Lectures sur un rocher

Feuilles de janvier

En janvier, je finis par commander de nouveaux mangas et quelques BDs au boulot et à les lire ^^, (Non mais sérieusement l’été dernier la dernière commande est partie directement sur les étagères je ne l’ai pas encore lue ^^, c’est maaaaal).

100 raisons d’aimer l’imaginaire est une petite lecture adorable, dans laquelle je me suis souvent retrouvée. C’est dommage, je trouve ça moins fait pour mes loulous.

J’ai enfin terminé mon Art Game Book, après des mois 😛 mais au final j’ai découvert que j’appréciais avoir une lecture au long court. J’ai appris quelques choses et noté des courants, des artistes que j’aimerais découvrir plus avant 🙂 (Les jeux sont juste un peu compliqués pour les plus jeunes, je trouve, il faut rattacher des citations à celui qui l’a dit ou relier oeuvres et artistes).

Les petites cellules grises est un très joli petit recueil qui m’a frappée dès que mes yeux sont tombés dessus. Je me suis enfin décidée à le sortir de ma pyramide à lire en tout début d’année, et s’il est très esthétique, il est un tout petit peu trop concis. Je pense qu’il ne parlera qu’aux grands fans puisqu’il n’apporte aucune information sur les enquêtes dont sont issus ces beaux mots – et il y aurait eu de la place, graphiquement parlant.

Le tome 2 de la BD A cheval reste un moment fun et léger. Je ne suis pas fan des récits qui mettent en scène ces animaux, mais j’apprécie la manière dont ils sont dessinés et les blagues passent très bien.

A la base, j’ai commandé Dans la combi de Thomas Pesquet pour avoir quelque chose à montrer lors des expos de livres thématiques ^^, l’histoire de cet astronaute français, si elle est longue, est passionnante dans sa description de l’accès aux étoiles. Je reste mesurée pour certaines blagues et le dessin de Marion Montaigne que je n’apprécie toujours pas – il passe en mode documentaire mais pas esthétique à mes yeux.

J’avoue, je suis assez fière de moi : 99 proverbes à foutre à la poubelle est mon premier abandon de l’année. Je ne veux plus me forcer lorsqu’un livre ne m’emporte pas ; et là, l’humour ne me parlait pas du tout comme d’autres textes de l’auteurs que j’ai vraiment aimés. Je le reprendrai peut-être à l’occasion, mais je l’ai reposé sans regret !

The Promised Neverland et Made in Abyss sont deux titres issus du Prix Manga Sensei, catégorie shonen (même si pour le premier c’est pas adapté, à mon avis, mais bon). J’adore le côté horrifique et huis clos de TPN, mais j’ai été un peu surprise et déçue par MIA, que j’ai trouvé confus dans ses explications sur l’univers, les personnages pas attachants, et un côté un peu brouillon dans les nuances de gris appuyées du dessin (un peu comme gommées … j’ai du mal à expliquer).

Blue Giant avait effectivement beaucoup à faire pour me convaincre. Les mangas de musique ne me parlent pas (vaguement, Nana, et encore), le jazz encore moins. Je l’ai trouvé classique et sans surprise dans son intrigue (c’est peut-être le premier tome), le dessin déplaisant et plat.

Love Baka m’inquiétait un peu, j’avais peur d’une romance trop poussée, voire limite puisque l’intérêt amoureux est le patron aka dominance par le statut . Au final, la mangaka est un peu idiote, mais ça reste assez drôle et le processus de création manga est rendu de manière intéressante.

Shoot, c’est mon über coup de coeur. Vous savez, parfois, quand vous touchez juste un livre pour la première fois ou que vous le voyez sur internet et que vous sentez qu’il va changer votre vie ? Ça ne m’était plus arrivé depuis 2017, pour une lecture l’an passé, et ça s’est reproduit ici. Simple, esthétique, percutant, inspirant. ❤

Après Blue Giant en seinen pour le Prix Manga Seinen, Centaures … je n’ai pas du tout aimé le dessin et l’histoire m’a ennuyée. Il y a des centaures, le héros est capturé, les captifs sont maltraités et leurs bras sont coupés (heureusement pas devant le lecteur. Je crois que le côté un peu dark de la maltraitance même suggérée m’a tenue loin du titre) et deux parviennent à s’enfuir. Les personnages ne m’ont jamais touchée et j’avais hâte de refermer ce seinen.

J’avoue que je n’avais aucune attente pour La Princesse et la Bête. Un truc un peu nunuche, sur une histoire vue et revue, sans graphisme particulièrement surprenant. Eeet au final c’est mon coup de coeur doudou de la sélection shojo XD Je suis faible XD L’héroïne a un humour un peu sans gêne, les « monstres » ont un graphisme sympathique (qui pourrait être plus poussé !) et j’adore le design du Prince, le mystère, qui m’a un peu rappelé Cocteau. J’ai vraiment envie de lire la suite.

Ce sont mes loulous qui m’ont harcelée pour Sword Art Online. Je suis sérieuse (quoique, certains sont pires avec Boruto). Le graphisme d’Aincrad, la première série de la franchise en deux tomes, fait très brouillon et n’est pas passionnant mais l’histoire est plutôt cool, il faut que je lise le dernier (surtout que des 4ème se bidonnaient en le lisant lundi donc je me demande s’il y a pas des scènes limites XD).

J’avais Le Courrier des miracles dans ma liste d’achats l’an dernier déjà, j’étais contente de le voir dans la liste seinen du prix. Mais j’ai déjà lu des titres sur des héros qui se retrouvent entre la vie et la mort trop tôt, par accident (Yuyu Hakusho démarre ainsi) et doivent remplir différentes missions pour espérer reprendre le cours de leur existence. Si le principe du miracle à livrer en mode facteur est mignon, j’ai lu mieux. J’attends la suite (la série est finie en 3 tomes, donc je me suis dit why not, j’ai tout raflé).

En revanche, j’attendais Tinta Run au tournant. Shonen qui promettait d’être cool dans le classique nekketsu (le héros dans un domaine, que je croyais être la pâtisserie mais en fait pas du tout 😦 dommage, j’avais adoré Yakitate Japan ; décide de se dépasser, promettant de rencontrer d’autres personnages auxquels se mesurer, etc.), français en prime, avec un mangaka bien sympathique rencontré au Livre sur la place … je suis déçue. Le dessin n’est pas particulièrement remarquable, le contexte confus, je n’ai pas ri aux blagues. Mais il peut tout à fait plaire à mes loulous.

Timeless Romance était un meh à première vue, et le lire n’a pas changé mon idée. On démarre sur une héroïne qui se retrouve dans la peau d’une demoiselle d’un autre temps, qui semble avoir des réponses mais jamais le temps de les lui donner. Je poursuivrai vraiment seulement si des élèves me demandent la suite, et je ne suis pas convaincue, je me suis ennuyée, je n’avais pas vraiment envie de connaître la suite.

J’avais bonne impression qu’Issak marcherait du tonnerre avec certains gamins. Contexte de guerre, samourai qui veut venger la mort de son maître, c’est le truc de pas mal d’entre eux. Déjà quand ça démarre sur un viol, ça le fait moins avec moi (après, c’est assez bien contextualisé d’un point de vue de guerre et le héros y met un terme rapidement, la demoiselle revient par la suite et j’ai dans l’idée qu’elle peut être utile, donc ça peut passer à la rigueur). Et les récits de guerre ne me parlent pas, surtout avec un dessin froid et sec comme celui-ci.

Le secret de l’ange, c’est ma déception shojo. Je suppose que la couverture vaguement réminiscente d’art nouveau m’a induite en erreur. Le trait intérieur est bien mois agréable, les proportions pas idéales parfois et l’enquête, dont j’espérais beaucoup, ne m’a pas passionnée. (Diantre je suis dure).

… Je voulais vraiment aimer Hana No Breath. La demoiselle brune aux lunettes ne comprend pas l’intérêt de ses amies pour le yaoi, elle ne s’intéresse qu’aux garçons, comme Gwen, à gauche. Gwen en fait une fille. Les prémisses étaient simples, mais ça ne voulait pas dire que ce ne serait pas bien. Sauf que … j’ai déjà lu des mangas sur le « travestissement », un héros contraint de se faire passer pour l’autre sexe pour raison x ou y (Mint na Bokura, W Juliet) et ça va bien trop vite. Un chapitre paf on sait que Gwen est une fille. Un chapitre paf elles sont ensemble. Alors je sais c’est important d’avoir ce genre d’histoire, mais ça m’a déçue. Et je m’attendais à une vraie réflexion sur le genre, pas uniquement je récupère les fringues de seconde main de mes frères, même le côté équipe sportive fait excuse (d’autant qu’elle déménage à la fin du livre). Mais bon, il n’y a que deux tomes en tout et les dessins sont quand même jolie. N’empêche. Je suis déçue.

J’aurais aussi déjà dû acheter Les Mémoires de Vanitas, mais je l’ai zappé. Je ne regrette pas qu’il fasse partie de la sélection : le vampire est vraiment bien introduit, original, le dessin toujours aussi superbe, il y a du mystère, de l’humour, j’en redemande !

Alors Moi quand je me réincarne en slime m’a fait grincer des dents au début, rien qu’avec la couverture. Et une fois ouvert, un de mes loulous m’a dit que c’était du hentai. Et c’est la sélection shonen … je ne suis pas du tout d’accord avec ce classement, comme pour The Promised Neverland. Et quand vous voyez les réflexions sur la troisième jambe avec un dessin de banane … bon mon loulou exagérait un chouia. Le reste est plutôt intéressant, sur la réincarnation d’un type banal en slime, son évolution dans un univers de jeu, dans le style Sword Art Online (mais il a l’air d’être le seul dans son cas) ou The Rising of the Shield Hero, avec des réserves sur les personnages féminins über curvy et bien dénudés.

J’avais des appréhensions et des espoirs pour Eclat(s) d’âme, notamment parce qu’il vient chaudement recommandé par ma superconseillère Tachan et qu’il aborde l’homosexualité, le porno gay, le suicide adolescent. Le dessin m’a tout de suite inspirée. Il a un côté doux et onirique. Et le protagoniste m’a paru attachant, j’ai eu envie de le suivre, puis de suivre ces autres histoires et personnages. J’ai aussi acheté les trois derniers tomes, il faut que je les lise. Une très belle surprise.

Je m’appelle Livre et je vais vous raconter mon histoire m’inspirait énormément il y a quelques années lorsque j’en ai fait l’acquisition. Au final, il est plutôt joli relié en dur, élégant, des extraits de poésie inattendus font leur apparition et je me suis bien imaginée mettre ce récit en voix pour mes élèves. Mais franchement d’ici quelques semaines je n’aurais aucun souvenir de cette histoire, sinon de son côté beau livre et informatif, alors que j’ai une bonne mémoire de livres. Je ne le garde donc pas.

Mes dieux que ces couvertures sont kitschs XD Je ne vous l’ai pas dit, mais le solstice d’hiver (j’aime pas Noël XD) m’a laissé un Ipad Pro, Ainsley. Je l’utilise comme liseuse, et c’est un bonheur rien qu’à ce niveau : je peux lire en mangeant à la maison, avant de dormir, sur le canapé, l’emmener au boulot. J’ai aussi décidé de moins imprimer, surtout qu’Eglantine me semblait avoir un souci de traits verticaux (elle n’a qu’un an, moins, ça me stresse – au final j’ai fait un nettoyage des têtes d’impression ça a l’air d’aller), alors pour les oraux des 3ème j’ai transféré mes bibliographies agrémentées de biographies sur l’outil et c’est über pratique pour modifier directement le document d’origine. Bref, je vous ferai un article sur mon utilisation d’ici quelques mois si ça vous intéresse (ou déjà now pour mes espoirs XD et comment je gère le début, dites-le moi), mais en matière de lecture je me régale en anglais.

Après The Immortal Empire j’ai repris une série que j’aime beaucoup, Psi-Changeling, avec la relecture des tomes 1 à 4, et j’ai embrayé sur les suivants. Hostage to Pleasure (ce titre XD rien à voir en prime) met en scène Dorian que j’adore toujours plus ; Branded by Fire a un pairing très cool, Mercy changeling léopard et Riley loup, ce qui pose problème dans leur allégeance à leur meute, d’autant qu’ils sont très hauts placés dans leurs hiérarchies respectives.

Blaze of Memory est incroyablement chiant à côté : je me fichais totalement du couple, Dev fait une petite apparition dans le quatrième tome et c’est un descendant lointain de Psy, un Oublié, et la Psy du tome est mentionnée dans le cinq et je m’en fichais tellement, et on avance pas dans l’intrigue principale de Silence, je ne comprends pas.

Bonds of Justice ne se rattrape pas sur le pairing, mais je préfère Max qui vient du même tome que Dev avec un rôle plus important, et il est plus passionnant, et la demoiselle Psy est un J, Justice, avec des dons plutôt intéressants. Et surtout, surtout, on suit la relation entre Sasha et sa mère, Nikita, et c’est très touchant (je veux d’autres extraits du livre sur les empathes d’ailleurs).

Lors de ma journée Porte Ouverte, j’avais sélectionné quelques livres pour de la lecture à voix haute, au cas où, et chipé ce Blondel dans mon autre école. Je l’ai démarré pour moi et j’ai été happée par les mots, le rythme, l’âme derrière l’écriture. M. Blondel, vous m’agacez (c’est toujours pareil XD).

Play of Passion propose enfin un pairing plus sympathique avec Indigo, lieutenante de la meute de loups et Drew, traqueur de la même meute (donc on perd un peu de la problématique de Mercy et Riley), mais ils sont attachants. Drew est le bébé, quatre ans de moins que la demoiselle, qui refuse de se laisser dominer par un soldat moins bien placé sur la hiérarchie de la meute. Je les trouve attachants et je suis contente que ce pairing soit de personnages qu’on suit depuis le début – je sens que la suite va être compliquée à ce niveau.

Je viens de démarrer Kiss of Snow et je suis gênée. Bon, je savais que ça allait arriver, mais on se penche sur Hawke, l’alpha aka le chef de la meute de loups, et Sierra, une jeune Psy de désignation X – je ne sais pas ce que c’est mais 1) c’est dangereux 2) il y en a très peu et 3) elle a un pouvoir off the chart et ceux de sa désignation ne sont jamais connus pour un tel pouvoir ni pour vivre très longtemps. Alors cette demoiselle me passionne, j’ai très envie de savoir en quoi consiste son don, mais elle a tout juste dix-huit ou dix-neuf ans, et Hawke apparemment la convoite même s’il se retient depuis des années … donc j’étais franchement gênée. Mais j’étais assez contente qu’on s’intéresse aussi à son oncle Psy, Walker, et Lara, la guérisseuse qui sont choupis.

Et vous, vos lectures de janvier ?

Oh, petite nouveauté ! J’ai découvert Animoto, un site qui permet de faire des diaporama vidéos, et je m’amuse avec pour le boulot. J’ai voulu tester avec les lectures de ce mois, je vous montre ça.

Elle vous plaît ? J’hésite à en faire un élément intégral du bilan lecture mensuel !

Lectures sur un rocher

Feuilles de décembre

J’espère que vos derniers jours de 2018 ont été doux et que 2019 vous apportera ce dont vous rêvez ^^

Je ne suis pas très douée pour les voeux, donc on passe au bilan !


En décembre, je profite bien davantage de mes lectures que les mois précédents.

Relecture avec Une vague d’amour sur un lac d’amitié pour mes élèves, aussi plaisante que je l’espérais. Spoiler : elles ont aimé ❤

J’ai l’impression que ce que m’a appris 1001 secrets de bien-être, c’est que seules les femmes ont besoin de se ressourcer. Tout est féminisé et hétéronormé. Dommage, parce que certains conseils sont intéressant et que le livre en lui-même est agréable à feuilleter.

Mes collègues ont enfin acheté la suite de Princesse Sara dans mon CDI secondaire 😀 j’aime de plus en plus cette relecture de l’histoire originelle aux épices steampunk.

J’ai dévoré avec plaisir Très tendance, une histoire de la mode du XXème siècle. Chaque décennie a son petit descriptif puis une série de photographies illustrant des essentiels de la période. J’adore, surtout en lecture avant de dormir.

Il y a quelques années, j’avais démarré Kobato, dans ma lignée de lecture Clamp. Même à l’époque, grande lectrice de shojo romance, j’avais renâclé devant l’aspect franchement guimauve du manga. J’ai eu envie de terminer ce mois-ci, histoire de voir si j’avais encore envie de lire des mangas de ces autrices. J’ai presque compté les pages tellement je me suis ennuyée devant le côté too much de la résolution et l’ennui profond de l’héroïne.

D’autres relectures de fantasy urbaine avec une petite nouveauté que je vous présenterai peut-être, avec les tomes 1 et 2 de The Immortal Empire que j’apprécie toujours autant. C’est frais, ça bouge, et pour une fois je préférerais presque les loup-garous !

Les lectures de toute fin d’année sont moins enthousiastes.

Je crois que je suis sur Morwenna depuis plus de deux mois, les vacances de la Toussaint. Je ne suis pas sûre d’avoir aimé quelque chose. L’héroïne est froide et m’a laissée en-dehors du récit, le pensionnat ne m’a pas intéressée, même les fée et le contexte SF ne sont pas passés. Enfin je n’ai pas lu en diagonale, ou moins en tout cas, les passages consacrés à la science-fiction.

J’aime ce que j’aime est un cadeau d’une coupine über fan des Clamp … et c’est beaucoup trop jeunesse et naïf pour moi. Même le dessin vintage ne m’a pas autant plu que pour Dukalyon ou Le voleur aux cent visages.

Un peu au hasard chez les parents, j’ai pioché Le goût des pépins de pomme, plus intéressée par le travail de bibliothécaire de l’héroïne que véritablement le contexte de saga familiale allemande. Et sur une centaine de pages lues, seule une demi a trait à son métier et à la lecture … donc … boh.

Boh aussi pour ce premier tome de Soul Messenger, où une journaliste voit les morts et comprend ce qu’ils disent. Je n’apprécie pas les personnages et absolument pas le dessin, alors sur un ressort pas spécialement original ça ne vaut pas le coup.

Procéder à l’inventaire a toujours pour effet de me donner envie de lire des tonnes de choses. J’ai démarré par ce petit recueil qui, s’il m’a l’air un peu compliqué dans son écriture (les références notamment) pour les loulous, est adorable. Je suis plutôt d’accord avec la plupart des raison, et les vampires arrivent avant la 10ème, ce qui est parfait.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en décembre ?

On se retrouve bientôt avec les bilans annuels !

(Dites, pour le logo bilan, vous préférez celui-ci avec la lectrice et la jolie bibliothèque ou celui avec le rocher? j’hésite !)

Lectures sur un rocher

Feuilles de novembre

En novembre, une lecture se tire franchement en longueur, même si elle s’améliore avec les jours qui passent.

J’ai terminé avec plaisir le premier tome du Livre perdu des sortilèges, notamment pour la partie chez les tantes de Diana, la sorcellerie au premier plan. En revanche, L’école de la nuit est très laborieux, je me suis forcée pendant une bonne partie. En fait tout la partie sur Raleigh Kit et tutti quanti, les amis de Matthew est inintéressant et lourd au possible, celle sur le père du vampire l’est tout autant, avec un côté stéréotypé et conventionnel qui m’a presque fait lâcher le livre. Heureusement, on retrouve des sorcières, mais j’ai peur que la partie sur Prague reparte dans une direction qui ne me convienne pas du tout.

Le premier tome de Cléopâtre, princesse de l’espace est un achat boulot. Découvert à l’origine en anglais, je le teste finalement en VF et j’en suis mitigée. Certes, c’est choupi mais qu’est-ce que c’est léger, et pas dans le bon sens. Le côté prophétie, la société humaine-chat sans trop d’explication .. je suis moins enthousiaste que je ne l’aurais pensé.

Et … c’est tout.

Ça me peine quand même.

En toute fin de mois, j’ai enfin réussi à terminer L’école de la nuit, et j’ai pu me consacrer à autre chose, rester sur cette lecture m’aurait rendue trop triste.

Drama est un adorable roman graphique acheté pour le boulot. Callie, l’héroïne, fait partie du club théâtre de son école, mais pas en tant qu’actrice : elle travaille sur les décors. J’ai adoré cette perspective, l’humour, et le dessin de Raina Telgemeier toujours aussi positif. La diversité est parfaitement au rendez-vous et rend ce livre très touchant, et j’ai adoré la perspective de régie théâtre ❤

Le mot d’Abel m’avait été recommandé par Saiwhisper au Livre sur la Place, et je me suis finalement lancée. J’adore. Les thématiques sont très bien et simplement portées, et je l’ai tout de suite imaginé en voix pour mes élèves.

J’avais été séduite par l’aspect graphique de Merveilleux au Livre sur la Place, il y a quelques années (Lulu in the Sky, l’une des illustratrices, le dédicaçait). Cet aspect graphique ne déçoit pas, mais le texte ne me parle pas tout autant (ce n’est pas vraiment celui des contes originels, parfois avec la fin, parfois non, et je peine à trouver l’angle original vanté sur la quatrième de couverture).

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en novembre ?

Je teste un nouveau logo de bilan lectures (je suis amoureuse des nouvelles photos disponibles sur Piktochart ❤ ), j’espère qu’il vous plaît !

Lectures sur un rocher

Feuilles d’octobre

En octobre, je suis immergée dans des livres du boulot, d’autant que je propose une soirée lecture à l’internat pour Halloween.

J’ai découvert Ne vous disputez pas avec un spectre en fouinant pour des achats de boulot. Une géniale lecture d’épouvante, avec un beau contexte, des personnages intéressants, des actions chouettes … juste une relation amoureuse qui arrive comme un cheveu sur la soupe et une fin bien trop happy end. Spoilers : je l’ai changée pour mes loulous. Je vous raconterai dans le billet.

Deux livres ensuite auxquels je n’ai pas réussi à accrocher. Gothic commence de manière très sérieuse, même pour un documentaire, et s’il est très bien illustré j’avais plus tendance à tourner les pages sans vraiment lire. Démarrer par l’architecture était particulièrement endormant en plus …

Et Stéréotypes, s’il me parlait franchement (cette séparation de la société selon le type de personne, Altruiste, Perfectionniste) est retombé comme un soufflé dès le début : merci l’accouchement sauvage dans la forêt, suivi par une agression sexuelle sur la demoiselle et une randonnée à pieds, no soucy Lucy. J’ai essayé de m’accrocher, mais c’est prévisible et raccroche trop de personnages et sous-intrigues pour être efficace.

Parmi les lectures du boulot, L’envol du dragon est adorable mais un peu léger (pas assez du côté maladie pour un thème de société, pas assez du côté imaginaire avec une vague incursion dans la réalité virtuelle).

Rana et le dauphin garde ce côté choupi, avec peut-être un peu plus de potentiel d’utilisation (le côté science-fiction, s’il reste fin, est exploitable avec un petit lecteur je pense – je ne parle pas de lecture plaisir mais de lecture pour le cours de français avec thème imposé^^,).

L’école est finie, si je l’ai trouvé intéressant et exploitable pour son côté société ET sf (jackpot XD deux trimestres en un 😛 ne rigolez pas, j’ai une soixantaine de livres à chercher pour chaque thème cette année ^^,) avec l’évolution de l’éducation, l’implication des entreprises, la fin reste légère (oui je sais c’est moi qui râle ^^,).

J’ai pioché Morwenna un peu par hasard chez les parents. Le début est étrange, et si je n’ai pas l’habitude de tant de références littéraires, imaginaires de surcroît, j’apprécie la balade, d’autant qu’on est immergé dans la culture anglo-saxonne en prime.

Le tome deux de la série du Livre perdu des sortilèges m’était vite tombé des mains parce que je n’en gardais aucun souvenir. La reprise du premier s’est faite tout en douceur et j’ai retrouvé toute l’affection que j’avais pour cette histoire et ses personnages.

Relecture de Full Moon – je crois, j’en avais de vagues souvenirs. Ca reste mignon, j’attends de voir. Il n’y a pas grand-chose à dire à part mignon, j’ai l’impression.

Le Dico Manga est un pavé assez conséquent, et qui a plus de dix ans. Je l’ai chipé au boulot, mais je ne suis pas sûre d’en venir à bout, déjà parce qu’il est énorme et parce que les choix me paraissent parfois discutables.

Ce petit livre sur la paix est en fait un mini documentaire sur des personnalités à base d’infographies. C’est mignon, le dessin est adorable, les informations importantes sont là sans trop en faire, mais je n’ai pas vraiment eu de surprise et ne suis pas aussi enthousiaste qu’en découvrant la collection.

Plus tard, je serai moi évoque joliment le sujet de l’orientation et de l’implication parfois malvenue des parents – ici, ils insistent pour que Selina devienne une artiste, et vont jusqu’à couper le chauffage et ne plus acheter que les essentiels en provisions pour qu’elle ait une vie aussi tragique que d’autres artistes.

Toujours en mode lecture de boulot, avec Je préfère qu’ils me croient mort, on évoque les jeunes Africains amenés en Europe par des arnaqueurs sous prétexte d’en faire des champions du foot. C’est prenant, bien dans le sujet, empathique. Si je n’ai pas été touchée, je l’ai néanmoins trouvé très bien dans son objectif et je le recommanderai sans problème.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en octobre ?

Lectures sur un rocher

Feuilles de septembre

En septembre … je ne lis pratiquement pas. Bizarrement, ça ne m’inquiète pas, pas encore.

Alors il y a eu quelques BDs au boulot, relecture ou découvertes comme L’odyssée d’Astérix mais je n’ai pas noté sur Goodreads …

Harry est fou est une petite BD très charmante sur un perroquet parlant. Je suis très surprise d’avoir autant apprécié, notamment pour l’esprit de l’animal, malgré un dessin qui m’a un peu perturbée. Je ne connaissais pas la collection Mille bulles de l’Ecole des Loisirs en prime.

Après Treachery in Death j’ai voulu poursuivre l’histoire d’Eve encore un peu. Mais j’ai abandonné From New York to Dallas devant le peu de répercussions de cette enquête explosive au volume précédent (tout un service véreux, dont la Lieutenante est allée jusqu’à organiser la mort de certains officiers qui ne suivaient pas ses vues). C’est à peine abordé et on embraie sur une enquête qui me tente moins. Du coup j’ai voulu relire un peu la série à ses débuts mais j’ai perdu une bonne partie de mes livres numériques il y a quelques mois avec les soucis de MacFly donc je n’ai plus le tome 1 … Le 3 a suivi le 2.

Mes petites lectures d’hier soir. J’avais de grandes attentes pour Aromantic (Love) Story et elles ont été remplies. Le traitement du questionnement sur la sexualité de l’héroïne m’a intéressée, et j’attends de voir la suite (même s’il y a une pointe d’appréhension).

Ceci est mon sang, parce que dammit y en a marre de ce tabou idiot. Je n’en suis qu’à l’introduction mais je ne me plains pas, l’écriture me donne envie de poursuivre. J’avoue que j’en attends beaucoup aussi.

Et … c’est tout. A part quelques BDs au boulot entre midi, je ne lis que le soir avant de dormir et je m’endors sur la liseuse (c’est peut-être pour ça que je dors si mal en ce moment).

Ça commence d’ailleurs à m’attrister. J’ai essayé de lire le deuxième tome du Livre des sortilèges mais je n’ai rien compris, mes parents me ramènent le premier, espérant que j’arrive mieux à suivre ensuite.

Si en matière d’écriture, je suis un peu larguée, la lecture ce n’est pas mieux cette rentrée en fait …

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en septembre ?

Lectures sur un rocher

Feuilles d’août

En août, j’ai encore des déceptions, des abandons, des désherbages … mais je fais aussi de très belles découvertes.

C’est l’été, c’est fantasy urbaine doudou et plaisir, et Sans âme était le concurrent parfait. J’ai profité des cinq tomes, ce qui m’a fait du bien après mes deux abandons d’imaginaire de juillet.

J’ai fini par laisser tomber Terremer au début du 3ème récit (Tesra m’a d’ailleurs très justement fait remarquer qu’ils auraient pu au moins mettre une table des matières avec le nom des trois récits …). J’en ai assez de ce côté sexiste de « la magie n’est faite que pour les mecs » et c’est très plat.

Retour au numérique avec une série en deux tomes que m’avait prêtée Matilda il y a pfiouh bien quatre ans. Once a Witch a une vision de la magie que j’apprécie et l’héroïne m’a beaucoup plu.

J’essaie de reprendre Kushiel. J’avais trouvé les trois tomes d’occasion, et on m’en a dit tellement bien depuis ma première tentative, mais pour l’instant je m’ennuie un peu (je n’en suis pas encore trop dans l’apologie de la prostitution, donc bon). Après quelques centaines de pages, il y a un message sur le sexe, qui pour autant qu’il se veut positif me dérange, surtout que c’est dès l’enfance. Le côté politique est aussi franchement indigeste. Je m’arrête là.

Je suis tombée sur Matin brun au boulot. Je suis fascinée. C’est percutant. Très court, et pourtant.

Treachery in Death commence de manière très dynamique puisqu’Eve confie la responsabilité d’une enquête à Delia (que j’adore). Celle-ci est ensuite le témoin piégé d’un couple de policiers trempant clairement dans des affaires louches que les deux femmes vont essayer de démêler, sachant que la tête pensante de l’opération, une future capitaine, est aussi la fille d’un haut gradé intouchable, surnommé Saint. Je n’en suis qu’au début, mais j’aime ces prémisses.

La Présidente clôt cette série d’une manière qui m’a déplu, et je ne les conserverai pas. C’est un peu exagéré dans le récit, et le dessin est toujours aussi atroce.

En revanche, Le Grand Méchant Renard, c’est une bouffée de choupitude sur un renard qui, suivant les conseils d’un loup, kidnappe des oeufs pour les élever et manger les poussins ensuite. Malheureusement, ils s’attachent à leur « maman ». C’est adorable et plus drôle que je ne le pensais.

J’avais eu un mal fou à dénicher ce premier tome des Aventures d’Aline, ma mère m’ayant offert le 2ème. Je regrette un peu ces efforts. Le dessin ne me plaît pas, le ressort fantastique est mal expliqué, le récit et l’héroïne ne font pas naturels. Raconter de l’Histoire local par ce biais ne fonctionne donc pas.

Je reprends l’histoire de Logicielle par le début avec son arrivée dans la police et sa première enquête avec Germain et je suis dépitée. C’est une catastrophe 😦 L’aspect théâtre, l’enquête, les personnages … on est coincés dans les années 70 plutôt que 90 et je n’ai aimé qu’une référence.

Des châteaux, des histoires et des hommes est aussi chouette qu’il le laisse présager. C’est beau, c’est simple, c’est plein de petites informations intéressantes, surtout qu’on ne se limite absolument pas aux châteaux français. J’espère pouvoir le trouver pour le boulot !

J’ai dévoré The Earth, My Butt and Other Big Round Things, le récit d’une adolescente ronde dans le famille qui ne l’est pas du tout et refuse de l’accepter (la demoiselle … ou la famille ?). J’ai aimé que le côté parfait de la famille soit atténué et qu’il y ait de vrais beaux messages.

En matière de lectures adultes, il y a surtout du documentaire ce mois-ci, avec un roman – dont je me serais passée, en fait.

Un peu de littérature et beaucoup d’humour pour Ecrire avec style quand on n’est pas Victor Hugo, malheureusement un extrait d’un autre livre que j’ai aussi dans mes bibliothèques ^^, Mais on aborde des figures de style, des expressions avec légèreté dans un ouvrage plutôt joli en prime.

J’ai détesté Il était une lettre. On passe de plat à malsain en quelques pages, sans parler d’ennuyeux, et l’autrice nous propose un aspect de l’Irlande (à laquelle je ne m’attendais pas) que je déteste. Oh et c’est très prévisible en prime, de la secrétaire naïve des 70s avec son mari alcoolique au jeune couple de la fin des années 30 …

En revanche, Les conflits du XXème siècle m’ont passionnée. J’ai découvert plein de choses et j’ai beaucoup aimé l’écriture soutenue de l’autrice qui m’a plongée dans ces évènements. Elle ne se limite pas un compte-rendu de ce qui s’est passé mais propose aussi des analyses, ce qui m’a beaucoup plu.

C’était mieux demain est sensé évoquer des innovations rétrofuturistes. Le principe est fun, et je trouve les pub illustrées plutôt pas mal, mais les textes qui les accompagnent me perturbent un peu.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en août ?

Lectures sur un rocher

Feuilles de juillet

Juillet est un tout petit mois de lecture.

Lire un Jean-Loup Chiflet est toujours un plaisir. Trop court, une fois encore, des bribes d’éditions, des longueurs frustrantes mais savamment menées. Et des jeux de mots, tellement ❤

Je suis plutôt déçue par Le Palais des Mirages, que je me suis forcée à ne pas terminer. Les premières pages m’ont ennuyée, les personnages n’ont pas attiré mon attention et l’écriture ne m’a pas paru naturelle. Dommage, parce que le contexte m’avait séduite.

Je suis un peu en manque de SF. J’espérais beaucoup de La Machine à différences, surtout qu’elle démarre par une documentation sur l’uchronie avec plusieurs points qui m’ont plu (ouais en fait je devrais lire un documentaire sur la SF plutôt que la fiction vu que rien ne fonctionne en ce moment). Et le roman a démarré et j’ai été larguée et dépitée. J’envisage d’arrêter aussi avant la fin. J’en suis presque à la moitié et c’est vraiment le contexte qui sauve mon intérêt puisque les auteurs me perdent dans des verbiages qui donnent une impression de remplissage … et une fois encore, une écriture qui me dérange (trop familière au début, et après tellement soutenue que je tique sur certains termes).

J’avoue, quand je m’ennuie et qu’il fait chaud, c’est fantasy urbaine. J’ai repris la lecture de ces quatre volumes déjà lus (et dûment râlé sur la traduction avec la pauvre Zatoun XD pour le côté vulgaire et mal relu). L’univers me plaît beaucoup, dans ses personnages une fois encore très bien construits avec Nalini Singh, et un bon équilibre entre mystères personnels, enquêtes et univers. J’hésite à acquérir la série en VO hardback dans l’avenir.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en juillet ?