Au bord des mots, lectures sur un rocher

Stray Dog, tome 1

VanRah (autrice). 2013, 305 p. Glénat. Manga – Seinen. 9,15 €.

Ishtar. Un monde oscillant entre lumière et ténèbres où se côtoient présent et passé, patrimoine et renouveau, pierres antiques et technologies nouvelles. Un monde partagé entre une surface idéalisée et une réalité plongée dans le chaos. C’est au sein de cet univers que vont se croiser deux personnes au destin incertain et que tout oppose : Aki, une jeune fille ayant perdu le goût de sourire, et Toru, un Karat, un lycan aux yeux rouges, possédé par une malédiction funeste. Ce qui les lie ? Un contrat d’obéissance qui permet de contrôler les Karat et fait de la jeune Aki la maitresse de Toru.

J’étais tombée sur ce manga dans la boutique d’occasion de ma ville, l’an dernier (je la regrette un peu, vu toutes les jolies trouvailles que j’y ai faites !), il m’avait été très très chaudement recommandé. J’avoue que je n’avais pas trop fait attention à la couverture et que je m’étais dit que j’avais testé.

Et au final, je suis über enthousiaste. Je le suis rarement autant à première lecture, mais VanRah m’a soufflée. J’adore son dessin, le travail sur les yeux, les personnages. Savourez-moi cette couverture (un artbook colorisé à l’occasion? ❤ j’adorerais !).

L’univers n’est absolument pas en reste. Je m’attendais à des changeformes, mais ça c’était avant. La mangaka utilise des loups-garous, avec le terme de lycan que je lui préfère de beaucoup, qu’elle rapproche de démons, de malédiction, et c’est tellement bien fait !

On démarre dans une arène où de riches enfoirés font s’affronter des démons, et un responsable du BIRD (Bureau d’Investigations de Recherche et de Défense sur l’occulte et le paranormal) est enlevé pour s’occuper d’un d’entre eux. C’est violent, un peu gore (donc pas forcément à mettre entre les mains des plus jeunes !) et on découvre le héros, ce Karat, qui va intéresser et émouvoir le scientifique … (le Vatican est aussi de la partie, en mode on éradique tout ce qui bouge, ce qui n’est pas trop étonnant).

Ce scientifique décide de le sauver tout en lui demandant son aide. Je me suis très vite attachée à lui, et c’est d’autant plus difficile de le voir partir si tôt … on suit ensuite Tsubaki, sa fille restée seule, que Toru, le démon, va protéger.

Leur rencontre est très drôle, on voit par leurs yeux l’autre personnage, entre Tsubaki ses cheveux roses et son livre Twaïlight, Toru ses yeux rouges et ses drôles de bandages, ils ont des commentaires assez cassants et drôles.

L’humour est aussi un excellent point du récit. Je n’ai pas arrêté de rire, que ce soit avec le père de Tsubaki et ses collègues, ou avec Toru, même lorsqu’il est en danger, il a un côté cynique très appréciable.

Et en plus, VanRah écrit d’autres mangas dans le même univers ❤ malheureusement ils sont encore autoédités pour l’instant … Glénat, vous ne voudriez pas les reprendre aussi ? 😀

Je sens que j’oublie des tonnes de choses, mais Stray Dog est un superbe début de série, à ne pas mettre entre les mains des plus jeunes toutefois (Toru bouffe quand même son maître à la fin de sa vie …), et j’ai déjà acheté la suite !

Nombre de tomes parus : 3 (série en cours).

Au bord des mots, lectures sur un rocher

L’histoire des 3 Adolf

Adolf ni tsugu. Osamu Tezuka (auteur). Jacques Lalloz (traducteur). 1985 (VO), 2008 (VF), 224 p. Tonkam (Découverte). Manga – Seinen. 19,99€.

Berlin, 1936. Le journaliste Soheï Togué couvre les J.O. quand il apprend que son jeune frère a été enlevé et tué par la police spéciale. Ce dernier aurait mis la main sur un document prouvant qu’Adolf Hitler avait un secret. À la recherche des meurtriers de son frère, Soheï croisera le chemin de deux enfants allemands se prénommant également Adolf. Meilleurs amis du monde, le destin et la guerre en feront des ennemis mortels !

J’ai découvert Osamu Tezuka il y a quelques années avec Princesse Saphir, une série très choupi. L’histoire des 3 Adolf ne m’a jamais spécialement tentée – il faut savoir que j’ai tendance à éviter les récits sur la deuxième guerre mondiale depuis des années, j’en ai trop lu ado – mais comme il était au boulot, c’était l’occasion. (Je ne suis pas obligée de lire tous les livres que j’y trouve, mais si je veux pouvoir en parler ou les conseiller, c’est mieux que je sache comment ça se présente !).

Je ne saurais vous dire pourquoi, mais c’est une lecture qui m’a totalement déplue et m’a dérangée. Peut-être le dessin qui garde ce côté rond et enfantin, ce sujet si dur et violent (meurtre, racisme, torture, etc.), l’association des deux ? J’étais mal à l’aise tout au long du livre.

L’histoire est loin d’être mauvaise et se tient. On démarre en Allemagne pendant les Jeux Olympiques de 1936, où un homme est contacté par son frère qui a des informations sur le Führer qui pourraient secouer le monde (il serait juif). Sohei, le journaliste, manquera la visite d’Isao, son frère, qui sera assassiné, son corps enlevé et enterré à la sauvette. Personne ne semble se souvenir de lui, sauf une jeune femme à qui Sohei décide de faire confiance.

On est ensuite transportés au Japon, où une geisha a été étranglée. Qui dit geisha dit clients, et ici très riches et influents, donc une enquête complexe. L’un d’entre eux, allemand, marié à une Japonaise, a un petit garçon nommé Adolf, très ami avec un petit Juif de même prénom. Tous deux découvrent le secret qu’Isao a mis au jour au péril de sa vie et ils sont menacés à leur tour.

Si je n’avais pas été aussi dérangée, j’aurais tendance à dire qu’on a envie de lire la suite, rien que pour savoir si Adolf, envoyé en école allemande, deviendra le parfait petit nazi que son père espérait qu’il soit, détesterait son ami en revenant au Japon. Et quel secret ce chemin va parcourir.

Dans l’état des choses, je ne suis pas convaincue de poursuivre.

Nombre de tomes parus : 4 (série finie).

Au bord des mots, lectures sur un rocher

Erased, tome 2

Kei Sanbe (auteur). David Le Quéré (traducteur). 2013 (VO), 2014 (VF), 208 p. Ki-Oon (Seinen). Manga – Seinen. 6,85€.

2006. Aspirant mangaka dont la carrière peine à décoller, Satoru Fujinuma travaille comme livreur de pizzas pour joindre les deux bouts. Effacé et peu enclin à s’ouvrir aux autres, il observe le monde qui l’entoure sans vraiment y prendre part. Pourtant, Satoru possède un don exceptionnel : à chaque fois qu’un incident ou une tragédie se déroule près de lui, il est projeté quelques minutes dans le passé pour empêcher l’inévitable avant qu’il se produise…

Cette anomalie de l’espace-temps lui vaut un séjour à l’hôpital le jour où, pour rattraper le conducteur d’un camion fou, il est percuté par un autre véhicule de plein fouet. Après l’accident, petit à petit, les souvenirs effacés de l’enfance traumatisante de Satoru resurgissent…

Ce second volume se caractérise par le retour en enfance de Satoru, et les évènements qu’il revit. Je l’ai trouvé particulièrement touchant. Peut-on changer le passé ? Y arriver ? Ce sont des thématiques que j’aime particulièrement (hello Being Erica <3).

C’est le personnage de Kayo, la première fillette assassinée, que l’on suit, avec Satoru, qui se découvre plein d’affection pour elle et souhaite la protéger. Une pauvre choupette battue par sa mère, mystérieuse, triste, qu’on ne peut s’empêcher de trouver attachante. Même si je m’attendais aux dernières cases, vides. L’évolution de leur relation, la prévenance de Satoru, sont adorables.

Je commence à avoir des suspicions et un suspect potentiel : cet instituteur trop sympathique pour être honnête, et j’attends beaucoup de la mère dans la suite. J’ai hâte de voir l’enquête démarrer, même si cela signifie que l’on ait perdu la petite Kayo (mais avec de la chance elle a « juste » été enlevée !).

Le dessin, cependant, ne passe toujours pas. Tant pis, je poursuis, je suis trop intriguée !

Nombre de tomes parus : 8 (série finie).

Tome 1

Au bord des mots, lectures sur un rocher

Aya, conseillère culinaire, tome 2

aya 2Aya no Shiki 2. Saburô Ishikawa (auteur). Julien Pouly (traducteur). 2004 (VO), 2007 (VF), 208p. Doki-Doki. Manga – Seinen.

Ippei tentera d’aider une restauratrice à trouver une formule pour ne plus servir d’alcool dans son restaurant sans pour autant perdre des clients.

Hélas ce local intéresse aussi Aya pour un de des clients et elle mettra tout en oeuvre pour faire capoter la mission du pauvre Ippei !

On en apprend un peu plus sur Aya dans ce tome, sur ses débuts en tant que conseillère culinaire.

Le chapitre consacré au restaurant sans alcool est très touchant, même s’il démarre en mettant Aya dans une lumière plutôt négative, et Ippei essayant désespérément de mener sa tâche à bien. J’ai beaucoup apprécié l’issue inattendue du problème.

Dans le suivant, l’épouse d’un restaurateur italien appelle Aya à l’aide : le propriétaire d’un grand groupe essaie de leur faire fermer boutique pour pouvoir récupérer le terrain. Ce n’est pas la première fois, et à l’époque Aya avait pu le faire reculer, mais la situation semble plus compliquée, d’autant que la conseillère culinaire se refuse à les aider à nouveau. Ce groupe décide d’ailleurs de s’attaquer à la société dans laquelle travaillent Aya et Ippei …

C’est cette histoire qui occupe le reste du récit, avec les débuts d’Aya en flash-backs et la transformation du restaurant italien en pizzeria, avec une formule plutôt intéressante (100 par jour). On découvre aussi que si elle ne cuisinait pas, c’était suite à une promesse … elle reprend les fourneaux en fin de chapitre pour nous offrir un très beau défi à l’italienne.

Aya est particulièrement intelligente et pense à tout, comme on avait déjà pu le voir par le passé (et j’apprécie qu’elle ait quelques défauts aussi, comme lorsqu’elle a une mission à remplir, peu importe ce qui se passe autour d’elle).

Une fois encore, la conclusion est inattendue, ce qui augmente encore l’intérêt. La chute promet un volume trois tout aussi sympathique. Et le récit se ferme avec diverses recettes : maquereau au miso, huîtres à l’italienne, porc bouilli à la sauce parfumée. Une très bonne lecture.

Nombre de tomes parus : 5 tomes (série finie).

Tome 1

Au bord des mots, lectures sur un rocher

Kiss of Rose Princess, tome 1

Barajou no Kiss 1. Aya Shouoto (autrice). 2008 (VO), 2011 (VF), 192 p. Soleil (Gothic). Manga – Shojo – Fantastique. 7,99€.

Le père d’Anis Yamamoto a confié à sa fille, encore enfant, un collier en forme de rose supposé la tenir éloignée d’une malédiction. Mais une curieuse créature va le lui retirer et laisser derrière elle une simple carte rouge. Enjointe à déposer un baiser sur cette carte, elle fait apparaître Kaede, son camarade de classe et rival qui lui fait serment d’allégeance… contre son gré. Anis est désormais la princesse des roses, liée aux 4 chevaliers de la rose… et camarades de classe. Chacun doté d’un pouvoir unique, ils vont devoir obéir à la jeune fille… qu’ils le veuillent ou non !

Je suis plutôt fan de la magical girl en shojo (Sailor Moon, forcément), et c’est un peu ce qu’on retrouve ici avec le personnage d’Anis qui se découvre princesse de la rose et capable d’appeler à sa rescousse quatre garçons de son école (forcément, je sais ^^) avec des pouvoirs magiques, Kaede, le camarade de classe avec qui elle se dispute tout le temps ; Tenjoh, le beau jeune homme parfait adulé de tous ; Asagi, le petit bout’chou de santé fragile (hello petit lapin de Fruits Basket, avec une santé peut-être un peu moins précaire) ; et Mutsuki, le bad boy réputé pour avoir des dons maléfiques. Et bien sûr chacun a une cote de popularité infernale. Ce n’est pas drôle sinon.

Passons rapidement sur le fait qu’elle n’ait pas de pouvoirs par elle-même (enfin ça viendra peut-être) et est une princesse qui doive appeler des jeunes gens à l’aide. Je suis magnanime aujourd’hui. Je laisserai même passer le possible intérêt d’Anis pour chacun des quatre. Quelle gentillesse, je sais.

Le dessin est mignon, frais, shojo avec les grands yeux, longs cheveux … ce que j’aime, enfin toujours un petit peu (énormément de déceptions de ce côté ces dernières années, donc je suis vraiment contente qu’une petite série de ce genre me plaise !). Le concept de cartes me rappelle Sakura ^^

Le petit mystère lié au père de l’héroïne m’a plu, tout comme chacun des quatre héros – Anis est assez impulsive, espiègle, et elle me plaît, pour l’instant. Avec une mention spéciale pour le bad boy à la langue bien pendue qui traite le camarade de classe de cabot et prend tout le monde de haut. J’adore. (Non, il n’y a aucune ressemblance avec un sorcier blond hautain. Aucune. Je réfute).

Je me suis bien amusée à repérer des caractéristiques type shojo et magical girl, qu’il m’a fait plaisir de retrouver, surtout sans en être ennuyée. Si ça pouvait continuer ! Il y a peut-être juste un petit manque de personnages féminins à part Anis, mais il y a des chances que la suite y remédie.

 Au final, je dirais que c’est un petit début de série sympathique, malgré certains côtés assez jeunesse ou un peu prévisibles.

Nombre de tomes parus : 9 (série finie).

Au bord des mots, lectures sur un rocher

Monster, tome 1

Naoki Urasawa (auteur). Thibaud Desbief (traducteur). 1995 (VO), 2001 (VF), 220 p. Kana (Big). Manga – Seinen. 7,45€.

1986. Kenzo Tenma est un brillant neurochirurgien pratiquant son art à l’hôpital Eisler de Düsseldorf (Allemagne). Tenma est comblé, il vient de sauver la vie d’un chanteur d’opéra célèbre… Promis à la belle Eva Heineman, la fille du directeur de l’hôpital, son avenir est tout tracé. Tout lui sourit… Jusqu’à la nuit où arrivent deux enfants, Anna et Johann Liebert, dont les parents ont été découverts sauvagement assassinés. En choisissant de sauver le petit garçon plutôt que le maire de la ville, le docteur perdra tout… Amour, gloire et honneur laisseront place à solitude, rupture et alcool… Surtout qu’autour des deux enfants, les morts se multiplient. Tenma n’aurait-il pas sauvé un MONSTRE…

J’avais découvert ce premier tome il y a cinq ans et je n’avais pas trop accroché (si je me souviens bien, dessin par trop réaliste, histoire qui démarrait en mode médical, et juste pas une envie dévorante de tourner la page). Je crois que depuis j’ai découvert Pluto du même auteur, que j’apprécie beaucoup, et en retombant sur cette série au boulot, j’ai eu envie de la reprendre.

Et c’est beaucoup mieux passé cette fois. Je me suis intéressé au héros, Dr Tenma, qui préfère suivre ses convictions et sauver des enfants qu’une personnalité, et perd sa position avantageuse. Ce démarrage très manipulations et politiques et intéressant, mais je ne pense pas qu’on poursuive dans cette veine.

Il s’agirait plutôt de thriller, à la recherche de ce monstre que Tenma a finalement sauvé, et dont il est responsable des crimes, dans sa vision des choses. J’ai très envie d’en savoir plus à son sujet. Et de voir comment Tenma va se dépatouiller de l’inspecteur qui se demande s’il n’est pas responsable d’une série de crimes commis par ce « monstre » (et puis des bonbons empoisonnés, j’adore !).

Le dessin m’ennuie toujours un peu, il a ce côté très réaliste qui m’accroche ou pas, et il ne fonctionne pas ici. Mais l’intrigue et l’action compensent cet aspect. Je vous donne rendez-vous prochainement pour la suite !

Nombre de volumes parus : 18 (série finie).

Au bord des mots, lectures sur un rocher

Aya, conseillère culinaire, tome 1

aya 1Aya no Shiki 1. Saburô Ishikawa (auteur). Julien Pouly (traducteur). 2004 (VO), 2007 (VF), 208p. Doki-Doki. Manga – Seinen.

Aya Kisaragi est conseillère culinaire pour la société Food Project. Sa mission : redresser les restaurants qui battent de l’aile. Ses armes : un sens du goût exceptionnel et un caractère bien trempé. En compagnie de son assistant gaffeur Ippei Komaï, partez à la découverte du monde du goût nippon, de ses techniques secrètes et de ses réalités.

Gordon Ramsay, sors de ce manga 😛 Plus sérieusement, le concept du manga culinaire est plutôt sympathique en soi, et J’aime les sushis m’a énormément plu, de même que Yakitate Ja-Pan ! J’avais déjà repéré cette série, mais comme elle n’est plus commercialisée, je ne pensais pas pouvoir la découvrir. Et puis je suis tombée dessus par hasard à tout petit prix, donc, nous voilà.

Je suis vraiment très agréablement surprise. Le trait du mangaka est réaliste et clair, simple et sympathique. Aya a l’air un peu blasée mais dévouée à son métier. Ippei, son assistant, est l’émotif du duo. Il se prend toujours de pitié pour leurs clients, panique, fait beaucoup de bruit … Les deux personnages fonctionnent bien.

Le concept de conseil culinaire n’est pas sans rappeler des émissions connues, et il fonctionne parfaitement ici. On a droit en prime à des recettes. Je me suis rapidement laissée prendre aux enjeux, aux différents clients, restaurants, sous-intrigues. Et j’en redemande.

Nombre de tomes parus : 5 (série finie).

Tome 2