comme à Saint-Dié me manque terriblement. L’aspect culturel a joué aussi. J’ai vraiment l’impression d’avoir perdu énormément sur ce plan en quittant les Vosges et étant dépendant de différents moyens de locomotion (voiture, train, bus, tram, surtout après la grève des trains).

Rien que l’inscription à une médiathèque, même si c’est la seule chose que je n’avais pas faite à St-Dié même mais à Epinal. Oui, j’avais préféré faire un bout de trajet mais elle le vaut bien. Celle de la ville que je quitte n’a de bibliothèque que le nom et tous ceux à qui j’en parlais me disaient que j’avais probablement plus de livres … Certes, j’ai la chance de travailler dans un milieu où je trouverai toujours quelque chose mais j’ai besoin d’un autre espace aussi.

Et je voulais une douche.

Juste, il était hors de question que je fasse un compromis là-dessus. Trois ans et demi à prendre des douches dans une fichue baignoire, sans rideau donc en mode piscine à chaque fois, impossible de poser une barre pour en placer un (murs à la con), aération pourrie donc toujours trop froid en hiver … bref. J’en finissais par toujours me dépêcher, ne jamais bien me sentir dans la salle de bains, et changer ma routine pour y passer moins de temps (mes cheveux n’y ont clairement pas gagné T_T).

Un loyer raisonnable. Si possible une place de parking ou un garage compris. Une deuxième chambre pour mon bureau – je pourrais m’en passer mais ce serait difficile, c’est une habitude que j’ai prise avec beaucoup de plaisir.

J’étais prête à diminuer en taille. Je trouve d’ailleurs que l’appartement que je quitte est trop grand pour moi mais c’était quelque chose dont j’avais besoin après mon stage. Espace, clarté, tranquillité. Et il y a ce côté falaise en haut d’une tour qui ne me déplaisait pas.

Mais sans doute suite à mes lectures de Mari Kondo, avoir un espace de vie plus petit ne me faisait pas vraiment peur, au contraire. Si c’est un espace qui correspondait à mes autres critères.

En revanche, une cuisine mieux … agencée ? me paraissait indispensable. Rien que pour pouvoir mettre en place des rangements (je ne pouvais pas en avoir en hauteur dans mon appartement actuel parce que les murs et le plafonds ont des formes bizarres. Non, je ne saurais pas expliquer mieux). Et parce que je prends de plus en plus de plaisir à m’y retrouver, à préparer des choses à la fois dans l’élaboration mais aussi la réalisation.

Et ne plus avoir à me dire que punaise la barre du vasistas vient ENCORE de se casser la gueule, au choix en embarquant le thermomètre de ma grand-mère du mur ou en s’écrasant sur la cruche qu’elle m’a donné … Ils ont survécu mais qu’est-ce que ça m’agace !


La première fois que je me suis décidé·e (que j’ai osé, en fait) effectuer une recherche, j’ai vraiment eu l’impression que j’avais déjà trouvé un appartement qui cochait la plupart de ces critères.

Excepté la douche, mais puisque j’étais presque en coup de coeur …

La localisation était juste parfaite, entre mes deux école (la ville que je vous ai mentionnée précédemment), rez-de-chaussée lumineux (bon le rez m’angoisse un peu mais avec jardin et balcon je n’aurais pas le même problème de vis-à-vis qu’à Dublin), un séjour si grand que je peux y consacrer une partie pour un bureau.

Et je ne sais pas, juste un feeling omniprésent d’être juste parfait. En plus d’avoir un loyer inférieur à celui que je paie même si pas de beaucoup.

Ca a été plus fort que moi, je m’y suis totalement projeté·e. J’ai commencé à faire mentalement les paquets dans mon appartement actuel, à me renseigner au niveau du bail, à demander aux coupines ce qu’elles en pensaient. Et dès le retour au boulot à la rentrée de janvier j’ai appelé le propriétaire.

Pas de réponse.

Bon, je laisse un message, il rappellera.

Après quelques jours, j’ai angoissé et rappelé.

J’ai adoré sa réaction.

« Ah bah non l’appartement est loué madame ».

Au ton de voix, clairement j’avais l’impression 1) de le soûler mais surtout 2) genre c’était le cas depuis des semaines voire des mois.

Sur le coup j’étais tellement crushé·e que j’ai pas osé lui aboyer dessus « et alors pourquoi il est encore en ligne ton appart ?? »

Soit dit en passant, pour les besoins de l’article, je l’ai cherché. Et retrouvé. Il est toujours en ligne. Mais on ne peut pas le louer, hein. Je ne comprends pas quel est l’intérêt de le laisser en ligne dans ce cas.

Donc voilà. Première idée, première grosse, grosse déception (sachant que mes deux précédents apparts étaient exactement ceux que je voulais).

Alors j’ai déprimé.

Quelques minutes.

Je suis passée en mode furax ensuite. Hors de question que je reste dans mon appart actuel. Mon ancienne collègue d’allemand m’avait parlé de la ville où elle vivait lorsqu’elle bossait ici, j’étais allé·e la voir souvent, j’avais bien aimé, elle me l’avait recommandée pour ma recherche. Et bah on va rechercher par-là alors.

La recherche a explosé. Des douzaines d’apparts dans ce coin alors que très peu dans l’autre ville.

Pourquoi déprimer quand il y a tellement d’autres possibilités ?

Suite et première vraie visite au prochain épisode !

This little life of mine and other stuff

Falaise déménage !

Et moi avec, éventuellement XD

Blague à part, 1) j’en avais besoin, 2) je suis ravi·e.

Et 3) je me suis dit que j’allais vous parler de cette expérience.

Parce qu’en fait c’est franchement daunting de se lancer là-dedans. Surtout lorsqu’on a aussi peu d’expérience dans le domaine.

Je vous propose donc une petite série d’articles plus personnels où je vais essayer d’évoquer avec humour mes petites tribulations à la recherche d’une nouvelle falaise où poser mes rêves, mes objectifs et mon petit bazar.


Pour compléter, cette petite introduction, j’aimerais vous dire deux mots de là où j’en étais avant de déménager, ou même de l’envisager (d’abord en idée en octobre-novembre, puis en décision réfléchie en décembre).

J’ai vécu deux ans chez mes grands-parents avant d’emménager dans la nouvelle maison avec les parents où je suis resté·e jusqu’à dix-huit ans avant de filer à l’université en cité universitaire.

Déjà, là, je serais curieux·se d’avoir votre avis sur le concept. Mes oncles et tantes qui n’y ont pas envoyé leurs enfants (ah bah on joue pas dans la même cour ma bonne dame) se crispent lorsque mon père y fait référence genre mais coooomment t’as pu envoyer ta pitite fiille là-dedans …

Bah vous savez quoi ? J’ai adoré mes quatre années de cité U. Franchement. J’y ai eu la même chambre, en bout de couloir, über tranquille, avec un personnel vraiment gentil. (Et on excuse les photos de portable pourries. Je vous ai retrouvé mon ordinateur d’agent secret, n°1 XD en revanche, l’espace robinet / bidet est trop flou sur les photos :/).

C’est une autre histoire mais je n’ai pas vraiment eu à choisir, je ne me suis pas tellement interrogé·e sur ce dont j’allais avoir besoin, je me suis adapté·e.

Partir en Irlande a été traumatisant d’un point de vue logement. Je n’avais JAMAIS visité un appartement avant, je ne savais pas quoi regarder / chercher, et j’ai été effaré·e en découvrant un endroit avec genre déjà 6 personnes qui y vivaient.

Pour rappel, enfant unique, espace vital, tout ça, tout ça. (Pour pas dire Lebensraum parce que je vais en choquer).

Aujourd’hui encore, je me dis qu’il aurait valu chercher seul et pas en coloc mais quand vous n’y connaissez rien.

L’appart déniché était dans un bel endroit, je dis pas. C’était bien le seul élément positif. Je ne vais pas entrer dans les détails, mais les colocataires ne valent pas le coup de s’appesantir à leur sujet, la salle de bains était à l’étage avec des escaliers qui avaient fait leur temps (pour rire, imaginez lorsque je me suis cassé des ligaments et fracturé le péroné). Entre autres éléments fun.

J’ai même plus honte de mon bazar au bout d’un moment.

J’étais donc vraiment enthousiaste à l’idée de retourner en cité U à la rentrée suivante. Malheureusement, pas la même, très différente. Ironiquement parlant, rénovée par rapport à la première (genre ma cité préférée « datait » des années 60 XD), avec le wifi dans les chambres … et j’ai détesté. Déjà pour l’amabilité extrême du personnel (limite à vous insulter lorsque vous les croisiez), le bazar impérial (pour rester concis), la propreté extrêmement limite … et c’était sensé être tellement mieux que ma première cité.

D’un côté, même si c’était pour le chômage, retourner chez les parents n’était pas SI mal.

Alors forcément quand je suis retourné·e à l’université pour mon master, j’ai couru pour retourner dans ma première cité ^^, la dame très gentille du service d’attribution logement m’a tellement aimé·e qu’elle m’a proposé (dans les locaux rénovés, en passant) un mini studio de 20 m2. Si c’est pas la classe à Dallas, comme dirait une copine.

Mini kitchenette, salle de bains et toilettes. J’ai carrément gardé ma chambre / mon mini appart pour l’été, je l’ai adoré. (Bon j’ai moins adoré les alertes incendies la nuit, mais c’est une autre histoire).

Encore une fois, je n’ai pas trop choisi. J’ai juste sauté sur la proposition de taille de lieu de vie et je me suis adapté·e. (Vous voyez le fil rouge ?).

Alors quand est venu le moment de choisir un vrai appart pour mon année de stage, j’ai complètement paniqué. J’ai demandé de l’aide à ma cousine pour son avis, elle qui avait déjà plusieurs fois changé, qui s’y connaissait (et qui m’a complètement lâché·e sans la moindre explication. C’est charmant. Soit dit en passant on a échangé un coup de fil très hypocrite et un texto depuis et ça fait quatre ans).

Je savais juste que je ne voulais pas de rez-de-chaussée (je ne vous avais pas dit que c’était mon étage en Irlande ? Les gens toquaient à la fenêtre en me voyant à mon bureau comme les volets n’existaient pas et j’avais fait une pancarte N’oubliez pas de nourrir le singe tellement j’en avais ma claque), proche de mon école (je n’avais pas la voiture à ce moment) et je voulais un coup de coeur.

C’était pas compliqué du tout.

J’ai eu un coup de coeur mais c’était très loin de l’école, il y avait une cheminée et une vue à tomber mais une mezzanine pour la chambre, über sous les combles, une jolie cuisine équipée et salle de bains, et pour descendre limite une rampe de pompier (ma mère me dit un escalier métallique en colimaçon, design, indus). Ah et des escaliers terrorisants à l’extérieur.

Et mon père a trouvé cette agence où il est rentré lorsque j’en avais marre et les dames adorables m’ont fait visiter cet appart au cinquième étage juste au-dessus d’une librairie, à dix minutes à pieds de l’école et dix de la gare, pareil du centre culturel et avec des murs de couleurs. Et une douche. On y reviendra.

Dans les points négatifs, la chambre était sous les combles aussi, à l’étage du salon-cuisine ouverte-salle de bains, je ne pouvais pas descendre en marche avant, j’avais du mal à me tenir debout dans la chambre (et pourtant comme un cyclone me l’a fait remarquer ya pas longtemps je suis vraiment petite. Du coup maintenant je peux reprendre l’expression de Bestie Mely « tout ce qui est petit est mignon et tout ce qui est grand est moche et con » – bon je le dirai pas à mon cyclone hein ^^,).

Mais la vue sur les montagnes était merveilleuse et j’ai adoré être au cinquième étage. (Mes parents beaucoup moins XD). Je l’aurais probablement mieux vécu si mon année de stage n’avait pas été si lourde à porter (on en a déjà parlé).


Cela nous ramène donc à ma Falaise actuelle. J’avais quelques idées, déjà avoir une pièce pour un bureau, ça m’avait terriblement manqué. En passant par une ville j’avais juste eu envie de m’installer là, ça n’était pas loin du boulot (une vingtaine de minutes en conduisant tout droit – bah oui j’ai eu la voiture mais pas de sens de l’orientation avec).

Juste pour rire, y a quelques années gros travaux sur le pont sur ma route donc j’ai dû me lancer dans un itinéraire en mode zigzag. Hilarant.

Pas de rez-de-chaussée toujours. Pas de combles si possible. Ou tout au moins que je puisse m’y tenir debout (j’ai déjà perdu deux centimètres, les enfants, j’ai pas envie de devoir prendre un escabeau pour m’adresser à mes Première).

Une vue … les montagnes allaient déjà me manquer, j’espérais une belle vue, des arbres si possible. De l’espace.

Mais à partir de là … je n’avais pas vraiment de récriminations.

Eh bah le moins qu’on puisse dire c’est que trois ans et demi ici m’ont faire revoir ma copie XD J’avais PLEIN de choses dont je ne voulais pas / plus sur ma liste, je vous en parle une prochaine fois !

Et pour rire : la tête de mon salon avant d’acheter les bibliothèques XD c’est resté comme ça quatre, cinq, six mois. C’était rangé par ordre alpha auteur hein mais par terre. Et ça ne me dérangeait absolument pas XD.

Promis, le prochain article démarre avec mes espoirs d’appart idéal … et ma première visite en mode fun !

Nouvelles bannières, j’espère qu’elles vous plaisent ! Merci encore à Snow et Zatoun de leur avis 😀

Ah et si vous aviez une idée de titre pour la petite série d’articles qui se profile ? Zatoun a proposé chasseuse d’appart. Il y a un côté Sakura qui ne me déplaît pas XD

This little life of mine and other stuff

A year in … me (2019)

Je crois que c’est le bilan qui m’a été le plus difficile à démarrer ^^,

Peut-être parce que je ne sais pas trop quoi dire ou que le logo est trop moche XD.

Edit de février 2020 : ça c’était avant les nouvelles bannières ❤

Cette année, pas de blessure (yay !), je suis beaucoup plus raisonnable dans ce que je fais – même si j’ai tenté du step au sport. Une fois. Je porte bien moins au quotidien … mais je fais aussi moins de sport en tant que tel.

J’étais allé régulièrement au body balance jusqu’à l’été puis au moment de reprendre j’ai appris que j’aurais mon vendredi après-midi (triple yay !), j’ai d’abord pensé que je pourrais en profiter pour ajouter un autre cours. Step tenté donc. Je crois que mon coeur a failli se barrer (ce qui prouve que j’en ai un), comme lorsque j’ai découvert le cardio il y a quelques années (dix minutes seulement ^^,). Je ne sais pas si c’est ça, mais j’ai eu moins envie d’y aller et j’ai décidé de cesser l’entraînement.

A la place, je vais essayer de focaliser sur me déplacer à pieds tant que possible et poursuivre mes séances de yoga à la maison.

(Et sinon, une minute de silence pour mon jogging Batman qui a décidé qu’il ne serait plus de la partie ^^,).

C’est plus sur la cuisine et l’alimentation que je me suis concentré cette année. Je vous l’ai déjà dit, je crois, je suis pesci (il m’arrive de manger du poisson et des fruits de mer, surtout lorsque je vais chez les parents XD un peu chez moi et au restaurant) et j’essaie de baser mon alimentation sur des fruits et légumes de saison.

En essayant de varier un peu et de l’adapter à mon mode de vie aka les déjeuners au boulot (où de septembre à décembre je ne mangeais jamais à la cantine avec mes collègues et donc pas d’accès micro-ondes).

J’ai aimé cette année essayer. Oser tenter différents plats ou légumes à préparer ou cuisiner moi-même, même si ma mère, ma cousine et les coupines ont beauuucoup contribué (Snow, Zatoun et Tesra sont celles que je harcèle le plus à ce sujet XD).

Entre autres, j’ai tenté le cake salé (simple mais pas ce que je préfère) et la quiche (que j’apprécie bien plus même si j’ai tendance à la limiter à 2 ingrédients en général), la soupe (XD oui j’ai fait ma première soupe cette année XD). La préparation de repas pour la semaine (jeudi soir et vendredi midi exceptés) est une plutôt bonne habitude aussi, ainsi que planifier tout ça, que ce soit pour préparer les courses ou simplement moins hésiter.

La fin de mes repas d’été que j’adorais (j’arrive paaaas les légumes d’hiver T_T ) et un burger saumon chèvre avec du confit d’oignons. Ca devait être un bagel ou un muffin mais pour les pains spéciaux je ne trouve rien de très chouette dans les environs.

Je ne suis pas vegan mais j’essaie de consommer peu de produits laitiers à base de laits animaux. Pour le fromage, je n’ai pas encore trouvé d’alternative ; j’ai retrouvé du beurre demi-sel végétal grâce à Zatoun ❤ (même si ce n’était pas quelque chose que je fourmillais d’utiliser XD c’est chouette de trouver quelque chose).

Je suis in love depuis quelques temps maintenant des yaourts au lait de coco Andros (fruits et nature), que j’utilise beaucoup pour cuisiner. J’ai aussi testé leur production au lait d’amande et découvert que je détestais ça XD même le chocolat. En revanche, les yaourt au lait de soja Alvo me plaisent beaucoup pour le muesli le matin, surtout à la vanille. Il faut mentionner la mousse au chocolat au lait de coco d’Andros.

Il faut.

Juste arrêter de la manger XD Pour cette mousse je renonce forever aux liégeois XD

Cette année, j’aimerais essayer les pizzas maison, limiter le fromage, tester plus de graines (chia, quinoa, toussa toussa). Peut-être moins de produits sucrés.

Essayer de moins me prendre la tête à ce sujet serait cool aussi.


Un dernier thème dont j’aimerais vous parler est le mode de vie durable. C’est vraiment quelque chose que j’aimerais mettre en place et qui va avec différentes choses, comme le fait d’essayer de consommer de saison et local, trier les déchets (même si c’est relativement difficile sur ma Falaise) et aussi et surtout, ma grande découverte de l’année : acheter d’occasion.

Bon, pour être honnête, je l’avais déjà fait avant : pour des livres, pour des meubles (le bureau professionnel que j’aime d’amour est de seconde main). Mais cette année, j’ai découvert les vêtements d’occasion.

Enfin ça n’est même plus une découverte ici puisque j’ai déjà rédigé quelques hauls sur le blog et même instagrammé le dernier XD J’adore ce concept, notamment pour les valeurs qu’il véhicule (donner une autre vie aux vêtements, limiter le circuit de la fast fashion) mais aussi le choix qu’il propose. Sachant qu’ayant une grande taille, parfois, en neuf c’est très compliqué. Même si j’ai encore acheté quelques éléments neufs cette année.

Pour autant, je ne veux pas complètement arrêter les acquisitions neuves. Notamment pour les sous-vêtements ou des éléments d’ordre plus artisanal – je pense notamment à Cape Diem dont je suis tombée amoureux·se aux Imaginales 2019 et j’espère qu’elle reviendra ! Peut-être essayer de voir du côté des marques durables – sachant qu’en matière de grandes tailles les prix sont souvent relativement faramineux …

Et continuer à m’amuser en thriftant 😀

Et reprendre parfois plutôt qu’acheter. Je suis incapable de coudre mais ma mère ne se débrouille pas trop mal. Elle m’a sauvé deux jupes que j’adorais qui étaient devenues beaucoup trop grandes ❤ Elle travaille encore sur une dernière, j’ai juste hâte.

Sans oublier tris et désherbage. Pas forcément pour devenir minimaliste extrême mais avoir plus conscience de mon espace et de ce que j’utilise pour mieux vivre 🙂 Et puis le tri digital … un sujet à approfondir.

(Carmilla aura peut-être une petite soeur ou un petit frère reconditionné bientôt d’ailleurs. Je vous en reparle).

Et vous savez quoi ?

Je n’ai même pas spécialement envie / besoin de vous parler boulot. Je l’adore toujours autant. Je m’éclate toujours autant. Mais je n’ai pas besoin de l’évoquer ici.

C’est bête mais ça me fait bien plaisir aussi.

L’un dans l’autre, encore une belle année.

Et vous ? 2019 vous a-t-elle été favorable ?