Au bord des mots, lectures sur un rocher

Un dimanche en séries

Pour la semaine du 24 au 30 août, 7 séries (vraiment pas une bonne semaine en séries …) :

Saison 8 (épisodes 18-23)

La série met en scène le quotidien et l’éveil amoureux de six adolescents vivant à Point Place, une petite ville imaginaire du Wisconsin, à la fin des années 70. Donna Pinciotti, la voisine et petite amie d’Eric Forman ; Michael Kelso, le beau gosse un peu crétin ; Steven Hyde, le branché révolté ; Jackie Burkhart, la minette et Fez, l’étranger d’origine indéfinie, squattent le sous-sol de la maison d’Éric Forman, sous l’oeœil bienveillant de la mère, Kitty, et celui agacé du père, Red Forman. (source : Wikipédia et seriebox)

Je me suis ennuyée pour cette deuxième partie de saison … Donna s’est débarrassée de son love interest qui n’était là que pour faire du remplissage et voilà Eric est de retour donc on se remet ensemble. Ça arrive comme un cheveu sur la soupe. Et l’intervention groupée sur Hyde parce qu’il ne fume plus, ce n’est pas drôle. J’avoue que le message, fumer, c’est fun, au bout d’un moment ça me tape sur le système.

Saison 2 (épisodes 5 à 8)

Äkta människor (« les véritables humains ») se situe dans un monde parallèle où les robots humanoïdes (Hubots) sont devenus des machines courantes dans la société. Ces Hubots sont très réalistes et sont configurés de telle sorte à remplir une large demande. S’adaptant à tous les besoins humains, de la simple tâche ménagère à des activités plus dangereuses voire illégales, la société semble en dépendre. Une partie de la population refuse alors l’intégration de ces robots tandis que les machines manifestent des signes d’indépendance et de personnalité propre.(source : Allociné et seriebox).

Le concept de Hub Battle Land est de plus en plus glauque, surtout avec l’arrivée de Rick (est-il dérangé ou libéré?). La pauvre Vera y est vendue ou louée maintenant, même si on ne l’aimait pas avant, c’est exagéré de la mettre là, je trouve. Un peu déçue pour la jolie famille de Florentine, mais le père de Douglas et patron de Inger est étonnamment sympathique (je me demande s’il est au courant pour elle, il est relativement pro-hubot). Et on renchérit dans le glauque et dur avec cette pauvre Mimi qui est opérée sans anesthésie parce qu’elle se retrouve contaminée elle aussi par le virus … On serre les dents, mais c’est sûr, avec cette série, on ne s’ennuie pas !

Saison 4 (8 épisodes)

L’histoire suit trois colocataires dans la trentaine qui tentent de vivre une vie normale bien qu’ils aient chacun quelque chose de particulier : il y a George qui est un loup-garou, Mitchell un vampire et Annie un fantôme. (source : wikipédia)

Méfiez-vous, je suis agacée, je spoile bien.

Par contre, avec celle-ci … j’ai envie de pleurer en me rappelant à quel point la première était bonne. Mitchell est mort en fin de saison 3. Ca devait déjà être difficile, mais attendez la meilleure : Nina est morte entre les deux saisons OFF SCREEN ! Et George meurt dans le premier épisode. Il ne reste qu’Annie, flanquée du loup-garou de la saison précédente (bon il est sympathique hein) et d’un nouveau vampire qui a vécu avec un garou et un fantôme comme Mitchell, à élever tous les trois le bébé de Nina et George, qui forcément est concernée par une prophétie des vampires … Cliché, cliché, cherchez le cliché … Malgré un univers dystopique pour le futur présenté au fil de la saison en parallèle du message « tuez le bébé », je n’ai pas du tout accroché (et franchement que la plupart de la saison soit consacrée à la gamine … ennuyeux). Et vous voulez connaître la meilleure ? C’est la dernière saison avec les membres du cast original. La 5e présentera les personnages nouvellement arrivés cette saison. Je sens que ça va être hyperfun …

Saison 1 (épisode 8)

Une jeune fille apprend incidemment que sa mère n’est pas sa génitrice, et qu’elle a en réalité été enlevée à l’âge de trois ans par cette femme qui l’a élevée. Ayant retrouvé la trace de sa famille biologique, elle va rencontrer sa sœur jumelle et son petit frère. (Source : Allociné et seriebox)

J’avoue que j’ai bien ri en voyant que tout le monde ou presque est au courant de la liaison de la mère (bon avec le petit ce n’est pas très drôle, mais je me suis bien amusée quand même!). Par contre, j’ai été choquée en voyant qu’elle avait décidé de quitter la maison suite à cette révélation, malgré Carter quoi o_o Je ne sais pas si c’est pire que le père qui invente un rendez-vous avec la mère « adoptive » de l’héroïne pour qu’elle soit triste d’être abandonnée … et bien sûr Carter l’apprend à la fin. Bonne chance pour qu’elle leur refasse confiance.

Saison 1 (épisode 9)

Quand deux mondes s’entrechoquent … Josh, un jeune entrepreneur féru de technologie, engage Gabi, une blogueuse culinaire, pour en faire son chef personnel. (Source : Allociné et seriebox)

Yolanda essaie de caser son fils (je la trouve jeune pour en avoir un de plus de vingt ans…) avec Sofia, la colocataire de Gabi, malgré le fait qu’il ait trouvé sa perle rare. Pour la dissuader d’interférer, Gabi se propose de faire semblant de sortir avec lui puisque sa vie part dans tout les sens et qu’elle n’est pas du tout une belle-fille modèle. Quelques moments drôles, mieux que le précédent déjà.

Saison 5 (12 épisodes)

Expert en analyse de traces de sang dans la police le jour, tueur en série la nuit, Dexter Morgan n’est pas exactement un citoyen américain comme les autres. Il porte, en effet, un lourd secret. Traumatisé dans sa plus tendre enfance puis recueilli par un officier de police de Miami, il se dit incapable de ressentir la moindre émotion. Incapable… si ce n’est lorsqu’il satisfait les pulsions meurtrières que son père adoptif lui a appris à canaliser : de fait, Dexter ne tue que les autres tueurs qui sont parvenus à échapper au système judiciaire, afin de protéger les innocents. Dexter se pose donc comme un véritable justicier de l’ombre, et bien que sa soif de tuer lui pèse, il parvient à mener une existence relativement normale et à sauver les apparences auprès de ses collègues, amis et petite amie.(source : seriebox)

L’ennui, le retour … je n’ai pas l’impression qu’on soit vraiment centré sur Dexter, dans cette saison, mais sur Lumen qui arrive et partage son activité. Il ne sait pas toujours ce qui se passe, est très souvent dépassé. Je ne sais pas, je n’ai vraiment pas accroché (et puis le thème, le mobile des meurtres sur ces femmes, j’accroche encore moins). Rita manque aussi beaucoup …

Saison 6 (21 épisodes)

Chef de la mafia et père de famille, Tony Soprano confie ses angoisses au Dr Jennifer Melfi, son psychiatre. (source : allociné et seriebox).

Enfiiiin ! Pourquoi faut-il que la saison qui m’ennuie le plus soit aussi la plus longue ?! Dès le premier épisode je me suis demandé ce qu’ils faisaient. Je me fiche pas mal, honnêtement, des associés de Tony. Je n’ai rien à faire que l’un soit gay et le cache, ou qu’un autre soit en fait le fils de sa tante bonne soeur. Je n’ai pas regardé cette série pour eux mais pour les Sopranos, qui pour la première moitié de la saison, à part l’accident de Tony, ne sont pas vraiment là. Et quand ils y sont ensuite … A.J. est toujours un gamin trop gâté qui m’horripilait à la fin. Sans parler de la violence gratuite à chaque étage, je sature franchement là.

***

Je vous avoue franchement que regarder à la suite plusieurs saisons vraiment ennuyeuses qui m’ont donné envie de tout faire sauf regarder une série m’a vraiment douchée. Ce rendez-vous ne fera peut-être pas son apparition dans les semaines à venir, ou éventuellement pour des films que je regarderais éventuellement, je ne sais pas trop …

Et vous ? Vous regardez, vous avez vu ces séries ? Vous avez regardé des séries cette semaine ?

Autres sériephiles : JoeyAziMiss BunnyJelydragonSamarianRiz-Deux-ZzZChicky PooCln,Maxoo et Mandy88.

Errements visuels

Un dimanche en séries

Pour les semaines du 17 au 23 août, 10 séries :

Saison 4 (épisodes 9 à 12)

Expert en analyse de traces de sang dans la police le jour, tueur en série la nuit, Dexter Morgan n’est pas exactement un citoyen américain comme les autres. Il porte, en effet, un lourd secret. Traumatisé dans sa plus tendre enfance puis recueilli par un officier de police de Miami, il se dit incapable de ressentir la moindre émotion. Incapable… si ce n’est lorsqu’il satisfait les pulsions meurtrières que son père adoptif lui a appris à canaliser : de fait, Dexter ne tue que les autres tueurs qui sont parvenus à échapper au système judiciaire, afin de protéger les innocents. Dexter se pose donc comme un véritable justicier de l’ombre, et bien que sa soif de tuer lui pèse, il parvient à mener une existence relativement normale et à sauver les apparences auprès de ses collègues, amis et petite amie.(source : seriebox)

Nooooooon 😦 J’avais été spoilée sur cette fin de saison, mais je croyais que c’était la suivante, et je l’avais oubliée ! Je suis déçue, j’adore ce personnage. Les twists de fin de saison sont vraiment intéressant (la fille du criminel, les révélations de Debra), j’ai hâte de voir comment Dexter et elle vont passer ce cap. Mais quand même triste et déçue.

Saison 7 (25 épisodes) et 8 (17 épisodes)

La série met en scène le quotidien et l’éveil amoureux de six adolescents vivant à Point Place, une petite ville imaginaire du Wisconsin, à la fin des années 70. Donna Pinciotti, la voisine et petite amie d’Eric Forman ; Michael Kelso, le beau gosse un peu crétin ; Steven Hyde, le branché révolté ; Jackie Burkhart, la minette et Fez, l’étranger d’origine indéfinie, squattent le sous-sol de la maison d’Éric Forman, sous l’oeœil bienveillant de la mère, Kitty, et celui agacé du père, Red Forman. (source : Wikipédia et seriebox)

Rien de franchement marquant dans la saison 7, à part le père biologique de Hyde qui est noir et hilarant, et Eliza Dushku qui fait une petite apparition en bimbo sans cervelle. Eric part en Afrique en fin de saison pour enseigner (sérieusement? aussi loin?) et il ne m’a vraiment pas manquée dans la saison 8, on remarque peut-être la baisse des blagues SF qui m’ont plutôt laissée de marbre aussi. Et amener un nouveau personnage juste pour en faire un love interest pour Donna, mouais. J’aime surtout l’humour du couple Kitty-Red, et l’évolution de Jackie et Fez (mais la série a-t-elle oublié que Jackie a déjà travaillé dans une émission de télé, et devant la caméra? J’ai horreur de ce type d’erreurs). Bientôt la fin.

Saison 1 (épisode 7)

Une jeune fille apprend incidemment que sa mère n’est pas sa génitrice, et qu’elle a en réalité été enlevée à l’âge de trois ans par cette femme qui l’a élevée. Ayant retrouvé la trace de sa famille biologique, elle va rencontrer sa sœur jumelle et son petit frère. (Source : Allociné et seriebox)

Sérieusement, la grand-mère encourage sa fille à tromper son mari ? Génial >< surtout qu’Alexis Denisof est tout sauf décrit en mauvais termes ! Je pensais que Carter allait s’enfuir avec sa mère biologique, je suis curieuse de voir sa réaction. C’est agréable, encore une fois, de la voir se trouver justement dans sa vraie famille. La série est renouvelée pour une deuxième saison, je suis curieuse de voir où elle va nous emmener.

Saison 1 (épisode 8)

Quand deux mondes s’entrechoquent … Josh, un jeune entrepreneur féru de technologie, engage Gabi, une blogueuse culinaire, pour en faire son chef personnel. (Source : Allociné et seriebox)

Un épisode un peu plus ennuyeux où il est question de la voiture pourrie de Gabi qui la lâche subitement et que Josh vend au garage. Mais c’est le dernier cadeau de la mère de la jeune femme, qui fait tout pour récupérer ce qui est pratiquement une épave. Je n’ai pas beaucoup ri, j’espère que les épisodes suivants seront meilleurs.

Saison 1 (épisode 1)

Martin Odum, agent de la CIA, a un don pour les « légendes », c’est-à-dire les fausses identités. Il est ainsi envoyé dans une grande variété de missions et finit par se demander si sa propre identité ne serait pas, elle aussi, une légende… (Source : Allociné et seriebox)

J’étais très enthousiaste devant le pitch (même si je pensais à un côté fantastique de la légende) et la présence de Sean Bean et Mac (Veronica Mars). Au final, je me suis ennuyée, j’ai à peine été prise dans l’épisode. Et je ne suis absolument pas convaincue par le protagoniste (Bean). Il passe sans raison à mes yeux de l’accent américain à britannique, et le reste ne m’a pas intéressée.

Saison 1 (épisode 1 à 3)

Manhattan suit les scientifiques brillants, mais imparfaits, impliqués dans la plus grande course contre la montre de l’histoire de la science, la construction, clandestine, de la première bombe atomique du monde à Los Alamos, Nouveau-Mexique. Les scientifiques et leurs familles tentent de coexister dans un monde où secrets et mensonges s’introduisent dans chaque aspect de leur vie. (Source : Allociné et seriebox)

Un pitch qui me tentait aussi beaucoup, mais s’en tire un peu mieux. J’aime le contexte de réalisation de la bombe, le secret, les acteurs, mais je ne suis pas toujours plongée dans la série, il manque quelque chose, je trouve.

Saison 3 (8 épisodes)

L’histoire suit trois colocataires dans la trentaine qui tentent de vivre une vie normale bien qu’ils aient chacun quelque chose de particulier : il y a George qui est un loup-garou, Mitchell un vampire et Annie un fantôme. (source : wikipédia)

Le début au Purgatoire pour ramener Annie est très bien, mais j’ai l’impression qu’il était un peu inutile pour ça en fait (sinon torturer Mitchell). Et pourquoi ramener Herrik, le méchant de la saison précédente ? Ça fait réchauffé. Mais la fin m’a plu, malgré la perte d’un personnage chouchou (même s’il s’est comporté comme un abruti avec ma préférée !).

Saison 2 (épisodes 3 et 4)

Äkta människor (« les véritables humains ») se situe dans un monde parallèle où les robots humanoïdes (Hubots) sont devenus des machines courantes dans la société. Ces Hubots sont très réalistes et sont configurés de telle sorte à remplir une large demande. S’adaptant à tous les besoins humains, de la simple tâche ménagère à des activités plus dangereuses voire illégales, la société semble en dépendre. Une partie de la population refuse alors l’intégration de ces robots tandis que les machines manifestent des signes d’indépendance et de personnalité propre.(source : Allociné et seriebox).

Le clone du grand-père est teeeeellement glauque ! Je n’étais pas déjà fan de son personnage avant son décès, mais il est insupportable. Le concept de clone est vraiment spécial, il ressemble vraiment davantage à un robot. Est-ce pour éviter de dire hubot ? L’extrémisme de Kevin commence à bien bouillir. C’est intéressant d’avoir tous ces différents points de vues sur le sujet. Et les scènes avec Flash sont adorables ^^

Saison 5 (13 épisodes)

Chef de la mafia et père de famille, Tony Soprano confie ses angoisses au Dr Jennifer Melfi, son psychiatre. (source : allociné et seriebox).

Je suis contente d’arriver à la fin, même si je suis déçue de la perte d’un de mes personnages préférés, surtout devant les circonstances. C’est un peu du gâchis aussi de faire venir Steve Buscemi juste pour cette saison, ça a eu le mérite de faire passer un peu moins de temps avec Christopher, que je ne supporte pas. Mais ces saletés du FBI non plus. Adriana disparaît sans laisser de traces, mais c’est parce qu’elle s’est enfuie hein, c’pas de leur faute. Et Carmela qui reforme une famille avec Tony … Il ne reste qu’une saison, j’en suis contente, même si elle est beaucoup plus longue, la violence gratuite et la misogynie pèsent vraiment trop.

Saison 10 (24 épisodes)

Cette série de fiction met en scène une équipe du NCIS, commandée par l’agent spécial Jethro Gibbs. Ces agents spéciaux enquêtent uniquement sur des crimes ayant un lien avec le personnel de la Marine des États-Unis y compris le Corps des Marines des États-Unis qui lui est administrativement rattaché. (source : Wikipédia et seriebox)

J’ai beaucoup aimé le retour du frère d’Abby, mais c’est tout? C’est trop court, c’est amené trop rapidement, on n’en reparle plus après … Encore un épisode sur le père de McGee qui arrive un peu comme un cheveu sur la soupe. Ducky revient un peu trop rapidement à mon goût aussi (même si j’adore ce personnage, j’aurais voulu voir M. Palmer se dépatouiller un peu tout seul plus longtemps). L’enquête sur Gibbs, pourquoi pas. Mais l’arc sur les agents du Mossad ne m’a pas passionnée, comme la saison en général, malgré de petits épisodes sympathiques, comme sur Abby, mais qui ne font pas vraiment avancer l’intrigue.

Et vous ? Vous regardez, vous avez vu ces séries ? Vous avez regardé des séries cette semaine ?

Autres sériephiles : JoeyAziMiss BunnyJelydragonSamarianRiz-Deux-ZzZChicky PooCln,Maxoo et Mandy88.

Errements visuels

Un dimanche en séries

Pour les semaines du 3 au 16 août, 5 séries :

Saison 1 (7 épisodes) et 2 (8 épisodes)

L’histoire suit trois colocataires dans la trentaine qui tentent de vivre une vie normale bien qu’ils aient chacun quelque chose de particulier : il y a George qui est un loup-garou, Mitchell un vampire et Annie un fantôme. (source : wikipédia)

J’avais quelques appréhensions en débutant cette petite série, vite balayées : la première saison est magnifique. J’adore le personnage d’Annie, qu’on suit tout particulièrement au début. Bon, si vous n’appréciez pas qu’on dévie d’une certaine mythologie, surtout du vampire, j’ai l’impression que la série a défini ses propres règles en la matière (les vampires n’ont pas de souci à se déplacer en journée, entre autres). Mais les choix m’ont plu. La deuxième saison, un peu moins, j’ai l’impression qu’énormément de choses se sont passées et se passent et les explications se font vraiment rares. A voir pour la suite, mais à moins que ce soit catastrophique, je compte la terminer.

Saison 1 (épisodes 6 et 7)

Quand deux mondes s’entrechoquent… Josh, un jeune entrepreneur féru de technologie, engage Gabi, une blogueuse culinaire, pour en faire son chef personnel. (Source : Allociné et seriebox)

Je poursuis toujours cette petite série. J’aime bien Elliot et Yolanda, le publiciste (à gauche de Gabi) et la gouvernante (à droite), qui essaient toujours de tirer parti de la situation. Je n’avais pas remarqué que le nouveau geek était Jesse McCartney, n’étant pas spécialement fan, mais son personnage est plutôt fun aussi.

Saison 1 (épisodes 5 et 6)

Une jeune fille apprend incidemment que sa mère n’est pas sa génitrice, et qu’elle a en réalité été enlevée à l’âge de trois ans par cette femme qui l’a élevée. Ayant retrouvé la trace de sa famille biologique, elle va rencontrer sa sœur jumelle et son petit frère. (Source : Allociné et seriebox)
J’ai beaucoup aimé voir que Carter trouvait un terrain d’entente avec sa mère biologique et passe même du temps avec elle. Mais dans la catégorie on retombe au collège, seven minutes in heaven, franchement? J’ai trouvé ça complètement idiot, et j’ai eu l’impression que la sœur de Carter, Taylor, changeait de personnalité avec ce jeu ridicule. J’ai hâte de voir ce que Carter fera par rapport à sa mère adoptive, revenue la voir et la chercher dans l’épisode 6 !

Saison 2 (épisodes 1 et 2)

Äkta människor (« les véritables humains ») se situe dans un monde parallèle où les robots humanoïdes (Hubots) sont devenus des machines courantes dans la société. Ces Hubots sont très réalistes et sont configurés de telle sorte à remplir une large demande. S’adaptant à tous les besoins humains, de la simple tâche ménagère à des activités plus dangereuses voire illégales, la société semble en dépendre. Une partie de la population refuse alors l’intégration de ces robots tandis que les machines manifestent des signes d’indépendance et de personnalité propre.(source : Allociné et seriebox).

Bon. J’ai testé les sous-titres anglais et français en même temps, c’est agaçant, mais je n’aime pas les sous-titres français en général >< Comme pour Being Human, beaucoup de choses se sont déroulées entre les deux saisons et les explications ne sont pas forcément au rendez-vous comme pour le virus qui a attaqué les hubots (c’était une des conséquences du vol du code?). Bea fait vraiment peur à tout le monde, je ne pensais pas qu’elle aurait cet effet sur Mimi, toute perdue déjà. On part aussi vers le thème de l’immortalité, je n’ai pas l’impression qu’il a été déjà abordé dans la saison précédente. Et Flash, adorable dans ses désirs de normalité. Une bonne reprise, même si elle m’a semblé un peu expédiée pour les explications.

Saison 4 (8 épisodes)

Expert en analyse de traces de sang dans la police le jour, tueur en série la nuit, Dexter Morgan n’est pas exactement un citoyen américain comme les autres. Il porte, en effet, un lourd secret. Traumatisé dans sa plus tendre enfance puis recueilli par un officier de police de Miami, il se dit incapable de ressentir la moindre émotion. Incapable… si ce n’est lorsqu’il satisfait les pulsions meurtrières que son père adoptif lui a appris à canaliser : de fait, Dexter ne tue que les autres tueurs qui sont parvenus à échapper au système judiciaire, afin de protéger les innocents. Dexter se pose donc comme un véritable justicier de l’ombre, et bien que sa soif de tuer lui pèse, il parvient à mener une existence relativement normale et à sauver les apparences auprès de ses collègues, amis et petite amie.(source : seriebox)

Mouais, après Dokes, Quinn, le nouveau partenaire de Debra et ses piques continuelles sur l’incapacité de Dexter à fournir un travail correct. Quand ça se poursuit jusqu’à une scène de crime, c’est extrêmement énervant. Heureusement, il s’est calmé vers le milieu de saison. Le nouveau meurtrier, Trinity, est intéressant dans sa ressemblance avec Dexter (famille normale), l’aspect religieux en bonus. Dexter commet de plus en plus d’erreurs, ce qui promet pour la suite.

Et vous ? Vous regardez, vous avez vu ces séries ? Vous avez regardé des séries cette semaine ?

Autres sériephiles : JoeyAziMiss BunnyJelydragonSamarianRiz-Deux-ZzZChicky PooCln,Maxoo et Mandy88.

Errements visuels

Un dimanche en séries

Pour la semaine du 27 juillet au 2 août, 5 séries :

Saison 1 (épisodes 21 à 23)

Les nouvelles aventures d’Oliver Queen, alias l’Archer Vert, combattant ultra efficace issu de l’univers de DC Comics, qui appartient notamment à la Justice League. Disparu en mer avec son père et la petite amie de celui-ci, il est retrouvé vivant 5 ans plus tard sur une île près des côtes chinoises mais il a changé : il est fort, courageux et déterminé à débarrasser Starling City de ses malfrats… (source : Allociné)

Je ne l’avais pas dit la semaine dernière, mais j’adore Paul Blackthorne qui joue le père de Laurel, et était le héros des Dossiers Dresden ^^ Le finale est plutôt impressionnant, à voir les conséquences dans la saison suivante.

Saison 3 (12 épisodes)

Expert en analyse de traces de sang dans la police le jour, tueur en série la nuit, Dexter Morgan n’est pas exactement un citoyen américain comme les autres. Il porte, en effet, un lourd secret. Traumatisé dans sa plus tendre enfance puis recueilli par un officier de police de Miami, il se dit incapable de ressentir la moindre émotion. Incapable… si ce n’est lorsqu’il satisfait les pulsions meurtrières que son père adoptif lui a appris à canaliser : de fait, Dexter ne tue que les autres tueurs qui sont parvenus à échapper au système judiciaire, afin de protéger les innocents. Dexter se pose donc comme un véritable justicier de l’ombre, et bien que sa soif de tuer lui pèse, il parvient à mener une existence relativement normale et à sauver les apparences auprès de ses collègues, amis et petite amie.(source : seriebox)

Ah, qu’est-ce que le commissariat est plus agréable sans Dokes ! C’est reposant. L’évolution de la représentation entre Dexter et Rita est un peu conventionnelle, mais j’adore Julie Benz, donc je ne me plains pas. Et pour continuer avec Dresden, l’actrice qui jouait Murphy fait son apparition, j’espère qu’elle restera. Par contre, j’ai eu un peu de mal avec Debra : qu’elle est brusque avec les témoins, voire les victimes ! Ça lui jouera des tours. Cette nouvelle saison a un thème intéressant auquel je ne m’attendais pas (Dexter révèle son secret à un « ami »), c’est toujours aussi plaisant à suivre.

8 épisodes

Cette minisérie raconte l’histoire du clan Kennedy entre 1960 et 1968, c’est à dire entre l’élection de John Fitzgerald Kennedy et l’assassinat de son frère Bobby. (source : wikipédia et seriebox)

Je ne me rappelle pas m’être autant ennuyée devant une série. Je faisais autre chose à côté (mais toujours sur l’ordinateur) et jamais elle ne m’a poussée à regarder de son côté : la musique, les acteurs, les décors, les costumes, l’intrigues, les personnages … je n’ai pas eu envie d’en apprendre plus sur les Kennedy. J’ai juste été choquée quand il a été question de lobotomiser une des sœurs de Robert et J.F. Et le jeu entre les époques est difficile à suivre. Rien ne m’a convaincue ou interpellée.

Saison 1 (épisodes 12 et 13)

Lorsque son mari demande le divorce et qu’elle constate avec horreur qu’elle avait malencontreusement signé un contrat prénuptial, Meredith Davis se retrouve à la rue, sans le sou, et n’a plus qu’une idée en tête : mettre le grappin sur un nouvel homme riche ! Et pour cela, elle a un plan : elle va se faire engager en tant que professeure dans une école huppée afin de rencontrer un maximum de pères célibataires, divorcés ou… ouverts à toutes propositions. Mais Meredith n’est vraiment pas faite pour enseigner : elle déteste les enfants, elle parle mal, elle boit et elle fume n’importe quoi. Toujours en train d’imaginer des plans tordus, elle peut toutefois compter sur le soutien du proviseur, complètement sous son charme; du prof de gym, une vieille connaissance du lycée avec qui elle entretient un rapport d’amour/haine; et Irene, une brave collègue qui ferait n’importe quoi pour elle. En revanche, la guerre est déclarée avec Ginny, une prof qui avait l’habitude de faire régner sa loi dans le collège avant son arrivée… (source : seriebox).

Je savais déjà que cette série n’était pas renouvelée en la commençant, et le dernier épisode n’ouvre pas sur des perspectives faramineuses. Sara Gilbert est absente du précédent, et Meredith retrouve son ex dans le 13e. Elle devait vivre avec lui et bosser à l’école dans la suite? Mouais. Pas exceptionnel.

Saison 9 (24 épisodes)

Cette série de fiction met en scène une équipe du NCIS, commandée par l’agent spécial Jethro Gibbs. Ces agents spéciaux enquêtent uniquement sur des crimes ayant un lien avec le personnel de la Marine des États-Unis y compris le Corps des Marines des États-Unis qui lui est administrativement rattaché. (source : Wikipédia et seriebox)

On poursuit sur la lancée de la saison 8. Je suis toujours mitigée et je commence à me lasser … les histoires de famille de McGee (si c’était mentionné avant, je n’ai pas fait attention, mais ça arrive un peu comme un cheveu sur la soupe, comme l’ex de Tony) et du directeur (que je n’aime toujours pas), et la psy (Jamie Lee Curtis … juste, non) ne m’ont pas intéressée. J’ai juste aimé la découverte d’Abby, j’aimerais bien qu’on poursuive de ce côté. Mais j’en doute. C’est dommage, mais j’en suis à me dire « plus que deux saisons ! »…

Autres sériephiles : JoeyAziMiss BunnyJelydragonSamarianRiz-Deux-ZzZChicky PooCln,Maxoo et Mandy88.

Errements visuels

Un dimanche en séries

Pour la semaine du 20 au 26 juillet, 11 séries :

Saison 6 (25 épisodes)

La série met en scène le quotidien et l’éveil amoureux de six adolescents vivant à Point Place, une petite ville imaginaire du Wisconsin, à la fin des années 70. Donna Pinciotti, la voisine et petite amie d’Eric Forman ; Michael Kelso, le beau gosse un peu crétin ; Steven Hyde, le branché révolté ; Jackie Burkhart, la minette et Fez, l’étranger d’origine indéfinie, squattent le sous-sol de la maison d’Éric Forman, sous l’oeœil bienveillant de la mère, Kitty, et celui agacé du père, Red Forman. (source : Wikipédia et seriebox)

Et baf, on en remet une couche avec ce mariage qui m’ennuie franchement. Et avec un twist final plutôt lame, on en reparlera encore. J’avoue que la série commence à piétiner, malgré son humour, sur les grands arcs de saison. Heureusement que c’est bientôt terminé. Point positif, Alyson Hannigan arrive en guest, flic passionnée d’armes et de Kelso, ainsi que Seth Green, même si je n’aime pas du tout son personnage.

Saison 1 (épisodes 5 à 16)

Cette série est une anthologie d’histoires fantastiques, étranges, énigmatiques dont le but était, comme le disait son créateur Rod Serling, « de frapper le téléspectateur, de le choquer par la chute toujours inattendue, surprenante et singulière de chacune de ces histoires ». (source : wikipédia et seriebox)

J’ai adoré un épisode sur un homme très timide, avide de lecture, qu’on rabaisse pour ce goût. Adorable personnage qui se retrouve seul dans la ville suite à une attaque nucléaire et peut donc prendre tout son temps pour lire … mais … atroce mais, il a besoin de lunettes pour lire et elles se brisent par terre, lui laissant tout le temps du monde et une vision floue, impossible de lire. Les épisodes ont des thèmes intéressants. Mais je vais tout de même la switcher avec une autre série (Early Edition ou Being Human, je ne sais pas encore), parce que le format ne me convient pas. J’aime faire un minimum de marathon de série, soit regarder une saison à la fois. Je n’arrive pas à regarder plus de quatre épisodes à la suite, ils fonctionnent plus comme des petits films, sans lien entre eux si ce n’est la Twilight Zone. Le format de l’anthologie ne me convient pas. Je continuerai à regarder cette série, de temps en temps, mais pas dans le cadre du challenge.

Saison 1 (7 épisodes)

Hellcats raconte l’histoire de Marti, une étudiante qui après avoir perdu sa bourse d’étude en raison des coupes budgétaires et de l’attitude de sa mère, se joint à l’équipe de cheerleaders de son université. (Source : wikipédia et seriebox)

Je suis assez déçue de l’annulation de cette série. Même si les obstacles s’amoncellent un peu beaucoup trop pour l’équipe, il aurait été intéressant de poursuivre. La musique est particulièrement saisissante, même si les numéros musicaux sont un peu bizarres lorsqu’ils sont exécutés par les acteurs (ce sont des cheerleaders, pas des chanteurs, peut-être pour essayer de concurrencer Glee, même si je trouve qu’avec des jeunes à l’université on en était déjà loin). Enfin bon. Une petite série sympathique, avec de l’humour et une B.O. prenante.

Saison 1 (8 épisodes)

Dans le Londres de l’époque Victorienne, Vanessa Ives, une jeune femme puissante aux pouvoirs hypnotiques, allie ses forces à celles d’Ethan, un garçon rebelle et violent aux allures de cowboy, et de Sir Malcolm, un vieil homme riche aux ressources inépuisables. Ensemble, ils combattent un ennemi inconnu, presque invisible, qui ne semble pas humain et qui massacre la population… (source : Allociné et seriebox)

Je crois que j’avais ajouté cette série sur Seriebox parce que l’histoire avait l’air intéressante, mais surtout parce qu’il y avait Billie Piper et Timothy Dalton (Sir Malcolm). En espérant ne pas être agacée par Josh Hartnett dont je suis très loin d’être fan. Au final, je n’ai pas aimé. Je trouve qu’ils ont voulu faire beaucoup trop de choses en empilant énormément d’éléments différents -et paf Dracula, et paf un loup-garou, et Dorian Gray, et Frankenstein … et en plus les commentaires sur Seriebox étaient trop généreux entre théories et spoilers, je n’ai jamais été surprise. J’ai aussi trouvé que les acteurs en faisaient franchement trop (Eva Green la première). Et c’est peut-être parce que je n’aime pas Josh Hartnett, mais j’ai eu l’impression d’une pâle copie de Jared Padalecki. Mais il y a tellement peu d’humours et de moments légers dans cette série, on est vraiment dans le trop, trop extrême, trop prévisible, trop de choses … bref, la saison suivante se fera sans moi.

Saison 1 (5 épisodes)

Quand deux mondes s’entrechoquent… Josh, un jeune entrepreneur féru de technologie, engage Gabi, une blogueuse culinaire, pour en faire son chef personnel. (Source : Allociné et seriebox)

Une petite série sympathique. Pas extrêmement originale, mais elle me fait rire.

Saison 1 (11 épisodes)

Lorsque son mari demande le divorce et qu’elle constate avec horreur qu’elle avait malencontreusement signé un contrat prénuptial, Meredith Davis se retrouve à la rue, sans le sou, et n’a plus qu’une idée en tête : mettre le grappin sur un nouvel homme riche ! Et pour cela, elle a un plan : elle va se faire engager en tant que professeure dans une école huppée afin de rencontrer un maximum de pères célibataires, divorcés ou… ouverts à toutes propositions. Mais Meredith n’est vraiment pas faite pour enseigner : elle déteste les enfants, elle parle mal, elle boit et elle fume n’importe quoi. Toujours en train d’imaginer des plans tordus, elle peut toutefois compter sur le soutien du proviseur, complètement sous son charme; du prof de gym, une vieille connaissance du lycée avec qui elle entretient un rapport d’amour/haine; et Irene, une brave collègue qui ferait n’importe quoi pour elle. En revanche, la guerre est déclarée avec Ginny, une prof qui avait l’habitude de faire régner sa loi dans le collège avant son arrivée… (source : seriebox).

Je n’ai pas regardé le film du même nom, et je ne compte pas le faire. J’ai surtout tenté cette petite série pour Sara Gilbert, la prof de sciences geek, qui était Darlene dans Roseanne, toujours très drôle ici mais loin de ce personnage iconique. Un  peu surprise de voir que le coach de sport était dans Veronica Mars, le frère de Beaver et ami loser de Logan. Bref. Encore une petite série fun, même si un peu prévisible – et l’actrice principale n’est pas géniale.

Saison 1 (4 épisodes)

Une jeune fille apprend incidemment que sa mère n’est pas sa génitrice, et qu’elle a en réalité été enlevée à l’âge de trois ans par cette femme qui l’a élevée. Ayant retrouvé la trace de sa famille biologique, elle va rencontrer sa sœur jumelle et son petit frère. (Source : Allociné et seriebox)

Carter, l’héroïne, est un peu spéciale, un peu trop zen dans ses réactions à cette nouvelle situation. J’aime bien ce type de situation, avec tous les secrets qu’elle comporte. Et puis, son père, c’est Alexis Denisof, donc ça valait le coup d’œil. Le petit frère est très drôle, mais sa jumelle a l’air bien plus jeune qu’elle, ce qui retire au plausible de la situation. Mais on reste sur des éléments positifs.

Saison 1 (13 épisodes)

Basée sur l’autobiographie d’Anthony Bourdain, chef cuisinier renommé de New-York, cette série explore le délirant mais délicieux monde des restaurants chics. Le chef Jack Bourdain a connu le succès très jeune grâce à ses talents culinaires mais il a aussi succombé à de nombreuses dérives, avec notamment la boisson et la drogue. Après s’être débarrassé difficilement de ses vices, Jack n’avait retrouvé qu’un job dans une chaîne de fast food où l’on ne cuisinait que des pâtes. Soudain, on offre à Jack l’opportunité de revenir au sommet en devenant le chef cuisinier de l’un des plus grands restaurants new-yorkais, le Nolita. Bien sûr, pour cela, Jack doit faire ses preuves : il doit trouver en 48 heures le personnel de son restaurant et préparer un repas pour plus de 300 personnes, y compris les critiques culinaires de New-York les plus réputés. Rapidement, son équipe est faite. (source : wikipédia et seriebox)

J’aime bien les atmosphères culinaires depuis la trilogie de Poppy Z.Brite (Alcool, La Belle Rouge et Soul Kitchen), et en voyant Nicholas Brendon dans le cast (et pas Bradley Cooper, qui est loin d’être un acteur qui me séduit) (je commence à avoir l’impression que ces acteurs que je mentionne ont tous un point commun, mais qui m’échappe ^^,), j’ai décidé de tenter. Rien de spécial à en dire, j’ai souri souvent, l’ensemble d’acteurs est sympathique et on passe un bon moment, sans plus.

Saison 1 (6 épisodes)

On suit l’arrivée de Sarah Postern, la nouvelle professeur de français, dans une école où les enseignants sont assez spéciaux, la directrice plus encore, et où aucun élève ne s’intéresse aux cours.

J’aime bien les séries qui se déroulent dans le milieu scolaire. Et dans celle-ci, il y a Catherine Tate (Donna Noble !<3 ), persuadée d’être une excellente professeure de français qui motive incroyablement ses élèves, et d’être magnifique. Elle ne parle d’ailleurs pas trop mal français (et ils ont une vraie Française dans un passage ! Pas quelqu’un qui fait semblant ^^). Et les autres enseignants sont excellents. Entre le professeur de géographie gallois complètement déprimé, le directeur du département de sciences tellement vieux qu’il en est dans la Lune 115% du temps, et les deux prétendants de Sarah, le professeur de sciences, timide et peu habitué aux relations sociales, et celui de sport, frimeur et très porté sur la chose, j’ai ri tout le long, une petite comédie britannique (toujours en cours!) grinçante et désabusée comme on les aime.

Saison 4 (13 épisodes)

Chef de la mafia et père de famille, Tony Soprano confie ses angoisses au Dr Jennifer Melfi, son psychiatre. (source : allociné et seriebox).

J’ai particulièrement aimé Carmela et Adriana cette saison. Mais pourquoi s’obstine-t-elle avec Christopher, franchement ! Je ne parle même pas de l’addiction, mais il est capable de la frapper même sobre. Rageant. J’ai aimé que A.J. soit un peu plus présent, dans des situations humoristiques d’ado, avec sa copine (même si l’histoire du ouija, non), et Meadow, après un horrible début (où j’ai franchement eu l’impression qu’elle profitait de sa « dépression » pour faire ce qu’elle voulait, soit glander), mûrisse pas mal, et surtout pas mal dans le sens où j’aime beaucoup où elle va. Et Carmela lisait Mists of Avalon ❤ mais à part Bobby et l’oncle de Tony, j’ai beaucoup de mal avec les hommes de la série, au fil des saisons.

Saison 1 (épisodes)

Les nouvelles aventures d’Oliver Queen, alias l’Archer Vert, combattant ultra efficace issu de l’univers de DC Comics, qui appartient notamment à la Justice League. Disparu en mer avec son père et la petite amie de celui-ci, il est retrouvé vivant 5 ans plus tard sur une île près des côtes chinoises mais il a changé : il est fort, courageux et déterminé à débarrasser Starling City de ses malfrats… (source : Allociné)

J’aaaime les acteurs ❤ John Barrowman ^^ Bon, le héros n’est pas mal non plus, hein, mais j’adore John Barrowman. Je ne connais absolument pas l’Archer Vert, donc je découvre totalement ce super héros. Après un temps, les flash-backs d’avant son séjour sur l’île m’ont plus intéressée parce que c’est franchement trop compliqué, ce passage, il y a trop de choses. Mais le présent est très bien présenté, sans mauvais jeux de mots ^^ l’équipe de héros me plaît, malgré un côté un peu prévisible parfois. Que voulez-vous, je suis faible, j’adore les récits de super héros !

Autres sériephiles : JoeyAziMiss BunnyJelydragonSamarianRiz-Deux-ZzZChicky PooCln,Maxoo et Mandy88.

Errements visuels

Un dimanche en séries

Pour la semaine du 13 au 19 juillet, 5 séries :

Saison 8 (24 épisodes)

Cette série de fiction met en scène une équipe du NCIS, commandée par l’agent spécial Jethro Gibbs. Ces agents spéciaux enquêtent uniquement sur des crimes ayant un lien avec le personnel de la Marine des États-Unis y compris le Corps des Marines des États-Unis qui lui est administrativement rattaché. (source : Wikipédia et seriebox)

Au contraire des autres, cette saison ne m’a pas trop plu. Je n’ai pas eu autant de fous rires que sur les précédentes, le directeur me sort vraiment par les yeux (et vas-y que je t’intimide un suspect mineur sans ayant précisé au préalable que tu connaissais personnellement la victime). On a aussi droit à un hommage à Caitlin, qui, s’il est finement réalisé, m’a paru un poil trop tard (genre elle est partie en fin de saison 3 …). J’ai l’impression qu’il y a un changement de ton auquel je n’adhère pas.

Saison 5 (25 épisodes)

La série met en scène le quotidien et l’éveil amoureux de six adolescents vivant à Point Place, une petite ville imaginaire du Wisconsin, à la fin des années 70. Donna Pinciotti, la voisine et petite amie d’Eric Forman ; Michael Kelso, le beau gosse un peu crétin ; Steven Hyde, le branché révolté ; Jackie Burkhart, la minette et Fez, l’étranger d’origine indéfinie, squattent le sous-sol de la maison d’Éric Forman, sous l’oeœil bienveillant de la mère, Kitty, et celui agacé du père, Red Forman. (source : Wikipédia et seriebox)

Arrêtez de parler de mariage au lycée ! J’ai horreur de ça. Et c’est une sous-intrigue qui s’est traînée sur toute la saison. Celle de Jackie et Hyde m’a bizarrement bien plu, par contre. Si on avait pu se passer de Jessica Simpson, ça aurait été presque parfait (on n’avait pas vraiment besoin d’une bimbo blonde pour sortir avec Kelso, selon moi). J’ai encore bien ri, mais un peu moins que pour la précédente.

Saison 1 (épisodes)

Cette série est une anthologie d’histoires fantastiques, étranges, énigmatiques dont le but était, comme le disait son créateur Rod Serling, « de frapper le téléspectateur, de le choquer par la chute toujours inattendue, surprenante et singulière de chacune de ces histoires ». (source : wikipédia et seriebox)

J’ai sauté le pas et démarré cette série. Et boy, elle va être difficile à regarder, je ne suis absolument pas habituée au principe de l’anthologie, le rythme est très particulier et très différent des séries actuelles. La musique est presque absente, ce qui est étrange aussi. Les thèmes sont intéressants, mais à voir si je ne la passe pas hors challenge.

Saison 1 (épisode 4)

Une ancienne starlette se retrouve à résoudre des crimes avec son ancien partenaire à l’écran. Quand ils doivent interroger le témoin d’un crime, ce dernier n’accepte de parler qu’aux fameuses Mystery Girls. (Source : Allociné et seriebox)

J’aime le thème des anciennes actrices de série policière devenues détective – cet épisode 4 est le pilote, je pensais que ce serait plus simple à comprendre comme ça. Mais je n’ai jamais vu les actrices dans d’autres séries, donc je pense que je perds une bonne partie du facteur nostalgie. Je ne les trouve pas très drôle non plus, et Tori Spelling fait mal aux yeux avec ces couleurs >< je m’arrête là.

Saison 1 (7 épisodes)

Hellcats raconte l’histoire de Marti, une étudiante qui après avoir perdu sa bourse d’étude en raison des coupes budgétaires et de l’attitude de sa mère, se joint à l’équipe de cheerleaders de son université. (Source : wikipédia et seriebox)

Une petite série que j’aime assez, surtout pour Ashley Tisdale qui fait une adorable Sudiste, même si je n’aime pas beaucoup l’héroïne. J’aime bien voir des choses plus légères après des séries « difficiles » comme The Twilight Zone en ce moment ^^

Autres sériephiles : JoeyAziMiss BunnyJelydragonSamarianRiz-Deux-ZzZChicky PooCln,Maxoo et Mandy88.

Errements visuels

Un dimanche en séries

Pour les semaines du 29 juin au 12 juillet, 3 petites séries :

Saison 7 (épisodes 6 à 24)

Cette série de fiction met en scène une équipe du NCIS, commandée par l’agent spécial Jethro Gibbs. Ces agents spéciaux enquêtent uniquement sur des crimes ayant un lien avec le personnel de la Marine des États-Unis y compris le Corps des Marines des États-Unis qui lui est administrativement rattaché. (source : Wikipédia et seriebox)

Beaucoup de fous rires dans cette saison (la dinde dans le casier de la morgue, par exemple), et retour de personnages qui me plaisent particulièrement, comme le père de Gibbs et Holly Snow (que j’avais adoré dans Birds of Prey), j’aimerais beaucoup qu’ils deviennent récurrents, pas comme cette avocate agaçante qui refait surface bien trop souvent à mon goût. Et une fois encore, le retournement de situation final me convient.

Saison 4 (27 épisodes)

La série met en scène le quotidien et l’éveil amoureux de six adolescents vivant à Point Place, une petite ville imaginaire du Wisconsin, à la fin des années 70. Donna Pinciotti, la voisine et petite amie d’Eric Forman ; Michael Kelso, le beau gosse un peu crétin ; Steven Hyde, le branché révolté ; Jackie Burkhart, la minette et Fez, l’étranger d’origine indéfinie, squattent le sous-sol de la maison d’Éric Forman, sous l’oeœil bienveillant de la mère, Kitty, et celui agacé du père, Red Forman. (source : Wikipédia et seriebox)

Attention spoiler, Eric et Donna se sont séparés en fin de saison dernière et donc ici on les voit évoluer séparément mais toujours dans le même groupe, ce qui cause quelques sketches sympathiques (les amis assimilés aux enfants d’un couple qui se sépare, par exemple). Et Kitty, la mère d’Eric, est complètement géniale. (M. Foreman : ‘Don’t you like anything cheap?’, Mrs Foreman: ‘I like you.’ J’ai hurlé de rire). Et en guest, Christopher Kennedy Masterson, mon petit chouchou de Malcolm, adorable en amoureux transi de Jackie qui révèle des surprises, j’aimerais bien qu’on le revoit un peu plus (c’est le frère de l’acteur qui joue Hyde, à droite sur l’image).

Saison 3 (13 épisodes)

Chef de la mafia et père de famille, Tony Soprano confie ses angoisses au Dr Jennifer Melfi, son psychiatre. (source : allociné et seriebox).

J’aurais aimé que la saison se poursuive sur la lancée des premiers épisodes, lorsqu’on (FBI?) implante un micro chez les Soprano. Meadow se retrouve à l’université, j’ai aimé la suivre, même si elle ne se démarque pas toujours par son intelligence (crasher la voiture de son copain, rien que la conduire sans permis, franchement!). Carmela, toujours aussi grandiose. La psy a un moment très émotionnel en début de saison, mais on la perd un peu, pour se focaliser sur une copine cinglée de Tony, qui aurait pu voir venir les choses. Mais une fois encore, pas le réflexe de se jeter sur la suite.

Autres sériephiles : JoeyAziMiss BunnyJelydragonSamarianRiz-Deux-ZzZChicky PooCln,Maxoo et Mandy88.