Bercée sur un court --- moments de tennis

Roland Garros 2017

Cette année, j’ai essayé de suivre à nouveau la quinzaine de tennis française. J’ai quand même pu voir pas mal de beaux moments et de matches très sympathiques, je vous en parle rapidement.

(Oui alors j’adorerais vous faire un billet quotidien, mais 1) flemme légendaire, 2) voir tous les matches en replay, pas évident, surtout que certains ne sont pas dispos comme ceux des légendes, des juniors ou en fauteuil – les deux derniers seront à découvrir l’an prochain, 3) MacFly m’a fait une grosse frayeur la semaine dernière, 4) ai-je parlé de ma flemme légendaire?).

Huitième de finale dames, Caroline Garcia vs. Alizée Cornet, 6-2, 6-4.

J’avais vu quelques matchs déjà, et pas spécialement envie de suivre des joueurs/euses français/es. Et je vous avoue qu’il n’était pas génial, ce match, même si les commentateurs n’y ont pas été avec le dos de la cuillère en les trouvant honteuses. Certes, elles ne jouaient pas très bien et marquaient des points sur les fautes de l’autre essentiellement, mais à ce point … j’ai surtout détesté l’attitude de petite fille gâtée de Cornet, à bouder.

Quart de finale dames, Kristina Mladenovic vs. Timea Baczinsky, 4-6, 4-6.

Un tel mieux. Des joueuses combatives, de beaux coups, un calme agréable aussi. J’ai bien apprécié le petit discours de la Suissesse, en français.

Mar 13, 2015; Indian Wells. Credit: Jayne Kamin-Oncea-USA TODAY Sports

Quart de finale messieurs, Rafael Nadal vs. Pablo Carreno Busta, 6-2, 2-0.

Booon alors il était bien choupi Carreno Busta ^^, j’ai été un peu déçue qu’il abandonne. Il avait du mal face à Nadal, mais en même temps il s’est littéralement arraché dans ce match, jusqu’à se blesser aux abdominaux. Un moment court et intense. (la photo date de 2015, lorsqu’ils ont joué en double à Indian Wells, mais elle est trop belle).

Quart de finale messieurs, Novak Djokovic vs. Dominic Thiem, 6-7, 3-6, 0-6.

J’ai essayé de rattraper ce match en replay. Djoko démarrait plutôt bien, Thiem avait l’air de se débrouiller, sans plus, je vous avoue que je ne comprends pas bien ce qui a pu se passer. J’aurais volontiers repris le match le lendemain mais j’ai été tellement spoilée sur les réseaux sociaux qu’en connaissant déjà l’issue, j’ai laissé tomber.

Demi-finale dames, Jelena Ostapenko vs. Timea Bacsinszky, 7-6 3-6, 6-3.

Jelena Ostapenko, c’était la grande inconnue. Je pensais que Bacsinszky n’en ferait qu’une bouchée, une petite choupette inconnue comme ça. C’est la choupette qui l’a dévorée vivante, avec une force inattendue. Pas toujours un très bon caractère, mais j’ai plutôt mis ça sous le coup de la fougue et du manque d’expérience (pas encore titrée).

Demi-finale messieurs, Andy Murray vs. Stanislas Wawrinka, 7-6, 3-6, 7-5, 6-7, 1-6.

Un match magnifique. Murray s’est bien accroché, Wawrinka s’est obstiné, et chaque point a été âprement disputé. Superbe.

Demi-finale messieurs, Rafael Nadal vs. Dominic Thiem, 6-3, 6-4, 6-0.

C’est arrivé très vite, et je n’ai pas vu les qualités qu’on prête à Thiem sur terre battue, au contraire. Nadal a déroulé tranquillement, sans surprise ni déplaisir pour les yeux.

Finale légendes, Martina Navratilova et Lindsay Davenport vs. Tracy Austin-Holt et Kim Clijsters, 3-6, 6-3, 5-10.

J’étais ravie de retrouver Navratilova comme chaque année, et Davenport et Holt que je n’ai pratiquement pas vu jouer. Clijsters, un peu plus. On est plus dans un jeu de double, très beau, certes mais pas aussi agréablement acrobatique qu’un match de légendes comme je l’aime. Sympathique, et belle introduction à la finale qui suit.

Finale dames, Simona Halep vs. Jelena Ostapenko, 6-4, 4-6, 3-6.

J’ai été un peu déçue du début de ce match. Simona avait l’air d’attendre tranquillement les erreurs de Jelena, qui en fait quelques unes. Bien sûr. Première finale, je crois, pour un premier titre, forcément, tu stresses, tu n’as pas l’expérience qu’a Halep qui doit avoir huit ans de plus. Mais elle s’est brillamment accrochée, et est remontée d’une manche perdue et menée 3 jeux à 0 dans la dernière. Brillant. Je l’ai préférée à la finale messieurs !

Finale légendes +35 ans, Mikael Llodra et Sébastien Grosjean vs. Andrei Medvedev et Paul Haarhuis, 6-4, 3-6, 10-8.

Je n’étais pas très bien ce matin, et en plus j’ai eu de grosses difficultés à trouver le direct, qu’ils n’ont pas mis tout de suite sur le site. Les joueurs m’ont fait mourir de rire, très vite. J’ai adoré cette partie, qui a commencé sous le signe de l’humour : ils sont arrivés dépareillés. Un français, Mikael Llodra, en blanc et noir, et son coéquipier Sébastien Grosjean en rouge et noir, et pareil de l’autre côté. Comme je suis arrivée au moment où l’un était allé jouer sur l’autre court j’étais un peu larguée ^^, J’ai adoré Llodra dans ce match, à aller jouer en face puis retourner dans son court pour rejouer sa propre balle ! Et le typique on sort de court pour que les ramasseurs de balle jouent … et croyez-le ou ou pas, une de mes élèves ! Qui fait le point ! Je ne vous dis pas la fierté, même si je ne la connais pas beaucoup. Et ces commentateurs : « on se demande s’ils savent jouer au tennis », à faire des remarques sarcastiques à mourir de rire pendant tout le match ! Un moment génial ❤

Finale légendes +45 ans, Mansour Bahrami et Fabrice Santoro vs. Pat Cash et Mike Chang, 7-6, 6-3.

Paradoxalement, c’est un match bien moins « fun » que le précédent, malgré la présence de Mansour Bahrami que j’adore ❤ On est sérieux malgré quelques blagues et très beaux coups artistiques, mais peu d’acrobaties, malgré la pirouette des tenues dépareillées encore une fois. Est-ce Mike Chang, que je vois jouer pour la première fois, qui est si sérieux? Je ne sais plus si l’an dernier Mansour jouait avec Henri Leconte, mais on se marrait bien avec Pat Cash … Ou que Fabrice est plus jeune que ses camarades et qu’on a un match plus physique ? Autant je guettais, commentais chaque point du match précédent, autant là je faisais différentes choses à côté, j’étais à ça de me mettre à bosser … Ce match m’a un peu déçue, moi qui attends de voir Mansour Bahrami jouer toute l’année 😦

Finale messieurs, Rafael Nadal vs. Stanislas Wawrinka, 6-2, 6-3, 6-1.

Jelena Ostapenko

Je suis partagée. J’adore les deux joueurs, mais j’aimerais bien que Rafael remporte sa dixième victoire comme à Monte-Carlo il y a quelques mois, au terme d’un très beau match même s’il aurait pu être plus disputé. Je ne sais pas si c’est le match précédent qui m’a déçue et lassée, mais malgré le côté accroché, je n’y suis pas 😦 Après visionnage du match … je suis assez déçue de Stan et de son brisage de raquette, mais heureuse du résultat. Et puis voir Rafael par terre sur la terre battue, c’est toujours aussi chouette 🙂

Une quinzaine plutôt plaisante, en attendant Wimbledon !

Bercée sur un court --- moments de tennis

Coupe Davis, quart de finale ! 2ème jour

Aujourd’hui a eu lieu le double de la rencontre entre Espagne et France, assuré par Fernando Verdasco et Feliciano Lopez contre Michaël Llodra et Julien Benneteau. J’ai un sentiment assez mitigé sur ce match … Llodra et Benneteau ont offert un très beau spectacle, deux magnifiques premiers sets … sets pendant lesquels j’avais la ferme impression que du côté des Espagnols ça ne voulait pas jouer, comme si Verdasco était resté sur sa défaite d’hier.

Le plus évident: début du troisième set, Verdasco au service. Après un service jugé faute, il s’arrête, écarte les bras en signe d’impuissance, vraiment pas motivé, sous les sifflets du public. Le début de partie n’était effectivement pas à leur avantage. Llodra a confirmé son excellente forme, très bons services, patte légère à la volée, beaucoup  de communication avec Benneteau, pas en reste, alors que les Espagnols s’emmêlent les pattes au moment de prendre une balle, ne parlent pas. Le score du premier et du deuxième set résument assez bien la situation: 6-1, 6-2.

Après une longue interruption à la fin de la deuxième manche, Verdasco et Lopez semblent plus engagés, malgré un break d’entrée. Par la suite, ils collent au score, montrant de bons service, de très bonnes volées de Lopez, et finissent par prendre le service de Benneteau, pour recoller à 4 jeux partout. La partie semble lancée, mais je suis un peu déçue: j’aurais tellement aimé ce jeu au début ! Les Espagnols sont plus consistants, mais les Français restent solides, dans leur match, même s’ils subissent finalement le bon jeu, enfin arrivé, des adversaires, qui empochent la manche au tie break. Le scénario se répète dans le quatrième set, avec des échanges à la qualité encore surpassée: aucun jeu qui n’est pas emporté par le serveur avant le jeu décisif, qui se conclut cette fois-ci à l’avantage des Français, sur un bon service de Julien Benneteau et une volée smashée de Michaël Llodra.

La France remporte donc le quart de finale de Coupe Davis 3 – 0. Les deux simples de demain (les n°1 de chaque équipe s’affrontent, de même pour les n°2) sont apparemment annulés, comme les commentateurs ne font mention d’un prochain rendez-vous qu’en septembre. J’espère que je me trompe. La fin du match était intéressante, mais pour une fois, je reste sur ma faim 😦


Images issues du site Coupe Davis.

Bercée sur un court --- moments de tennis

Coupe Davis, quart de finale !

Du tennis, et encore du tennis ^^ aujourd’hui se sont déroulés les premiers matchs du quart de finale de la Coupe Davis, opposant la France à l’Espagne, double tenante du titre, et invaincue contre la France depuis 1923. C’est la première fois que je regarde cette compétition, donc je ne savais pas comment se déroulaient les opérations (je n’avais déjà pas compris qu’il y avait deux matchs cette après-midi).

Format de la compétition, selon Wikipédia :

Les matches (cinq au total) se disputent sur trois jours :

  • le 1er jour : les numéros 1 de chaque équipe rencontrent les numéros 2 (2 simples),
  • le 2e jour : le double, qui peut être disputé par des joueurs ayant déjà joué en simple ou par des joueurs spécialement sélectionnés pour le double,
  • le 3e jour : les numéros 1 de chaque équipe se rencontrent en 1er match et les numéros 2 en second.

Tant qu’aucune des deux équipes n’a atteint les trois points décisifs, les matches se déroulent en 3 manches gagnantes.

Lorsque deux nations sont appelées à se rencontrer, les matches sont disputés chez celle qui s’est déplacée lors de leur dernière opposition. La surface sur laquelle se joueront les matches est choisie par le pays hôte.

Le jeu s’est déroulé sur du dur, intérieur. C’est aussi la première fois que j’ai l’occasion de voir un match live sur cette surface, même si c’est sur celle-ci que j’avais l’habitude de jouer (pas aussi coloré, je l’admets: à Clermont-Ferrand le terrain est vert et le reste du court mauve), et pas de vidéo disponible. La parole des juges de ligne fait loi, appuyée en toute circonstance par celle du juge de chaise.

Le premier match a opposé Gaël Monfils à David Ferrer, qui menait 3-1 quand je suis arrivée, et Monfils est revenu au score. Très bon service du Français, 21 aces dans cette partie de près de quatre heures de jeu et cinq sets qu’il a remportée. Très dommage pour l’Espagnol, cependant : mené deux sets à rien, il est revenu à hauteur, sans parvenir à concrétiser. Il s’était pourtant révélé constant, solide, plus frais physiquement que Monfils dans les troisième et quatrième sets. Pas très joli, quand même, au dernier set: quand Ferrer loupe une amortie alors qu’il y a couru, il se rattrape à la chaise de l’arbitre qu’il bourre de coups de pieds … et y récolte un avertissement. Ca, ce n’était pas un très beau moment de tennis. Mais le match en lui-même a été un excellent spectacle. Petit moment d’humour: les mots du capitaine à la fin, durant le 2ème set: « tu balances un caramel » (quelle que soit la signification … j’avoue qu’elle m’échappe).

La partie suivante a été tout aussi intéressante, voyant jouer Mikael Llodra et Fernando Verdasco. Très bon service du Français, encore une fois, nombreux aces, et nombreux services-volées, voire retour volées comme l’évoquent les commentateurs. De nombreux jeux accrochés, jeu puissant, de la part de ces deux gauchers (note: il aura fallu que François Brabant et Arnaud Boetsch l’aient fait remarquer, parce que moi, tête en l’air, rien vu du tout). Verdasco remporte le premier set au tie-break sur un superbe retour, après un service puissant de Llodra. La suite est moins rose pour l’Espagnol: deux fois, importantes contestations sur des décisions d’arbitre de ligne, la première une balle bien derrière pour lui, jugée bonne (le ralenti proposé par les commentateurs ne permet pas de se faire une idée définitive, elle semble extérieure sans plus), la seconde une balle jugée comme ayant rebondi deux fois avant qu’il ne la renvoie (la vidéo semble plus claire, et nie totalement le double rebond), les deux fois l’arbitre Alison Lang ne revient pas sur l’affirmation des juges de ligne. Déconcentré, il doute ensuite à chaque point s’approchant des lignes et perd en constance, se rattrape mais ne parvient pas à renverser la vapeur et concède les deux manches, la dernière au jeu décisif. Grâce à Gaël Monfils et Mikael Llodra, la France mène donc 2 à 0, suite demain ^^


Images issues du site Coupe Davis.