Bibliothèques Lynnaennes

Moisson ! [Mai]

En mai, il y a l’arrivée de la box d’avril, une vente privée, un petit achat isolé … et les Imaginales.

IRLANDE ❤

Les Vikings c’est chouette aussi mais Irlande quoi ❤

Le fameux Grenier/Camprubi sauvé de l’arbre à livres en avril. Je l’ai démarré (sans le finir) et je le trouve intéressant, graphiquement et dans son récit mais un peu complexe pour mes loulous, donc je garde.

Parlez-moi de listes et d’organisation. Je suis faible. Et l’ouvrage sur la mode dans le domaine du tennis est une vente privée. C’est en anglais et ça m’a l’air plutôt riche et élégant.

Premier jour des Imaginales, jeudi. Je viens juste de découvrir Stéréotypes il y a peut-être une semaine, une dystopie sur la séparation des jeunes en plusieurs groupes selon leur personnalité. Et comme c’est Actes Sud j’ai bon espoir d’un roman fort et pas plat. Mon seul regret, il est bien trop long pour être proposé à mes loulous.

J’ai ENFIN rencontré Anna Combelles dont je voulais lire Coeurs hybrides depuis longtemps, une romance fantastique située à la période de la Belle Epoque (avec peut-être des touches steampunk pour mon plus grand plaisir). Elle m’a conseillé ce recueil de nouvelles fantastiques en prime et je ne demande qu’à voir.

Vendredi, je n’ai pas pu aller aux Imaginales mais j’ai reçu un livre commandé pour les lectures à l’internat. Et vous savez quoi ? J’ai trouvé l’autre de la collection le dimanche ❤ (enfin il y en a peut-être un troisième, à voir).

Deuxième jour d’Imaginales, samedi. J’ai enfin pu revoir Elisabeth Vonarburg. J’ai déjà Tyranaël et La Reine de mémoire en fiction et j’avais repéré sur internet ce petit guide explorateur de l’écriture qui m’a l’air assez technique et donc me tentait depuis longtemps. La ligue des héros est une trouvaille par hasard en allant saluer Xavier Mauméjean pour lui reparler de sa biographie d’Hercule Poirot et sa jolie réédition poche ❤ Le côté steampunk et références me parlait bien. Le label Naos d’ActuSf me posait question (avant que je ne réalise que c’était jeunesse) et en apprenant que c’était un roman de vampire dans un lycée américain, je n’ai pas hésité.

Troisième et dernier jour, dimanche. Alors ça a l’air gigantesque, mais il y en a une bonne partie en occasion : Le Seigneur des neuf soleils de Christian Grenier (parce que Christian Grenier dammit ❤ ) et Awakened viennent de la loterie du fanzine Présences d’esprits (j’adore ce principe XD).  Nuits d’enfer au paradis, un autre recueil de nouvelles romance/imaginaire de Black Moon vient rejoindre le précédent pour mes lectures à l’internat. Et DAMMIT j’ai ENFIN trouvé la SF allemande au livre d’or de la SF, il m’avait été chouré juste sous le nez à Emmaüs il y a bien sept ans. Mon précieux ❤ Deux Lisa Tuttle en excellent état, j’avais gardé un excellent souvenir de son Nid et Dystopia Workshop en propose de très belles éditions. Et puis un petit recueil de détectives pour en découvrir différentes facettes, je continue à envisager d’écrire sur ce thème.

Nouvel arrêt à la librairie Farfafouilles (Stéréotypes de jeudi en venait) pour ce livre sur la série animée Batman ❤ et C’était mieux demain, un recueil de publicités rétrofuturistes charmantes.

En allant bavarder avec Elisabeth Vonarburg, j’ai découvert ce petit recueil sur la SF québécoise, je crois repérée il y a quelques temps sur Internet. Et puis j’ai flashé sur la nouvelle couverture du Livre de toutes les Réponses sauf une de Manon Fargetton – je donnerai l’autre au CDI.

J’ai terminé par un arrêt au stand d’ActuSF / Mnémos et les Moutons électriques. Il est près de la sortie, ce qui est parfait pour un dernier regard avant de partir. Le petit recueil sur les raisons d’aimer l’imaginaire est adorable – je l’aurais volontiers pris pour le boulot mais j’ai peur qu’il reste complexe pour mes loulous. Ayant juste terminé la trilogie Morgenstern de Jubert, avec qui j’ai agréablement papoté, je me suis décidée sans trop hésiter pour Blanche, dont le sujet me tentait bien mais je n’aimais pas du tout les anciennes couvertures. Celle-ci est magnifique ❤ même si j’espère pouvoir lire un tel pavé, ces temps-ci. Et par hasard, parce que diantre Mérédith des Moutons est fine mouche (mais comment il a su que j’adorais les vampires?), je me suis retrouvée avec Espérer le soleil et j’ai pioché par hasard ces Sombres cités souterraines, avec au programme Russie uchronie post-apo pour le premier et mythes égyptiens, frontières floues entre réalité et fiction pour le second.

J’essaie de penser à vous faire une photo de famille. J’ai une pile avec les livres de jeudi et samedi, et ceux de dimanches sont étalés sur le canapé depuis la photo du billet compte-rendu du jour. Et honnêtement, je crois que c’est ma deuxième Moisson la plus modeste depuis que j’ai découvert les Imaginales (la première étant 2012, ma première édition).

Et vous ? Vous avez acheté des livres, vous en avez reçu en mai ? aux Imaginales par exemple ? A tout bientôt avec le bilan lecture !

Lecture sur un rocher

House of Night, tome 3 : Chosen

P.C. Cast, Kristin Cast (autrice). 2008, 307 p. St. Martin’s Griffin. Fantastique – Jeunesse. Livre lu en anglais.

La vie sentimentale de Zoey est un véritable casse-tête : elle n’a plus un mais trois petits-amis. Et ses ennuis ne s’arrêtent pas là. Pendant que des assassins humains sèment la mort dans la Maison de la Nuit, sa meilleure amie rate sa transformation en vampire. Elle ressuscite sous la forme d’une morte vivante et erre désormais dans les rues à la recherche de sang frais. Zoey doit impérativement trouver un moyen de la sauver. Mais elle ne sait comment s’y prendre. Et demander conseil à ses amis les plus proches risquerait de les mettre en danger. Son seul appui ? Aphrodite, son ennemie jurée.

Cette série est vraiment un petit plaisir de lecture. Sans prise de tête, très rythmée, avec des personnages bien construits qui suivent une évolution qui me plaît, tout en proposant des révélations bien dosées par volume.

J’avais peur qu’on vire à la bit-lit avec les relations amoureuses de Zoey mais j’ai été ravie de voir que ce n’était pas du tout le cas, avec une pointe de regret pour elle. Je ne m’attendais pas à ce retournement de situation, une fois encore (ni à l’ampleur des dégâts avec le professeur de poésie), autre point positif de cette série.

En revanche, un détail un tout petit peu décevant, c’est l’héroïne qui garde un secret, ne s’en ouvre pas à ses amis qui le prennent très très mal et l’isolent. C’est non seulement assez prévisible mais borderline cliché. Ça se résout une fois encore assez vite mais c’est un ressort plutôt lassant.

J’adore les éléments qui ont trait à Stevie Rae, sa nouvelle forme, ce qu’on commence à découvrir sur ce changement. Et Aphrodite prend le chemin que j’avais prévu, ce qui me convient (j’attends le moment où elles auront assez de pouvoir avec Zoey pour s’opposer à Neferet) surtout après que l’ancienne ennemie la défende devant son ex.

Un zeste d’enquête policière avec des vampires adultes (donc puissants à souhait) assassinés n’est pas pour me déplaire (surtout que l’association de bigots dont fait partie le beau-père de l’héroïne est soupçonnée), même s’il y a un peu beaucoup de points connexes donc on ne peut pas trop se concentrer sur cet élément.

Une lecture donc rapide et très plaisante.

Nombre de tomes parus : 12 (série finie).

Marked / Betrayed

Lecture sur un rocher

La Maison de la nuit (comics)

House of Night : Legacy. P.C. Cast, Kristin Cast (autrices) Kent Dalian (scénariste). Joëlle Jones (dessinatrice). 2011 (VO), 2012 (VF), 127 p. Delcourt (Contrebande). Comics – Fantastique – Jeunesse.

Lorsque la jeune Zoey Redbird est marquée en tant que vampire, son monde change soudainement du tout au tout. Elle doit s’adapter à son nouvel environnement, celui d’une école dont les cours commencent seulement à vingt heures, où la hiérarchie sociale est bouleversée et où il lui faut apprendre à maîtriser sa soif de sang. Surtout, elle va devoir accepter ses nouveaux pouvoirs, qui la lient magiquement aux cinq éléments.

Je ne comprends pas pourquoi Delcourt présente ce livre comme un premier tome. Il se compose des cinq volumes du comics et il n’y en a pas d’autres sortis.

En tout cas, il rejoint le deuxième roman (merci la précision en début de livre) mais s’intéresse surtout à des passages autres que ceux de l’intrigue. Le scénariste nous propose de découvrir des petites histoires sur des vampires célèbres dans des lieux et époques variés. J’ai énormément apprécié cette petite touche.

Les graphismes et couleurs varient parfois dans ces histoires, ce qui ajoute bien du charme à l’histoire. Les marques des personnages sont superbes (rien qu’à voir la couverture que je trouve magnifique). Je vous avoue que je regrette franchement qu’il n’y ait qu’un tome. Il est vraiment riche, tant dans son texte que son illustration.

L’histoire de la déesse viking, prêtresse nordique, se teinte de bleu et blanc dans de superbes paysages. La reine celte Boadicée et ses filles sont au centre de l’histoire suivante, plus dure. Circé et Ulysse ont un style graphique très différent, très jeunesse, dans des tons bleus et bleu vert, puis rouge et jaune. Cléopâtre, reine vampire, et son histoire avec Marc Antoine suivent. Hippolyte et Héraclès proposent un style très marqué, très adulte, dans des couleurs sombres.

Et entre chacun de ces récits, on retrouve Zoey et ses amis qui tentent de comprendre leur affinité avec les éléments et Nyx qui guide l’héroïne. La structure se tient comme les transitions mais à condition de découvrir ce livre en complément du roman et pas de manière indépendante, je dirais.

Une très belle surprise.

Lecture sur un rocher

House of Night, tome 2 : Betrayed

P.C. Cast, Kristin Cast (autrices). 2007, 309 p. St. Martin’s Griffin. Fantastique – Jeunesse. Livre lu en anglais.

Alors que la mort poursuit ses anciens amis humains, Zoey réalise que ses immenses pouvoirs pourraient menacer ceux qu’elle aime. Cela fait un mois que Zoey vit au pensionnat pour vampires de la Maison de la Nuit. Alors qu’elle commence tout juste à s’habituer à ses pouvoirs et à se sentir à sa place, l’horreur la frappe de plein fouet. D’anciens amis humains sont assassinés et tout semble accuser la Maison de la Nuit. Tandis que l’enquête avance et que les morts mystérieuses s’enchaînent, Zoey fait d’étonnantes découvertes et ne sait plus qui croire. La directrice Neferet, qui la soutient tout en lui cachant des choses inquiétantes ? Loren, le jeune mais très curieux professeur de poésie ? Aphrodite qui lui révèle sa dernière vision, alors qu’elles sont censées se détester ? Une chose est sûre, Zoey doit se méfier.

J’avais vraiment beaucoup aimé le premier tome de cette série avec une mythologie intéressante et originale et des personnages biens construits. Je suis très satisfaite de sa suite qui se rend où je ne l’attendais pas.

Une fois encore, le récit est bien rythmé et on assiste à plusieurs développements qui auraient pu prendre deux ou trois tomes dans une autre série (le début de switch d’Aphrodite de meilleure ennemie à alliée, les zones d’ombres de Neferet). Les auteurs n’hésitent pas à tuer un personnage principal que j’adorais en plus (mais qui revient, ha! j’aime beaucoup cette idée de pouvoir la ramener sous une forme ou une autre).

Il faut cependant nuancer ce positif par un petit bémol : que Zoey sorte avec son camarade de classe, je m’en fiche un peu, c’est très peu exploité pour l’instant (si ce n’est dans sa rivalité du premier tome avec Aphrodite) mais qu’elle commence à broder un triangle amoureux avec le nouveau professeur de poésie, ça m’embête, sans parler de l’ex pour qui elle a toujours des sentiments. J’ai un peu peur qu’on tombe dans un travers typique de la bit-lit : l’héroïne qui fait craquer tous les personnages de sexe masculin voire s’intéresse à eux aussi, en passant, hein (je vous montrerais bien Anita Blake du doigt, mais j’en suis restée au premier tome, pour l’instant, donc je vais m’abstenir).

Le récit ne commence pas très bien avec la venue de la mère et du beau-père de l’héroïne. Ils ne m’avaient pas manqué. Je déteste ce genre de personnages bigots, passif pour madame, agressif pour monsieur. La grand-mère rachète certainement tout ce comportement horrible mais il laisse un arrière-goût amer pour ce début. Surtout que Zoey n’est pas la seule à avoir d’horribles parents, ce qui ne m’a pas trop étonnée mais donne un arrière-plan, si pas surprenant, qui fonctionne pour un personnage. Le petit souci, c’est que le mettre en avant à ce moment révèle clairement le rôle qu’elle va jouer prochainement et auquel je ne m’attendais pas. Mais bon, on ne peut pas tout avoir.

J’ai beaucoup aimé, forcément, les recherches que la jeune fille effectue sur sa nouvelle condition et les évènements qui lui arrive (comme la marque, le lien qu’elle institue entre son ex et elle). L’utilisation de la magie reste toujours aussi plaisante (excepté l’arrivée chez son quatuor d’amis qui fait un peu « comme de par hasard », mais je suis mauvaise langue).

Je reste convaincue en espérant que les relations amoureuses ne prennent pas plus d’envergure et ne transforment pas Zoey en héroïne bit-lit qui s’intéresse à tous les mecs du coin et qui le lui rendent tous.

Nombre de tomes parus : 12 (série finie).

Marked Chosen

Lecture sur un rocher

Feuilles de novembre

En novembre, je termine mon demi-challenge ABC Histoire sur une petite déception mais je fais une très belle découverte en SF et en manga.

Futurs antérieurs de Christian Grenier m’a un peu déçue. Peut-être parce que ces nouvelles ne sont pas toutes récentes ou destinées à la jeunesse, je n’ai pas été surprises et je ne les ai pas suffisamment appréciées sans élément de surprise.

La fille automate de Paolo Bacigalupi, cet univers après une catastrophe inconnue où les fruits et légumes courants ont disparu de la circulation et où on évoque une économie basée sur les calories (que j’ai peu saisie, malheureusement car passionnant) est une petite merveille.

Steampunk Prime de Mike Ashley poursuit mon demi challenge ABC SF, je suis en train de le lire. Je n’ai pas vraiment la motivation d’y retourner puisque les nouvelles sont longues ou trop courtes et manquent de chute, tout en reprenant des motifs assez connus donc je ne suis pas encore surprise. On verra bien.

La Maison de la Nuit de P.C. Cast est une interprétation intéressante du deuxième tome, on suit à la fois les élèves dans l’école mais aussi des vampires bien connus de leur monde dans différentes époques. Le dessin est plutôt beau et l’histoire rend bien ici. Dommage qu’il n’y ait qu’un tome.

Angel Sanctuaire Deluxe, tome 3 de Kaori Yuki nous emmène aux Enfers. Je suis toujours dedans, c’est toujours aussi magnifique mais difficile dans la langue (l’allemand).

La Présidente met en scène un futur où Marine Le Pen s’est imposée aux élection présidentielles. Saisissant.

Arte, tomes 1 et 2 de Kei Ohkubo démarre une superbe série sur la Renaissance avec une jeune fille de bonne famille qui désire plus que tout son indépendance et devenir artiste peintre. Magnifique.

La véritable histoire de Yéga, l’enfant de la Préhistoire qui aimait les chevaux de Pascale Bouché est décevant, dans l’histoire et aussi l’objet entre le documentaire et la fiction (qui a eu cette idée pourrie de coller les pages documentaires DANS l’histoire et pas en fin de livre ? ça vous sort totalement de l’histoire).

Marie Stuart de Stefan Zweig est une biographie un peu plate de cette héroïne que je connais peu avec des éléments qui m’ont franchement déplu.

Un mari récalcitrant de Cassandra O’Donnell est une suite tout aussi page-turner et fun au premier tome des Soeurs Charbrey avec un élément que d’ordinaire je n’aime pas mais qui fonctionne parfaitement ici.

Rebecca Kean, tome 5 : L’armée des âmes de Cassandra O’Donnell. C’est toujours aussi chouette, hilarant. J’adore.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en novembre ?

Bibliothèques Lynnaennes

Moisson ! [Août]

Pour ma défense, ma formation de super héroïne m’a emmenée à Lyon, où il y a plein de chouettes librairies et une coupine blogueuse, Melisende, avec qui j’ai papoté et acheté quelques bouquins, et j’ai découvert divers endroits de perdition à l’endroit où je vis. (Genre moins de dix minutes à pied. Je suis maudite, que voulez-vous.)

Je vous assure que je suis allée dans un dépôt-vente pour un motif tout à fait innocent. Une chaise de bureau. Y a pas plus innocent. Mon père m’a juste laissée dix minutes aux livres. En même temps, pour être honnête avec vous, il savait pertinemment ce qui allait ce passer .

J’ai déjà lu Le chat assassin et je n’ai pas accroché, je vous en parle demain dans le bilan, je ne vais donc pas le conserver. J’avais des envies de jeunesse ces temps-ci, surtout après avoir adoré le premier tome des mondes de Chrestomanci (3e ici, mais ils peuvent se lire indépendamment) et des Orphelins Baudelaire.

J’adore la collection du Livre d’or de la science-fiction. Celui sur Ursula K. Le Guin m’a permis de découvrir ses écrits dans ce genre et j’ai adoré. Quelques découvertes manga en occasion et un Christian Grenier parce que Virus L.I.V.3.

Etant fan de la série La Maison de la Nuit, je suis plutôt curieuse de voir cette adaptation comic. Deux livres plus boulot, sur l’info com et la lecture, avec des débuts ou poursuites de série.

J’avais adoré le premier tome de Nicolas Le Floch et j’ai attendu pendant des années de dénicher le 3e de Chasseuse de vampires en occasion, j’ai laissé tombé et l’ai pris en neuf, j’ai trop envie de poursuivre cette série.

Je découvre trois nouvelles séries : Girl Genius, aperçue dans la Bible Steampunk (2e tome malheureusement), Arte, nouvelle série manga de l’éditeur du Maître des Livres (Komikku) sur une jeune peintre au temps de la Renaissance et Les Carnets de Cerise dont j’ai énormément entendu parler.

Je viens juste de lire et beaucoup apprécier le 2e tome des aventures de Jana Matinova, je suis ravie de tomber sur le 3e.

Et je suis ENFIN tombée sur les tomes 2 et 3 de Psi Changeling en occasion, en sachant que chaque volume met en scène un couple différent, à voir si la formule fonctionne (je ne crois pas avoir lu de série suivant ce schéma, assez typique de longue série de fantasy urbaine).

Un peu d’anglais, avec plaisir : The Darkest Part of the Forest, de Holly Black, scénariste des Spiderwick, pour un univers un peu dark fantasy (mais juste un peu parce que je crois qu’on reste en jeunesse) et Terry Deary, toujours en histoire mais pas Horrible.

Et puis un ouvrage sur Lyon, encore du beau documentaire fantastique, et du boulot (avec un lexique pour tester ma nouvelle adresse, qui marche bien et peut donc recevoir d’autres livres).

Et vous, qu’avez-vous déniché de beau en août ? J’espère que la reprise n’a pas été trop dure. Je vous retrouve demain pour les lectures mensuelles.

Lecture sur un rocher

Feuilles de juin

En juin, j’en finis définitivement avec l’école et je peux reprendre un rythme de lecture qui me convient mieux.

Origin in Death de JD Robb / Nora Roberts est sa série SF-policier que j’aime beaucoup. Origin est mon volume préféré, qui traite d’eugénisme et de clonage ❤ J’ai aussi lu Memory in Death (l’ancienne mère adoptive d’Eve essaie de lui soutirer une somme d’argent pour son silence sur la condition physique dans laquelle elle avait été retrouvée et est assassinée) Haunted in Death  (une novella un peu ennuyeuse sur une jeune femme tuée dans les années 1980, idole musicale, mais dont le meurtre n’a jamais pu être prouvé, le descendant du tueur est assassiné à l’endroit présumé, une bâtisse maudite) et Born in Death, qui poursuit l’intrigue sur le thème de la famille, avec Mavis, la meilleure amie, sur le point d’accoucher, et une amie enceinte enlevée.

Le guide de survie en territoire ado de Laura Vitali est un guide de lecture plutôt sympathique, à part un détail : on aborde la young adult, ce qui fait que certains conseils me semble peu adaptés aux jeunes ados (comme Femmes de l’Autremonde).

La Voie des Oracles, tome 1 d’Estelle Faye, un petit bijou de fantasy historique, sur l’époque chrétienne qui a pris la place de l’époque païenne, les dieux et les dons n’y ont plus leur place. Qu’est-ce que j’ai aimé !

Chosen de P.C. et Kristin Cast, le troisième tome de la Maison de la Nuit, poursuit cette formule nerveuse et pleine de surprises qui me plaît tant. Un personnage Change et devient un Vampire adulte, et un autre Change en quelque chose de différent. Je suis toujours aussi intriguée, avec un bémol sur la ronde des petits amis de Zoe (mais c’est bien elle n’en a plus maintenant).

Ténébreuse Faérie de Julie Kagawa, le 2e tome de L’appel des oubliés, Les Nouveaux Royaumes Invisibles, reprend là où on a laissé Ethan, le frère de Meghan, et Ash, son fils. Le prince de Fer, amoureux d’une fée de l’Été, tente tout pour empêcher celle-ci de s’étioler, et Ethan lui accorde une fois encore son aide. Encore un volume passé trop vite.

Le collège de magie de Caroline Stevermer présente une jeune fille cloîtrée dans une école pour qu’elle ne puisse récupérer son duché, donc luttes pour le pouvoir. Et personne ne fait de la magie. Je suis joie (pas encore terminé, que c’est long et inintéressant).

Meru Puri, Märchen Prince, tomes 1 à 4 de Matsuri Hino est une petite série passionnante que je trouve hilarante et à l’univers fouillé et plaisant qui aurait mérité une série au long cours comme Vampire Knight, autre série à succès de l’auteur.

Akira d’Otomo Katsuhiro est considéré comme un classique de la science-fiction mais je n’ai pas spécialement aimé. Dans une Tokyo décimée, un groupe de jeunes paumés fait une étrange rencontre : un enfant à visage de vieillard doué de pouvoirs surnaturels. Il y a énormément d’action mais peu de révélations à mon goût. J’ai préféré les derniers volumes de la série (6 tomes dans cette édition).

Neon Genesis Evangelion, tomes 1 à 14 de Sadamoto Yoshiyuki. J’avais lu le tome 5 à 15 ans et je l’avais trouvé déprimant ^^, entre temps, j’ai dévoré l’anime, chef-d’oeuvre de SF et cette adaptation manga avec la fin qu’ils voulaient lui donner, mais faute de budget, il a fallu attendre les films paru ces dernières années. Suite à ce qu’on appelle le Second Impact, le climat a été perturbé, les eaux ont monté, l’économie a chuté, et une bonne partie de la population a été décimée. Quinze ans après, une étrange créature surnommée Ange fait son apparition à proximité de Tokyo-3, et ce sont les Evas, machines biologiques qui fusionnent avec leur pilote, qui sont seules aptes à en venir à bout. Une série forte, dérangeante, pleine de réflexion.

Mes petits plats faciles par Hana, tome 2.5 de Masayuki Kusumi est un petit volume bonus sur une jeune femme solitaire et fainéante qui se lance dans des petits plats tout simples. A l’arrière une petite histoire de science-fiction où chacun possède maintenant un robot. L’héroïne est mangaka et utilise le sien comme assistant, dans un univers où la technologie diffère : les ordinateurs sont très lents. C’est étonnant et très drôle.

Ayla, l’enfant de la terre de Jean Auel est une merveilleuse surprise. Une petite fille Cro-Magnon est adoptée par un clan Néanderthal qui ne l’accepte pas bien. Les situations sont superbement décrites avec un côté extrêmement plausible et un art de l’écriture qui m’a laissée pantoise. J’aime.

Les belles années de Mademoiselle Brodie de Muriel Spark est surprenant également mais pas dans le même sens. On suit une enseignante dans les années 30, de façon un peu excentrique, en créant sa clique de « filles Brodie ». Le thème avait beaucoup de potentiel à mes yeux mais tout s’est cassé la figure dans les premières pages et j’ai détesté.

Vous avez lu, vous comptez lire certains de ces livres ? De belles lectures pour vous en juin ?