Au bord des mots, lectures sur un rocher

Luck Stealer, tome 2

Hajime Kazu  (autrice). 2008 (VO), 2010 (VF), 192 p. Kaze (Shônen UP). Manga – Fantastique. 6,99€.

Yûsei Kurusu possède l’étrange pouvoir d’aspirer la chance des autres par simple apposition des mains. Mais un homme privé de sa chance est condamné à mourir. Pour sauver la vie de sa fille, incapable de produire sa propre chance, il s’attaque à des criminels, qu’il vide de leur bonne fortune. Mais personne ne peut agir ainsi sans attirer l’attention, et désormais, tout le monde dans les bas-fonds a entendu parler de l’assassin nommé Luck Stealer.

Après un premier tome qui ne m’avait absolument pas convaincue, je me rends à l’évidence sans aucun problème : ce n’est pas une série pour moi.

Le trait est toujours très déplaisant (vous ne le voyez pas sur la couverture, mais en noir et blanc les yeux de la gamine, juste ce point, c’est effrayant !), très vide dans la plupart des cases (moi qui adore Kaori Yuki et les Clamp aux espaces toujours très travaillés).

Les différents récits, une fois encore, m’ont dérangée. Plus, rien que pour la première : je déteste quand il s’agit d’abus sur enfants (en plus c’est son instit ici … même si j’ai moins grincé des dents devant la punition). Après, le flic qui renifle la piste du héros, c’est assez ridicule et ennuyeux : aucune preuve, comme le héros (ce côté tout-puissant est agaçant à la longue aussi)  le pondère avec orgueil … limite … je n’aime pas ce type, excepté son affection pour sa fille (même si je ne supporte pas le design de la gamine).

Le pote hacker avait l’air chouette, mais il insère un côté exposition (« Comme je connais ton pouvoir depuis le lycée, j’ai décidé d’étudier la chance pour sauver Karin. Après la fac, j’ai refusé des postes en entreprise et en labo, mais je ne le regrette pas ») plutôt ennuyeux, pour ne pas dire absolument pas naturel dans la narration.

C’est donc une série que j’arrête sans regret.

Nombre de tomes parus : 10 (série finie).

Tome 1

Au bord des mots, lectures sur un rocher

Drug & Drop, tome 1

Clamp (autrices). 2012 (VO), 2013 (VO), 176 p. Kazé (Shonen up!). Manga – Seinen. 7,99 €.

Kazahaya Kudo et Rikuo Himura travaillent toujours pour Green Drug, tout en faisant leurs missions un peu spéciales la nuit en usant de leurs habilités surnaturelles. Kazahaya et Rikuo sont les seuls à pouvoir s’acquitter de ces missions : par apposition des mains sur une simple photo, Kazahaya peut localiser l’objet ou la personne représentés, tandis que Rikuo a la faculté de détruire de petits objets par la pensée. Au fil des affaires, Kazahaya va peu à peu s’interroger sur les agissements de Green Drug et sur ces implications dans le monde de l’occulte.

Ma dernière lecture des Clamp, relecture de Sakura exceptée, a été Lawful Drug, pour sa réédition, qui ne m’a pas plu du tout et ne m’a pas intéressée. Drug and Drop en est donc sa suite, que j’avais achetée en même temps. Je m’y suis lancée un peu à reculons, pour être honnête, et pour pouvoir le désherber en même temps si elle ne me plaisait pas.

J’ai retrouvé dans le dessin les Clamp, il y a moins de minimalisme qui fait vide, j’ai reconnu les personnages, cet aspect est mieux passé. Les mystères sont également mieux dosés et m’ont plu, on est dans ce fantastique et étrange que j’aime, qui me rappelle XXXHolic que j’ai débuté récemment.

A ceci près que je crois que j’ai été bien spoilée sur Holic, justement. Ce qui m’a franchement agacée. Sérieusement, jusqu’à présent je n’avais rien contre la manie des auteurs d’entrelacer toutes leurs séries, mais si maintenant il faut une chronologie pour savoir sans quel ordre les lire, j’en ai vraiment marre !

Sans parler, bien sûr, de tous les trucs de Lawful Drug pas rappelés ici, ou au compte goutte. Mouais. J’ai l’impression qu’on m’avait dit que cette série pouvait se lire indépendamment, ce qui m’agace aussi.

Sinon, l’intrigue est plutôt intéressante, mais devant ces éléments énervants, je ne pense pas poursuivre.

Nombre de tomes parus : 2 (série en cours) .

Au bord des mots, lectures sur un rocher

Luck Stealer, tome 1

Hajime Kazu (autrice). 2008 (VO), 2010 (VF), 192 p. Kaze (Shônen UP). Manga – Fantastique. 6,99€.

Yûsei Kurusu possède l’étrange pouvoir d’aspirer la chance des autres par simple apposition des mains. Mais un homme privé de sa chance est condamné à mourir. Pour sauver la vie de sa fille, incapable de produire sa propre chance, il s’attaque à des criminels, qu’il vide de leur bonne fortune. Mais personne ne peut agir ainsi sans attirer l’attention, et désormais, tout le monde dans les bas-fonds a entendu parler de l’assassin nommé Luck Stealer.

J’étais tombée sur cette série en occasion, mais je l’avais déjà repérée pour une opération magasin où on devait choisir deux livres de chez Kaze pour avoir une boîte bento ^^ Au final, j’ai le même sentiment pour Luck Stealer que pour Mysterious Honey que j’ai choisie pour recevoir ma box : je n’accroche pas.

Pas pour les mêmes raisons, évidemment, puisque MH est un shojo (et pire que classique, cliché, malgré un trait sympathique de l’auteur de L’arcane de l’aube) et Luck Stealer un shonen. Déjà, il y a le dessin. Je n’ai pas accroché (je sais, j’ai l’air très superficielle quand je l’annonce, mais que voulez-vous? Chacun ses goûts, et je suis une enquiquineuse en matière de dessin, j’en ai parfaitement conscience), avec ce côté réaliste, cette forme des yeux bizarre, pas entièrement fermés comme pour la fille du héros.

Ensuite, l’histoire en elle-même. Si j’ai apprécié l’idée de voler la chance des autres pour la transmettre à sa fille, la violence omniprésente m’a rapidement pesé, avec une certaine froideur, peut-être venue des dessins, ainsi que son agressivité (il engueule des passants qui l’ont vaguement heurté et se sont excusés). Et je n’ai pas accroché aux personnages en général, le héros est tellement imperturbable, il donne l’impression que rien ne le touche sauf sa fille, qui m’a laissée de marbre aussi …

La jeune fille du premier chapitre qui déclare de but en blanc au héros qu’il avait l’air de s’attendre à la mort de la veille est trop précipité (et il lui dit la vérité en prime hein), et je n’ai pas aimé les thèmes abordés (abus familiaux par exemple).

Le second tome était aussi dans ma PAL (achat en même temps), donc j’y ai jeté un œil, mais pour l’instant, il y a peu de chances que je poursuive cette série qui ne me convient pas.

Nombre de tomes parus : 10 (série finie).

Tome 2