Pandora Hearts, tome 1

Titre VO : Pandora Hearts.

Auteur : Jun Mochizuki.

Traducteur : Fédoua Lamodière.

Nombre de pages : 192.

Parution VO : 2008. VF : 2012.

Éditeur : Ki-Oon.

Genre : Manga – Shonen.

Prix : 7,65€.

Résumé éditeur : Oz Vessalius, 15 ans, est l’héritier d’un des quatre grands duchés du pays. Le jour de sa cérémonie de passage à l’âge adulte, des bourreaux masqués le précipitent dans un monde sombre et confus, l’Abysse, pour un crime dont il ignore tout. Dans cette prison à l’écart du temps, il rencontre Alice, une jeune fille aux pouvoirs mystérieux, qui lui propose de nouer un pacte pour l’arracher à ce cauchemar. Mais l’organisation secrète Pandora, qui a pour mission de lever le voile sur les mystères de l’Abysse, attend son retour de pied ferme…

J’avais été très déçue de Crimson Shell du même auteur, et beaucoup m’avaient conseillé de jeter tout de même un œil à Pandora Hearts. Ils avaient bien raison : j’ai trouvé le dessin beaucoup plus sympathique et soigné, l’histoire et les personnages plus intéressants.

J’ai surtout aimé les références à Alice au pays des merveilles. Montre, lapin, scène de thé … Le héros, Oz, est plein de malice et d’espièglerie, et je m’y suis très vite attachée. Sa naïveté et sa gentillesse le rendent encore plus touchant. Les autres personnages sont également intéressants et j’ai très hâte de les découvrir plus avant.

Pas mal de mystères se profilent, et l’auteur réussit à nous entraîner dans cet univers sans trop de mal. Je suis donc repartie pour une nouvelle série, mais je ne regrette pas, elle se profile plutôt bien !

Nombre de tomes parus : 19 (série en cours).

Crimson Shell

Titre VO : Crimson Shell.

Auteur : Jun Mochizuki.

Traducteur : Fédoua Lamodière.

Nombre de pages : 208.

Parution VO : 2006. VF : 2012.

Éditeur : Ki-oon.

Genre : Manga – Shonen.

Prix : 7,65€.

Résumé Puissante sorcière, la jeune Claudia doit tout au mystérieux Xeno, qui l’a aidée à apprivoiser ses pouvoirs quand tous autour d’elle avaient renoncé. Elle a désormais trouvé sa place au sein de Crimson-Shell, une organisation qui lutte contre les agissements d’un scientifique fou.

Mais lorsque Xeno trahit Crimson-Shell, le monde s’écroule autour de la jeune fille. Cernée par le danger, confrontée à des apparences souvent trompeuses, parviendra-t-elle à percer le secret de Xeno ?

Jun Mochizuki est surtout connue pour sa série Pandora Hearts, qu’on m’a beaucoup recommandée. Ce one-shot était l’occasion de découvrir son trait et son style sans commencer une nouvelle série, longue et encore en cours.

Malheureusement, je ne suis pas convaincue. Que ce soit le dessin, les personnages, le récit, je n’ai pas vraiment apprécié cette lecture.

Le côté immature de l’héroïne (elle a peut-être douze ans, ça m’est égal, on n’est pas dans un shojo) m’a agacée, comme ses grands yeux dessinés parfois ronds et vides. Le trait en général ne m’a absolument pas paru spécial ou intéressant. Il passe, sans plus.

C’est long … et en plus il y a ce sentiment de récit non terminé que je n’ai pas du tout aimé.

Le pouvoir de Claudia, l’héroïne, de faire éclore roses et épines de son corps ne m’a pas frappé comme étant particulièrement original. Un de mes personnages préférés de Yuyu Hakusho avait le même type de don, même si l’origine en était différente, ici ça ne m’a pas marquée.

Le jeu de mystères entre qui a trahi qui … bof, pas intéressée non plus.

Je me suis ennuyée. Ce qui m’a inquiétée, c’est qu’au moment de cette lecture, je reprenais les mangas, et qu’une bonne partie de mes lectures m’avaient ennuyée. J’ai retrouvé le même sentiment en relecture ou découverte ces temps-ci. Je sens bien que je ne découvre plus le genre et que je m’agace plus rapidement. Ca m’attriste un peu de ne plus prendre autant de plaisir à lecture de ce genre qu’auparavant, même si je trouve mes critiques fondées (notamment dans la mise en image des relations amoureuses et du rôle des personnages féminins). Je me demande si je retrouverai l’émotion épique de mes lectures favorites comme les mangas de Kaori Yuki (qui ne m’a plus ébahie depuis bien six ou sept ans !) …