Lectures sur un rocher

Card Captor Sakura, tome 1

Clamp (autrices). 1996 (VO), 1999 (VF), 187 p. Star Comic. Manga – Shojo. Livre lu en italien.

Un jour, Sakura trouva un livre étrange dans sa bibliothèque et sans faire exprès libéra les cartes de Clow, puissantes cartes aux pouvoirs magiques. Elle se trouve donc investie d’une mission, celle de rassembler a nouveau les cartes pour eviter l’apocalypse. aidée par son amie Tomoyo et son « rival » Shaolan, elle va rassembler une à une les cartes au terme d’aventures les plus incroyables les unes que les autres.

J’adore cette série. Sakura est le premier anime que j’ai revue adolescente après mon amour d’enfant pour Sailor Moon, Dragon Ball Z, etc. C’est aussi une des premières séries manga que j’ai lues sans avoir vu ces fameux anime auparavant. Et au moment de me lancer dans de « vraies » lectures en italien, j’ai décidé de commencer par cette série que je connais déjà.

J’ai eu de la chance de tomber sur cette librairie italienne sur Ebay, qui m’a envoyé les douze volumes de la série, avec Rex que je ne possède pas en français, pour moins de 50€, frais de port compris. J’étais franchement happy.

Et j’ai commencé à lire. J’ai adoré, une fois encore. J’aime l’italien, j’ai été surprise de glisser sur le vocabulaire sans aucun souci, en me rappelant « oh, j’ai vu ça au lycée, ça veut dire ça », sans sortir de l’histoire parce que la connais quand même très bien. Je n’ai pas eu de problème de compréhension particulier, ce qui m’a surprise parce que ma lecture bilingue de l’an dernier m’avait un peu laissée sur le carreau quand même (mais entre Sakura et Le K de Dino Buzzati…).

C’est plutôt marrant d’ailleurs, ce format italien est tout fin. Il me fait plus penser aux exemplaires de Dragon Ball qui étaient vendus en kiosque, sans jaquette, qu’un manga broché traditionnel français. Différents des anglais et des allemands que j’ai dans mes bibliothèques. Et il se lit aussi dans le sens occidental. Je le montrerai à mon vendeur spécialiste dès que j’y retournerai ^^

J’ai eu un doute sur le fait qu’il y ait la totalité du volume 1 dans ce petit livre, j’ai dû comparer avec mon édition française pour être sûre, mais je suis à jour. D’ailleurs j’y suis retournée pour vérifier que j’étais bien au début, je ne me rappelais plus de l’entrée en matière tout en magie, avant de rencontrer Kero … c’est beau d’être encore surprise !

Il y a encore le prix en lire, sur la première de couverture ^^ 6 000 ! Çà a l’air très cher, d’un coup, mais c’est vrai que quand je lisais des strips sur les paiements en Italie, pour de toutes petites choses ils montraient souvent une valise de billets …

J’ai retrouvé avec plaisir la délicatesse des détails, la finesse du dessin, rien que dans les multiples costumes que l’adorable Tomoyo réalise dès le début.

J’adore le thème des cartes. Il m’a attirée dès le début dans ce récit (je dois bien avoir un jeu de cartes sur le thème … il faut vous avouer que je collectionne ces petites bêtes ^^et j’avais un énorme poster qui présentait chacune d’entre elles). Le fait qu’elles soient habitées, les différents éléments choisis. C’est tout ce que j’aime.

Sakura est une adorable héroïne à suivre. On redouble dans le kawaii avec Kero, Tomoyo. La famille de l’adolescente est aussi présentée ici, entre son père, charmant, et son frère, qui l’embête toujours mais tient tellement à elle, leur mère absente. J’aime beaucoup les dessins de celle-ci, et leur jolie manière de gérer leur situation. Et bien sûr il y a l’ami de Touya, Yukito, adorable et prévenant. J’ai hâte de voir arriver un certain personnage, ça va être dur de l’attendre. Les petits bonus sur les personnages, en marge de la page, permettent d’en savoir plus sur eux, avec des questions comme leurs dates de naissances, plats et matières préférées, etc. Rien de mieux pour réviser son vocabulaire courant en plus ! On ne voit pas encore beaucoup les camarades de classe de Sakura, ce sera pour la suite.

J’ai hurlé de rire, d’ailleurs, en apprenant que Tomoyo regardait toujours l’Inspecteur Derrick ! Sérieusement? Sérieusement, ça passe jusqu’en Italie ? Il faudrait que je compare avec la version française ! De même, bien ri lorsque Kero dit que la carte du Saut est idiote, provoquant la chute de Sakura. J’aime ce genre de case.

Et certaines expressions italiennes sont trop adorables ! Comme les « ragazze pon pon » ! Qu’est-ce que c’est mignon, bien mieux que pom pom girl ! (Oui, il n’y a qu’une petite différence ! Mais je m’en fiche, je les préfère presque à cheerleader. Na.).

L’italien est une langue tellement jolie, elle rehausse encore les dessins des Clamp que j’adore ^^ Je suis ravie d’avoir repris cette série.

Nombre de tomes parus : 12 (série finie).

Lectures sur un rocher

Rex

Rex : Kyôryû Monogatari. Clamp (autrices). Rieko Fukuda (traductrice). 1993 (VO), 2005 (VI), 130 p. Star Comic. Manga – Shojo. Livre lu en italien.

Tchié est une petite fille qui se sent un peu seule, et trouve le réconfort auprès de ses amis les animaux. Sa vie bascule le jour où, au hasard d’une expédition effectuée avec son père, elle découvre des oeufs étranges qui semblent appartenir à aucune créature connue. A sa grande surprise, un dinosaure éclôt de l’un d’eux, et il s’attache immédiatement à la fillette.

Il y a quelques années, j’avais lu ce petit one-shot tout mignon en bibliothèque, et je m’étais dit que lorsque je tomberais dessus en magasin, je le prendrais pour ma collection. Ça ne s’est pas fait – sa commercialisation est stoppée depuis quelques années – et j’ai profité de l’avoir vu dans la boutique Ebay où j’ai commandé mes Sakura en italien en janvier 2014 pour l’y ajouter ^^

J’avais gardé un assez bon souvenir de l’histoire, une petite fille qui découvre des œufs de dinosaure et décide de s’occuper de celui qui éclot. Malheureusement, des scientifiques viennent l’étudier en écartant son père, et n’ont pas les meilleurs intentions du monde … c’est un très beau petit récit, qui n’a rien perdu de sa douceur et de sa justesse. Les petites pages couleurs en fin de manga sont aussi adorables, avec de petits strips sur Rex qui chaparde dans le frigo ^^

Les dessins sont particulièrement kawaii. On est vraiment dans le beau trait des Clamp, tout en rondeur, en grands yeux et cheveux longs au vent, qui m’a séduite dès les Sakura. Et on voit que c’est un travail un peu antérieur. On ne s’intéresse pas beaucoup aux décors, ce sont les personnages, les humains et le petit animal, le centre du récit. C’est l’adorable Rex, le petit dinosaure, et ceux qui l’entourent, Chie en italien, son père, un scientifique plein de gentillesse, sa mère qui les a quittés pour travailler dans un endroit plus propice à la recherche, l’assistant de son père, et le professeur malveillant qui veut s’approprier Rex et l’étudier.

Je n’ai pas été spécialement choquée du fait qu’on puisse retrouver un œuf de dinosaure et qu’il puisse éclore presque normalement. C’est la poésie et la magie de l’œuvre qui fait son effet ^^

La difficulté a résidé dans la langue plutôt. Je ne l’ai lu qu’une fois il y a bien sept ou huit ans, et je n’ai pas gardé un souvenir aussi précis dans les dialogues que pour les autres séries Clamp que j’ai dans ma bibliothèque. Et il y a des pronoms partouuuut (je déteste les pronoms en italien. Ça se colle à d’autres mots, c’est sensé se coller, mais je ne sais jamais comment). Mais j’ai une fois encore vraiment aimé pouvoir me débrouiller seule avec cette langue, sans jamais avoir la tentation du dictionnaire, mais plutôt de la déduction (des petites cellules grises :P) pour deviner le sens d’un mot, d’une expression, par rapport au reste de la phrase ou au contexte. C’est toujours un exercice qui me plaît autant.

J’ai été ravie de redécouvrir ce petit manga, surtout en italien.

Lectures sur un rocher

XXXHolic, tome 2

xxxHorikku. Clamp (autrices). Suzuka Asaoka, Alex Pilot (traduction). 2003 (VO), 2005 (VF), 180 p. Pika (Seinen). Manga – Fantastique. 8,05 €.

Watanuki s’adapte plutôt bien à ses nouvelles fonctions ! Etre l’assistant d’une voyante à parfois ses bons cotés ! Notamment quand celle-ci vous donne l’occasion de vous rapprocher de la jeune fille dont vous êtes amoureux. Mais pour l’instant un nouveau contrat attend la belle Yuko, car dans son jardin viennent de débarquer quatre personnages de dimension différentes qui ont chacun besoin de ses services…

J’ai trouvé ce volume différent du premier. Toujours aussi bien, certes, mais les histoires étaient différentes.

On commence par l’arrivée de Sakura et Shaolan, après une superbe illustration couleur sur deux pages de Sakura et Yûko, dans des tons de rose et mauve, magnifique. Et arrivent les Mokona, que Watanuki apporte à la sorcière pour donner le blanc aux enfants ^^ J’adore Mokona !

Yûko explique un peu le concept des dimensions qui est très présent dans Tsubasa. Je ne saurais pas dire si l’explication est meilleure dans l’autre série, je l’ai entamée il y a trop longtemps, mais j’aime beaucoup sa vision des choses.

J’ai beaucoup aimé un détail : les bulles de texte de Maru et Moro lorsque Yûko s’exprime télépathiquement à travers eux, les contours ont un style de volute de fumée, envoûtant.

La relation entre Watanuki et Yûko se relâche aussi, dans le bon sens, je trouve, comme lorsqu’elle l’emmène voir un voyant, on rit plus avec eux qu’aux dépens de l’adolescent. Il en apprend davantage sur son univers à elle. J’aime beaucoup le thème de la divination et de la voyance (la petite vieille est adorable). J’ai aimé également qu’on en découvre un peu plus sur Watanuki par ce biais.

J’ai beaucoup ri en le voyant si expansif avec son amie, et ce garçon qu’il n’aime pas trop, Dômeki. J’ai beaucoup aimé le chapitre sir le hyaku-monogatari, où plusieurs personnes racontent des histoires de fantômes. J’ai très envie de savoir le secret de Himawari, l’amie de Watanuki … (c’est fou le mal que j’ai à retenir les noms des personnages de cette série, à part Yûko !). Le quatuor de personnages qui se dessine m’inspire bien, avec Mokona en prime, tout aussi drôle dans ses interactions avec la sorcière.

En fin de compte, j’ai tout aimé dans ce volume, sauf une chose : il se finit trop vite ! ^^

Nombre de tomes parus : 19 (série finie).

Tome 1

Tome 3

Tome 4

Tome 5

Lectures sur un rocher

XXXHolic, tome 1

xxxHorikku. Clamp (autrices). Suzuka Asaoka, Alex Pilot (traducteurs). 2003 (VO), 2004 (VF), 178 p. Pika (Seinen). Manga – Fantastique. 8,05 €.

Le jeune Watanuki Kimihiro, n’a décidément pas la vie rose. Il est constamment harcelé et poursuivit par des ectoplasmes, dont il est le seul à sentir la présence. Un beau jour, guidé par on ne sait qu’elle force étrange, il se retrouve devant la demeure de Yuko Ichihara, une puissante médium. L’égocentrique jeune femme est capable de le débarrasser de ses visions, mais en échange, Watanuki, devra lui servir d’homme à tout faire le temps que son vœux se réalise …

J’avais quelques réserves avant de commencer une nouvelle série des Clamp (j’ai l’impression qu’elles en entament régulièrement sans les finir), et il s’est avéré que celle-ci était finie (et que je pouvais l’utiliser pour le X de mon challenge ABC, pas la lettre la plus facile). Et je ne regrette pas du tout.

Ce début en fanfare propose un fantastique intéressant et deux protagonistes, Yuko et Watanuki, hilarants. Maru et Moro m’ont bien fait rire aussi. Le dessin des Clamp est toujours aussi envoûtant, malgré sa simplicité parfois, le personnage et un élément de décor, ou un peu plus. J’aime particulièrement le style de la couverture, entre les papillons et les volutes de fumée. J’avoue que le petit détail de la tranche bleue, je pensais qu’il m’agacerait, mais je trouve que ça apporte une autre touche de mystère au manga.

Le thème de la fatalité développé par Yuko m’a beaucoup parlé aussi. Son discours sur les âmes est intéressant aussi, et le fait qu’elle exauce les vœux est une bonne prémisse à la série (un peu comme I wish). L’apparition de certains thèmes en kanji et le jeu des personnages avec ces éléments de langage comme un élément de décor fait toujours mouche, avec moi.

J’ai adoré la référence à Sakura avec son bâton qui traîne apparemment n’importe où chez la médium ^^le crossover en fin de volume était totalement inattendu, par contre. Je ne m’attendais pas à ce que Sakura et Shaolan de Tsubasa fassent déjà leur apparition ! Je pensais que l’auteur prendrait quelques chapitres de plus pour établir les protagonistes et de petits épisodes pour qu’on se rende bien compte du travail de Yuko.

L’affaire de la petite manie de la jeune fille dans « la publicité » est intéressante, et le lecteur peut deviner le problème tout en gardant le plaisir de la découverte du développement. La jeune femme qui veut arrêter le net est un thème qui m’a bien plu aussi ^^ la médium évoque la part de volonté dont l’individu doit faire preuve, que les voeux ne peuvent pas toujours être exaucés comme par magie. On ne connait pas le fin mot de cette histoire, dans la suite, j’espère.

En fait, en finissant le livre, j’avais une envie folle de commencer le deuxième, même si je ne l’avais pas encore. C’est une sensation que je n’ai pas eue depuis longtemps en matière de manga … c’est le premier manga sur lequel j’ai vraiment flashé depuis bien longtemps, aussi ! Je suis ravie d’avoir finalement tenté cette série ^^

Nombre de tomes parus : 19 (série finie).

Tome 2

Tome 3

Tome 4

Tome 5