Au bord des mots, lectures sur un rocher

The Gentlemen’s Alliance Cross, tome 3

Shinshi Doumei Cross. Arina Tanemura (autrice). Misato Raillard (traductrice). 2004 (VO), 2009 (VF), 176 p. Kana. Manga – Shojo. 6,85€.

Hainé est sous le choc. Shizumasa veut la tenir à distance. Afin de se rassurer, elle se remémore les instants de complicité qu’elle avait avec lui, et décide néanmoins de se rendre chez les Tôgû pour le voir…

Je crois que ça fait vraaaaiment trop longtemps que j’ai lu le tome 2, parce que j’étais complètement perdue au début. J’avais oublié que l’Empereur avait un double qui prenait sa place, par exemple, alors rajouter/en remettre une couche avec l’histoire du livre, cause des sentiments de l’héroïne, m’a fait bien nager dans la choucroute.

Et puis ensuite, lors d’un voyage scolaire, débarquent le frère et la soeur de Hainé, dont je n’avais aucune souvenir (mais si, me rappelais – vaguement – qu’elle avait été adoptée), dont l’un ne la connais pas, puis son autre frère … Après, ce sont des moments très touchants, surtout quand ce dernier hurle que c’est SA sœur ^^, mais que pense que j’aurais vraiment plus apprécié ce tome avec un meilleur souvenir des précédents.

Parce qu’on suit beaucoup, pendant bien la moitié je dirais, le double de l’Empereur, parlant de son arrivée, mais pas de ses motivations. La chute est dure, douloureuse (Hainé voit sa mère dans une voiture, s’éloignant), on apprend que sa famille pense à la récupérer devant l’intérêt que l’Empereur lui apporte … des rebondissements bien pensés.

Je fond toujours devant les dessins d’Arina Tanemura, ses grands yeux, ses visages en pointes, les mèches de cheveux, tout ce que j’aime dans un shojo. Il manque peut-être juste quelques touches d’humour.

Nombre de tomes parus : 11 (série finie).

Tome 1

Tome 2

Au bord des mots, lectures sur un rocher

Mysterious Honey, tome 2

Boku wa kiss de uso wo tsuku. Rei Toma (autrice). Jacques C. (traducteur). 2008 (VO), 2012 (VF), 192 p. Kazé. Manga – Shojo. 6,99€.

Au fur et à mesure que je remonte la piste de mon mystérieux et doux agresseur, je me rends compte que … je me surprends à désirer que son identité soit celle de Shinoda … Après tout, il n’y a qu’un seul moyen d’en avoir le cœur net : lui poser directement la question !

Okay. J’ai bien peur de devenir complètement allergique au shojo romance. Je me suis ennuyée comme un rat mort sur celui-ci. Rajoutez à mes problèmes du premier tome une héroïne idiote, qui passe son temps à fuir ses admirateurs et rougir pour un rien …

Shinoda, le personnage principal masculin, perd de son apparente légèreté, pour laisser apparaître une stratégie un peu ridicule (sérieusement? Il n’aurait pas été plus simple de faire les choses simplement?).

Il se fait le narrateur pour quelques chapitres, même après le début de leur relation (wouuh, spoiler !), car Meiko est encore très timide. Super intéressant.

Je n’ai pas trouvé les histoires bonus intéressantes (peut-être du à mon manque total d’intérêt pour l’histoire principale), et les prémisses de L’Arcane de l’aube qui auraient pu sauver mon avis ne sont que des croquis, ce qui m’a aussi déçue.

Nombre de tomes parus : 2 (série finie).

Tome 1

Au bord des mots, lectures sur un rocher

Mysterious Honey, tome 1

Boku wa kiss de uso wo tsuku. Rei Toma (autrice). Jacques C. (traducteur). 2008 (VO), 2012 (VF), 192 p. Kazé. Manga – Shojo. 6,99€.

Je m’étais assoupie dans la bibliothèque quand soudain … un garçon m’a volé un baiser avant de s’éclipser sans que j’aie eu le temps de voir son visage … Qui cela peut-il être ? Shinoda, le beau gosse populaire du lycée ? Mikoshiba, l’intello ténébreux ? Mon ami d’enfance, Mogami, en serait-il capable ? Ou alors Hachiya, le mignon petit nouveau ? A moi de mener l’enquête de mes sentiments !

Je connais Rei Toma de sa série L’Arcane de l’aube, que je n’ai pas encore entamée. Je voulais à tout prix une bentô box et je n’ai pas vraiment de série Kazé en train, donc après avoir longtemps réfléchi, je me suis laissée tenter par cette petite série en deux tomes. Les prémisses avaient l’air mignon. Le récit débute dans une bibliothèque. Rei Toma a un trait sympathique.

Malheureusement, c’est un peu tout ce que je peux dire de plaisant de cette lecture. Je m’attendais à davantage d’humour, mais on est dans du shojo romance classique. Une jeune fille s’endort, est embrassée, elle recherche qui est « responsable ».

Les choses vont trop vite, les prétendants se succèdent et laissent un goût amer de fan service. Typiquement, déjà, ça m’agace.

J’ai trouvé intéressant la caractéristique physique de l’héroïne : des yeux très bridés, représentés au contraire par des yeux plutôt ouverts, alors que les personnages de mangas sont représentés plutôt à l’Occidentale.

La fin ne m’a pas plu, sur une menace d’un des personnages masculins.

L’histoire bonus propose une héroïne un peu cruche et ne me laisse pas un souvenir impérissable. Ca ne donne pas trop envie pour la suite, mais je l’avais déjà …

Nombre de tomes parus : 2 tomes (série finie).

Tome 2

Au bord des mots, lectures sur un rocher

The Tarot Cafe, tome 1

Sang Sun Park (auteur). Nam Suk Pyun (traduction). 2002 (VO), 2004 (VF), 176 p. Soleil. Manhwa – Sunjeong. 8,95€.

Dès que minuit passe, des clients très étranges viennent au Tarot Café. Ce sont des créatures non humaines, ou plus exactement, des créatures extraordinaires vivant au milieu des hommes, sans appartenir à leur espèce …

Ils demandent tous l’aident de Paméla, la voyante et propriétaire de ces lieux. Mais il semblerait qu’elle cache, elle aussi, un très grand secret ...

J’entends parler depuis quelques années déjà de ce titre. Le  tarot me tente bien, voyance, etc. Je me suis rendue compte en lisant ce titre que j’avais déjà l’auteur dans ma bibliothèque, pour Les Bijoux, un titre spécial et complexe. Bien weird.

En relisant le résumé avant de commencer ma lecture, j’ai très vite vu un parallèle avec I Wish, de Seo Hyun Joo, où en entrant dans une étrange boutique, son propriétaire exauce votre vœu le plus cher en prenant la chose la plus importante pour vous en contrepartie. Ici, Pamela dévoile l’avenir de son interlocuteur en réclamant des honoraires (et n’hésitant pas à se venger s’ils ne sont pas réglés, comme j’en ai fortement eu l’impression).

Mais les histoires ne m’ont pas surprises, pas comme pour I Wish. Il y a également un aspect prévisible (retrouver un meurtrier avec un bouton, please), sauf pour une chute qui m’a plu (la fée qui peut rentrer chez elle et se marier après plus de trois cent ans). J’ai assez aimé celle sur le vampire, ou sur la poupée en fin de volume.

Du côté des personnages, Paméla est la constante entre les histoires, mais elle m’agace, dans son dessin étrange et ses manières brusques. Je suis assez mitigée sur le dessin, en fait. Lorsque les illustrations dépassent le carré, elles peuvent être très belles, sinon, pas vraiment. Les yeux peuvent être carrément moches quand ils sont dans une image trop petites…

Pour moi, la magie n’a pas pris. J’ai abandonné cette série (elle a été arrêtée de toute manière, donc bon).

Nombre de tomes parus : 5 tomes (série stoppée).