Roland Garros 2017

Cette année, j’ai essayé de suivre à nouveau la quinzaine de tennis française. J’ai quand même pu voir pas mal de beaux moments et de matches très sympathiques, je vous en parle rapidement.

(Oui alors j’adorerais vous faire un billet quotidien, mais 1) flemme légendaire, 2) voir tous les matches en replay, pas évident, surtout que certains ne sont pas dispos comme ceux des légendes, des juniors ou en fauteuil – les deux derniers seront à découvrir l’an prochain, 3) MacFly m’a fait une grosse frayeur la semaine dernière, 4) ai-je parlé de ma flemme légendaire?).

Huitième de finale dames, Caroline Garcia vs. Alizée Cornet, 6-2, 6-4.

J’avais vu quelques matchs déjà, et pas spécialement envie de suivre des joueurs/euses français/es. Et je vous avoue qu’il n’était pas génial, ce match, même si les commentateurs n’y ont pas été avec le dos de la cuillère en les trouvant honteuses. Certes, elles ne jouaient pas très bien et marquaient des points sur les fautes de l’autre essentiellement, mais à ce point … j’ai surtout détesté l’attitude de petite fille gâtée de Cornet, à bouder.

Quart de finale dames, Kristina Mladenovic vs. Timea Baczinsky, 4-6, 4-6.

Un tel mieux. Des joueuses combatives, de beaux coups, un calme agréable aussi. J’ai bien apprécié le petit discours de la Suissesse, en français.

Mar 13, 2015; Indian Wells. Credit: Jayne Kamin-Oncea-USA TODAY Sports

Quart de finale messieurs, Rafael Nadal vs. Pablo Carreno Busta, 6-2, 2-0.

Booon alors il était bien choupi Carreno Busta ^^, j’ai été un peu déçue qu’il abandonne. Il avait du mal face à Nadal, mais en même temps il s’est littéralement arraché dans ce match, jusqu’à se blesser aux abdominaux. Un moment court et intense. (la photo date de 2015, lorsqu’ils ont joué en double à Indian Wells, mais elle est trop belle).

Quart de finale messieurs, Novak Djokovic vs. Dominic Thiem, 6-7, 3-6, 0-6.

J’ai essayé de rattraper ce match en replay. Djoko démarrait plutôt bien, Thiem avait l’air de se débrouiller, sans plus, je vous avoue que je ne comprends pas bien ce qui a pu se passer. J’aurais volontiers repris le match le lendemain mais j’ai été tellement spoilée sur les réseaux sociaux qu’en connaissant déjà l’issue, j’ai laissé tomber.

Demi-finale dames, Jelena Ostapenko vs. Timea Bacsinszky, 7-6 3-6, 6-3.

Jelena Ostapenko, c’était la grande inconnue. Je pensais que Bacsinszky n’en ferait qu’une bouchée, une petite choupette inconnue comme ça. C’est la choupette qui l’a dévorée vivante, avec une force inattendue. Pas toujours un très bon caractère, mais j’ai plutôt mis ça sous le coup de la fougue et du manque d’expérience (pas encore titrée).

Demi-finale messieurs, Andy Murray vs. Stanislas Wawrinka, 7-6, 3-6, 7-5, 6-7, 1-6.

Un match magnifique. Murray s’est bien accroché, Wawrinka s’est obstiné, et chaque point a été âprement disputé. Superbe.

Demi-finale messieurs, Rafael Nadal vs. Dominic Thiem, 6-3, 6-4, 6-0.

C’est arrivé très vite, et je n’ai pas vu les qualités qu’on prête à Thiem sur terre battue, au contraire. Nadal a déroulé tranquillement, sans surprise ni déplaisir pour les yeux.

Finale légendes, Martina Navratilova et Lindsay Davenport vs. Tracy Austin-Holt et Kim Clijsters, 3-6, 6-3, 5-10.

J’étais ravie de retrouver Navratilova comme chaque année, et Davenport et Holt que je n’ai pratiquement pas vu jouer. Clijsters, un peu plus. On est plus dans un jeu de double, très beau, certes mais pas aussi agréablement acrobatique qu’un match de légendes comme je l’aime. Sympathique, et belle introduction à la finale qui suit.

Finale dames, Simona Halep vs. Jelena Ostapenko, 6-4, 4-6, 3-6.

J’ai été un peu déçue du début de ce match. Simona avait l’air d’attendre tranquillement les erreurs de Jelena, qui en fait quelques unes. Bien sûr. Première finale, je crois, pour un premier titre, forcément, tu stresses, tu n’as pas l’expérience qu’a Halep qui doit avoir huit ans de plus. Mais elle s’est brillamment accrochée, et est remontée d’une manche perdue et menée 3 jeux à 0 dans la dernière. Brillant. Je l’ai préférée à la finale messieurs !

Finale légendes +35 ans, Mikael Llodra et Sébastien Grosjean vs. Andrei Medvedev et Paul Haarhuis, 6-4, 3-6, 10-8.

Je n’étais pas très bien ce matin, et en plus j’ai eu de grosses difficultés à trouver le direct, qu’ils n’ont pas mis tout de suite sur le site. Les joueurs m’ont fait mourir de rire, très vite. J’ai adoré cette partie, qui a commencé sous le signe de l’humour : ils sont arrivés dépareillés. Un français, Mikael Llodra, en blanc et noir, et son coéquipier Sébastien Grosjean en rouge et noir, et pareil de l’autre côté. Comme je suis arrivée au moment où l’un était allé jouer sur l’autre court j’étais un peu larguée ^^, J’ai adoré Llodra dans ce match, à aller jouer en face puis retourner dans son court pour rejouer sa propre balle ! Et le typique on sort de court pour que les ramasseurs de balle jouent … et croyez-le ou ou pas, une de mes élèves ! Qui fait le point ! Je ne vous dis pas la fierté, même si je ne la connais pas beaucoup. Et ces commentateurs : « on se demande s’ils savent jouer au tennis », à faire des remarques sarcastiques à mourir de rire pendant tout le match ! Un moment génial ❤

Finale légendes +45 ans, Mansour Bahrami et Fabrice Santoro vs. Pat Cash et Mike Chang, 7-6, 6-3.

Paradoxalement, c’est un match bien moins « fun » que le précédent, malgré la présence de Mansour Bahrami que j’adore ❤ On est sérieux malgré quelques blagues et très beaux coups artistiques, mais peu d’acrobaties, malgré la pirouette des tenues dépareillées encore une fois. Est-ce Mike Chang, que je vois jouer pour la première fois, qui est si sérieux? Je ne sais plus si l’an dernier Mansour jouait avec Henri Leconte, mais on se marrait bien avec Pat Cash … Ou que Fabrice est plus jeune que ses camarades et qu’on a un match plus physique ? Autant je guettais, commentais chaque point du match précédent, autant là je faisais différentes choses à côté, j’étais à ça de me mettre à bosser … Ce match m’a un peu déçue, moi qui attends de voir Mansour Bahrami jouer toute l’année 😦

Finale messieurs, Rafael Nadal vs. Stanislas Wawrinka, 6-2, 6-3, 6-1.

Jelena Ostapenko

Je suis partagée. J’adore les deux joueurs, mais j’aimerais bien que Rafael remporte sa dixième victoire comme à Monte-Carlo il y a quelques mois, au terme d’un très beau match même s’il aurait pu être plus disputé. Je ne sais pas si c’est le match précédent qui m’a déçue et lassée, mais malgré le côté accroché, je n’y suis pas 😦 Après visionnage du match … je suis assez déçue de Stan et de son brisage de raquette, mais heureuse du résultat. Et puis voir Rafael par terre sur la terre battue, c’est toujours aussi chouette 🙂

Une quinzaine plutôt plaisante, en attendant Wimbledon !

Wimbledon, quart de finale messieurs !

Deux matches au programme aujourd’hui, pour moi: Roger Federer – Tomas Berdych et Rafael Nadal –
Robin Söderling.

Bouuuuuh T___T Roger Federer a perduuuu 😦 j’étais très, très triste et très, très déçue. Je me suis, j’avoue, endormie durant le match (j’y peux rien, c’est la chaleur), mais, hum … j’avais pas l’impression d’être la seule à avoir dormi … Et pourtant j‘adore Federer, j’adore son jeu, son élégance … même lorsqu’il a remporté le deuxième set, je n’avais pas l’impression qu’il y était, qu’il menait le jeu 😦 Le troisième set est parti 6 jeux à 1 pour Berdych … Je ne diminue pas ses mérites, au contraire. Le Tchèque a très, très bien joué, d’excellents services puissants, un style de cogneur (oui, comme le dit l’article Wimbledon, un peu dans le genre de Söderling qui l’a battu à Roland Garros cet été, au même stade des quarts de finales …), et un grand, grand calme, alors qu’il mène de manière irréprochable contre un joueur exceptionnel, Federer. Peu d’erreurs, également, et Berdych méritait de gagner. Mais j’étais vraiment triste de voir Federer s’arrêter là 😦

En comparaison, Nadal a montré un jeu éblouissant, même s’il a quelque peu peiné à démarrer. Söderling, toujours cet excellent service, qui lui permet de mener 5 jeux à 0, avant de voir le réveil de Nadal qui breake et monte à 5 jeux à 3, avant de laisser la première manche au compte du Suédois. J’ai été sidérée, dans le début du deuxième set: une balle jugée et annoncée faute de Söderling, renvoyée dans le filet après l’annonce par Nadal, a été challengée et reconnue bonne. Le juge, un Français, au lieu de laisser Nadal servir une première balle, a accordé le point à Söderling ! A raison, l’Espagnol a protesté auprès de la chaise, mais rien n’y a fait. Il aurait pu, comme beaucoup de joueurs, s’énerver et accumuler les erreurs (ou alors se voir coller une pénalité). Il a enchaîné trois jeux de suite à son compte et conclut le set 6 jeux à 3. A nouveau, dans le troisième set, indignation des commentateurs et de moi-même: a 5-4, au moment de tourner, Söderling réclame le soigneur et apparemment, précise ou laisse entendre qu’il ne se lèverait pas tant qu’il ne serait pas là. Il a mis au moins quatre, cinq minutes à arriver, puis deux ou trois minutes de temps réglementaire aux soins, ce qui ne devrait pas se faire juste avant la fin d’un set mais attendre le moment entre la fin et le début. Et la demande devrait se faire pour le tour suivant … Nadal a perdu son jeu de service, pour le set, avec deux doubles fautes (portant le nombre total de doubles fautes produites à trois …), et ils ont joué jusqu’au tie-break, gagné par l’Espagnol, ce que je trouve entièrement mérité car il a véritablement dominé ce set. Dans le dernier, j’ai presque cru que Söderling avait abandonné, entre fautes directes et doubles fautes…

Novak Djokovic (au-dessus) et Andy Murray (en-dessous) se qualifient plus facilement, en trois sets pour le premier et quatre pour le second (deux tie breaks, cependant, Jo-Wilfried Tsonga lui a donné du fil à retordre ^^).

Mention spécial à mon chouchou Bahrami Mansour qui disputait un match de double avec Henri Leconte contre Mikael Pernfors et Joakim Nystrom. Entre commentaires criés en anglais (« But DO something, Henri! » « You CANNOT be SERIOUS! », à l’arbitre, en lui ramenant une carte jaune, les YAAAA au moment de jouer), coups complètement déjantés (vollées artistiques, coups droits de dos entre les jambes en fond de court et mini-vollées avec deux balles) et surtout ce talent qui est sien et celui de son coéquipier … Leurs matchs respirent l’humour et la joie de vivre (ouais, sauf quand l’adversaire, c’est McEnroe …. il était plus marrant dans sa publicité « It’s on the LINE ! »), le bon esprit. Un de ces jours, j’irais les voir jouer en live, et j’y mettrai le prix s’il le faut, mais je serai au premier rang ! Ils sont fantastiques ^^


Logo Wikipédia, photos issues du site Wimbledon.