Pandora Hearts, tome 1

Titre VO : Pandora Hearts.

Auteur : Jun Mochizuki.

Traducteur : Fédoua Lamodière.

Nombre de pages : 192.

Parution VO : 2008. VF : 2012.

Éditeur : Ki-Oon.

Genre : Manga – Shonen.

Prix : 7,65€.

Résumé éditeur : Oz Vessalius, 15 ans, est l’héritier d’un des quatre grands duchés du pays. Le jour de sa cérémonie de passage à l’âge adulte, des bourreaux masqués le précipitent dans un monde sombre et confus, l’Abysse, pour un crime dont il ignore tout. Dans cette prison à l’écart du temps, il rencontre Alice, une jeune fille aux pouvoirs mystérieux, qui lui propose de nouer un pacte pour l’arracher à ce cauchemar. Mais l’organisation secrète Pandora, qui a pour mission de lever le voile sur les mystères de l’Abysse, attend son retour de pied ferme…

J’avais été très déçue de Crimson Shell du même auteur, et beaucoup m’avaient conseillé de jeter tout de même un œil à Pandora Hearts. Ils avaient bien raison : j’ai trouvé le dessin beaucoup plus sympathique et soigné, l’histoire et les personnages plus intéressants.

J’ai surtout aimé les références à Alice au pays des merveilles. Montre, lapin, scène de thé … Le héros, Oz, est plein de malice et d’espièglerie, et je m’y suis très vite attachée. Sa naïveté et sa gentillesse le rendent encore plus touchant. Les autres personnages sont également intéressants et j’ai très hâte de les découvrir plus avant.

Pas mal de mystères se profilent, et l’auteur réussit à nous entraîner dans cet univers sans trop de mal. Je suis donc repartie pour une nouvelle série, mais je ne regrette pas, elle se profile plutôt bien !

Nombre de tomes parus : 19 (série en cours).

The Ancient Magus Bride, tome 1

Titre VO : Mahou Tsukai no Yome 1.

Auteur : Koré Yamazaki.

Traducteur : Fédoua Lamodière.

Nombre de pages : 175.

Parution VO : 2014. VF : 2015.

Éditeur : Komikku.

Genre : Manga – Seinen.

Prix : 7,90€.

Résumé éditeur Chise à le pouvoir spécial de voir des choses que d’autres ne peuvent voir.

Un magicien étrange, dont la tête est un crâne tout aussi bizarre, est le premier à déceler le don de Chise. Il achètera cette jeune fille à des enchères au Japon pour la modique somme de 5 millions de livres sterling.

De retour ensemble en Angleterre, Chise deviendra l’apprenti du magicien et est supposée l’épouser dans le futur.

Le pouvoir spécial de Chise est appelé “Slay Vega” et permet de produire et d’émettre énormément de magie. Un pouvoir rare et de valeur qu’elle va devoir apprendre à maitriser pour survivre car “Slay Vega” demande beaucoup d’énergie et peut conduire à la mort…

Je me suis lancée dans cette petite lecture sur suggestion d’une de mes libraires. Et je dois admettre que je suis totalement charmée par cet univers, la magie, les dragons (x3), les personnages …

Chise et le magicien me rappellent une autre histoire, peut-être La Belle et la Bête, ou L’épouse du dieu de l’eau, je ne sais pas, mais il y avait une petite touche d’influence, mais jamais de déjà vu. Je ne me suis pas ennuyée, bien au contraire.

Le dessin, très réaliste, est magnifique, et je regretterais presque qu’il n’y ait pas plus de pages colorisées. Le soin du trait me fait penser à Bride Stories, Le Maître des Livres, Arte … délicieusement agréable.

J’ai aussi beaucoup apprécié la tendresse qui se développe entre Chise et le magicien, lorsqu’elle est encore sa disciple et qu’il prend soin d’elle.

En matière de magie, la lettre qui s’envole d’elle-même est très bien trouvée. L’auteur développe sa propre mythologie en matière de magie et sorcellerie, à différencier, encore une fois bien pensé. Le passage sur les dragons est magnifique !

C’est une série qui recèle beaucoup de magie, de mystère, d’humour, avec des personnages passionnants. A découvrir !

Nombre de tomes parus : 6 (série en cours).

Pretty Guardian Sailor Moon, tome 5

Titre VO : Bishoujo Senshi Sailor Moon – Renewal Edition.

Auteur : Naoko Takeuchi.

Traducteur : Fédoua Lamodière.

Nombre de pages : 256.

Parution VO : 2004. VF : 2013.

Éditeur : Pika (Collection : Shojo).

Genre : Manga – Shojo.

Prix : 6, 95€.

Résumé éditeur : Coincée au 30e siècle, Usagi est prisonnière du prince Diamond, chef de la secte Black Moon, qui la retient sur la planète Nemesis, dont l’énergie négative est censée bloquer les pouvoirs de notre héroïne. Mais soudain, le cristal d’argent se réveille et Usagi peut à nouveau se transformer en Sailor Moon et libérer ses amies. Elles parviennent à s’enfuir mais Tuxedo Mask, qui était parti à la recherche de Chibiusa, tombe entre les griffes de la mystérieuse Black Lady, qui fait de lui son esclave. Sailor Moon va devoir une fois de plus affronter son bien-aimé sous l’emprise de ses ennemis…

J’adore le personnage de Black Lady, particulièrement son costume, dont j’ai assez souvent rêvé de faire un cosplay ^^; J’aime aussi le manque de manichéisme de l’auteur, cette grande méchante n’est autre qu’une héroïne, une des good guys, avec sa part d’ombre que l’on découvre ici. On ne soupçonnait certes pas qu’elle en ait une aussi grande, mais je n’ai jamais tiqué devant ce rebondissement.

Même si j’avoue que sa passion pour Endymion, je n’ai jamais compris. Ok, elle l’adore dès le début, mais de là à s’en dire amoureuse et l’embrasser … Yuk, quoi. Mais j’avoue que le côté potiche de Mamoru me fera toujours rire. J’ai parfois l’impression qu’il n’est là que pour être kidnappé par la grande méchante et hypnotisé en gentil toutou amoureux d’elle. Et c’est plutôt fun ^^ (imagine une histoire bonus dans le style de la mangaka ^^,)

Un autre moment m’a beaucoup marquée, c’est la fin de Pluton. On la connaît peu, mais je n’ai jamais pu m’empêcher de me sentir très touchée par sa décision, et les conséquences qu’elle a, le courage d’aller au bout de sa mission.

Et cette page très paradoxe temporel : mais, mais, mais, Present et Future Usagi, vous pouvez vous rencontrer en vrai? Et le continuum espace-temps, vous y pensez ? (J’aurais aussi aimé qu’elle vieillisse un peu … déjà qu’à quatorze ans on lui dirait dix-huit, à plusieurs siècles, elle ne change toujours pas, ça aurait été intéressant un petit changement physique!).

Nombre de tomes parus : 12 (série finie).

Tome 1

Tome 2

Tome 3

Tome 4

Pretty Guardian Sailor Moon, tome 4

Titre VO : Bishoujo Senshi Sailor Moon – Renewal Edition.

Auteur : Naoko Takeuchi.

Traducteur : Fédoua Lamodière.

Nombre de pages : 230.

Parution VO : 2004. VF : 2013.

Éditeur : Pika (Collection : Shojo).

Genre : Manga – Shojo.

Prix : 6, 95€.

Résumé éditeur La vie d’Usagi est bouleversée depuis qu’a débarqué une mystérieuse petite fille, surnommée Chibiusa, qui veut lui voler son cristal d’argent. Parallèlement, les Sailors se font enlever les une après les autres par de nouveaux adversaires se réclamant de la secte Black Moon. Mais d’où viennent ces ennemis ? Que veulent-ils ? Et ont-ils un rapport avec Chibiusa ? Alors qu’Usagi tente d’en savoir plus sur la jeune inconnue, elle apprend qu’elle appartient au 30e siècle et qu’elle est venue chercher de l’aide dans le passé ! Sailor Moon, Sailor Venus et Tuxedo Mask entreprennent alors un voyage dans le futur afin d’élucider les mystères qui planent sur cette affaire…

Que cette lecture m’a fait du bien. Juste avant, j’avais lu le dernier tome de The Earl and the Fairy, qui est très mal passé, donc avec cette série que j’adore, j’ai pu me remotiver un peu en mangas, parce que ceux que j’avais lus dernièrement étaient loin d’être ma tasse de thé … Ça c’est un peu arrangé ^^

On en découvre un peu davantage sur Makoto, celle qui trône sur la couverture de ce volume. La scène dans laquelle elle parle de ses parents m’a un peu frappée, j’avais dans le souvenir que le jeune homme avec elle la vouvoyait, ce qui n’est pas le cas ici, mais est définitivement plus logique. J’aimerais davantage de petits moments légers comme celui-là. Leur rapprochement est beau est touchant, mais je n’ai absolument pas l’impression qu’il sera évoqué dans la suite de l’histoire, ce qui est vraiment dommage (et rend le moment un peu pointless).

J’aime aussi beaucoup les passages où on nous parle du futur, ce qui arrive aux différents personnages (et je me dis toujours que Némésis aurait été un bien meilleur nom pour la nouvelle planète que Sigma). Le passage où Usagi est enlevée par Diamant et interagit avec lui me plaît toujours autant, mais il est trop court, j’aime bien quand les récits prennent un peu leur temps, ce que celui-ci fait peu. C’est rythmé, mais j’aimerais passer davantage de temps sur chaque arc ^^

L’auteur nous présente un personnage que j’adore, Sailor Pluton, la gardienne du temps (qui était d’ailleurs le titre du volume de l’édition originale qui l’introduisait). Je suis toujours touchée par sa solitude, sa force.

Et je viens de découvrir que le rabat arrière de la jaquette ferait un parfait marque-page, avec le titre de la série, et Sailor Jupiter dans un style kawaii, toute petite, avec de petits points noirs sur les yeux. Très choupi ^^

Nombre de tomes parus : 14 (série finie).

Tome 1.

Tome 2.

Tome 3.

Undertaker Riddle, tome 2

Titre VO : Sougiya Riddle 2.

Auteur : Higasa Akai.

Traducteur : Fédoua Lamodière.

Nombre de pages : 208.

Parution VO : 2009. VF : 2012.

Éditeur : Ki-oon.

Genre : Manga – Shonen.

Prix : 7,65€.

Résumé Alors que Hayato découvre peu à peu le dur quotidien d’un fossoyeur, le secrétaire en chef des Catacombes, Brad, lui annonce qu’il doit passer un test. Son objectif ? Déterminer si le lycéen est apte à épauler Riddle.

Après avoir vaincu un esprit malin, le jeune homme parvient à obtenir gain de cause. Mais les ennuis ne font que commencer : voilà que son propre frère se retrouve possédé à son tour ! Et Noir, l’entité maléfique qui l’a pris en otage, révèle à Hayato que son âme est bien particulière…

Le retour de Brad m’a plu, avec quelques dessins qui se rapprochent du SD, beaucoup moins sérieux, sur le point de lancer quelques blagues, comme sur ses préférences entre Hayato et Riddle. C’est plutôt bien amené, je n’ai pas trouvé ça lourd.

Je ne m’attendais pas à ce que Hayato soit particulièrement spécial, je pensais que sa capacité à voir les fantômes n’avait pas de raison particulière. Pourquoi pas ? Ça n’est pas mal traité pour l’instant.

L’humour peut avoir l’air un peu gamin, comme Hayato qui se tape la tête contre une table sans le faire exprès, devant les autres personnages en SD, mais je l’ai trouvé plutôt amusant ^^

Il y a peut-être un peu moins de scènes où Riddle fait son travail de fossoyeur, ce qui est un peu dommage parce qu’elles sont esthétiquement superbes, entre le personnage est les détails comme les roses.

La relation entre Hayato et lui se développe un peu, puis Brad les emmène découvrir un nouveau personnage qui m’a plu et lui fait ces révélations déjà mentionnées, avec quelques précisions sur l’univers, entre autres leurs ennemis, les esprits malins. Avec Brad, ils essaient de protéger les élèves d’une école d’attaques malfaisantes. On oscille donc entre le texte et l’action, c’est plutôt équilibré.

Ce deuxième volume m’a plu, j’aime la direction dans laquelle l’auteur nous entraîne, et je lirai la suite avec plaisir.

Nombre de tomes parus : 8 (série finie).

Tome 1.

Pretty Guardian Sailor Moon, tome 3

Titre VO : Bishoujo Senshi Sailor Moon – Renewal Edition.

Auteur : Naoko Takeuchi.

Traducteur : Fédoua Lamodière.

Nombre de pages : 248.

Parution VO : 2003. VF : 2012.

Éditeur : Pika (Collection : Shojo).

Genre : Manga – Shojo.

Prix : 6, 95€.

Résumé : Usagi, jeune fille pleurnicharde, passionnée de jeux vidéos, mangas … Un beau jour, elle sauve un petit chat de gamins cruels et lui retire des sparadraps du front. Dessous, un croissant de lune. A la nuit tombée, le chat reviendra vers elle pour la mettre face à sa destinée : Usagi est en fait Sailor Moon, qui combat pour l’amour et la justice ! Avec l’aide de ses coéquipières, elle découvre l’existence du Dark Kingdom, puis de leurs vies antérieures, et de son amour perdu.

Avec ce tome, on achève le premier arc contre le Dark Kingdom et on entame le suivant, avec l’arrivée de Chibi Usagi, toujours aussi agaçante, et les premières disparitions des amies d’Usagi, enlevées par la Lune Noire. Arrive aussi ce personnage dont j’ai toujours été fan, le prince Diamond ^^

J’adore cette couverture. Sailor Mars a longtemps été ma préférée, ce style entourée de son pouvoir, avec ce papier d’exorcisme des démons dans les doigts. J’avoue que tout ce qui manque, c’est cet arc qu’elle a parfois pour que l’image soit superbe. La petite Mars dans un style un peu mini, SD, en 4e, est très choupi.

J’aime beaucoup les passages sur la vie antérieure d’Usagi, lorsqu’elle sèche les cours d’Ami pour voir Mamoru, que Minako la gronde (et rencontre Kunzite par la même occasion …), je n’aurais pas été contre davantage. Tout comme sur quelques pages du groupe en paix, Chibi arrive très vite et on n’a pas l’occasion de savourer un certain calme avec les personnages.

On en découvre un peu davantage sur Rei, Sailor Mars, ma préférée donc, avec son école, des rumeurs sur sa vie et son enfance. C’est mince, mais plaisant, tout comme c’est le cas pour Ami et on nous apprend ses passions : la natation et les échecs.

Certaines personnes commencent à découvrir leur secret, ce qui me fait un peu rire d’ailleurs parce qu’il n’y a aucune conséquences.

Je regrette certains détails, comme pour le volume précédents : les petits dessins qui parsemaient l’édition normale ou la fin du livre, et forcément la longueur, un peu beaucoup pour une lecture en une foie. Mais c’est toujours un très beau tome.

Nombre de tomes parus : 14 (série en cours).

Tome 1.

Tome 2.

Undertaker Riddle, tome 1

undertaker riddle 1Titre VO : Sougiya Riddle 1.

Auteur : Higasa Akai.

Traducteur : Fédoua Lamodière.

Nombre de pages : 208.

Parution VO : 2009. VF : 2012.

Éditeur : Ki-oon.

Genre : Manga – Shonen.

Prix : 7,65€.

Résumé : Hayato est un jeune lycéen qui a beaucoup de succès auprès de la gent féminine … lorsqu’elle est déjà morte ! Il est continuellement entouré de fantômes, sans avoir été en danger jusque-là. Un jour, il rencontre un étrange fossoyeur qui lui propose de le débarrasser de cette compagnie encombrante en échange de la moitié de son âme. Hayato refuse, et tombe finalement sur un fantôme plus dangereux que les autres, qui lui dérobe son âme et manque de le tuer. Il n’a donc plus le choix et devient fossoyeur.

J’ai beaucoup accroché à la couverture et ses couleurs, noir et rouge en particulier. Cependant, cette lecture m’a un peu moins plu que Dictatorial Grimoire.

Les colorations du début, sur un lit de roses, sont très belles. Les petits dessins en SD sont assez fréquents et très plaisants. Le héros est très drôle aussi, avec son physique d’enfant (les grands yeux, les cheveux en bataille, de petite taille). Le symbolisme des papillons est très marquant, pour les âmes, j’ai beaucoup aimé. J’adore les papillons ^^ et le symbole est particulièrement adéquat.

Le trait est soigné, avec un côté parfois glauque, mais dans le bon sens du terme. L’exorcisme est un thème original pour moi, j’en ai apprécié le traitement. Les enterrements réalisés par Riddle prennent peut-être du temps, mais ils sont vraiment très beaux. J’ai été frappée de son regard vide et froid en fermant un cercueil … Ca n’est peut-être pas réjouissant, mais le mangaka en fait une oeuvre belle et humoristique.

Du côté des personnages, Hayato est choupi comme tout, et le secrétaire de l’enfer est très drôle, dans le genre bureaucrate terrifiant. J’ai bien aimé le frère d’Hayato, Naoya, qui se tue au travail pour ses examens. Même s’il est un peu vache à juger le héros et le dénigrer au début. Mais, euh, ils ont des parents ? Parce que je n’ai pas l’impression qu’on les mentionne … J’ai cru que c’était une fille, au début.

La relation  entre les protagonistes est assez ambiguë, ce qui n’est pas désagréable. Mais c’est un peu longuet …

Nombre de tomes parus : 8 (série finie).